verrine crevette avocat boursin | recettes24.fr | soufflé thon et courgette marmiton | recettes de salsa | brochette poulet tandoori ananas | confiture abricots ricardo | recette ailes de poulet au four
Se Connecter

Connectez-vous pour recettes24 pour enregistrer vos recettes préférées

Si vous n'êtes pas encore enregistré(e), inscrivez-vous maintenant!

Mot de passe oublié?

J'aime beaucoup le livre d'Anne-Sophie Pic, Recettes pour tous les jours , il y a une foule de belles recettes, superbes faciles à réaliser avec des techniques auxquelles je n'aurai pas pensé. Pour ces croquettes de poulet, la farce est cuite un peu comme du sous-vide et elles sont servies avec une crème au Gouda, ce qui fait changement pour ceux qui les préfèrent avec du ketchup ou du miel. Je les ai cuites en friture mais pour un choix plus santé, vous pouvez les cuire à la poêle avec un peu de beurre. Les croquettes sont très croustillantes car il y a une double panure et l'intérieur est très moelleux et pas sec du tout. Succès garanti auprès des enfants ! Pour 4 personnes La farce : 400 g de blancs de volaille (poulet ou dinde) sans peau 200 ml de crème 35 %, bien froide 1 blanc d'oeuf Sel et poivre La panure : 1 et 1/3 tasses (200 g) de farine 4 oeufs 1/4 tasse (60 ml) d'huile 4 pincées de sel 200 g de chapelure 1/2 cuillère à thé (2,5 ml) de cumin en poudre Bain de friture pour la cuisson Crème de Gouda : 100 g de Gouda 100 ml de lait La farce:  Couper 100 g de blanc de volaille en petits dés. Mettre de côté. Dans le robot culinaire, mixer très finement 300 g de blanc de volaille, la crème et le blanc d'oeuf. Saler, poivrer, puis verser dans un saladier. Ajouter les dés de volaille et mélanger bien. Moulage de la farce:  Poser un rectangle d'environ 25 cm de film alimentaire sur le plan de travail et déposez-y une partie de la farce. Former un boudin de 3 cm de diamètre dans le film.Rouler le boudin dans le film, serrer et nouer les extrémités pour bien enfermer la farce. Faîtes plusieurs boudins pour utiliser la farce. Cuisson de la farce : Cuire les boudins dans une casserole d'eau frémissante pendant 25 minutes. L'eau ne doit pas bouillir. Au terme de la cuisson, laisser refroidir quelques instants et déballer les boudins. Couper ensuite les boudins en tranche de 1 cm d'épaisseur environ et réserver au frais. La panure:  Préparer 3 assiettes creuses: l'une contenant la farine, l'autre les oeufs battus avec l'huile et le sel et la dernière contenant la chapelure et le cumin. Rouler les croquettes dans la farine, puis dans les oeufs puis dans la chapelure. Répéter l'opération une seconde fois et mettre de côté. La crème de Gouda : Dans une casserole, fondre à feu doux le Gouda et le lait. Ne pas faire bouillir. Mettre le mélange fondu au frais. La cuisson des croquettes : Faire chauffer l'huile dans une casserole. Plonger les croquettes dedans (en plusieurs fois). Laisser cuire et dorer 2 à 3 minutes environ. Égoutter et éponger les croquettes sur du papier absorbant. Servir bien chaud avec la crème de Gouda où vous les tremperez avant de les déguster. Variante plus santé : Vous pouvez  aussi faire dorer les croquettes dans une poêle avec une noix de beurre. Imprimer la recette

Source: lesgourmandisesdisa.blogspot.com

Cette recette est issue du livre de cuisine "scook recettes pour tous les jours" d'Anne-Sophie Pic, que je recommande car il est très beau, clair et les recettes sont bien expliquées (ce qui les rend simples à réaliser), de plus, comme vous allez le voir, le livre nous apprend des termes (plus ou moins techniques) de cuisine.. il est intéressant. J'avais peur au début que le riz soit trop sec, mais en fait il est parfait et je pense que c'est grâce à la cuisson "pilaf" que je referais souvent désormais. Le poulet également n'est pas sec, grâce au bouillon et parfumé (pas de trop tout de même). Mon riz sur la photo est légèrement rouge, c'est normal j'ai utilisé un oignon rouge (je n'avais plus que ça..) mais dans la recette, c'est un oignon normal que l'on utilise... Ce fut l'occasion pour moi de découper un poulet pour la première fois, sans aide. Je me suis pas mal débrouillée mais mon père m'expliquera quelques petits trucs, mes morceaux étaient un peu gros... Pour 4 personnes : - 1 poulet de 1,4 kg (le mien faisait un peu moins : 1,2 kg) - 3c. soupe d'huile - 50g de beurre demi-sel - 1/2 oignon (on utilise l'autre moitié pour le riz) - 10cl de vin blanc - 3 branches d'estragon - 30cl de bouillon de légumes - 250g de riz long (basmati) - 1/2 oignon - 15g de beurre demi-sel - 45cl de bouillon de légumes Il vous faut également un autocuiseur ! Le poulet : Assaisonnez le poulet à l'intérieur et à l'extérieur de sel et de poivre (enfin faites comme vous pouvez, j'ai pas bien réussi à en mettre à l'intérieur..) Farcissez le avec l'estragon. Faites fondre le beurre dans l'autocuiseur avec l'huile à feu moyen et y colorer la volaille sur toutes les faces pendant 10min. Retirez-la et videz la graisse de la cocotte. Ajoutez le demi oignon épluché et haché et laissez cuire 1 à 2 min (sans le colorer). Versez le vin blanc, grattez le fond de la cocotte avec une spatule en bois pour décoller les sucs de cuisson (Anne Sophie nous indique que ça s'appelle "déglacer"). Laissez bouillir et réduire de moitié. Versez le bouillon de légumes, puis remettez le poulet dans l'autocuiseur. Fermez-le et mettez le sous pression. Lorsque la soupape commence à siffler, comptez 14 min (en faites, vous devez cuire 1 min pour 100g - j'ai donc cuit 12min). Retirez du feu, laissez retomber la pression tout doucement (pendant que vous faites cuire le riz). Le riz : Faites chauffer une casserole avec du beurre, coupez l'oignon en fines tranches et faites dorer doucement 2/3 min. Ajoutez le riz, faites cuire lentement en tournant presque sans arrêt pendant 2/3 min (Anne-So nous apprend que ça se dit "nacrer le riz"). Ajoutez le bouillon de légumes, puis salez un peu. Couvrez et laisser cuire pendant 20min à feu doux (cela m'a parut beaucoup, effectivement au bout de 10min mon riz était cuit, je l'ai cependant laisser un peu plus mais il a accroché à la casserole - pas trop de dégât ne vous inquiétez pas). Salez si besoin. Ouvez l'autocuiseur, sortez le poulet et découpez le puis filtrez le jus avec une passoir, en recouvrir ensuite la volaille. Dégustez bien chaud avec le riz servit à part. Lien vers une vidéo expliquant comment découper une volaille cuite ici (merci pour le tuyau)

Source: the-wandering-girl.blogspot.com

Potage Dubarry... ce nom sonne comme le titre d'un roman du 19ème siècle.... En fait ça remonte même plus loin puisque pour la petite histoire, ce potage fut créé par le cuisinier de la Comtesse du Barry, favorite du roi Louis XV. Mais point de vieille recette poussiéreuse, au contraire ! Ce potage à base de chou-fleur est d'une douceur et d'un crémeux incroyable. Modernisé par un peu d'orange, de coriandre et une touche iodée avec des petits "croûtons" de sardines qui lui donnent un twist en plus, c'est mon coup de coeur soupe de l'hiver ! Le petit truc qui change tout : faire blanchir le chou-fleur, c'est à dire le cuire 5min à l'eau bouillante salée, avant de l'égoutter et de le mettre avec les autres légumes - douceur garantie ! Recette (pour 4 personnes, d'après une recette d'Anne-Sophie Pic) la moitié d'un beau chou-fleur 1 pomme de terre pas trop grosse (150g environ, d'une variété farineuse pour purée ou soupe) 1 oignon blanc 1/2cc de coriandre en poudre 30cl de lait + un peu pour ajuster la texture 30cl d'eau 1 boîte de sardines à l'huile d'olive 2 oranges 1cc de coriandre en grains sel, poivre Récupérer les sardines, les ouvrir en deux, enlever l'arête centrale. Poser les sardines sur une plaque recouverte d'un papier cuisson et enfourner à 150°C pendant environ 30min. Cette opération va dessécher les sardines qui viendront comme des petits croûtons sur la soupe. Rincer le chou-fleur, découper les fleurettes (toutes de la même taille pour une cuisson homogène) et les mettre pour 5min dans de l'eau bouillante salée. Pendant ce temps, émincer l'oignon, éplucher la pomme de terre et la couper en tranches fines. Dans un peu d'huile, faire revenir l'oignon sans le colorer, ajouter la pomme de terre, le chou-fleur égoutté, du sel, du poivre, la coriandre en poudre et 1 zeste d'orange. Verser l'eau et le lait, porter à ébullition et laisser cuire à frémissements pendant 20min. Mixer finement la soupe, en rajoutant du lait si besoin. La texture soit être très fine et crémeuse, pas trop liquide non plus. Rectifier l'assaisonnement si besoin. Eplucher les oranges à vif pour récupérer les quartiers (en réservant le jus) les couper en deux chacun. Ecraser les graines de coriandre avec le plat du couteau. Dans des bols, répartir le potage, parsemer de segments d'orange, de graines de coriandre et de sardines émiettées. Arroser de quelques gouttes de jus d'orange.

Source: mykitchenisgreen.blogspot.com

 Ingrédients: Le coulis de tomates 4 tomates fraîches 3 oignons nouveaux 1 noix de beurre 1 gousse d'ail 1 branche de thym 1 pincée de sel La sauce béchamel 40 cl de lait entier 40g de beurre demi-sel 40g de farine Le soufflé 450g de sauce béchamel 1 échalote 250g de foie de veau 15g de beurre 5 jaune d'oeufs 2 cuil. à soupe de persil 6 blancs d'oeufs Sel, poivre 1. Le coulis de tomate: Avec un petit couteau, éliminez le pédoncule des tomates et épluchez-les. Dans une casserole, faites blondir à feu doux les oignons épluchés et coupés en petits dés, avec un peu de beurre. Ajoutez les tomates coupées en dés et les aromates, puis laissez cuire, toujours à feu doux, pendant 10 minutes. Eliminez la branche de thym, mixez finement le tout et rectifiez la texture en ajoutant un peu d'eau si elle est trop épaisse. Salez et mettez de côté, hors du feu. 2. La sauce béchamel: Dans une casserole, portez le lait à ébullition puis ôtez-le du feu. Dans une autre casserole, faites fondre le beurre à feu doux, puis ajoutez la farine préalablement tamisée avec une passoire fine. Faites cuire le "roux" pendant 2 minutes, à feu doux, en remuant avec une spatule pour bien cuire la farine. Versez ensuite le lait très chaud petit à petit, mélangez avec un fouet à la main, en prenant soin de faire bouillir la sauce un instant à chaque ajout de lait. Mettez de côté, hors du feu. 3. Le soufflé: A l'aide d'un pinceau, beurrez les moules à soufflés avec du beurre clarifié. Placez-les au frigo pendant 5 minutes puis beurrez-les à nouveau. Recommencez cette opération une fois encore. Epluchez puis coupez finement l'échalote. Assaisonnez le foie de veau coupé en petits morceaux, puis faites-le saisir pendant 1 à 2 minutes dans une poêle, avec le beurre et l'échalote. Ôtez du feu. Mixez finement puis passez au tamis pour éliminer les petits nerfs. Préchauffez le four à 200°C. Mélangez la purée de foie de veau avec la sauce béchamel, ajoutez les jaunes d'oeufs, et le persil finement coupé. Goûtez et rectifiez l'assaisonnement. Dans un saladier, montez les blancs d'oeufs en neige avec une pincée de sel, à l'aide d'un batteur électrique. Lorsqu'ils sont crémeux, incorporez-les au mélange foie-béchamel. 4. Mettez l'appareil à soufflé dans une poche à douille puis remplissez les moules jusqu'à 1cm du bord. Enfournez-les pour 10 à 15 minutes de cuisson, suivant la taille de vos moules. Servez avec le coulis de tomates préalablement réchauffé. Recette trouvée dans le livre "Recettes classiques pour tous; leçon de cuisine par Anne-Sophie Pic" aux éditions Hachette pratique.

Source: alombredunoisetier.blogspot.com

Voilà la première recette de Anne-sophie Pic que je me suis essayée à faire.... et je peux vous le dire: c'est une tuerie !!! Ingrédients: Pour la pâte à babas: 200g de farine 5g de sel 15g de sucre 10cl de lait 10g de levure de boulanger 2 œufs 50g de beurre doux Pour le sirop à babas: 80cl d'eau 500g de sucre 1 gousse de vanille 20cl de rhum brun Pour le crémeux à la châtaigne: 15cl de lait 150g de crème de marron 1 cuil. à soupe de maïzena 50g de sucre 1 jaune d'œuf 2g de gélatine 80g de beurre Pour la crème montée à la vanille: 1 gousse de vanille 30cl de crème liquide très froide 1. La pâte à babas: Dans la cuve d'un batteur, assemblez la farine, le sel et le sucre. Dans une casserole, faites tiédir le lait. Ajoutez la levure et mélangez pour la dissoudre. Versez le lait tiède sur la farine avec un œuf et mélangez à petite vitesse. Dès que la pâte est homogène, ajoutez un second œuf. Stoppez le batteur. Versez le beurre fondu sur la pâte. Laissez, sans remuer, à température ambiante, jusqu'à ce que le beurre passe en dessous de la pâte. A ce stade, mélangez à nouveau pour incorporer le beurre. Remplissez les moules à babas avec la pâte, puis laissez-les gonfler à température ambiante afin qu'ils doublent de volume. Préchauffez le four à 170°C. Enfournez pour 20-25 minutes de cuisson. A la sortie du four démoulez les babas, placez-les sur une grille et laissez-les refroidir. 2. Le sirop à babas: Faites bouillir quelques secondes l'eau, le sucre et la gousse de vanille. Otez du feu, laissez refroidir puis versez le rhum. Quand le sirop est froid, placez les babas dedans pour les immerger complétement. Laissez-les tremper pendant deux heures au frigo, puis égouttez-les sur une grille. 3. Le crémeux à la châtaigne: Dans une casserole, faites chauffer le lait avec la crème de marron et la maïzena en mélangeant avec un fouet. Dans un saladier, mélangez le sucre et le jaune d'œuf. Plongez la gélatine dans de l'eau froide pendant 2 ou 3 minutes. Quand le lait aux marrons bout, versez sur le mélange ouf sucre. Mélangez puis reversez le tout dans la casserole et faites cuire comme une crème anglaise, à feu doux et en mélangeant sans arrêt. Hors du feu ajoutez la gélatine égouttée, puis laissez refroidir. Incorporez le beurre coupé en petits morceaux. Versez aussitôt le crémeux dans des coupelles de service et laissez prendre dans le frigo pendant 2 heures. 4. La crème à la vanille: Coupez la gousse de vanille en deux dans le sens de la longueur. Grattez l'intérieur des demi-gousses avec un petit couteau puis récupérez les graines noires. Dans un saladier, battez la crème très froide et les graines de vanille avec un appareil électrique. 5. La finition et la présentation: Déposez un baba égoutté sur le crémeux à la châtaigne puis nappez de crème à la vanille.

Source: alombredunoisetier.blogspot.com

Voilà quelques mois que je n 'ai pas posté de recette salé (je n'ai d'ailleurs pas publié grand chose mais je vais essayer de faire mieux pour cette fin d'année). Donc pour remédier à cette absence j'ai choisi de tester une recette d'Anne Sophie Pic tirée de son livre "l'intégrale des leçons de cuisine - SCOOK". Un très beau livre pleins de recettes sympas, je vous ai déjà parler de la cuisson du Cabillaud à basse température par ici . Cette recette de soufflé est idéale pour le dimanche qu'il fasse froid, pluvieux, venteux ... Rapide à réaliser, ils se mangent par tout les temps. J'ai modifié les durées de cuissons (mais je vous donne mais barrée les temps originaux). Le soufflé n'attend pas alors pour la séance photo il a fallu faire très vite. Mais le plus important était là : moelleux, aérien, délicieux, qui en jette plein les yeux. Accompagnés d'une petite salade verte, ces petits soufflés nous ont régalés. pour 6 soufflés 50 g de beurre demi-sel 50 g de farine 1/2 l de lait 5 jaunes d'oeufs 100 g de mimolette vieille râpée + quelques copeaux pour le décor 1 pincée de graines de cumin 8 7 blancs d'oeufs 1 cuillère à café de Maïzena 50 g de beurre fondu chapelure sel, poivre L'appareil à soufflé Faire fondre le beurre demi-sel et ajouter la farine. Mélanger et faire cuire à feu doux au moins 20 minutes 3 minutes. Verser le lait en fouettant pour faire une béchamel. faire cuire à feu doux pendant 2 à 3 minutes 10 minutes en remuant pour qu'elle épaississe. Laisser ensuite refroidir pendant quelques minutes. Hors du feu, ajouter les jaunes d'oeufs bien battus et la mimolette râpée. Assaisonner et ajouter le cumin. Placer le mélange à température ambiante. La préparation des moules Beurrer les moules avec le beurre fondu puis les placer au réfrigérateur. Quand le beurre est figé, beurrer à nouveau puis les placer au réfrigérateur, quand le beurre est de nouveau figé, beurrer à nouveau puis recouvrir de chapelure et les taper pour faire tomber l'excédent. Remettre au réfrigérateur. Préchauffer le four à 180°C. La cuisson des soufflés Monter les blancs en neige pas trop ferme avec la maïzena puis les incorporer délicatement à l'appareil à soufflé. Remplir les moules aux3/4 de leur hauteur avec une cuillère à soupe. Faire cuire pendant 11 17 minutes. A la sortie du four, déposer un copeau de mimolette sur chaque soufflé et servir immédiatement. Petit plus d'Anne Sophie Pic : Quand on prépare un soufflé, ne pas monter les blancs d'oeufs trop fermement car d'une part ils seront plus difficile à incorporer à la préparation et d'autre part il ne contiennent pas plus d'air. Il suffit de les monter normalement pour avoir le meilleur développement possible

Source: de-tambouille-en-barbouille.blogspot.com

Tout d'abord Bonne Année Gourmande 2015 que cette année vous apporte Santé, Bonheur et prospérité avec bien sur un soupçon de gourmandise Pour cette première recette de l'année voici une recette à la fois diététique par son mode de cuisson mais un brin gourmande tout de même la sauce servie en accompagnement. Le Bar en Croûte de Sel avec sa sauce Hollandaise d'Anne Sophie Pic tiré du livre Leçon de Cuisine- SCOOK . J'ai déjà proposé deux autres recettes tiré de ce livre: les soufflés à la Mimolette par ici et le Cabillaud à Basse température par là . La saveur légèrement anisée de l'estragon s’harmonise parfaitement avec la chair ferme et délicate du bar. Pour 4 à 6 personnes : Pour la préparation du bar 1 bar de ligne de 2kg 1 branche de fenouil 2 kg de gros sel 200 g de farine 1 beau brin de thym 1 beau brin de romarin 1/2 botte d'aneth 3 cuillères à café de baies roses 12 blancs d’œufs Faire préparer le bar par le poissonnier : écailler, ébarber, vider. Peser le poisson vide. Le rincer puis insérer la branche de fenouil dans le ventre. Dans un saladier, mélanger le gros sel, la farine les herbes et les baies préalablement grossièrement écrasées. Dans un autre récipient battre sommairement les blancs d’œufs avec une fourchette, puis mélanger les deux préparations. La Croûte de Sel Préchauffer le four à 250 °C Sur la plaque de cuisson former un socle avec une partie de la préparation au sel ayant la longueur et la largeur du poisson. Déposer le poisson dessus et le recouvrir de sel sur 1.5 cm d'épaisseur environ. Attention de bien épouser la forme du poisson. Enfourner à four chaud à 250°C durant environ 30 minutes, compter 1 min 30 pour 100 g de poisson . Sortir la plaque du four. Le sel doit avoir légèrement coloré. La Sauce Hollandaise à l'estragon La sauce hollandaise est une émulsion chaude de jus de citron et de beurre , quelquefois clarifié, dans laquelle le jaune d’œuf sert d'agent émulsifiant. La sauce fut inventée sous le règne de Louis XIV, pour en finir avec les sauces grasses. Elle fut créée pendant la guerre de Hollande, d'où son nom.(wikipédia). 3 jaunes d’œuf 100 g de beurre clarifié le jus d'un citron 1/2 botte d'estragon sel fin, poivre Clarifier le beurre : pour cela faire fondre le beurre au bain-marie. Éliminer l'écume qui surnage et récupérer le beurre fondu sans prélever le petit lait qui est au fond. Placer les jaunes dans un saladier et 2 cuillères à soupe dans un saladier moyen, faire cuire à feu doux au bain-marie. Tout en fouettant, former un "S". Quand la texture s'épaissit , ajouter le beurre clarifié en filet, puis le jus de citron et l'estragon haché. Saler et poivrer. La Présentation Casser la croûte de sel . Enlever la peau du poisson et le servir accompagner de sauce Hollandaise.

Source: de-tambouille-en-barbouille.blogspot.com

Les fêtes de fin d'année approchent pour mon plus grand plaisir! Et je sais d'expérience que le plus dur est, parfois d'établir le ou les menus, aussi j'espère que cette petite sélection vous aidera... Et comme d'habitude sur Midi Cuisine, rien de bien compliqué et souvent des recettes à préparer à l'avance, ce qui, dans le cas des fêtes, est loin d'être négligeable :-) Voici ma sélection pour l'apéritif: Panna cotta à la lotte et au crabe Verrine de pommes au boudin blanc Mousseline de panais au sirop d'érable, noix de pécan et échalotes caramélisées Tartelette de boudin blanc au confit d'oignon rouge Verrines de crumble aux cèpes et aux noix Verrine de chèvre, figues et parme Rillettes de saumon à la fève tonka et pomme verte selon Anne Sophie Pic Panna cotta à la bisque de homard et au crabe Saint Jacques snackées au sésame, sauce cacao A l'exception de cette dernière recette, toutes les autres peuvent se préparer à l'avance. les panna cotta supportent très bien la congélation et il ne restera qu'à les agrémenter de leurs garnitures. Les tartelettes au boudin blanc peuvent également être congelées: il vous suffira de les passer directement au four une dizaine de minutes ! Pratique n'est ce pas?

Source: midicuisine.blogspot.com

Voici la liste des 224 recettes mitonnées en 2013, soit 439 recettes au total. Et maintenant, à table : j'ai les crocs ! -- A -- Amandine au chocolat Anneaux torsadés au miel -- B -- Biscuits au chocolat Biscuits au gingembre Blanquette de poulet au Bresse Bleu ® Bouchées chocolat et fruits secs Boulettes de boeuf au comté ® Boulettes de boeuf au curcuma Bourriols - Crêpes auvergnates Bricks à la coriandre Bricks poireaux - lardons Brioche à l'abricot frais Brioche à la cassonade Brioche à la crème de pavot Brioche au citron confit Brioche au lait de coco Brioche au nutella ® en sapin de Noël Brioche au limoncello Brioche chenille Brioche hyper moelleuse aux pépites de chocolat Brioche peu sucrée en fleur Briochettes aux fruits rouges Briochettes en anneaux torsadés Bûche à l'ananas Bûche chocolat - caramel - noix de coco Buhteljni au nutella ® - Brioche slovène Buns aux boeuf et poivron - Pains briochés farcis Butterbredele - Petits biscuits au beurre -- C -- Cake aux 3 fromages italiens Cake boudin noir et pomme Calmars à l'italienne Carrés de marshmallows au lait concentré sucré Caterpillar bread - Hot-dog chenille Chili dog de Gordon RAMSAY Choco-moelleux amandes - framboise Choux au foie gras Clafoutis de chorizo au maïs Confiture de tomates cerises vertes Country topinambours Couscous sucré aux fruits frais Crème dessert au chocolat Crème et sauce de caramel au beurre salé Crevettes cajuns Croque cake Crumble fraise - kiwi Crumble fraise - nougat Crumble pomme - banane - chocolat Crumble pomme - fruits rouges Curry de poulet aux abricots secs Curry de poulet tomate - noix de coco -- D -- Dinde chasseur Dôme coco en habit rouge -- E -- Émincé de boeuf aux germes de soja Émincé de dinde au raifort Escargots briochés jambon - gouda -- F -- Faluche du Nord Feuilleté de saumon au Bresse Bleu ® Filet de poulet au Bresse Bleu ® Fingerle Flammenkueche alsacienne Flans à la noix de coco Fleur de radis Focaccia pugliese - Focaccia des Pouilles Fondue de poireaux à la crème Fudges aux 4 noix -- G -- Gâteau invisible aux poireaux Gâteau mexicain au son d'avoine Gâteau noix de coco et yaourt Gâteau simple aux fruits rouges Gâteau suisse aux nectarines Grande navette tressée au saumon fumé Gratin de fenouil au chorizo Gratin de poulet aux poireaux Gratin pommes de terre - épinards - champignons au cantal Gressini -- I -- Indécence au chocolat Index des recettes 2012 -- J -- Jambalaya Jardinière de légumes -- K -- Koulibiac de saumon -- L -- Lamona brioche Lasagnes boeuf - loupiperade Lasagnes chèvres - épinards Loupizza aux 4 fromages Loupizza soleil au chorizo -- M -- Marronnettes Meat loaf - Pain de viande de boeuf Mini canelés de Bordeaux Mini canelés lardons - gruyère Mini cocotte de cabillaud ensoleillée Mini croissants à la crevette pimentée Mini croissants saumon fumé - raifort Mini fondants à la pâte à tartiner Mini namandiers Mini raclettes en chemise Mini rösti au chorizo Mini sorbets à la fraise Moelleux aux chocolat et lait de coco Muffins au beurre de cacahuète Muffins double chocolat -- N -- Navettes - Pains multi-usages -- O -- Oeuf cocotte - jambon - poireau Oeuf cocotte - jambon - topinambours Oeuf cocotte - tomate - chorizo Oeuf cocotte du boulanger Oeuf en cocotte de poivron Oeufs cocotte - pommes de terre - poivron rouge -- P -- Pain à la tomate et au basilic Pain au cantal et aux lardons Pain au fromage de chèvre et aux figues Pain au son de blé Pain aux 6 céréales F&P Pain aux figues Pain aux flocons de 5 céréales Pain blanc aux graines de tournesol Pain blanc en cocotte Pain blanc rapide Pain brésilien Pain brioché à la pomme de terre Pain brioché au beurre Pain de l'écureuil aux fruits secs Pain de mie intégral Pain de Noël aux fruits secs et séchés Pain écossais au son d'avoine Pain express en 1 heure Pain marocain en spirale Pain panicorée - Le casse-croûte du Ch'ti F&P Pain semi-intégral Parmentier de potimarron Pâte à tartiner à la noix de coco Pâte brisée salée d'Anne-Sophie PIC Petit chou farci Petite cocotte de saumon au fenouil et au raifort Petits cakes aux yaourt et mini barres Petits cakes peu sucrés aux fruits rouges Petits gâteaux perlés Petits gratins navets - carottes au Bresse Bleu ® Petits moelleux au fromage blanc et aux pépites de chocolat Petits moelleux tigrés Petits pains au fromage blanc Petits pains carrés aux 3 farines Petits pains carrés du randonneur aux fruits séchés Petits pains carrés multigrains F&P Petits pains torsadés au pavot Petits pots chococo Poivron farci au jambon Porridge express au micro-ondes Potée très simple Poulet à la thaïlandaise Poulet au gingembre et au sésame Poulet aux champignons et à la pâte de curry rouge Poulet cacciatore aux poivron et lardons Poulet créole au lait de coco Poulet du rôtisseur Poulet miel - poivron Poulet mijoté au cidre Poulet rôti à la normande -- Q -- Quiche aux fruits de mer Quiche camembertiflette Quiche poireaux - gorgonzola - lardons Quiche sans pâte jambon - pomme de terre Quiche saumon fumé - Boursin ® -- R -- Raclette en tarte Râpé de pomme au citron Rillettes aux 2 saumons Risotto crémeux au poulet Roses roses briochées au sirop de fraises Roulé de dinde - chorizo - mozzarella Roulés fraicheur -- S -- Salade de dés Salade de fruits de fin d'été Salade de lentilles vertes - lardons - cantal - noix Salade de pâtes alphabet tex-mex Salade de pâtes aux légumes d'automne Salade de pâtes du pique-nique Salade de pommes de terre rôties au poulet Salade de quinoa au fenouil Salade de riz estivale Salade de tortellini à l'ananas Salade grecque Kikkoman ® Salade melon vert - concombre Sauce au poivre Sauce barbecue Sauce caramel au beurre salé au micro-ondes Sauce de salade curry - lait de coco Sauce de salade échalote - vin blanc Sauce polognaise Sauce pour pâtes au saumon fumé Sauce salsa Sauté de porc à l'ananas Sauté de porc à l'indonésienne Sauté de porc aux mirabelles Sauté de porc épicé aux légumes Sauté de porc miel - moutarde Spaghetti - poivron - crevettes Spätziflette au munster Soupe de chou vert frisé Soupe de poireaux au riz Soupe de topinambours au raifort Soupe froide fenouil - concombre Soupe moulinée aux 5 légumes Spaghetti gratinés Steak au Roquefort ® Steak de légumes pour hamburger végétarien Steaks hachés à la juracienne -- T -- Tajine de kefta aux oeufs Tajine jelbana - Oeufs et petits pois Tarte chorizo - poivron - cancoillotte Tarte fine au munster Tarte mexicaine Tarte poireaux - cantal Tarte tatin savoyarde au Reblochon ® Tarte tomates - chèvre - saucisse Tartelette fine tomate - chorizo Tartelettes de la Forêt-Noire Tartinade de chorizo Terrine de légumes et son coulis de tomates Timbale milanaise Tofu aux champignons et à la crème Tomates cerises apéritives Tranches chocolat - noisettes -- V -- Verrine avocat - crevette light Verrine croustillante fraise - pêche Verrine fromage blanc - kiwi - fruits rouges -- Z -- Zingiber cookies

Source: lescrocsduloupinet.blogspot.com

. Nous voilà au début d'une nouvelle année qui, je l'espère, sera agréable pour chacun d'entre nous ... Mais revenons un peu sur les derniers jours de 2010, qui furent, chez nous, aussi occupés que délicieux ... Ma maman étant arrivée à Cannes dès le premier jour des vacances scolaires, elle n'a pu échapper avec ses deux petits-fils à une virée-shopping niçoise qui s'est révélée pour les garçons aussi fructueuse qu'elle fut ruineuse pour leur grand-mère ! ;o) Du monde dans les rues, certes, mais des boutiques joliment décorées ... ... et une vraie ambiance d'avant-Noël ! A la maison, tout était fin-prêt pour l'arrivée du reste des troupes, prévue le lendemain matin ... J'avais glacé ... ... et décoré ... le Christmas Cake ... Désormais, pâte d'amande et pâte de sucre (achetée pré-étalée chez Geoffrey's of London à Antibes) recouvraient ce gros gâteau saturé de fruits et copieusement imbibé ... des jours durant ... de Bourbon .... On a eu bien du mal à ne pas l'entamer tout de suite, je dois dire ... La vodka aux graines de grenades (recette dans le billet précédent ...) était prête elle aussi, n'attendant que d'être servie bien glacée à l'issue d'un bon dîner ... Et le dimanche 20 Décembre, nous attendions donc, de bon matin et de pied ferme, mon frère Olivier, sa femme Carole et leur jeune fille Zoé ... C'était sans compter la tempête de neige à Roissy qui retarda leur vol de près de six heures ... Dommage pour eux car un excellent brunch les attendait à la maison ... Allez, je vous montre ... Paul et Clément avaient dressé un joli couvert ... Les grandes assiettes en carton de chez Ikea, achetées l'an dernier, avaient enfin trouvé leur place ... ;o) J'avais même racheté verres et mugs aux motifs de Noël car je manquais cruellement de vaisselle "homogène" suffisante pour les douze personnes que nous serions très vite à la maison .... Nous avons donc dû nous attabler à cinq, simplement, devant cette immense table chargée de victuailles ... ;o) On a commencé par un grand mug d'un café réconfortant ... On en avait bien besoin, ne sachant pas encore si le vol de nos Lillois serait maintenu ou pas. On se faisait une telle fête de ce Noël en famille que nous croisions tous les doigts bien fort ! Derrière la tasse, ce que vous voyez est une fournée de brioches au safran de la Sainte-Lucie juste sorties du four, encore fumantes et divinement moelleuses ... Un conseil pour celles et ceux qui ne s'y seraient pas encore essayé, allez-y les yeux fermés ! La théière était prête mais n'a pas trouvé d'amateurs, ce matin-là ... J'avais préparé ma classique tarte aux asperges , agrémentée cette fois-ci de bacon grillé ... Pas de brunch sans elle, pour Paul et Clément ! Une belle assiette de saumon mariné aux échalotes et zestes de citron ... celui de chez Picard ... si délicieux et si pratique ! ;o) Des bagels pour accompagner le saumon ... à tartiner de cream-cheese, bien-sûr ... Quelques rondelles de concombre marinées dans un yaourt battu avec un jus de citron, de l'huile d'olive et beaucoup d'aneth ... De quoi préparer de beaux et bons sandwiches ! Pour Paul, grand amateur de laitages, j'avais préparé des yaourts à la fleur d'oranger et au miel des moines de Citeaux ... Un succulent miel d'acacia rapporté d'une visite chez Marielle, Jean-Michel et Mélo, voisins de l'abbaye ... Un fromage blanc tenait compagnie à ma confiture de poires et de marrons glacés ... La recette est inspirée de l'excellent livre "Mes Confitures" de Christine Ferber ... Confiture de poires et marrons glacés ... Ingrédients: - 1,2 kg de poires mûres mais encore fermes, soit 1 kg net, - 600 g de sucre cristallisé, - 300 g de marrons glacés émiettés grossièrement, - le jus d'un citron, - 1 gousse de vanille. Préparation: Pelez les poires, équeutez-les, coupez-les en deux, videz-les et détaillez-les en petits dés. Dans une bassine à confiture ou une casserole à fond épais, mélangez les poires, le sucre, le jus de citron et la gousse de vanille fendue dans la longueur. Réservez au frais pendant une nuit. Le lendemain, portez à ébullition. Écumez si nécessaire. Ajoutez les marrons glacés. Portez à nouveau à ébullition et maintenez la cuisson à feu vif en remuant délicatement. Vérifiez la nappe en versant quelques gouttes de confiture sur une assiette froide : Elles ne doivent plus couler. Retirez la gousse de vanille, qui sera partagée entre les différents pots. Mettez aussitôt votre confiture en pots que vous couvrez et retournez immédiatement pour les stériliser. Les gourmands avaient droit aussi à la divine confiture de mandarines de chez Florian , la merveilleuse et traditionnelle confiserie de Bar sur Loup, pas très loin de chez nous. Le gâteau au zeste de citrons et pavot était recouvert d'un glaçage acidulé ... Une base de gâteau au yaourt (3 œufs entiers, 1 pot de yaourt, 3 pots de farine, 2 pots de sucre, 1 sachet de levure, 1/2 pot d'huile, 2 citrons non traités, zestes et jus, plein de pavot ... Une glace royale ... Du blanc d'œuf, sucre glace et jus de citron ... rien de compliqué, juste du bon ! ;o))) Bon, pour la petite histoire, ils ont fini par arriver, nos grands voyageurs ... Et l'estomac dans les talons, en plus ! Heureusement, nous avions prévu le coup et nous les avons accueillis à l'aéroport de Nice munis de belles parts de tarte à l'asperge et de plein de clémentines ... ;o) Sur le chemin du retour, on a fait un petit arrêt à Antibes. Après six heures dans un avion, ils devaient bien avoir besoin de se dégourdir un peu les jambes. Ça tombait bien ... Ce soir-là, à 17 heures, avait lieu sur la jolie place du Safranier un évènement des plus sympathiques ... La Fête de la Bûche ... Une nouveauté pour nous, que je ne voulais louper sous aucun prétexte ! Il faut dire qu'elles sont toujours très chouettes, les fêtes de la Commune Libre du Safranier. Elles drainent toujours un monde fou ... L'ambiance y est bon enfant ... On a découvert sous un chapiteau ... météo fantaisiste oblige ... une immense bûche ... longue de plus de 13 mètres ! Plus de 250 gâteaux roulés assemblés en un biscuit géant, le tout recouvert d'une épaisse crème au beurre ... À notre arrivée, les pâtissiers étaient occupés à la décorer ... Filets de chocolat fondu ... Fleurs et feuilles de crèmes colorées ... Énormes champignons de meringue craquante ... La Principauté de Seborga était à l'honneur, cette année ... Un petit discours a accueilli ... ... le nouveau Prince de Seborga, Marcello Mennegatto ... ... et son service de garde rapprochée ! ;o) On a enflammé les feux d'artifice ... La chorale du Safranier a entonné des chants de Noël provençaux ... Ils chantaient bien ... ... et certains avaient carrément fière allure ! ;o) Puis vint le moment de découper la bûche ... Belle organisation, qui permit à cette grande œuvre de se répartir en quelques minutes dans divers coins de la place ... La distribution fut remarquablement organisée ... ... et chacun dans la foule se vit remettre gracieusement ... ... une belle part d'une bûche qui se révéla excellente et un verre de vin chaud ... ou de chocolat, chaud également, pour les moins alcooliques ! ;o) Il ne faisait pas bien chaud, justement, et nous sommes partis marcher un peu ... ... dans les ruelles du vieil Antibes ... On est passé devant le Musée Picasso, merveilleusement refait ... On s'est amusé un moment à glisser sur la rampe de l'escalier qui mène à la Cathédrale ... La porte était ouverte ... C'était l'heure de la messe ... Nous sommes rentrés sur la pointe des pieds. Avec Zoé, nous avons avancé jusqu'à la très jolie crèche ... Les scénettes de la vie quotidienne d'un village provençal étaient remarquablement représentées ... La partie de pétanque sous un soleil de plomb ... Le Pastis salvateur à la buvette ... La roulotte qui faisait penser aux Saintes Maries de la Mer, aussi ! ;o))) On a continué notre chemin ... Sur la Place Nationale, on s'est trouvé brutalement au beau milieu d'un paysage de neige ... On pouvait même y pratiquer le ski de fond ! Depuis les remparts, sous la maison de Nicolas de Staël, on a admiré le Nomade de Jaume Plensa ... Vous souvenez-vous de la Crown Fountain , que je vous avais fait découvrir ... ou redécouvrir ... il y a trois ans de cela, à Chicago ? C'était de lui aussi ... Un extraordinaire assemblage de lettres en inox, superbement éclairé ... Une fin de balade délicieuse ... suivie d'un petit dîner de pâtes et de sauce à la daube de joue de bœuf ... Une bonne nuit de sommeil ... et un petit déjeuner un peu tardif, autour des restes du brunch loupé de la veille ... et de différentes autres nourritures ! On a commencé avec quelques tasses du thé "Big Ben" offert un jour par Juliette au milieu d'un joli colis gourmand ... Un très bel English Breakfast du Palais des Thés, délicieux dans ma grande théière en étain ... J'avais juste sorti du four les divins muffins à la courge de Vanessa ... Je vous remets la recette pour la ènième fois ... ;o) Pumpkin Muffins de Vanessa ... - 300 g de farine - 2 cuillerées à café de levure chimique - 1/4 cuillerée à café de bicarbonate de soude - 1 pincée de sel - 2 cuillerées à café de "quatre épices" - 110 g de beurre à température ambiante - 130 g de sucre roux - 2 gros œufs - 1 cuillerée à café de vanille liquide - 350 g de purée de citrouille - 1/4 tasse de lait fermenté - 125 g d'airelles séchées 1. Préchauffez le four à th.7. 2. Beurrez 12 moules à muffins. 3. Mélangez la farine, la levure, le bicarbonate, le sel et les épices. Battez le beurre au fouet électrique. Ajouter le sucre et continuez de battre jusqu'à ce que le mélange soit mousseux. Ajoutez les oeufs un par un, en continuant de battre. Incorporez la vanille, la citrouille, les airelles et le lait fermenté, en mélangeant cette fois-ci avec une cuillère en bois. Ajoutez enfin les ingrédients secs, sans trop travailler la pâte. 4. Répartissez la pâte dans les moules. 5. Faites cuire environ 25 minutes ou jusqu'à ce qu'une lame de couteau plongée au centre d'un gâteau ressorte propre. 6. Transférez sur une grille et laissez refroidir 5 minutes dans les moules avant de les démouler. Goûtez-en un au sortir du four ... et réservez les autres pour plus tard ! ;o))) J'avais aussi sorti le granola aux airelles confectionné il y a quelque temps ... On est enfin parti visiter la confiserie Florian ... On a commencé par une visite du jardin d'herbes aromatiques, de roses et d'agrumes ... J'ai pu en profiter pour faire quelques portraits sympa ... On a fait un peu de botanique ... ma maman est une experte ... ... et Zoé a pu repartir avec quelques beaux clichés de ce polypode pour son professeur de Sciences et Vie de la Terre ! ;o) Il y avait un peu de brouillard ... ... alors on est rentré dans la confiserie ... Et là, une chance ! La visite un jour de semaine s'est révélée encore bien plus passionnante que celles auxquelles nous avions assisté certains dimanches ... En effet, le lundi, la confiserie travaille ... Notre guide nous a bien expliqué ce qu'étaient les outils anciens ... toujours utilisés ... comme ce coupe-fruits ... ... ou cette magnifique bassine à confitures en cuivre, pratique pour remplir les pots ... Eh oui, le travail est encore très artisanal, ici, et les produits, locaux et de très belle qualité. On a été très attentifs. Même si j'y suis déjà venue des dizaines de fois, c'est toujours avec beaucoup de plaisir et d'intérêt que j'écoute ... ... comment l'on fabrique ces merveilleux fruits confits. Même les étiquettes sont collées à la main sur les pots et paquets ... On a vu des orangettes se faire enrober de sucre ... ... et puis du sucre bouillonner longuement ... ... avant d'être additionné de grosses louches de glucose .... ... en attendant d'être coulé sur un marbre immense puis coloré et aromatisé d'extraits naturels ... Le confiseur l'a ensuite travaillé ... puis découpé à l'aide de ces gros ciseaux ... ... en pâtons bien réguliers. Il a ensuite passé ces pâtons dans ... ... cette machine curieuse ... En sont sortis de jolis bonbons ... ici à l'abricot ... ... là au citron ! À l'étage au-dessus, des dames conditionnaient les bonbons et les chocolats dans de belles boîtes ... On les a bien regarder et je dois vous dire qu'elles bossaient dur ! On a goûté ... On a acheté ... beaucoup ... Et puis on est reparti vers le village d'Opio ... J'avais besoin d'huile d'olive du Moulin de la Brague, mon fournisseur fétiche. Et là pareil, une vraie chance ! Un panonceau écrit à la main dans la grande boutique laissait entrevoir la possibilité d'une visite guidée, pour tout groupe de plus de 5 personnes, à 17 heures. Il était 16h50, nous étions 8 ... Tout était parfait ! ;o) On est passé dans l'ancien pressoir ... On a, en quelques instants, tout su sur les olives, leur récolte et leur traitement ... du malaxage ... ... à la séparation des phases au moyen de scourtins ... Il y avait des olives au moulin ... On a alors découvert les installations actuelles ... moins folkloriques, certes, mais plus efficaces et protégeant mieux les olives de toute oxydation durant leur traitement ... ... l'essentiel des opérations se déroulant à l'abri de l'air. Grâce à notre guide ultra-intéressante et capable de répondre à nos nombreuses questions, nous avons appris beaucoup ... Dommage, les machines se sont arrêtées avant que nous puissions voir le précieux liquide sortir des centrifugeuses ... Si cela vous intéresse, allez voir par là ... Il y a en bonus un gâteau aux poires et au muscat d'Elisabeth Scotto qui est une vraie merveille ! En rentrant, on est passé par Botanic pour aller acheter un sapin ... Clément, Zoé et Carole se sont lancés dans sa décoration ! Il a fallu en couper le sommet pour pouvoir ... ... y installer la grande étoile rouge ! Zoé s'y est collée au péril de sa vie ! ;o) Ensuite, ils ont choisi les boules et autres décorations dans la grande boîte que l'on ressort au moment de Noël ... Il n'était pas joli, notre lutin-chef décorateur ? ;o) En tout cas, après tout cela, une bonne tasse de thé a été la bienvenue ... Le Thé de Noël, cette fois-ci ... Avec une part de Christmas cake, ce fut un régal ! Et je me demande même si ça n'a pas fait pousser des bois au lutin, ça ? ;o))) Quoiqu'il en soit, les bois étaient retombés le lendemain matin et Zoé a pu venir, coiffée de son joli bonnet, rendre visite aux résidants de mon centre, ravis de revoir enfin la toute petite fille qu'ils avaient rencontrée bien des années plus tôt. C'était le jour de notre traditionnel repas de Noël ... avant Noël ... En voici le menu, décoré par Zoé et distribué à chacun ... Un vrai repas de fête avant les fêtes, donc, pour le plaisir de clore l'année ensemble, dans la bonne humeur, autour de bonnes nourritures ... Le tartare de saumon fumé, inspiré d'une recette de Cuisine et Vins de France, fut très apprécié ... Tartare de saumon fumé aux agrumes : Ingrédients pour une douzaines de verrines : - 6 tranches de saumon fumé de bonne qualité - 1 orange - 1 pamplemousse - 1 citron vert - 1 citron jaune non traité - Fleur de sel - Poivre fraîchement moulu Pour la marinade : - Le jus d’1 orange - Le jus d’1 citron vert - Quelques gouttes de jus de Yuzu (mon fournisseur est Hisayuki Takeuchi, au 7 rue André Lefèbvre, 75015 Paris) - 10 cuillères à soupe d’huile d’olive Préparation : 1. Détaillez le saumon fumé en petits carrés de 5 mm de côté. 2. Pelez l’orange, le pamplemousse et le citron vert à vif, détachez les quartiers en enlevant la petite peau blanche qui les sépare et coupez-les en petits morceaux de 5 mm de côté aussi. 3. Râpez le zeste du citron jaune. 4. Rassemblez le tout dans une terrine. Filmez et réservez au frais. 5. Mélangez le jus d’orange, celui du citron vert, le jus de yuzu et l’huile d’olive. Goûtez pour assaisonner. Salez et poivrez. Réservez au frais également. 6. Au moment de dresser les verrines, versez la sauce sur le saumon et les agrumes. Répartissez dans de petits verres. Servez frais. Les cannelés au châtaignes et au foie gras également ... toujours inspirés de Cuisine et Vins de France ... Les cannelés au châtaignes et au foie gras : Ingrédients : - 180 g de foie gras mi-cuit en bocal - 180 g de châtaignes au naturel - 20 cl de lait demi-écrémé - 180 g de farine - 3 cuillerées à soupe d’huile d’olive - 1 sachet de levure chimique - 2 cuillerées à soupe de ciboulette ciselée - 3 œufs - Sel, Poivre Préparation : Hachez grossièrement les châtaignes. Détaillez le foie gras en cube. Dans un saladier, réunissez la farine, la levure, les œufs, le lait et l’huile et mélangez au fouet à main pour obtenir une pâte homogène. Incorporez délicatement la ciboulette, les châtaignes et le foie gras. Salez, poivrez bien. Goûtez la pâte qui ne doit pas être fade. Répartissez dans des moules à muffins huilés et placez 45 minutes au réfrigérateur. Préchauffez le four à th.6. Enfournez les muffins pour 25 minutes jusqu’à ce qu’ils soient dorés. Laissez refroidir. Quant à la terrine de roquefort aux fruits secs et au pain d'épices, il n'en restait plus un morceau à la fin de l'apéritif ! Terrine de roquefort aux fruits secs et au pain d’épices … Ingrédients pour 6 personnes : - 1 pain d’épices non tranché - 250 g de roquefort - 50 g de raisins secs blonds - 75 g de cerneaux de noix - 10 figues sèches moelleuses - 10 cl de Porto - 20 cl de crème épaisse - Poivre mignonnette Préparation : Mettez les raisins secs dans un bol, arrosez-les de porto et laissez gonfler. Faites griller un peu les noix à sec, dans une poêle, puis laissez-les refroidir. Coupez le pain d’épices et tranches très fines à l’aide d’un couteau. Détaillez les figues en fines lamelles. Dans un saladier, émiettez le roquefort à la fourchette et travaillez-le avec la crème épaisse, jusqu’à obtenir une pâte homogène. Ajoutez les raisins avec le porto, les figues et les noix grossièrement concassées avec les doigts. Poivrez et mélangez bien. Tapissez une terrine de film étirable en le laissant déborder. Posez dedans une couche de tranches de pain d’épices (recoupez les morceaux pour qu’ils couvrent parfaitement le fond). Recouvrez de la moitié de la farce au fromage, remettez du pain d’épices, puis le reste du fromage et terminez par du pain d’épices. Tassez un peu, rabattez le film et réservez au moins 12 heures au réfrigérateur. Pour servir, démoulez la terrine, coupez-la en tranches à l’aide d’un long couteau fin. Disposez-les dans des assiettes et servez frais. NB : Pour ce repas au Centre et pour faciliter la vie des personnes handicapées présentes, dont la préhension n'est pas toujours aussi fine que la nôtre, j'ai changé la présentation, me contentant de tartiner de longs bâtonnets de pain d'épices du mélange au fromage. On a arrosé ça de notre classique cocktail de Clairette au confit de pétales de roses. Et puis après, on s'est mis à table ... ... et on a commencé à déjeuner dans la bonne humeur ... Chacun avait son marque-place personnalisé ... En guise de plat de résistance, on a servi, avec une salade bien aillée assaisonnée d'huile d'olive et de vinaigre de noix, notre désormais traditionnel Parmentier de Confit de Canard , dans lequel nous avions incorporé cette année, en lieu et place des cèpes habituels, une grande poêlée d'oignons ... Très bon aussi, presque meilleur ... On a eu deux serveuses drôlement efficaces ... Au dessert, Zoé a dégainé son siphon pour couvrir une mousse au chocolat d'une divine mousse de framboise, sur une idée d'Anne-Sophie Pic ... À l'origine, l'espuma de framboises (200 g de framboises mixées et passées au chinois, passées au siphon avec 12 cl de crème liquide et 20 g de sucre glace) était aromatisé avec une infusion d'anis vert ... Ne sachant pas si tous les convives apprécieraient cette combinaison, j'ai laissé de côté l'anis ... Je retenterai le coup juste pour nous un de ces jours ... Je ferais des folies pour des desserts à l'anis ... ;o) Le lendemain, petite visite à Biot ... plus exactement, à la verrerie de Biot ... Le royaume du verre soufflé à la bouche ... La destination de choix pour les dimanches froids et/ou pluvieux durant l'année cannoise ... Un endroit toujours chaud, à la fois ludique et didactique ... Artistique, aussi ... Ces gars sont de vrais virtuoses ! D'ailleurs, on peut rester des heures à les regarder ... Moi, j'aurais bien envie d'essayer ... La bonne nouvelle, c'est que maintenant, on peut se lancer ... Une séance pour fabriquer son propre objet en verre soufflé ... Finalement, 48 euros, ce n'est pas si cher que ça ... ;o) Ensuite, quelques emplettes à la boutique ... Paul se monte en ménage en achetant au compte-goutte les verres à orangeade multicolores, son grand-père Pierre faisait de même ... Alors il achète et je stocke ! ;o))) Retour à Cannes ... La lumière était irréelle et un bel arc-en ciel encerclait la colline de la Californie ... Les enfants se mettaient en cuisine ... Ils étaient fiers et heureux d'aider ... Clément a préparé la farce de la dinde ... Farce au porc et aux airelles, d'après Jamie Oliver : Peut être cuite dans un moule à cake ou utilisée pour farcir la dinde. Si elle sert à farcir un volatile, bien vérifiez que la farce et la bête soient à température ambiante avant de cuire le tout. De plus, ne tassez pas trop la farce dans la bestiole, sinon, elle ne cuira pas bien. Le mieux est de ne farcir que la cavité du cou de la dinde ... Ingrédients pour 12 personnes : - Huile d’olive - 2 oignons rouges, l’un haché finement, l’autre coupé en quartiers - 2 gousses d’ail, finement hachées - 1 branche de céleri finement haché - ½ cuillerée à café de graines de fenouil grossièrement concassées - 50 g de cerneaux de noix finement écrasées - ½ bouquet de thym effeuillé - 500 g de saucisse de porc de bonne qualité - 1 jaune d’œuf - 1 poignée de miettes de pain blanc frais - 100 g d’airelles surgelées dégelées - Le zeste et le jus d’une clémentine Préparation : Mettez une poêle sur un feu moyen et ajoutez une giclée d’huile, l’oignon haché, l’ail, le céleri et les graines de fenouil. Faites dorer deux à trois minutes, jusqu’à ce que ce soit souple. Ajoutez en remuant les noix et le thym. Alors, laissez la mixture tiédir. Préchauffez le four à 190°C, faîtes sortir la viande de la saucisse et mélangez-y le jaune d’œuf, avec aussi les miettes de pain, les airelles, le jus et le zeste de clémentine. Assaisonnez bien. Ajoutez la mixture aux oignons et placez dans un plat à gratin graissé (ou utilisez pour farcir une volaille). Répartissez les oignons, arrosez-les d’une giclée d’huile et enrobez-les en remuant. Enfoncez-les un peu à la surface de la farce. Cuire pendant 30 à 40 minutes ou jusqu’à la surface soit dorée et croustillante et que la farce soient cuite à cœur. Il a aussi réalisée la sauce qui servirait le lendemain de "glaçage" à la dinde ... Glaçage à l’airelle : Ingrédients pour glacer une dinde : - 1 cuillère à soupe de beurre non salé - 1/2 échalote hachée finement (environ 2 c. à thé) - 2 feuilles de sauge fraîche - 1 cuillère à café de baies de genièvre ensemble - 1 tasse d’airelles fraîches ou dégelées - 2/3 tasse de sirop d'érable pur - 2/3 de tasse de cidre, ou plus si nécessaire - 1/2 tasse de gelée de groseille - 1/4 cuillère à café de gros sel - Une pincée de poivre du moulin Préparation : 1. Dans une casserole moyenne, faites fondre le beurre à feu moyen. Ajoutez l'échalote et laissez cuire jusqu'à ce qu’elle devienne translucide, en remuant de temps, soit environ 2 minutes. Ajoutez les feuilles de sauge et les baies de genièvre. Laissez cuire, en remuant, pendant une minute. Ajoutez les airelles, le sirop d'érable, le cidre, la gelée de groseilles, le sel et le poivre. Augmentez le feu à moyen/élevé, et laissez mijoter jusqu'à ce que les airelles soient tendres et commencent à éclater, soit environ 3 minutes. 2. Transférez le mélange aux airelles dans un robot culinaire et réduisez-le en une purée lisse. Passez cette purée à travers une passoire fine dans une petite casserole. 3. Remettez sur le feu et laissez mijoter doucement à feu moyen jusqu'à ce qu'elle ait épaissi. Au bout de 10 à 15 minutes, vous devriez avoir environ 300 ml. Si la sauce vous semble trop épaisse, diluez-la avec un peu de cidre. Gardez au chaud jusqu'au moment de servir. Allez, j'en profite pour vous laisser la recette de "the best-ever turkey" ... La meilleure dinde du monde, je vous le promets ... De quoi faire revenir sur leurs a-priori les dégustateurs les plus récalcitrants ... La recette est piquée à Martha Stewart, cette fois-ci ... Dinde farcie glacée à l’airelle : Ingrédients pour une dinde de 6,5 kilos : - 300 g de beurre non salé, plus 4 cuillères à soupe, à température ambiante - 1 bouteille de vin blanc sec - 1 dinde fraîche entière, rincée et séchée dedans et dehors avec du papier absorbant - Gros sel et poivre du moulin - Farce au porc et aux airelles (l'originale est un peu différente mais celle de Jamie me tentait trop ...) - 5 oignons rouges (1 petit kilo), pelés et coupés en quartiers - Glaçage à l’airelle - Sauce préparée à l’avance (voir billet précédent ...) Préparation : 1. Préchauffez le four à 230°C (th. 7/8) avec la grille sur le plus bas niveau. Dans une grande casserole, faites fondre les 300g de beurre, puis ajoutez le vin blanc. Éteignez le feu et gardez tiède sur le dessus de la cuisinière. Pliez en 4 un grand morceau de toile à fromage (ou de gaze) et coupez-le en un carré (composé de 4 couches, donc …) de 45 cm de côtés. Plongez ces carrés dans le mélange de beurre et de vin et laissez-le tremper. 2. Placez la dinde, poitrine vers le haut, sur une surface de travail propre. Repliez le bout des ailes sous la dinde. Assaisonner l’intérieur avec le sel et le poivre. 3. Si vous souhaitez la farcir complètement, emplissez la grande cavité, sans trop tasser, avec 7 à 8 tasses de farce. Attachez les pattes sans serrer avec de la ficelle de cuisine. Farcissez la cavité du cou, puis rabattez la peau sur la dinde et fixez-la avec une brochette de bambou. Frottez la dinde avec les 4 autres cuillerées de beurre et assaisonnez avec le sel et le poivre. Si vous ne farcissez pas la grande cavité, placez le reste de la farce dans un plat à cake ou à gratin beurré. 4. Retirez le linge du mélange beurre et vin. Essorez-le légèrement en le laissant très humide. Étalez uniformément sur le dessus et les cuisses de la dinde. 5. Disposez les oignons dans un grand plat à rôtir assez épais. Placez la dinde sur les oignons, puis enfournez et laissez cuire 30 minutes. Réduisez la température à 180°C (Th.6). Versez un quart du mélange de vin sur la gaze et sur les parties exposées de la dinde. Poursuivez la cuisson encore 2 heures, en arrosant toutes les 30 minutes. 6. Lorsque tout le mélange de vin a été utilisé, enlevez la gaze et jetez-la. Poursuivez la cuisson environ 40 minutes de plus, ou jusqu'à ce qu'un thermomètre à lecture instantanée inséré dans la partie la plus épaisse de la cuisse indique 68°C. 7. Badigeonnez complètement la dinde avec le glaçage à l’airelle. Laissez rôtir de 10 à 15 minutes de plus. Badigeonnez la dinde à nouveau et poursuivez la cuisson 10 minutes de plus pour laquer la surface de la volaille. (La température de la dinde doit alors atteindre 75°C). 8. Transférez la dinde une planche à découper et laissez-la reposer couverte d’une feuille de papier alu environ 30 minutes avant de la découper. Procédez ensuite comme indiqué dans la recette de la sauce … Servez bien chaud, accompagné de purée de patates douces toute simple, additionnée d'un peu de crème fraîche, et, si vous le voulez, de pommes de terre mises à rôtir autour de la dinde une bonne heure avant la fin de la cuisson. Passons à autre chose ... Les apéros du lendemain ... Les apéros du réveillon, quoi ! ;o) C'est Zoé qui s'en est chargée ... Elle a refait la terrine de roquefort déjà dégustée l'avant-veille ... Et puis elle a préparé mon péché-mignon ... Les dattes au bacon ... Pareil que des pruneaux au bacon ... mais avec des dates dénoyautées, cette fois-ci ... Encore meilleur ! ;o) Alors en fait, le vendredi, nous avons pu aller faire une dernière séance shopping avec mes fashion -victims préférées ... et nous étions largement à l'heure pour les derniers préparatifs ! Encore une fois, mes biquets ont été à la hauteur ! Bravo à eux ! Zoé nous a concocté des petits paquets ravissants ... Un sur chaque assiette ... Olivier et Carole m'ont apporté un superbe bouquet de roses ... qui tient encore, aussi beau qu'au premier jour, deux semaines plus tard plus tard ! Incroyable ! Derniers préparatifs dans l'urgence quand même ... ;o) Vous le connaissez bien, je suis sûre, ce truc qui fait que même quand on a été super-organisée, on est à la bourre à la fin ! Enfin, la maison a été prête ... Nos invités pouvaient arriver ! ;o) Et nos trois amis de Dijon ont enfin sonné à la porte ... Marielle , Jean-Michel et Mélodie passeraient quelques jours à Cannes pour se changer les idées après une fin d'année bien difficile ... On a immédiatement fêté leur arrivée, vous pensez bien ! ;o) Pendant que Jean-Michel et Clément s'attelaient à la lourde tâche d'ouvrir les bouteilles de Clairette de Die ... ... et de préparer notre petit cocktail à la rose ... ... Paul et Zoé sont arrivés en cuisine juste à temps pour éviter aux dattes de cramer ! ;o) J'ai apporté les sucettes au Beaufort dont j'avais piqué la recette dans Côté Est ... Pour 100 g de Beaufort, 10 g de farine. On passe le tout au mixer pour obtenir une espèce de crumble. On étale des petits tas au bout de bâtonnets de bois posés sur une poêle brûlante. On laisse fondre sur un feu assez vifs ... On retourne ... On laisse dorer à nouveau ... On pose les sucettes dans un petit verre et on laisse refroidir ... Facile et génial, comme apéritif ! Un autre truc que j'ai adoré, c'est le Velouté Citronnelle et Coco de Cuisine et Vins de France ... Quoi, vous me trouvez un peu obsessionnelle ? ;o) Velouté Citronnelle et Coco ... Ingrédients : - 3 tiges de citronnelle fraîche - 600g d'oignons doux des Cévennes - 15 cl d'huile neutre - 3 c. à s. d'eau - Fleur de sel - 20 cl de lait de coco - 60 cl de lait demi-écrémé - Zestes de cumbava ou, à défaut, de citron vert Préparation : Émincez la citronnelle, pelez et émincez les oignons. Dans une casserole, mettez l'huile, l'eau, ajoutez les oignons et la fleur de sel. Laissez cuire doucement à couvert 15 à 20 minutes, en remuant de temps en temps. Ajoutez la citronnelle, le lait de coco et le lait. Portez à ébullition sur feu doux. Retirez du feu dès le premier bouillon. Mixez pour obtenir un velouté. Versez dans de petites verrines et garnissez avec le zeste de cumbawa ou de citron vert. Servez chaud ou froid. Nous l'avons servi chaud, j'ai trouvé ça vraiment bon vraiment bon ... On avait donc refait la terrine de roquefort mais on l'a servie cette fois-ci de façon plus sophistiquée. Préparée la veille et enveloppée dans de l'alu, la terrine se tenait bien et on a pu la découper facilement avec un bon couteau à pain. On a trinqué ... Nos invités ont appris à se connaître ... On a bavardé, ri, raconté des bêtises ... ... et puis est arrivé le moment tant attendu ... ... celui de la distribution des cadeaux ! Et on a pu se rendre compte de combien le Père Noël avait été généreux, cette année ! ;o) À vrai dire, on n'a plus bien su, à un certain moment, où donner de la tête ... Les filles se sont mises à bavarder ensemble ... Je crois qu'une jolie amitié est née, entre Zoé et la jolie Mélo ... On a quand même fini par se mettre à table. On a dressé les premières assiettes ... Une tranche de l'excellent foie gras apporté de Toulouse, comme chaque année, par Jean-Pierre, le frère de Philippe ... Et puis pour contrebalancer le côté un peu gras de la bête, une petite salade de mâche rehaussée d'oignon doux et de lamelles d'une mangue bien mûre ... Carole a allumé les bougies ... ... et on a enfin pu commencer à manger ... L'entracte "cadeaux" nous a redonné de l'appétit, semble-t-il ... Moi, je dis cela parce que lorsque l'entrée fut terminée, la dinde de 6 kg arrivant sur la table n'a semblé angoisser personne ! ;o) Sauf peut-être Jean-Pierre qui s'est vu remettre le grand couteau et la difficile mission de découper le volatile ... ... vu que le maître de maison ne semblait pas vraiment décidé à s'y coller ! ;o))) Je crois me souvenir que le maître de maison a cependant servi à boire, lui ... Le vin du Château de l'Aumérade , que nous étions spécialement allé chercher avec les garçons, avait été ouvert quelques heures à l'avance, sur les conseils de la dame du Château ... et était au meilleur de sa forme ... Quant à la dinde, c'est à mon avis la meilleure des façons dont je l'ai jamais mangée. D'ailleurs, ma copine Patricia à qui j'ai passé la recette m'a confirmé la chose ... Ses dix huit convives semblent avoir été conquis eux aussi. Ça fait toujours plaisir d'entendre cela ! ;o) Et puis l'accompagnement de pommes de terres rôties dans le jus de la dinde et d'une purée de patates douces, légère comme tout, a été idéal. Je me demande comment on arrivera à trouver aussi bon que ça l'an prochain ... Mais bon, je vais me laisser un peu de temps avant d'y repenser ! ;o) Là, tout le monde aurait pu caler ... D'ailleurs, certains ont commencé à se dire qu'ils ne pourraient plus avaler une bouchée supplémentaire jusqu'à ce que paraisse ... le sublime plateau de fromages apporté par nos amis Dijonnais ... Il faut dire que cette famille mi-bourguignonne, mi-franc-comtoise a dans son coin de quoi régaler les foules ... ;o) L'ouverture des paquets fut déjà pour moi un émerveillement. Que de merveilles auxquelles je ne connaissais rien ! Eh bien croyez-le ou non, nous avons été nombreux à succomber aux -douces- effluves de ces petits bijoux ! ;o) Et puis quand la bûche est arrivée, entre les mains de ma jolie nièce, personne n'a protesté non plus ... La photo est un peu sombre, c'est sûr, mais je veux garder l'ambiance un peu magique ... et aux chandelles ... de ce soir de Réveillon ... Revenons-en à la bûche, un vrai délice adapté d'une recette de Pierre Hermé ... Une bûche Chocolat-Framboise transformée pour être plus raccord avec la saison et la région en une bûche Chocolat-Mandarine. Très belle recette, donnant un gâteau parfait, souple, à la crème légère relevée par la douce saveur du fruit ... Pour un peu de fraîcheur supplémentaire, une petite salade de clémenvilles pelées à vif, acidulées et très parfumées. Il n'y a pas à dire, extraire un à un est les quartiers peut sembler fastidieux mais quel résultat ! ;o) Quelques gouttes de mon jus de yuzu fétiche et le tour était joué ! Voici donc la recette, remaniée pour l'occasion ... La Bûche Chocolat-Mandarine d'après Pierre Hermé ... Ingrédients pour 8 à 12 personnes : Pour la ganache : - 320 g de Chocolat noir de qualité - 22cl de lait - 300g de beurre mou Pour la garniture : - 200g de l'excellente confiture de mandarines de chez Florian Pour le biscuit : - 3 œufs - 20 g de fécule - 20 g de cacao en poudre - 45 g de beurre fondu - 100 g de sucre Pour le sirop : - 80 g de sucre - 8 cl d'eau - 6 cl de Grand-Marnier Préparation : 1. Préchauffer le four à 210°C (th.7). 2. Préparez le sirop : Faites bouillir le sucre et l'eau pendant une minute. Laissez refroidir puis ajoutezle Grand-Marnier. 3. Préparez la ganache : faites fondre séparément le beurre et le chocolat dans un bain-marie. 4. Dans une terrine, rassemblez le beurre et le chocolat. Incorporez-y le lait en mélangeant rapidement. Placez au frais pour que la ganache durcisse un peu. 5. Préparez ensuite le biscuit : Dans un saladier, fouettez les blancs en neige ferme avec 50 g de sucre. 6. Dans un autre saladier, battez les jaunes d'œufs avec le reste du sucre jusqu'à ce que le mélange soit très mousseux. 7. Avec précaution, incorporez aux jaunes d'œufs les blancs battus en neige ferme puis la farine, la fécule, le cacao ainsi que le beurre fondu. 8. Recouvrez une plaque allant au four d'une feuille papier sulfurisé. (J'utilise tel quel le tapis de chez Demarle dédié à la confection des biscuits roulés ... Il est magique, ce tapis-là ... ;o)) 9. Versez ensuite la pâte en veillant à ce qu'elle ait une épaisseur régulière. Enfournez et laissez cuire pendant 8 à 10 minutes. Retirez alors du four et démoulez sur un torchon humide. 10. Faites chauffer légèrement la confiture. Imbibez la base du biscuit de sirop puis de confiture. 11. Lorsque la ganache est ferme, deux solutions s'offrent à vous : Soit vous l'étalez directement, telle quelle, sur la confiture, soit vous prenez votre plus efficace fouet électrique et vous la "montez" comme une crème fouettée ... La ganache va devenir alors aussi lisse que du velours et prendra la consistance d'une crème au beurre extrêmement moelleuse ... J'ai essayé les deux manières de procéder ... J'ai aimé la première mais adoré la seconde ... À vous de choisir ... En tout cas, la suite des opérations est la même ... Vous roulez le biscuit sur lui-même. Vous enrobez la bûche du reste de ganache en l'étalant avec une corne souple. 12. Vous pouvez, à l'aide d'une fourchette ou d'une palette spécialement dédiée à ce genre d'exercice, rayer la surface de la bûche et décorer avec ... ce que vous voulez ... ;o) Allez, une petite tranche ? ;o) Évidemment, après toutes ces agapes, plus personne n'avait vraiment envie de bouger ... Heureusement, les jeunes avaient tout prévu ... Mélo a sorti son nouveau Trivial Pursuit "Sciences et Nature" et l'on a formé quatre équipes ... Jusque tard dans la nuit, nos cerveaux ont travaillé, travaillé ... ;o) La maison a pris des airs de tripot ... On a fini les bouteilles de vin entamées ... Nos esprits se sont échauffés tant et si bien qu'à trois heures du matin, après avoir fini de débarrasser, je n'avais plus sommeil du tout ! ;o) Mais le lendemain matin, à 8 heures, j'étais debout ! Il a fallu remettre le couvert ... et terminer de préparer le brunch qui nous rassemblerait tous à nouveau en début d'après-midi ... Voilà le menu de plus près ... ;o) Cette fois-ci, assiettes en carton pour tout le monde ... Toujours de chez Ikea mais motif de l'année ... Les petits cœurs en métal achetés chez Botanic ont fait de charmants marque-places ... A 14 heures, donc, tout était prêt ... Le pain noir, confectionné à l'aide d'un mix de chez Ikea ... simplissime à réaliser et délicieux en plus, ce qui ne gâche rien ... sortait juste du four ... s Lse Cinnamon Rolls ... toujours la recette de Vanessa, Madame Confiture Maison, mais sans glaçage, pour le petit déjeuner, étaient encore tout tièdes ... Notre immense table d'emprunt était couverte de plats ... Nos invités sont arrivés de leurs hôtels respectifs. Il était temps de passer à table ... Voici des petits muffins au haddock et au citron confit ... On en avait goûté à la Toussaint chez Juliette ... Je lui repique l'idée ... N'ayant pas la recette exacte, j'ai procédé à une adaptation de mon classique cake aux olives ... Cela donne quelque-chose comme ça ... Les muffins au haddock et au citron confit : Ingrédients pour 12 muffins : - 4 œufs entiers, - 225 grammes de farine, - 10 cl d’huile d’olive, - 10 cl de lait, - 1/2 sachet de levure chimique, - 2 citrons confits au sel coupés en petits cubes, - 200 grammes de haddock fumé coupé en petits dés Mélangez dans un saladier la farine, les œufs et la moitié de l’huile d’olive. Travaillez à la spatule en ajoutant le reste d’huile, puis le vin blanc dans lequel on aura dilué la levure. Ajoutez les dés de haddock ainsi que ceux de citron confit, puis, à la fin, la ciboulette ciselée. Versez la pâte dans de petits moules à muffins légèrement enduits d’huile d’olive. Faites cuire 10 minutes à th. 4, puis 20 minutes encore à th. 3. Servez à température ambiante. Une grande jatte de fromage blanc recevrait bientôt les confitures d'airelles ou de groseilles à maquereau ... J'avais cuit la veille deux gros filets de porc farcis aux pruneaux ... On les a servis froids ... Dans un buffet à tendance scandinave, on ne pouvait manquer d'un saumon mariné ... J'ai choisi de le préparer à la façon des harengs que l'on sert avec des pommes à l'huile ... J'ai découpé du saumon frais, congelé au préalable, en dés de 3 ou 4 cm de côtés ... Je les ai laissés mariner dans un mélange de gros sel et de sucre en poudre en quantités égales, avec plein d'aneth frais haché, dans un saladier couvert de papier film. J'ai laissé le tout au frais durant 48 heures, en mélangeant de temps à autre pour bien enrober les morceaux ... Le matin du brunch, j'ai rincé les dés de poisson sous un filet d'eau fraîche, je les ai séchés sur plusieurs épaisseurs de papier absorbant et les ai ensuite immergés dans de la bonne huile d'olive, en rajoutant de l'aneth fraîche ciselée ... On les a servis tels quels, avec un pot de sauce à l'aneth ... made in Ikea , again ! ;o) Il y avait aussi une salade de petites pommes de terre "grenaille" entières, assaisonnées de yaourt à la grecque, d'un peu de moutarde douce, de sel et de poivre fraîchement moulu ... Plein d'aneth frais, là encore ... Même sauce pour des cubes de concombres, mis auparavant à dégorger avec un peu de sel pour éviter qu'ils ne rendent trop d'eau ... Pour arroser cela, un smoothie pomme verte et airelle, édulcoré avec une giclée du sirop d'érable rapporté de Toronto par Clément l'an dernier. Derrière la carafe, un grand plat rempli de ce que l'on appelle en Suède "Janssons frestelse" ... Enfin, encore une fois, d'une adaptation puisque la recette originale demande des anchois mais que je la pratique couramment avec des filets de harengs à l'huile. C'est vite fait et vraiment simple ... On précuit des pommes de terre que l'on coupe en rondelles assez épaisses. On émince finement un bel oignon. On intercale dans un grand plat à gratin pommes de terre, harengs coupés en morceaux et oignons émincés ... On couvre de crème fraîche liquide un peu salée et très poivrée ... On glisse au four, recouvert de chapelure ou non ... On enfourne jusqu'à ce que le dessus du plat soit doré ... On sert bien chaud ... C'est tout ! Nous, on en fait souvent et on adore ! Vous savez, je n'étais pas bien sûre que l'on aurait très faim mais il faut croire que ces grandes réunions amicales ouvrent l'appétit du monde ... ... car les plats ont vite pris une sacrée claque ! ;o) Pas besoin d'alcool pour être de bonne humeur ... Des liens ont commencé à se tisser entre Lillois et Dijonnais et ça nous a fait très plaisir ! Les jeunes ont étrenné le nouveau Karaoké de Paul ... ... jusqu'à ce que l'on décide de sortir marcher un peu jusqu'au Vieux Port ... Le bassin aux sculptures aquatiques était magnifique, sous ces lumières changeantes ... On a essuyé quelques belles gouttes de pluie ... On a eu froid mais on s'est bien soigné ... ;o) Je crois que Zoé était vraiment heureuse ... On l'était tous aussi, en fait ... Pour dire que nous n'avions pas passé toute la journée à la maison, on a grimpé le long des rues du Suquet ... Jusque tout en haut, même ... Depuis ce promontoire, la vue était féérique ... Il ne pleuvait plus et l'on a pu passer un petit moment à admirer le panorama ... Mais de retour à la maison, une partie des troupes a été terrassée ! ;o))) Pas grave ... Un joli foie gras, quelques beaux restes de dinde et de fromages plus tard, nous étions à nouveau tous autour de la table ... de jeu ! Au tour des "Loups Garous de Thiercelieux" , ce soir-là ... Connaissez-vous ce jeu de société rigolo comme tout ? En tout cas, nous en avons fait de nombreuses parties que Zoé, Clément et Olivier ont mené tour à tour de main de maître ... On a sorti les grands photophores pour l'ambiance ... en même temps que les oranges confites, les marrons glacés et la liqueur de châtaignes ... ou Châtaignette ... rapportée des environs de Condrieu lors de notre passage chez Catherine/Kashyle à Pâques l'année dernière ... La soirée s'est encore terminée bien tard ... et le lendemain matin, nous sommes partis en convoi jusqu'à Vintimille, pour la traditionnelle virée italienne ... Il ne faisait pas trop mauvais mais bien bien froid ... On a traversé le pont de la Roya en grelotant, une fois n'est pas coutume ... Notre trattoria habituelle ayant décidé de se refaire une nouvelle jeunesse en cette fin d'année, nous avons enfin essayé le célèbre "Pasta e Basta" recommandé depuis longtemps par la famille Miechambo , nos amis blogueurs de Beausoleil ... Une belle réussite ... En premier lieu, trouver une table pour 11 personnes un 26 décembre à 10 heures du matin n'a rien d'évident ... On nous a donné le feu vert pour 13 heures 30 ... Le temps d'arriver tranquillement ... Et puis même si de prime abord, la salle nous a paru un peu impersonnelle et bruyante, on a vite été mis en appétit par une carte ultra-appétissante ! Pour faciliter la commande, on nous a fait passer une assiette où les différents types de pâtes étaient détaillés ... Une excellente initiative ! ;o) Les commandes ont donc été très faciles à passer, avec un personnel bilingue et charmant ... et c'est ainsi que nous nous sommes retrouvés, un moment plus tard ... ... à déguster en cœur ... en les faisant circuler pour que chacun puisse goûter à tout ... d'énormes plats de pâtes toutes aussi délicieuses les unes que les autres ! Premier prix ex-aequo aux penne au cacao amer et artichauts de Carole ... ... ainsi qu'à mes tagliolini au lapin à la Ligure et aux olives, dont la sauce était si merveilleusement parfumée au thym ... On a bu du vin blanc pétillant ... Du Frizzante, qui fit souffler un petit vent de folie ... ... et égaya certains esprits !!! ;o) On a globalement tous eu une petite place pour le dessert. Mélo est moi, on a succombé aux charmes de la panna cotta ... "Un peu beaucoup" gélatinée mais bonne ... Le tiramisu était bon aussi ... ... mais les vrais gagnants du jours furent les heureux détenteurs de ce dessert-là ... Des amarettis nichés au fond d'une coupelle de crème vanillée, elle-même striée de volutes de chocolat ... Un vrai délice, que je referai vite à la maison ! Bonne pioche donc pour ce restaurant de Vintimille, dans lequel nous retournerons à coup sûr ... Je ne peux que vous la recommander ... Pasta e Basta Passeggiata marconi 20 Marina San Giuseppe, 18039 Ventimiglia, Italie +39 (0184) 230878 La petite balade digestive qui a suivi ce plantureux repas a été vite expédiée tant on se gelait les fesses ! ;o) Sans doute pas autant qu'à beaucoup d'autres endroits en France mais bon, on n'est pas habitué à cela, nous ! Après une razzia au supermarché d'Arma di Taggia pour les uns ... et la visite de la Villa Kerylos à Beaulieu pour les autres ... on a remis ça à table ... Des Perugine grillées au four sur lit d'oignon, de thym, de romarin et arrosées de vin blanc (C'est Jamie Oliver qui les cuit comme ça !), accompagnées d'une polenta crémeuse ... Une glace à la vanille et les griottines de Marielle ainsi qu'une sauce au cacao amer pour finir ! Eh non, on ne s'est pas laissé aller, comme vous pouvez le voir ! ;o) Ce soir-là, même si certains commençaient à être sérieusement fatigués ... ... on a joué à un autre jeu de Mélo ... Time's up ! La thématique en était les films, chansons et émissions de télé ... Mimes, devinettes ... ... chacun s'est donné à fond dans l'aventure ! ;o))) Je faisais équipe avec Zoé et je dois dire que je nous ai trouvées juste fabuleuses ! ;o))) Sans doute grâce à la liqueur de mandarines et aux morceaux de chocolat de Jean-Pierre que nous avons grignotés tout au long de la partie ... On a gardé Mélo à dormir à la maison, ce soir-là ... La chambre des enfants s'est transformée en dortoir ! ;o) Et le lendemain matin, on s'est retrouvé autour de pancakes pour un petit déjeuner ... très musical ! ;o) Ensuite, Zoé a donné un petit cours de violoncelle à Jean-Pierre, nouveau dans la discipline ... Je suis descendue avec ma maman aux Allées pour faire préparer douze énormes pan bagnats en prévision ... ... de la balade en voilier que nous ferions ce jour-là. Quand je vous dis que certains manquaient cruellement de sommeil ! À moins que ce ne fut dû à la douce décontraction d'un esprit qui commence à se sentir vraiment en vacances ... ;o)) Certains esprits étaient bien réveillés et tout à fait gais, ce jour-là, quand même ! Mélo, peu habituée à la mer, était un peu ... crispée ? ;o))) Vers midi, nous avons tous embarqué ... ... sur Jules, l'un des quatre voiliers du club ... Les autres, Jim, Thelma et Louise sont sagement restés à quai ... Philippe a trouvé un petit mousse bien attentif ... ... et une poignée d'esclaves très efficaces ! On a hissé les voiles ... ... et Zoé a donné le signe du départ ... Quelques instants plus tard, nous étions en route vers les Îles de Lérins ... Notre capitaine attentif ... ... surveillait attentivement l'horizon ... ainsi que les manœuvres de notre barreur Pollux ! ;o) ... bientôt remplacé par sa cousine ... ... qui s'est elle aussi débrouillée comme un chef ! Puis Philippe a repris le contrôle de l'embarcation et les marins ont pu prendre quelque repos. Eh oui, sur un bateau, on s'occupe comme on peut ! Voici quelques portraits pris sur le vif ... Pas moyen de m'échapper dans ce petit espace clos ! On peut croquer de jolis instants ... ... comme le croquage de pan bagnats ... ... un exercice des plus périlleux, croyez-en notre expérience ! ;o) Quant à la boisson ... On a fini par trouver un moyen pratique pour que chacun puisse étancher sa soif sans s'encombrer les mains. Allez Mélo, c'est toi qui ouvre le bal ... saucisse ! ;o))) Et la solution trouvée par Jean-Pierre a plu à tout le monde ! ... et quand je dis tout le monde ... ... c'est vraiment tout le monde ! ;o) Puis le soleil s'est caché ... Le paysage était superbe ... ... mais on s'est vraiment caillé alors certains se sont collés en grappes ! ;o) Certaines ont même partagé une paire de gants, si je me souviens bien ! Il y avait peu de courageux sur la mer, ce lundi-là ... On a fini par accoster sur Sainte-Marguerite, mon île préférée ... La mer était d'un vert émeraude somptueux ... A peine arrivés, nous avons eu la bonne surprise de voir qu'un des restaurant de l'île était ouvert en cette saison ... ... et qu'il avait une salle chauffée, ce qui nous semblait à cet instant-même primordial ... On a vite occupé deux tables, pas trop loin de la cheminée ... ... et l'on s'est un peu réchauffé ... On a repris le chemin le long de la mer ... Admiré les cabanons de pêcheurs, désertés en hiver ... Olivier a contemplé avec nostalgie l'Hostellerie du Masque de Fer, , repensant aux goûters hivernaux, aux délicieuses tropéziennes de Jeannot arrosées de Gini ... Un passé qui finit par devenir lointain, lointain ... Une volée d'escalier plus loin et nous nous retrouvions sur la grande cour d'honneur du fort Vauban ... Chaque fois que je viens ici, je m'y sens comme à la maison ... Il est vrai que j'y ai passé tant de merveilleuses vacances ... On a fait un long tour, longeant l'arrière de fort ... C'était magnifique ! On a regardé où en étaient les travaux de restauration ... Le fort est en perpétuelle restauration mais il commence à être vraiment beau ! Les arbres nus ... Les toits de tuiles tout mouillés ... Juste nous dans cet endroit sublime ... L'hiver avait quand même du bon ! ;o) D'ailleurs, ça m'a mise de fort bonne humeur ! ;o) J'ai trouvé de petits arums violacés ... Plein ... Partout ... Quelques champignons, aussi ... On s'est dirigé vers les remparts ... Ah, nos anciens dortoirs ... ... et le sémaphore ... et la prison, qui "hébergea" le célèbre Masque de Fer ... Le joli Musée de la Mer ... Ma Zoé a posé devant ... mignonne, non ? On a eu la Terrasse Bazaine pour nous seuls ... Superbe ! Depuis les remparts, la vue sur Cannes est fabuleuse ... L'aplomb est vertigineux ... Avant de redescendre vers le bateau, certains ont fait une petite pause ... D'autres un dernier petit tour, juste pour le plaisir ... Nous, on a entamé la descente ... Je craignais un peu que nous ne soyons congelés en repartant vers le continent ... On a embarqué sans encombre ... Je crois que chacun était content de sa journée. Et puis finalement, il ne faisait plus si froid que ça ... Alors tout allait bien ... On est rentré au moteur, cela dit, ce qui a permis à une partie de la troupe de tout ranger pendant la très courte traversée ... Tout le monde n'a pas travaillé, cependant ... Enfin ... moi j'dis ça ... j'dis rien ! ;o))) Bon, on ne peut pas les en blâmer ... Le paysage était si fantastique ! Retour à la maison en passant sous les rideaux d'étoiles de la Croisette ... Et puis ensuite ... ce fut repos pour les uns ... C'est que ça fatigue, le bon air marin ! ;o) Ordinateur pour les autres ... Nous, on a entamé une grande partie d'un des deux jeux offerts par Olivier aux enfants ... Celui-ci, c'était Les Piliers de la Terre, d'après le roman de Ken Follett ... Une belle épopée ... Une histoire mouvementée autour de la construction d'une cathédrale ... On se surprend à se mettre vraiment dans la peau d'un bâtisseur ... ;o) Trois jeunes gens sont partis faire un tour en cuisine ... effrayés par le fait qu'aucun dessert ne soit prévu ce soir-là ! ;o) Ils se sont décidés pour un crumble ... Ils ont sorti l'éplucheur à pommes, et puis aussi des airelles du congélateur ... Plus de farine ... Pas grave, je leur ai donné quelques poignées de la fine semoule dont je fais mes galettes arabes, en été ... Un petit coup de karaoke pendant que le crumble cuisait ... On s'est mis à table, autour d'un verre de Macvin apporté encore une fois par Marielle et Jean-Michel. Vous connaissez le Macvin ? C'est un vin du Jura, un vin de liqueur, une "mistelle", plus précisément, fruit de l'assemblage d'une eau-de-vie de marc et de moût de raisin ... On dit que Marguerite de Flandres, épouse de Philippe II de Bourgogne, dit Philippe le Hardy, en raffolait ... Et j'en raffole aussi ! ;o) On a poursuivi ce repas, qui avait commencé avec de nets accents francs-comtois, par des saucisses de Morteau, des pommes de terre et de la cancoillote ... Plein de cancoillotte ... nature et à l'ail ... On a remercié Marielle, encore une fois ... pour les belles nourritures ... ... et pour ce vin-là aussi ! ;o) Carole a découvert avec bonheur l'assiette que Paul lui avait tout spécialement préparée ! Je vous éviterai le plan très rapproché ! ;o))) Zoé, elle s'est débrouillée toute seule ! ;o) Le crumble était particulièrement divin ! J'avais dans mes propres réserves un vin de Paille , acheté il y a deux ou trois ans sur place, que je gardais pour un repas avec de vraiment bons convives ... On l'a bu ! ;o) Et puis à la fin ... nouvelle séance de Loup Garou ... Mais que faisait donc dans le noir la jeune Mélo, sortie du jeu dès le premier tour ? Et voilà ... que la lumière soit ... et la lumière fut ! Prise la main dans le sac, la cocotte ! Enfin, pour la petite histoire, c'est plutôt Jean-Michel qui fut pris au piège mais ceci est une autre histoire ! ;o)) Nous nous sommes donc terminés à la vodka à la grenade et aux marrons glacés ! Heureusement que nous étions passés faire le plein à Collobrières, en octobre dernier ! :o) Fin des vacances ... Tout le monde a fini par repartir ... On était triste ... C'est toujours meilleur, de goûter aux bonnes choses entre amis ... Heureusement, ma maman a passé quelques jours de plus à la maison, quand même. Alors elle était là le 1er janvier, pour mon anniversaire ! Vous avez vu, au passage, que le bouquet de roses du 20 décembre était toujours là ? Nous recevions pour déjeuner nos amis les M&M's ... A midi, le déjeuner était fin prêt, la table dressée et j'ai pu ouvrir mes cadeaux ! Je n'ai eu que de très jolies choses ... Du parfum pour commencer ... Ce livre de Guy Gedda, fantastique, pour qui aime la cuisine provençale ... La râpe Microplane, cette Rolls des râpes, tout le monde la connaît ... Je n'en dirai rien de plus, sinon, qu'elle est juste fabuleuse ! Avant de partir, Jean-Pierre avait laissé à mes enfants ces deux livres pour moi ... Une très jolie collection qui me permettra de préparer de quoi assurer pour les Noëls prochains ! ;o) Et puis voici l'énorme ouvrage de Raymond Depardon ... Une incroyable collection des plus belles photos qu'il ait prises en préparant son exposition ... La France ... Je vous en ai déjà parlé il y a quelque temps ... Et puis j'ai eu le gaufrier dont je rêvais depuis des années ... Le gros Krups, celui qui tourne sur lui-même et vous fait de grosses gaufres, comme à la foire, de 3 cm d'épaisseur ... Sur ces entrefaites, nos amis sont arrivés ... Allez, je vous parle un peu du repas, avant de vous quitter pour quelques jours ? ;o) On commence par l'apéritif ... Un peu de gelée de Champagne au fond de cuillères en porcelaine, pour commencer ... Des lanières de poitrine fumée badigeonnées de sirop d'érable et saupoudrées copieusement d'un mélange de différents poivres et de baies roses ... On les étale sur une plaque recouverte de papier sulfurisé, on enfourne à four très chaud pour quelques minutes, ou jusqu'à ce que les lanières soient croustillantes mais pas brûlées. Attention, le point de non-retour est vite atteint, croyez-moi ! ;o) On les laisse à température ambiante et on les croque comme des chips ... Elles partent toutes seules ! J'ai aussi piqué sur le blog de Kashyle (parce que je les avais goûtées et que c'était super-bon) ces petites crèmes au foie gras. Elle les avait elle-même piquées à Chantal, des "Assiettes Gourmandes" ... Un autre délicieux blog, soit dit en passant ... Petites crèmes au foie gras et gelée de vin rouge : En gros, et c'est ultra-facile et inratable, vous mixez 150 g de foie gras, 30 cl de crème et 3 oeufs. Vous versez dans des verrines. Vous faites cuire 25 minutes à 100°C et vous dégustez froid, avec un chutney ou une cuillerée de cette excellente gelée de vin rouge dont je vous parlais dans mon billet précédent. On avait aussi des sucettes au Beaufort, les mêmes qu'au Réveillon ... On a bu avec cela l'excellent Crémant d'Alsace de la Cave de Cleebourg , gardé au frais dans le joli Ice Bag, cadeau de Zoé à Noël. Un très beau cadeau dont je me servirai souvent ! Le vin a fait pétiller les yeux ... C'était un joli début d'année ... Comme entrée, j'avais prévu, grâce à l'extrême gentillesse de Kashyle et à mes fonds de placards, des "croûtes aux morilles" ... J'ai d'ailleurs pris sa recette ! ;o) Je vous la donne ? Vous commencez par réhydrater 100g de morilles séchées dans de l'eau tiède pendant 30 minutes. Vous les coupez en deux si elles sont énormes ... Vous vérifiez qu'elles ne contiennent pas de sable en les rinçant bien. Vous les égouttez et vous réservez. Dans une grande poêle, vous faites revenir une échalote dans une belle noix de beurre, vous ajoutez les morilles, de la fleur de sel, du poivre fraîchement moulu, 250 g de crème épaisse puis 250g de comté râpé et 5 cl de vin jaune. Le mélange va devenir assez liquide et vous allez le laisser réduire ... Pour terminer, Catherine fait revenir de belles tranches de pain de campagne dans du beurre, les couvre de morilles et de crème et repasse le tout au four. J'ai fait plus simple car mon four était déjà bien occupé. J'ai donc acheté un pain de mie frais chez Paul, dans lequel j'ai taillé 8 tranches un peu épaisses. Je les ai passées dans mon grille-pain pour les dorer légèrement. J'ai versé dessus la crème aux morilles et ai servi les croûtes telles quelles, avec un petit mesclun au vinaigre à la noix et à l'huile d'olive ... Catherine, tu ne peux pas savoir comme nous nous sommes sentis gâtés ! ;o) Quant à mon four, il était réellement bien occupée par deux jolies canettes ... Clément avait très envie que je lui fasse un vrai canard à l'orange ... Je l'ai exaucé ... J'ai ressorti un livre que j'aime beaucoup ... Et voici comment : Le Canard à l'Orange de Gault et Millau ... Ingrédients : - 1 canard de 2 kg ... ou 2 canettes de 1,2 kg chacune - 5 cl d'huile - 3 carottes - 2 oignons - 10 g de farine - 1 dl de vin blanc - 30 g de concentré de tomates - 1 bouquet garni - Sel, Poivre - 100 g de beurre - 10 g de sucre - 1 dl de vinaigre de cidre -6 cl de Grand Marnier - 2 oranges - 1/2 citron -3 oranges Préparation : 1. Le Fond de Canard : Concassez les cous, les ailerons et les pattes de canard et faites-les revenir à l'huile dans une sauteuse jusqu'à ce que ces abattis soient bien dorés. Épluchez les carottes et les oignons et coupez-les en brunoise. Ajoutez-les aux abattis et faites revenir le tout quelques minutes. Éliminez la graisse, saupoudrez de farine. Ajoutez 1 dl de vin blanc et recouvrez d'eau (6 dl) en tout. Incorporez enfin le concentré de tomate, le bouquet garni, du sel et du poivre. Portez à ébullition et laissez cuire doucement pendant 1 heure. 2. Faites cuire les canettes : Assaisonnez les canettes, enduisez-les de beurre et mettez-les à cuire dans un plat allant au four pendant une bonne heure. En fin de cuisson, égouttez-les. Dégraissez soigneusement le jus de cuisson et versez-le dans le fond de canard. Passez ensuite le fond de canard au chinois. 3. Finissez la sauce : Faites caraméliser le sucre sans eau, ajoutez le vinaigre et faites bouillir 2 ou 3 minutes. Versez doucement dans le fond de canard filtré. Déglacez le plat de cuisson du canard avec 6 cl de Grand Marnier. Ajoutez le fond de canard. Portez à nouveau à ébullition et passez à nouveau au chinois au-dessus d'une casserole. Faites bouillir une petite casserole d'eau. Pendant ce temps, prélevez le zeste de deux oranges et d'un demi-citron. Coupez ces zestes en fines julienne. Blanchissez-les dans l'eau bouillante pendant quelques minutes. Rafraîchissez-les sous l'eau froide, égouttez-les dans la sauce avec le jus des deux oranges et du demi-citron. Ne laissez pas bouillir la sauce et rectifiez l'assaisonnement. 4. Présentez le canard : Pelez les 3 dernières oranges à vif. Réchauffez les quartiers épluchés dans le plat de cuisson sur un coin de la cuisinière ... Découpez les canards, disposez les morceaux sur un plat de service chauffé. Nappez e quartiers d'oranges et de sauce bien chaude. Servez le reste de la sauce à part, en saucière. J'adore servir ce canard avec des pâtes fraîches ... Clément adore aussi ! ;o))) Voilà ... Je me suis collée à la découpe en cuisine mais c'est ma maman qui s'est occupée de servir ! Eh, c'était mon anniversaire, non ? ;o) On a bien failli s'envoyer les deux canettes, à nous sept ! On avait du fromage ... Je ne vous le montrerai pas mais le Chaource, l'Époisse et le Saint-Félicien ont trouvé preneurs ... ;o) Quant au dessert, il n'en est pas resté non plus ... Ma tarte au citron habituelle, dont je vous redonne la recette ci-dessous, couverte, pour faire plus "fête", d'une épaisse couche de meringue légèrement sucrée ... La Tarte au Citron meringuée : Ingrédients : Pour la pâte sablée : - 200 g de farine - 120 g de beurre mou - 1 jaune d'oeuf - 60 g de sucre glace - 1 pincée de sel. Pour la garniture : - 3 citrons - 3 œufs - 150 g de sucre - 130 g de beurre ramolli Pour la meringue : - 2 blancs d'oeufs - 2 cuillerées à soupe de sucre en poudre Préparation : Préchauffez le four à 210°C (thermostat 7). Préparez la pâte sablée en mélangeant les ingrédients. Ajoutez un peu d'eau glacée pour l'amalgamer en boule. Laissez-la reposer 1/2 heure au frais. Pendant ce temps, lavez les 3 citrons, râpez le zeste et pressez le jus. Étalez la pâte dans un cercle de 20 cm de diamètre. Dans un saladier, battez les œufs et le sucre. Ajoutez le jus et les zestes des citrons ainsi que le beurre ramolli. Versez sur la pâte et faites cuire au four pendant environ 30 minutes. Laissez la tarte refroidir. Lorsque la tarte est froide, battez en neige ferme les deux blancs d'oeufs en ajoutant à mi-chemin le sucre en poudre. Étalez la meringue sur la tarte et passez sous le grill le temps de faire dorer la meringue. Réservez ensuite à température ambiante jusqu'au moment du service. Lors de l'élaboration du menu, j'avais hésité entre faire une tarte au citron et faire la tarte au chocolat de Bernard Pacaud, le fabuleux cuisinier de "l'Ambroisie", sur la Place des Vosges, à Paris ... Je n'ai pu trancher et ai donc préparé la seconde, que j'ai servie en petits carrés en fin de repas, avec le café ... La tarte sablée au chocolat de Bernard Pacaud ... Pour 1 tarte de 20 cm de diamètre ... Ingrédients : Pour la pâte sablée : - 150 g de farine - 100 g de beurre ramolli à température de la cuisine - 1 pincée de sel - 75 g de sucre - 1 œuf Pour l'appareil au chocolat : - 150 g de chocolat de couverture noire - 1 œuf entier - 2 jaunes d'œufs - 30 g de sucre - 100 g de beurre fin Préparation : Préchauffez votre four à th.6. Dans une terrine, mélangez le beurre ramolli, le sucre, l'œuf battu, le sel, puis incorporez la farine et travaillez le moins possible la pâte avant de la mettre en boule. Réservez au frais 2 heures avant utilisation. Après ce repos, abaissez la pâte à l'aide d'un rouleau et foncez un moule à tarte de 20 cm de diamètre. Garnissez-le de légumes secs et cuisez au four pendant 10 minutes. Faites fondre le chocolat dans une casserole, au bain-marie. Pendant ce temps, faites l'appareil au chocolat en versant dans une grande terrine les jaunes d'œufs, l'œuf entier et le sucre. Fouettez énergiquement pour obtenir un ruban. Ajoutez alors le chocolat fondu et le beurre. Mélangez bien ... ou moins bien comme ici ! ;o))) Garnissez le fond de tarte précuit avec cet appareil; Cuisez au four, toujours à 180°C (Th.6), pendant 10 minutes. Démoulez et servez tiède, si possible, saupoudré de sucre glace. Vous aurez une espèce de soufflé au chocolat dans un fond de pâte divin ... À température ambiante, notez bien, elle est délicieuse aussi ! Essayez-en un morceau avec un bon café ! Allez, je vous laisse enfin tranquilles sur ces quelques fusées du grand feu d'artifice qui a embrasé le ciel de la Baie de Cannes le 31 décembre à minuit ... 2011 est là ... Gageons que ce sera une belle année ... Espérons-le, en tout cas ! ;o))) À très vite, pour de nouvelles histoires ...

Source: questcequonmange.blogspot.com

- 8 ŒUF S - 10 CL DE CRÈME LIQUIDE - 10 CL DE LAIT - 1 Cuillère à café DE CURCUMA - 16 PETITS CHAMPIGNONS DE PARIS - UN PEU D'HUILE D'OLIVE - 1/2 JUS DE CITRON - 3 Cuillères à soupe DE BOUILLON DE LEGUMES - 8 CHATAIGNES SOUS VIDE - SEL - POIVRE - FLEUR DE SEL Préparation Etape 1 Préchauffer le four T° 160°. Faire bouillir la crème et le lait quelques minutes. Quand le mélange a un peu épaissit , ajouter le curcuma , le sel , le poivre . Etape 2 Poêler les champignons dans l'huile d'olive. Ajouter le jus de citron et le bouillon ( les champignons doivent rester croquants ) . Saler et égoutter. Etape 3 Remplir le lèchefrite au 2/3 d'eau bouillante et enfourner. Etape 4 Dans 4 ramequins ou un plat à gratin : Mettre les champignons et les chataignes tranchées . Semer la fleur de sel, poser 2 œufs par ramequins , 1 cuillère à soupe de crème au curcuma. Etape 5 Placer les ramequins dans le lèchefrite , couvrir de papier alu et cuire environ 30 minutes. Etape 6 Avant de servir , sur chaque ramequin , ajouter 1 cuillère à soupe de sauce curcuma , de fines lamelles de châtaigne et la fleur de sel .

Source: ptitchef.com

Recettes24 is a recipe search engine that find recipes with advanced filters like ingredients, categories and keywords.
Recettes24 does not host recipes, only links to other sites. | FAQ | Privacy
Copyright 2019 ® - Contact