content | verrine crevette avocat boursin | recettes24.fr | soupe benoit gagnon recette | soufflé thon et courgette marmiton | recettes de salsa | brochette poulet tandoori ananas
Se Connecter

Connectez-vous pour recettes24 pour enregistrer vos recettes préférées

Si vous n'êtes pas encore enregistré(e), inscrivez-vous maintenant!

Mot de passe oublié?

Dans une émission qui s'appelle " Bon et à savoir" diffusée le 10 octobre 2009 sur M6, j'ai vu réalisé une blanquette de veau qui m'a mis l'estomac à l'envers, de pauvres morceaux de viande de veau, cuits à l'eau, recouverts d'une sauce blanchâtre et garnis de quelques légumes tristounets. J'ai bondi, je me suis dit que c'était impossible, que l'on ne pouvait pas laisser se perpétrer un tel crime de mal bouffe, qu'à la face de la planète gastronomique francophone on ne pouvait tolérer que le plat favori de la France et des français soit ainsi abaissé à ce vulgaire brouet. Alors j'ai réagi, dans le grenier je suis montée, après avoir manipulé des tonnes de carton j'ai trouvé celui qui contenait mes bouquins de cuisine des années 80, et là Dieu merci je l'avais bien gardé : Le Livre, Le Paul Bocuse paru en 1986  aux éditions Flammarion : Bocuse à la carte...menus pour la table familiale. C'est lui qui m'a appris à faire ce plat que des générations de français ont saucé en se léchant les cinq doigts et le pouce. En ce dimanche 25 octobre 2009 il est grand temps de remettre les pendules à l'heure....à mais ! (Mdr) Il vous faudra dans le couffin :  300 g de tendron de veau  300 g d’épaule de veau  300 g de collier  50 g de lardons  4 carottes  4 petits oignons  1 branche de céleri  2 gousses d’ail  35 cl de bon vin blanc  50 cl d’eau  300 g de champignons  1 jaune d’œuf  2 cuillerées à soupe de crème fraîche  30 g de beurre  2 cuillerées à soupe d’huile d’olive  2 clous de girofle  1 bouquet garni  Quelques baies roses  1 petit verre de porto blanc (c’est ma touche personnelle)  Du sel de mer (Oléron pour moi)  Du persil plat Comment procède-t-on ? On commence par éplucher laver et couper tous les légumes : carottes, champignons, oignons ail, herbes et épices. Dans une cocotte en fonte on fait fondre le beurre dans l’huile d’olive. On met à rissoler les petits lardons, on découpe la viande en gros morceaux (on enlève surtout pas les petits os et les cartilages ce sont eux qui donnent le côté gélatineux). On met les morceaux de viande à colorer, on sale et on poivre légèrement. On fait bien dorer partout. On ajoute les carottes coupées en sifflet, les oignons coupés en deux, les gousses d’ail pelées et écrasées avec le plat du couteau. On ajoute aussi les herbes et aromates : 2 clous de girofle, thym et laurier, cèleri et 2 brins de persil. On mélange et on laisse étuver le tout brièvement sans couvrir. On saupoudre d’une cuillerée à soupe de farine. On mélange, on laisse un peu prendre couleur, puis on arrose avec le vin blanc et l’eau. On laisse tomber dans la cocotte quelques baies roses. On porte à ébullition, on écume si nécessaire, on couvre et on laisse mijoter tout doucement pendant 1 heure à petits plop plop. On retire la viande et les légumes que l’on met dans une autre cocotte, on passe la sauce au chinois au-dessus de la cocotte contenant les viandes, on ajoute les champignons entiers nettoyés et on laisse cuire 5 minutes après la reprise de l’ébullition, si cela semble nécessaire on peut rajouter un peu d’eau. On poivre encore une fois après avoir goûté. On retire du feu. On bat ensemble à la fourchette un gros jaune d’œuf, la crème fraîche et le petit verre de porto blanc. On mélange cette liaison avec la viande, hors du feu. On remue bien. On dispose sur un plat ou à l’assiette en saupoudrant de persil haché. On accompagne de riz blanc ou comme moi de riz complet. Je sers aussi avec, de larges tranches de pain de campagne saupoudrées de parmesan, que je fais grillées au four. Astuces : En cette période j’utilise des oignons roses de Roscoff au parfum raffiné. Et pour les champignons on peut prendre une boîte de champignons de Paris entier, mais frais c’est bien meilleur. Choisissez aussi un bon vin blanc, ici j’ai mis un bordeaux blanc d’un petit récoltant. On peut démarrer entièrement au beurre si on aime ça, dans la cuisine lyonnaise traditionnelle le beurre et la crème entière sont des incontournables. Avec ce plat un vin léger, moi j'ai jeté mon dévolu sur un Buzet Lys Blanc de 2006. Et puis il suffit de savourer, la fenêtre de la cuisine est grande ouverte, finalement le ciel s'est éclairci et le thermomètre grimpe au-dessus des 20°. Les petits oiseaux s'égosillent dans de joyeuses disputes, mes chats se lavent sur le rebord de fenêtre, on entend les petites grenouilles vertes dans la haie de laurines. Dans mon verre un floc de Gasgogne à la belle robe jaune m'ouvre l'appétit, encore une belle journée dans la campagne Lot et Garonnaise....

Source: canotte.blogspot.com

En reprenant le livre de Paul Bocuse, je retrouve des recettes que je n'avais pas réalisées depuis longtemps....Sans aucun doute parce que lorsqu'une bande d'ados habite votre maison généralement ce qui accompagne ce plat c'est un Beeeeeuuurk ! qui fait que petit à petit on oublie ce plat qui n'est plus familial et le grand loup est obligé de les manger lorsque nous allons au restaurant... Les ingrédients : 1 rognon de veau pour 2 personnes que votre tripier aura préparé ou alors à vous d'enlever tout ce qui entoure les rognons, graisses et nerfs. 1 échalote 1/2 verre de vin de Madère(que vous pouvez remplacer par un vin blanc un peu sirupeux) 1 petit pot de crème fraîche 125 g de champignons Un peu de persil 1 dl de jus de veau (reconstitué à partir d'un bouillon cube si vous voulez) 1/2 verre de Madère 1 peu de fécule La recette : Bien assaisonner les rognons de sel et poivre. Les couper en gros morceaux. Faire chauffer une belle noix de beurre dans une sauteuse et y faire dorer rapidement les rognons. Ne pas laisser bouillir, juste les saisir rapidement. Réserver dans une assiette. Mettre une échalote hachée dans la poêle, faire fondre (pas dorer !) Ajouter le madère et le laisser réduire de moitié, ajouter le jus de veau et faire bouillir quelques minutes encore. Au moment de servir donner un bouillon, commencer par mettre la crème, faire chauffer à nouveau, ajouter le beurre, les rognons qui doivent à peine se réchauffer, ne pas bouillir et trop cuire ce qui les rendrait caoutchouteux. Si vous le jugez nécessaire, garder quelques gouttes de bouillon dans lequel vous diluez une demi-cuillère à café de fécule que vous pouvez ajouter à la sauce, redonner un léger bouillon... Servir avec des petites pommes de terre vapeur...Vous avez le droit de noter : beuurk ! dans les commentaires...j'ai l'habitude ! Toutes les oeuvres présentes sur ce site appartiennent exclusivement à l'auteur (sauf mention contraire) aux thermes des articles L111-1 et L112-2 du code de la propriété intellectuelle. Toute reproduction, diffusion publique, usage commercial sont, par conséquent, interdits sans autorisation du titulaire des droits.

Source: unefaimdeloup.blogspot.com

Le soufflé présenté ici est une recette proposée pour la saint Valentin. Elle est appréciée à toutes occasion....il suffira de multiplier les ingrédients pour arriver au nombre de convives Soufflé grand marnier...de Paul Bocuse, un grand Monsieur que l'on ne présente pas...et qui a fêté ce weekend un bel anniversaire....Bon anniversaire Monsieur Bocuse dont le livre "la cuisine du marché" m'accompagne depuis des années... Bon, rien de plus difficile que de photographier un soufflé...la chaleur a envahi l'objectif...et il a eu le temps de redescendre...Mais je vous assure qu'il était bien gonflé. Pour deux personnes : 1dl de lait 25 g de sucre en poudre 15 g de fécule ou maïzena (farine si vous n'avez pas)+un peu si vous mettez beaucoup de liquide d'alcool 10 g de beurre fin 2 jaunes, 3 blancs le parfum choisi : grand marnier ici (à vous de voir il n'est pas très précis sur le sujet, 1 c. à soupe pour moi) et une gousse de vanille. La recette : Chauffer le four à 180° et mettre un plat ou une plaque dans le four ou en bas. Faire tiédir le lait avec le sucre et les graines de la gousse de vanille après avoir prélevé un peu de ce liquide que vous délayez avec la maïzena. Une fois le lait bien chaud, le sucre bien fondu, ajouter le lait qui contient la maïzena et fouetter en remettant sur le feu. Cette préparation doit devenir bien épaisse et bien lisse. Hors du feu, ajouter les jaunes et le beurre frais. Fouetter toujours vivement et ajouter le parfum. C'est ici que l'on s'arrête si l'on veut préparer avant....le reste se fera au moment du service...du fromage il faut environ moins de 20 min de cuisson... Enfin, battre les blancs en neige bien fermes et lorsqu'ils sont blancs et mousseux, les "serrer" avec une cuillère à soupe de sucre en poudre. Mélanger avec beaucoup de précaution les deux préparations (en soulevant, doucement la masse). Beurrer les ramequins au pinceau en étirant vers le haut....ça marche ! ne faites que des mouvements de peinture du fond du moule vers le bord. Bien essuyer le bord du moule avant de mettre l'appareil....il n'ira pas en gonflant s'étaler sur le bord ! Saupoudrer l'intérieur de sucre glace ou en poudre. Remplir les ramequins quasiment au bord... Enfourner sur le moule chaud et ne pas ouvrir le four avant 15 min... Mais laisser cuire les soufflés, il ne faut pas servir un soufflé "monté" nous dit Mr Bocuse... Pour être exquis un soufflé doit être en surplus cuit ! Pour cela il doit être pénétré par la chaleur qui fait perdre aux blancs d'oeufs leur aspect albumineux et cru que l'on rencontre trop souvent " et toc ! toque même.... Donc 18 à 20 min, selon la contenance du plat...Saupoudrer de sucre glace et servir....c'est de la magie....de la chimie magique... Toutes les oeuvres présentes sur ce site appartiennent exclusivement à l'auteur (sauf mention contraire) aux termes des articles L 111-1 et L112-1 du code de la Propriété Intellectuelle. Toute reproduction, diffusion publique, usage commercial sont, par conséquent, interdits sans autorisation du titulaire des droits.

Source: unefaimdeloup.blogspot.com

Bon, allez, une petite recette salée pour changer, parce que je non, je ne me nourrie pas que de sucre, fort heureusement pour moi et ma silhouette :) Il y a plus d'un an maintenant, avec mon homme, nous avons eu envie d'aller manger à l'une des brasserie de Mr Paul ( Bocuse évidement, qui d'autre... ) pas loin de chez nous, l'Ouest. C'est l'usine là-bas dedans! ça grouille de monde et les cuisines étant ouvertes sur la salle, je vous raconte pas le rafus!! à éviter absolument pour un rendez-vous entre amoureux :( mais pour qui n'a jamais mis les pieds dans une cuisine pro et ne connaît pas l'ambiance sous tension d'un service, ça peut être sympa à voir. Tout ça pour dire que j'avais alors mangé un risotto d'épeautre au citron confit, parmesan et dos de cabillaud rôti . J'avais trouvé ça délicieusement bon et une fois rentrée à la maison, avait noté dans mon cahier de recette à faire ce fameux risotto. Il m'aura finalement fallu plus d' un an pour m'y mettre! Je n'ai pas tout à fait refait la même recette, j'avais un certain budget à respecter ( moins de 3€/pers ) et ne pouvais pas me permettre le dos de cabillaud. J'ai conservé l'idée du risotto d'épeautre, celle du citron confit et du parmesan , mais j'ai remplacé le cabillaud par des aiguillettes de poulet que j'ai faites marinées avec un peu de poudre de piment fumé . L'association des différentes saveurs est vraiment extra! Ce risotto a fait l'unanimité et j'ai même personnellement au final préféré le poulet au cabillaud! Je pense qu'avec des St Jacques justes snackées, ça doit être terrible également.... ~ Un bon risotto digne de ce nom, se mouille avec un bouillon de volaille, de légumes ou encore un fumet de poisson, il aura ainsi beaucoup plus de goût que s'il était simplement mouillé à l'eau! S'agissant ici d'un risotto contenant du poulet, je l'ai bien sûr mouillé au bouillon de volaille. Si vous avez la possibilité de faire votre propre bouillon votre risotto n'en sera que meilleur . Bien sûr, ça prend un peu plus de temps, mais le résultat en vaut largement la peine, le goût est juste incomparable . Pour en avoir toujours sous la main en cas de besoin, j'en réalise en grande quantité et le congèle en portions individuelles ( 25 ou 50 cl ) dans lesquelles je peux piocher en cas de besoin. Sinon, privilégiez un bouillon du commerce mais de qualité , regardez bien la liste des ingrédients, s'il n'y a que du sel, des amidons et des exhausteurs de goûts comme généralement dans les bouillons déshydratés ou en cubes, gardez votre argent et utilisez de l'eau!! La gamme de produits de la marque Ariaké est à mon sens la meilleure alternative au fait maison: naturels, sans huile végétale, sans exhausteurs de goût, sans arôme artificiel, sans colorant et sans conservateur. Sinon, je sais ( pour les avoir testés ) qu'il existe chez Picard des galets de fond de volaille surgelés tout à fait honorables, en cas de besoin ça peut aussi dépanner. Personnellement, je préfère réaliser un fond brun, que je trouve plus goûteux qu'un fond blanc . Je vous indique néanmoins les 2 méthodes de préparations et vous laisse ainsi choisir suivant si vous voulez ou non que votre risotto soit plus ou moins marqué en goût de volaille. ~ Avant d'être utilisé, le fond doit être refroidi pour être parfaitement graissé. Prévoir donc de s'y prendre à l'avance. A noter, qu'il devra avant utilisation être porté à ébullition, car un risotto se mouille avec un liquide chaud . Si vous servez votre Risotto en entrée ou en plat de résistance, comptez 50 g de petit épeautre par personne, mais si vous le préparez en plat unique comptez 80 g à 100 g en fonction de votre appétit ou de celui de vos convives. * Pour 4 à 6 personnes * ¤ Réalisation d'un fond BRUN de volaille (→ fond de base de cuisine, FOND = fondamental, qui sert de fondation) comme tous fonds, le fond de volaille n’est jamais salé . Il s’agit d’une préparation liquide et claire ( ne concerne pas la couleur, mais veut dire sans liaison -roux- pour l'épaissir ) Il est composé d’éléments nutritifs : la carcasse, les parures et les abattis d'un poulet ou d'une poule, et d’éléments aromatiques : une Garniture Aromatique (1 carotte et 1 oignon) et un Bouquet Garni (thym frais, 1 feuille de laurier, quelques tiges de persil frais / 1 petit tronçon de céleri branche, ficeler dans du vert de poireau en petit fagot). L’ensemble est cuit dans l’eau à faible ébullition pendant 1 à 2 heures avant d'être refroidi et dégraissé. *** 1 carcasse de poulet ( cru ) + les parures et abattis 1 G arniture A romatique ( 1 carotte - 1 oignon ) 1 B ouquet G arni ( vert de poireau, thym, laurier, queues de persil, petit morceau de céleri-branche ) 1 c à s de concentré de tomate 1,5 à 2 litres d'eau froide *** Préchauffer le four à 240° Concasser une carcasse de poulet. La placer avec les parures et les abattis dans un plat allant aussi bien au four que sur le gaz et l'enfourner pour la colorer fortement 15 à 20 min . Pendant ce temps, préparer la GA ( détailler la carotte en fine brunoise et émincer finement l'oignon ) et le BG ( ficeler les herbes en petit fagot dans le vert de poireau ). Une fois la carcasse bien colorée, retirer du four et dégraisser le plat , le mettre sur le gaz et chauffer vivement pour "pincer les sucs" , ajouter la GA et laisser suer 5 min en remuant bien pour éviter qu'elle ne brûle. Déglacer avec un peu d'eau pour bien décoller tous les sucs caramélisés au fond du plat. Débarrasser l'ensemble dans une grande casserole. Ajouter le concentré de tomate. Mouiller à hauteur avec l'eau froide . Remuer et ajouter le BG. Porter à ébullition , dégraisser la surface et écumer si besoin. Baisser le feu pour maintenir une très faible ébullition et poursuivre la cuisson 1 h 30 à 2 heures en écumant soigneusement et régulièrement pour retirer les impuretés et la graisse qui se forme à la surface et laisser réduire mais sans concentration : il ne s'agit pas d'obtenir une préparation épaisse, elle doit restée claire, c'est-à-dire liquide, non épaissie . Chinoiser le fond et mettre à refroidir . Une fois le fond bien refroidi, une pellicule de gras se sera formée à la surface: la retirer délicatement pour obtenir un fond parfaitement dégraissé . Conserver au frais ( pas plus de 24 heures, sinon, mettre à congeler ). ¤ Réalisation d'un Fond BLANC de volaille 1 volaille crue ( poulet ou poule ) + la carcasse, les parures et abattis 1 G arniture A romatique ( 1 carotte - 1 oignon - 2 clous de girofle ) 1 B ouquet G arni ( vert de poireau, thym, laurier, queues de persil, petit morceau de céleri-branche ) 1,5 à 2 litres d'eau froide quelques grains de poivre *** Découper la volaille à crue Concasser finement la carcasse, les parures et les abattis. Mettre l'ensemble à blanchir: mouiller avec de l'eau froide, porter à ébullition et laisser frémir quelques minutes en écumant fréquemment. Ajouter la GA : détailler la carotte en tronçons et piquer l'oignon avec les clous de girofle, le BG ( ficeler les herbes en petit fagot dans le vert de poireau ) ainsi que le poivre en grains. Maintenir la cuisson du fond blanc à très faible ébullition durant 45 min à 1 heure en écumant et dégraissant aussi souvent que nécessaire (= attention, une trop forte ébullition rendrait le fond trouble et laiteux ). Compenser éventuellement l'évaporation avec un peu d'eau bouillante. Passer au chinois sans fouler ni remuer. Mettre à refroidir . Une fois le fond bien refroidi, une pellicule de gras se sera formée à la surface: la retirer délicatement pour obtenir un fond parfaitement dégraissé. Conserver au frais ( pas plus de 24 heures, sinon, mettre à congeler ). NB: - si vous ne voulez pas vous retrouvez avec une volaille pochée sur les bras dont vous ne sauriez pas quoi faire, il est possible de réaliser un fond blanc à partir d'os uniquement, à noter cependant le manque de sapidité. - les morceaux de volaille pochés peuvent être servis avec le risotto à la place des aiguillettes ou être utilisés dans une farce, une tourte, une terrine... froids en salade c'est également très bon. ¤ Réalisation du Risotto 1 litre de bouillon de volaille 3 citrons confits 2 c à s d'huile d'olive 1 oignon 1 échalote 1 gousse d'ail 250 g de petit épeautre 25 cl de vin blanc sec 50 g de mascarpone 30 g de parmesan râpé sel, poivre 6 à 8 aiguillettes de poulet 1 c à c de poudre de piment fumé ( se trouve très facilement sur internet et dans certaines épiceries fines - à défaut, du Paprika, mais le goût ne sera vraiment pas le même ) Placer les aiguillettes de poulet dans un plat et les saupoudrer de poudre de piment fumé. Réserver au frais. Porter le bouillon de volaille à ébullition et y faire infuser les citrons confits très finement émincés. Chauffer l'huile d'olive dans une sauteuse et y faire suer l'échalote, l'oignon finement ciselés et l'ail dégermé écrasé au presse ail sans coloration , ajouter le petit épeautre et laisser nacrer quelques minutes en remuant régulièrement et toujours sans coloration . Mouiller avec le vin blanc et laisser entièrement évaporer. Verser le bouillon de volaille bouillant par petites quantités et poursuivre la cuisson pour 50 min à 1 heure à feu très doux en ajoutant du bouillon au fur et à mesure qu'il est absorbé et en prenant soin de bien remuer régulièrement. Vérifier la cuisson : le risotto doit rester fluide, ses grains al dente et la consistance bien onctueuse. A noter que la cuisson du petit épeautre est beaucoup plus longue que celle du riz . En fin de cuisson, ajouter le mascarpone et finir par le parmesan, rectifier l’assaisonnement. Cuire les aiguillettes de poulet dans une poêle anti-adhésive légèrement graissée avec un peu d'huile d'olive. Une fois cuites, les détailler en petits dés réguliers. Les ajouter au risotto et laisser encore 5 minutes sur feu doux. Dresser dans des assiettes creuses. Parsemer de quelques copeaux de parmesan et servir de suite.

Source: pucebleue-jenreprendraibienunbout.blogspot.com

Fleuron de la gastronomie, c'est une grosse quenelle préparée avec du brochet. Elle est servie gratinée avec simplement du fromage râpé, en sauce béchamel, sauce tomates, sauce à l'oseille ou sauce Nantua Quenelle de brochet, soufflée, en sauce Ce type de quenelle est raffinée, servie dans les grands repas, les festivités. Après la recette découvrez la méthode pour mouler, cuire les quenelles et des recettes de sauce. Elle se sert en entrée ou en plat principal avec du riz blanc, un gratin dauphinois... Quenelle lyonnaise au brochet pour 10 personnes Temps de préparation: 30 min Temps de cuisson: 10 min de pochage (selon la grosseur) Temps total : 40 min Ingrédients: 500 g de chair de brochet crue 500 g de graisse de rognon de boeuf bien sèche, en petits morceaux ou à défaut équivalent en beurre 4 blancs d'oeufs sel poivre muscade 500 g de panade (voir recette ci-dessus) Préparation: Pilez au mortier les filets de brochet, assaisonnez, puis incorporez la panade. Mélangez intimement, puis passez la préparation au tamis. Placez à nouveau dans le mortier, incorporez la graisse de boeuf fondue petit à petit en broyant, puis les blancs d'oeufs. Nota: on retrouve souvent dans les anciens livres de cuisine un ustensile nommé "tamis à quenelle". Variante: nous ne pouvons ignorer une querelle de chef à propos de la quenelle lyonnaise, certains disent d'elles qu'elle doit "sentir le beurre". Dans ce cas, le beurre remplace la graisse de rognons de boeuf. Mouler, former les quenelles Le volume de la quenelle se différencie selon sa nature. La quenelle courante peut être de la dimension et la largeur d'un doigt, tandis que la quenelle de brochet sera plus volumineuse. Les quenelles se forment soit: à la cuillère à soupe ou à la cuillère à quenelle, façonnées en boudins, en les roulant sur une table légèrement farinée. Cuisson des quenelles Placez les quenelles dans une casserole, puis recouvrez d'eau salée bouillante. Faites pocher les quenelles en douceur, puis égouttez-les délicatement. Les quenelles continueront à souffler (gonfler) dans leur sauce à la casserole ou au four. Selon l'accompagnement prévu (sauce), les quenelles peuvent être pochées dans un fumet composé de parures de poissons, vin blanc, oignon, thym, laurier, persil, jus de citron. Voici donc révélés les secrets de la fabrication des quenelles et ses accompagnements divers et variés. Suggestions de sauces : coulis de tomates maison , sauce aurore, béchamel (quenelles en béchamel, ou en gratin de béchamel), sauce Nantua , souvent servie avec une quenelle au brochet. Quelque soit son origine, la quenelle lyonnaise est aujourd'hui mondialement reconnue et considéré comme un met raffiné de choix, de grand style. C'était un plat particulièrement apprécié des Rois de France, Louis XIV et Louis XV, dans sa version originelle. Des quenelles de brochet aux queues d'écrevisses, cuisinées par Paul Bocuse furent servies lors de la réception du général de Gaulle, président de la République, le 23 mars 1968 à la Préfecture du Rhône (5). A lire : Recette de la véritable quenelle lyonnaise, nature (panade), en vidéo Les meilleurs spécialités gastronomiques de Lyon (vidéo) Histoire et origine de la quenelle lyonnaise Quenelles et visites virtuelles de Lyon, teaser fête des lumières 2014

Source: cuisine-maison-comme-autrefois.blogspot.fr

Difficile de savoir par où commencer tellement j'ai de choses à vous raconter sur, il faut bien dire ce qui est, fût la plus belle expérience qui me soit arrivée depuis l'ouverture de mon blog. Alors je vous préviens dès maintenant, cet article risque d'être long, intense (comme le café ;)) , et j'espère sincèrement que j'arriverai à vous retranscrire au mieux cette expérience inoubliable en textes et en images. C ette année encore, Nespresso, auteur de Grands Crus d'exception et présent sur la carte de plus de 750 restaurants étoilés, accompagne la grand-messe de la gastronomie comme partenaire officiel du Bocuse d'Or et de la Coupe du Monde de la Pâtisserie. Deux évènements prestigieux, opposants des chefs du monde entier, qui se déroulent tous les 2 ans à Lyon dans le cadre du Sirha , le rendez-vous incontournable dédié à l'art culinaire et à l'hôtellerie. Pour célébrer cette fête de la gastronomie, Nespresso apporte sa signature personnelle à travers l' Atelier Nespresso , un concept original présenté avec succès à Lyon il y a 2 ans. Le principe: proposer des expériences de dégustations uniques en conviant de grands chefs à venir créer, cuisiner, échanger avec le public. Ainsi du 23 au 29 janvier 2015, dans un lieu tenu secret en plein coeur de Lyon, les chefs Jean-François Piège, Emmanuel Renaut, Thibault Sombardier, Davy Tissot et David Toutain; les chefs pâtissiers Christelle Brua, Yann Couvreur et Joannic Taton se sont donnés rendez-vous pour partager leurs recettes et leur savoir-faire, et sublimer de leur créativité chaque moment de la journée, du déjeuner au dîner en passant par le brunch et le café gourmand de l'après-midi. [Communiqué de presse] P our en revenir au commencement, j'ai donc été contactée au courant du mois de décembre par l'agence de presse 14 septembre pour me proposer d'être blog Ambassadeur pour l'Atelier Nespresso la journée du samedi 24 janvier. A ce titre, des rencontres privilégiées avec les Grands Chefs de l'atelier Nespresso et un suivi dans leur préparation. Il ne m'a pas fallu bien longtemps avant que je saisisse mon téléphone pour en discuter de vive voix avec l'agence et leur dire bien entendu que j'étais partante à 200% (une opportunité pareille ça ne se refuse pas non?) . Me voilà donc embarquée dans l'aventure Nespresso, auteur de Grands Crus d'exception que j'affectionne depuis maintenant plusieurs années. Samedi 24 Janvier 2015 Après un levé matinal, direction l'aéroport et embarquement pour Lyon, capitale mondiale de la gastronomie et région natale de Paul Bocuse, pape de la gastronomie. A Lyon un taxi m'accueille pour m'amener à la rencontre du chef Davy Tissot, meilleur ouvrier de France en 2004 et 1* au guide Michelin, qui m'attend au Relais & Châteaux Villa Florentine***** où se situe son restaurant gastronomique étoilé Les Terrasses de Lyon . Après un accueil très chaleureux par le personnel puis par le chef en personne (très impressionnée au départ mais vite mise à l'aise) , direction la salle de restauration pour un petit-déjeuner et la présentation du programme de la journée par l'agence de presse. Le cadre est juste idyllique, on aperçoit depuis la salle une vue panoramique sur Lyon et son quartier historique, et à cette heure matinale j'ai pu profiter pleinement des premières lumières du jour naissant sur la ville (et sur mes délicieux oeufs brouillés par la même occasion) . La journée commence bien ! Oeufs brouillés par Davy Tissot à la Villa Florentine***** U ne fois oeufs brouillés, madeleines & café savourés, nous partons pour le Sirha où le chef Davy Tissot doit déjeuner avec le ministre des affaires étrangères Laurent Fabius, venu pour l'inauguration du salon. Le Sirha offre une perspective unique des univers de la restauration, de l’hôtellerie et de l'alimentation avec plus de 3000 exposants et marques sur plus de 130 000 m². Démonstrations, animations, concours, espaces de recherche, d'échanges d'idées et de savoir-faire, tout est mis en oeuvre pour susciter et inspirer la créativité et la réflexion ainsi qu'apporter des solutions aux professionnels. A près s'être faufilés parmi les stands et les visiteurs nous arrivons au stand Nespresso où nous sommes une nouvelle fois très bien accueillis autour d'un petit café. Le chef Davy Tissot doit à ce moment là nous laisser pour partir à la rencontre du ministre tandis que nous devons retrouver son chef pâtissier Joannic Taton, arrivé plus tôt au Sirha pour faire des démonstrations. Un chef tout aussi attachant que Davy Tissot avec lequel j'ai pu échanger sur sa formation de pâtissier. A la suite de cela nous avons fait un petit tour à l'International Catering Cup où se sont affrontées 12 équipes internationales de traiteurs pour décrocher le prestigieux titre de Meilleur Traiteur de réception du monde (remporté par la France youhou!) . Il y a déjà une sacrée ambiance dans les tribunes des supporters avec des Japonnais au top de leur forme ! E n milieu d'après-midi nous retrouvons le chef Davy Tissot qui me propose de l'accompagner dans les cuisines de son restaurant afin de terminer les dernières préparations pour l'Atelier Nespresso du soir même. Une opportunité incroyable que j'accepte volontiers (ce n'est pas tous les jours qu'un chef étoilé vous propose de l'aider en cuisine!) . Je vous avoue que j'avais un peu du mal à réaliser ce qui m'arrivait et que du coup j'ai du paraître un peu déboussolée ;) Me voilà donc parachutée dans les cuisines de la Villa Florentine***** en train de lever des pigeons en prévision du plat du soir. "Est-ce que tu as déjà lever des pigeons?" "Heu...non :)", allez hop c'est parti après quelques explications très complètes de la part du chef, un tablier enfilé et un couteau en main, au travail! Et toujours avec le sourire bien sûr :) Après l'effort, le réconfort (même si ce n'était pas du tout un effort pour moi hein ;)) . Après avoir fini de lever les pigeons j'ai donc eu l'occasion de goûter à l'un des desserts de la maison: Mousseux au chocolat jivara lacté, zeste de yuzu & crème glacée à la fève de tonka . Un délicieux mélange de saveurs avec un gros coup de coeur pour la crème glacée, juste parfaite ! Mousseux au chocolat jivara lacté, zeste de yuzu & crème glacée à la fève tonka V iens ensuite le moment où nous devons charger tous les plats pour partir à l'Atelier Nespresso. Je ne connais toujours pas l'adresse exacte de l'Atelier, tenue secrète. Je me laisse donc conduire par le chef au lieu de rendez-vous. Après quelques minutes de trajet nous nous arrêtons dans une petite rue qui ne paye pas de mine au niveau d'une grande porte s'apparentant fortement à l'entrée d'un appartement de particulier. Rien ne laisse présager ce qu'il se trame derrière. On m'ouvre, je fais quelques présentations avec l'équipe de l'Atelier Nespresso, des personnes toutes plus aimables les unes que les autres, puis on m'invite à emprunter l'escalier en colimaçon qui mène à l'étage. Et là, je découvre un lieu splendide dans un esprit tables d'hôtes. Une décoration à la fois moderne, chic, épurée, végétale & scandinave, vraiment tout ce que j'aime. Je suis encore plus stupéfaite lorsque quelqu'une personne me révèle qu'il y a à peine 72 heures ce lieu n'était qu'un ancien studio photo, bluffant non ? Un grand bravo à toute l'équipe de décoration pour l'aménagement de cet ancien studio photo, c'est tout simplement canon. Vraiment dommage que ce lieu ne soit qu’éphémère, j'y serai bien retournée y manger ;) Atelier Nespresso Atelier Nespresso Atelier Nespresso L es chefs commencent à s'installer au niveau de leur espace de travail qui est ouvert sur la salle et permet ainsi une certaine proximité avec les convives. Le dîner ne débute qu'à 20h30, je décide donc de passer brièvement à l'hôtel non loin de là pour me poser un peu. Et là encore je ne suis pas au bout de mes surprises... En entrant dans ma chambre je découvre que Nespresso m'a réservé une immense chambre avec terrasse au dernier étage du Mama Shelter . Depuis le temps que j'entendais parler de cet hôtel sur les réseaux sociaux j'étais ravie de pouvoir enfin le découvrir. Une déco délirante et originale avec des bouées au plafond du bar, des couleurs flashy dans les chambres, sans oublier la petite machine Nespresso: personnellement j'ai adoré ! C'est à ce moment là que je retrouve les blogueurs qui seront à ma table au dîner du soir: Juliette de Juices And Cakes , Julie de Jujube en cuisine , Stella de Stella Cuisine , Jérémy de The Smart Girls Blog & Dominique de Cuisine Plurielle . Nous partons tous ensemble pour l'Atelier Nespresso. Quelques convives sont déjà sur place et patientent avec une coupe de champagne à la main dans le hall d'entrée, entièrement redécoré avec les portraits des chefs. Après un passage par le vestiaire on me fait signe de monter à l'étage afin d'aller assister les chefs dans leur préparation du premier plat et de pouvoir prendre quelques photos. Je me retrouve alors en compagnie des chefs, du photographe officiel de la soirée ©Emmanuel Nguyen et de quelques cameramans. Une fois les photos terminées, les convives sont invités à monter et cette soirée qui s'annonce exceptionnelle peut débuter. MENU Davy Tissot, Joannic Taton Sommelier: Fabrice Sommier ~~~ Plat n°1 : Carpaccio de Saint-Jacques d'Erquy, fine gelée de Grand Cru Arpeggio au citron vert confit, mousseux de potimarron. Riesling "Au dessus de la loi" 2012 Kreidenweiss J'ai eu un très gros coup de coeur pour ce plat (e t pourtant ceux qui me connaissent bien savent que ce n'était pas gagné d'avance car je ne mange jamais de poisson cru) : u n carpaccio de Saint-Jacques taillé à la perfection, une présentation absolument sublime et une justesse des accords entre textures et saveurs. Ce plat était pour moi tout simplement parfait. Plat n°2 : Soupe de châtaignes de l'Ardèche, champignons sauvages, Grand Cru Dulsão do Brasil façon cappuccino. Condrieu "Malleval" 2012 Ogier En tant que grande amatrice de champignons ce plat m'a tout aussi séduite que le premier. Le café était finement lié à la soupe de châtaignes et j'ai été agréablement surprise par le nombre de saveurs différentes que j'ai pu distinguer au palais au cours de la dégustation. Encore un plat qui valait le détour. Plat n°3 : Quenelle soufflée de crustacés, Grand Cru Dulsão do Brasil, sauce citronnelle coco. Condrieu "Malleval" 2012 Ogier J'ai adoré ce plat, qui comme les précédents, était très raffiné et tout en légèreté. Une quenelle ultra fondante rehaussée par sa petite sauce citronnelle coco, un délice. Le visuel est lui aussi encore au rendez-vous. Plat n°4 : Flanc de pigeon de Bresse rôti lentement au four, salsifis braisés au miel de truffe blanche, sauce Albufera et crème de Grand Cru Dulsão do Brasil. Gevrey Chambertin 2012 Livera C'est sans doute le plat qui m'a le moins touché mais cela n'en enlève pas moins son caractère exceptionnel. Le chef Davy Tissot nous a, qui plus est, fait l'honneur de se déplacer à toutes les tables et de venir verser la sauce Albufera sur nos flancs de pigeon. Plat n°5 : Biscuit Amaretti, crémeux et ganache au Grand Cru Arpeggio, sorbet passion. Porto quinta do infantado reserva bio Quand Joannic Taton me propose de l'aider à venir dresser les assiettes du dessert, je ne fais qu'une bouchée du plat n°4 ! Hop j'enfile un tablier Nespresso et c'est parti, trop contente de venir assister le chef pâtissier (et surtout hyper concentrée!) - Merci Julie pour la photo-. Crédit photo ©Jujube en cuisine Que dire de ce dessert à part que j'en suis tombée amoureuse. Un sorbet passion comme je n'en avais jamais goûté avant, fort en goût et puissant en bouche, un biscuit Amaretti moelleux à souhait et une ganache au Grand Cru Arpeggio à tomber. Joannic Taton nous a juste éclaboussé de son talent à la fin du repas avec ce dessert que j'espère arriver à reproduire le plus vite possible et, par la même occasion, vous en livrer les secrets ici. Vous l'aurez compris ce repas était d'une très grande qualité, autant gustativement que visuellement. Une expérience gastronomique conviviale et unique, et un pari hautement relevé car les deux chefs ont réussi à sublimer chacun des plats qui constituait leur menu avec les Grands Crus Nespresso. M erci à ces deux chefs de talent pour ce repas d'exception dont je vais me souvenir longtemps. Merci à eux également pour leur bonne humeur, leur amabilité, leur disponibilité, leur accessibilité & leur partage tout au long de cette journée. M erci à Joy et Thomas de l' agence 14 septembre pour leur gentillesse et leur professionnalisme, et sans qui cette expérience n'aurait pas été aussi bien menée qu'elle l'a été. Merci pour tous ces bons moments passés à vos côtés. E t enfin merci infiniment à Nespresso sans qui cet évènement n'aurait pas eu lieu. Merci à toutes les personnes qui ont contribué de loin ou de près à cet évènement ainsi qu'à toutes les personnes que j'ai pu croiser à l'Atelier Nespresso ou au stand Nespresso au Sirha pour leur accueil, leur amabilité et pour m'avoir permis de vivre cette incroyable expérience. On se donne rendez-vous dans deux ans ? ♥ ♥ ♥ C'est le premier article de ce genre que j'écris ici (et les premières photos de ma petite tête que je mets ici aussi d'ailleurs) donc j'espère sincèrement qu'il vous aura plu. J'ai pris grand plaisir à l'écrire et à me remémorer tous les bons moments que j'ai pu passer au cours de cet évènement. Vous l'aurez compris j'ai été plus que comblée durant cette journée et j'ai encore du mal à redescendre de mon petit nuage...

Source: alleedesdesserts.blogspot.fr

Quand on entend le nom Bocuse on a tendance à penser à des recettes de cuisine très compliquées. Rien n'est moins vrai. Il y a quelques années j'ai acheté sur internet un livre de cuisine d'occasion de Bocuse. Il s'agit du livre "Bocuse dans votre cuisine" de 1982 version hollandaise avec 200 recettes qu'il aime préparer pour sa famille et ses amis. A l'époque on avait encore le droit de préparer une cuisine riche avec du beurre, de la crème fraîche, et c'est cette cuisine que Paul Bocuse continue à affectionner particulièrement. Il est resté fidèle à lui-même. Quand j'achète des légumes j'aime bien varier leur préparation et j'ai donc pioché dans ce livre pour préparer mon chou fleur. Rien d'extraordinaire, mais toujours riche en crème et beurre. Ingrédients : 1 càs d'huile d'olive 1 chou fleur 40 g de beurre 1 dl de lait 1 càs de maïzena 1 dl de crème noix de muscade 50 g de gruyère râpé sel et poivre Préparation : Préchauffer le four à 180° Chauffer un faitout avec de l'eau et l'huile d'olive Cuire les bouquets de chou fleur dans cette eau dès qu'elle est arrivée à ébullition Monsieur Bocuse préconise 15 minutes, je dirais un peu moins car j'aime bien que le chou reste un peu ferme, d'autant plus qu'il faut finir la cuisson au four Égoutter le chou fleur Beurrer un plat à gratin (40 g de beurre !) et remplir avec les bouquets de chou fleur Chauffer le lait Diluer la maïzena avec un peu d'eau froide Hors du feu ajouter la maîzena au lait Remettre la casserole sur le feu et continuer à bien remuer ce mélange jusqu'à obtention d'une sauce lisse liée Ajouter la crème fraîche, le sel, du poivre du moulin et un peu de noix de muscade râpée Ajouter le gruyère râpé et verser cette sauce sur le chou fleur Cuire au four environ 20 minutes J'ai servi le chou avec une reste de joues de boeuf.

Source: theblogdeclementine.blogspot.fr/search/label/recette

Je dois avouer que j'avais des quenelles une vision très classique, à savoir les quenelles de brochet sauce Nantua...Hormis cela, je n'avais jamais pensé qu'on puisse réellement sortir des sentiers battus et encore moins, les préparer de tant de façons différentes. Il aura fallu une belle invitation à Lyon (un des fleurons de la gastronomie lyonnaise) à la découverte des quenelles Saint Jean (vous connaissez déjà les ravioles de Romans® de la marque, j'en suis certaine) pour que j'en mesure tout le champ des possibles. Commençons tout d'abord par la quenelle façon pissaladière, recette trouvée dans le très beau livre "Cuisiner la quenelle tout simplement" de Philippe Barret aux éditions Edith Delbart, que je vous recommande. C'est une mine d'idées! J'ai apporté quelques petites modifications à la recette initiale en diminuant la quantité d'anchois et en ajoutant les olives, uniquement des noires, après cuisson, pour en conserver le goût intact et le moelleux. Ingrédients: 4 Quenelles Suprêmes Soufflés Nature Saint Jean - 2 oignons - 12 filets d'anchois à l'huile + 4 pour la décoration - 16 olives noires dénoyautées (Kalamata pour moi) et coupées en rondelles ou lamelles- 1 c. à café de sucre en poudre - 2 c. à soupe d'herbes de Provence - huile d'olive - poivre. Peler et émincer les oignons. Dans une poêle, faire chauffer l'huile d'olive et ajouter les oignons, le sucre et les herbes. Cuire à feu moyen/doux jusqu'à ce que les oignons soient translucides et légèrement dorés, poivrer puis ajouter les anchois. Laisser fondre à feu très doux. Préchauffer le four à 180°C. Découper les quenelles en 2 dans la longueur. Les disposer sur une plaque recouverte de papier cuisson. Déposer sur chaque demi-quenelle la préparation oignons/anchois. Enfourner pour environ 20mn. A la sortie du four, disposer sur les quenelles les olives et les anchois réservés. Servir immédiatement avec une salade de mesclun. En savoir plus sur les quenelles Saint Jean: Au 1er siècle, les Romains cuisinaient déjà un plat proche de l'actuelle quenelle: une pâte élaborée à partir d'oeufs et de poissons, crustacés, coquillages au mortier, qu'ils moulaient et cuisaient dans de l'eau bouillante. Aujourd'hui, la quenelle est fabriquée à partir de semoule de blé, de beurre, d'oeufs, de lait ou d'eau et d'assaisonnements tels que chair de brochet, volaille, légumes....). Sa présentation fraîche au rayon traiteur lui confère une grande qualité, une texture fondante qui permet de la cuisiner au four, à la poêle, en apéritif, en salade, en plat et même en dessert (pour les quenelles nature). Chez Saint Jean, on trouve: - des quenelles traditionnelles - Les Suprêmes Soufflés : ce sont des quenelles au gonflant exceptionnel et aux saveurs variées (nature, 5 légumes, cèpe-girolles au brochet, volaille-morilles, écrevisses) - la nouvelle gamme dans la pure tradition lyonnaise , au beurre et à la semoule de blé dur: quenelles natures, de brochet ainsi que les Cocons au brochet-crevettes-morilles et enfin les mini quenelles nature Bien entendu, sans conservateur ni colorant. Quelques photos de notre balade lyonnaise, juste pour vous donner l'envie d'y faire un tour, c'est une ville extraordinaire pour tous les gourmands de France et de Navarre! Dans les Halles de Lyon-Paul Bocuse, entre autres: Puis direction l'institut Paul Bocuse pour un repas autour de la quenelle Saint Jean. Merci au Chef Philippe Jousse pour sa gentillesse et ses petits plats, nous nous sommes régalés! Rouelles de Suprêmes Soufflés au brochet, viennoise d'herbes et légumes croquants Brochette de Suprêmes Soufflés aux morilles, salade de mesclun à l'huile de noix Panna cotta de Quenelle nature et fraises marinées à l'estragon Direction le quartier St Jean, avec tout en haut la Basilique Notre-Dame de Fourvière.... La Cathédrale St Jean (certaines gargouilles sont très particulières...) Les Lyonnais étaient connus pour ne pas faire étalage de leur fortune...Le plus souvent les façades des maisons sont sobres, limite austères et ce n'est que dans les cours intérieures que l'on découvre les signes de fortune du propriétaire du lieu.. Parfois, cependant, l'envie de montrer tout de même sa réussite titille le maître de la demeure et le puits, bien qu'à l'arrière, est placé de manière a être aperçu par le visiteur éventuel. Difficile de résister complètement au plaisir de faire étalage de ses richesses, l'aura de la personne en dépend .... Derrière une façade très sobre, on découvre cette tour dans laquelle on imagine bien Raiponce... Une porte secrète dans la rue St Jean: l'entrée d'une traboule . et dans cette traboule ..... Un grand merci à notre guide , elle était pétillante et passionnante. Terminons notre visite rapide du quartier St Jean par cette pâtisserie où la praline rose, un autre emblème de la ville, est reine! Nous l'avons dévalisée, je dois l'avouer.... Quenelles Saint Jean : en savoir plus ici (click)

Source: parmesanetpaprika.blogspot.com

Je suis d'avis que si on aime cuisiner il faut avoir préparé au moins 1 recette de Paul Bocuse dans sa vie, car cela fait partie de la culture culinaire. J'avais envie d'un livre de Bocuse et j'en avais vu un chez un bouquiniste à Paris , mais il en demandait un prix exorbitant, car soi-disant les vieux livres de Bocuse étaient très rares. Plus tard j 'avais déniché sur un site internet hollandais un livre d'occasion pour quelques € seulement. J'avais chargé ma soeur en Hollande de l'achat et je récupérerais le livre chez elle lors d'un prochain séjour. Il s'agit du livre "Bocuse dans votre cuisine" de 1982 version hollandaise avec 200 recettes qu'il aime préparer pour sa famille et ses amis. A l'époque on avait encore le droit de préparer une cuisine riche avec du beurre, de la crème fraîche, et c'est cette cuisine que Paul Bocuse continue à affectionner particulièrement. Il est resté fidèle à lui-même. Aujourd'hui le beurre et la crème fraîche sont à bannir et à remplacer par des produits à base de soja, des yaourts 0% et d'autre produits maigres, ou alors des substituts de beurre auxquels on ajoute je ne sais combien d'additifs car soi-disant le beurre n'est pas bon pour le cholestérol, ni les oeufs, ni... Et ne parlons pas des plats préparés qui contiennent souvent du sucre, trop de sel et des arômes, émulsifiants, stabilisants et que sais-je encore. J e suis d'avis qu'il vaut mieux manger des produits naturels sans ajout de je ne sais combien d'ingrédients avec des noms à dormir debout. Il faut varier son alimentation et ne pas trop exagérer dans les quantités. Les recettes de ce livre sont archi simples et même la personne la plus maladroite en cuisine peut très bien les réussir. Il y a de ces recettes que j'ai toujours eu envie de préparer et qui figurent quelque part sur ma "to do" list. De temps en temps je pioche dedans, ce qui a été le cas pour cette soupe à base de poireaux et pommes de terre. Je me suis permis d'y apporter une petite modification, mais je pense que Monsieur Bocuse me le pardonnera. Ingrédients pour 4 personnes : 500 g de pommes de terre 4 poireaux moyens 30 g de beurre 1 dl de crème fraîche sel et poivre Préparation : Porter 1 1/2 l d'eau avec un peu de sel à ébullition Éplucher et laver les pommes de terre Couper les pommes de terre en petits morceaux Nettoyer les poireaux et rincer minutieusement sous le robinet et couper en morceaux de 1 cm Faire cuire les poireaux dans le beurre jusqu'à évaporation de tout le jus Ajouter l'eau bouillante ainsi que les pommes de terre Laisser cuire environ 20 minutes Assaisonner avec du sel et du poivre Ajouter à la fin la crème fraîche La soupe ne doit plus bouillir Servir chaud A la différence de Paul Bocuse j'ai mis un coup de mixeur plongeant à la fin afin d'obtenir un velouté. Recette de Paul Bocuse

Source: theblogdeclementine.blogspot.fr/search/label/recette

La truffe est indissociable de la gastronomie, et les Chefs l'utilisent avec talent dans bon nombre de recettes. Lorsque vient la saison du cavage (la récolte), les médias nous parlent de ces marchés où le célèbre champignon attire les amateurs, et ce, malgré des tarifs qui l'élèvent au rang de produit de luxe. Il faut dire que sa saveur, a nulle autre pareille, sublime le moindre aliment. Ainsi, un simple œuf prend, à son contact, un arôme divin. Certains régions sont réputées pour leur production de truffes, en quantité et qualité. Le Poitou-Charentes - ma région - bien que ne faisant pas partie des plus grands producteurs, comptent des trufficulteurs proposant de belles truffes. Le week-end dernier, à Surgères, se déroulait la première Fête de la Truffe. Et bien que modeste, cette fête faisait figure d'événement pour bon nombre d'amateurs - et j'en fais partie - qui ne sont jamais allés sur les célèbres marchés aux truffes. J'ai ainsi pu apprendre (un peu), comprendre (un peu) la Truffe et sa culture. J'ai senti (beaucoup) j'ai observé au microscope les "bébés champignons" et j'ai goûté une délicieuse tartine de beurre à la truffe, et surtout, j'ai acheté une truffe fraîche (pas très grosse) mais très parfumée. Je suis donc revenue chez moi avec mon précieux trésor que j'ai "religieusement" emballé dans un tissu et rangé dans une boite hermétique, en compagnie de quelques œufs de mes poules, et réservé au frais pour quelques heures. Et j'ai choisi, tout spécialement, la recette des œufs brouillés à la truffe, de Monsieur Paul Bocuse, qui vient de nous quitter. INGRÉDIENTS POUR 2 4 œufs bien frais 1 petite truffe ou 1 morceau 1 C à soupe de crème épaisse sel et poivre 2 tranches de pain rassis ou pain de mie PRÉPARATION - Quelques heures auparavant, ou la veille, mettez les œufs dans la boite où vous avez rangé la truffe - Une heure avant le repas, cassez, dans un récipient pouvant aller au bain-marie, les œufs, fouettez-les avec la crème, le sel, le poivre et ajoutez la truffe émincée, à l'aide d'un couteau économe - Couvrez avec un film et mettez au réfrigérateur pendant une heure - Préparez une casserole d'eau, allumez le feu, posez dessus le récipient avec les œufs, de façon à ce que le fond touche l'eau que vous maintenez juste frémissante - Fouettez constamment les œufs jusqu'à ce qu'ils aient la consistance crémeuse - Versez dans des coupelles ou petites assiettes et servez aussitôt avec le pain juste grillé

Source: lacuisineetclaudine.blogspot.fr

500g de farine 1 bonne pincée de sel 1 sachet de levure chimique 3 cuillères à café de sucre 8 jaunes d’œufs 250ml de lait 50ml de rhum 750ml de crème fraîche liquide 12% 300g de beurre fondu 4 blancs d’œufs battus en neige Dans un saladier mélangez la farine, le sel, la levure chimique et le sucre. Faîtes un puits et mettez-y les jaunes d’œufs avec le lait et le rhum. Commencez à remuer et versez la crème au fur et à mesure du mélange. Versez le beurre fondu et mélangez bien. Battez en neige quatre blancs d‘oeuf et ajoutez-les délicatement à la pâte. Faites chauffer le gaufrier, huilez-le et déposez une grosse cuillère à soupe de pâte dans chaque alvéole, faîte cuire 3 à 5 minutes. Continuez jusqu’à épuisement de la pâte. Source :

Source: gateaugaga.blogspot.com

Recettes24 is a recipe search engine that find recipes with advanced filters like ingredients, categories and keywords.
Recettes24 does not host recipes, only links to other sites. | FAQ | Privacy
Copyright 2019 ® - Contact