content | verrine crevette avocat boursin | recettes24.fr | soupe benoit gagnon recette | soufflé thon et courgette marmiton | recettes de salsa | brochette poulet tandoori ananas
Se Connecter

Connectez-vous pour recettes24 pour enregistrer vos recettes préférées

Si vous n'êtes pas encore enregistré(e), inscrivez-vous maintenant!

Mot de passe oublié?

 ATTENTION, CE JAMBON POURRAIT CRÉER UNE SÉRIEUSE DÉPENDANCE! *************************** François Chartier, avec toutes ses recherches sur les molécules et les goûts m'inspire vraiment beaucoup. Je ne sais pas si vous avez jeté un oeil sur son travail, mais il y a des trucs bien intéressants. Certes, il y a un peu de redondance dans ses derniers bouquins (une même recette est parfois présentée dans 4-5 déclinaisons), mais il y a surtout de très bonnes idées. D'ailleurs, c'est là (et dans sa nouvelle émission) que j'ai trouvé l'inspiration pour ce jambon... Et quelle inspiration! Je vous jure, à notre première bouchée, mon Copain et moi avons roulé des yeux de plaisir. Véritablement, la bière noire, le bouillon de boeuf, le sirop d'érable et les épices se marient extrêmement bien au jambon. Vraiment, un coup de coeur cette recette! Comme prochain jambon, c'est celui-ci que vous voulez réaliser. Ingrédients (portions, beaucoup:) 1 jambon de 3,5 à 4kg 1 c. à soupe de beurre 4 gousses d'ail écrasées 2 oignons hachés 2 anis étoilées 6 clous de girofle 1 bâton de cannelle 1 c. à soupe de graines de fenouil 1 tasse de bouillon de boeuf 2 tasses d'eau 1 bouteille de St-Ambroise noire (ou autre stout) 1/3 tasse + 1/2 tasse de sirop d'érable foncé Préparation 1. Dans une grande casserole, déposer le jambon et le couvrir d'eau froide. Le faire désaler quelques heures en changeant l'eau de trempage à deux reprises. 2. Dans une casserole faire fondre le beurre sur un feu moyen. Ajouter les oignons hachés et l'ail et cuire 2-3 minutes, jusqu'à ce que les oignons soient translucides. 3. Ajouter les épices et cuire 1-2 minutes encore. 4. Ajouter le bouillon, l'eau, la bière et 1/3 de tasse de sirop d'érable et amener à ébullition. Déposer le jambon, côté chair vers le bas et couvrir la casserole. 5. Cuire à feu moyen-doux pendant environ 2 heures à 2heures30, en vous assurant de maintenir un bouillon constant. 6. Lorsque la viande est tendre, retirer le jambon de la casserole. Augmenter la température du feu, ajouter le reste du sirop d'érable et faire réduire le jus de cuisson du tiers, voire de la moitié. Le jus de cuisson doit devenir presque sirupeux. Cette étape devrait prendre une quinzaine de minutes. 7. Préchauffer le four à 400F. Retirer le filet autour de la viande et retirer la couenne et le gras. 8. Déposer le jambon dans une lèche-frite. Réserver. 9. Badigeonner le jambon du jus de cuisson réduit et enfourner au centre du four pour 20 minutes, en le badigeonnant toutes les 5 minutes. 10. Tout juste à sa sortie du four, badigeonner le jambon avec le jus accumulé au fond de la lèche-frite. Découper et déguster. Imprimer la recette

Source: aventuresculinairesdekiki.blogspot.com

Il y a quelques jours, je suis allée chez l'Ami Jean . J'avais rendez-vous avec Mamina . Elle qui m'avait parlé avec tant de fougue et d'enthousiasme du chef - Stéphane Jego - me proposait de le rencontrer et de partager un déjeuner gourmand au restaurant. Et ce fût un excellent moment. Je suis arrivée et j'ai tout de suite été happée par cet endroit qui sonne vrai. Le décor est assez hétéroclite : il y a des dessins, des fresques style bd, des cordes de piment d'Espelette (à l'origine chez l'Ami Jean est un restaurant basque) à côté d'un lustre en cristal. Au centre de la salle, il y a une grande table de ferme que j'imagine bien en table d'hôte ; pas très loin, une table ronde dans une alcôve pour les copains. Dans le reste de la salle ce sont des tables classiques au coude à coude : un esprit très bistrot. Au fond, c'est la cuisine, l'antre de Stéphane Jego. De là, il a une vue imprenable sur tout ce qui se passe à travers le passe. Il peut humer l'ambiance de la salle, capter ses envies, échanger quelques mots avec la table d'à côté (à mon avis la meilleure, celle qu'il faut réserver).  Stéphane Jego est un breton de Lorient qui a fait ses armes culinaires au Crillon à l'époque de Christian Constant puis à la Régalade avec Yves Camdeborde : des hommes à la personnalité généreuse et vraie, à la cuisine inspirée. J'ai retrouvé chez lui les même attributs avec un côté légèrement canaille et si tendre à la fois. La cuisine de Stéphane est celle d'une homme de tempérament, d'un passionné des bons produits. Elle est celle de nos grands-mères réactualisée, ré-inventée avec beaucoup de talent et de précision, avec un esprit bistrot tendance gastronomique. Souvent il propose des mélanges terre-mer comme cette garbure aux bulots e foie gras servie dans un petit pot noir : délicieuse. Il y a eu aussi une joue de veau au homard cuite pendant 17 heures avec des petits haricots de Paimpol : mon coup de coeur. Les amateurs de viande seront vraiment conquis, cette homme est un véritable rôtisseur, il sait chouchouter ce produit comme personne (je vous invite à lire les explications de Pascale qu'elle a recueillies directement en cuisine). Compte tenu des quantités, vous devriez être calés. Mais il faudra que vous gardiez absolument une place pour le dessert (sinon, vous le regretterez, je vous aurais prévenus).  Mamina m'avait vanté le riz au lait de Stéphane qu'il sert avec un caramel au beurre salé et des noix de pécan caramélisées. C'est une version crémeuse, onctueuse, addictive. Oui, je vous le confirme, gardez une place pour le dessert. Pour les plus curieux, vous pouvez retrouver la recette sur cette vidéo , ou bien ici chez Mamina ou Philou ). Et maintenant, c'est vous qui entrez en scène... Stéphane Jego a décidé d’ offrir un dîner pour deux personnes dans son restaurant chez l'ami Jean en échange de votre meilleure recette de riz au lait . Et vous n'avez pas d'excuse pour ne pas participer car si vous habitez en province, le transport et la nuit d'hôtel sont également pris en charge. Le jeu est ouvert jusqu'au 20 octobre 2012 . Il vous suffit de m'envoyer votre recette et photo (si possible) par mail danslacuisinedesophie(arobase)hotmail(point)fr. Toutes vos recettes seront transmises à Stéphane Jego qui choisira lui même le gagnant. A très vite ! Chez l'Ami Jean 27, rue Malar 75007 -Paris Tél. : 01 47 05 86 89 Ouvert tous les jours, sauf le dimanche et le lundi. Métro : La Tour-Maubourg Pour suivre toute l'actualité du restaurant, suivez les sur Facebook : l'Ami Jean .

Source: danslacuisinedesophie.blogspot.com

Cronique d'une paella sucrée au thé vert et/ou la révolution 'paellera' d'Alberto Herráiz (restaurant Fogón, París) Le chef Alberto Herraiz en train de cuisiner Vous recherchez la recette authentique de la paella ? Oubliez-le parce qu'elle n'existe pas. Au moins, ainsi le croit Alberto Herráiz , un des chefs qui a étudié plus en profondeur cette recette . Pour cela, au lieu de chercher 'Le Doré', le chef a opté pour évoluer ou plutôt révolutionner la paella . Herráiz a créé douzaines de variantes de cette recette et, souvent, rien d'orthodoxes. Mais le purisme ne l'empêche pas de dormir, sa vraie inquiétude est le fait d'universaliser la paella en l'adaptant à la culture gustative de chaque commensale. Le meilleur exemple de cela: sa paella sucrée au thé vert qui fait fureur parmi les clients japonais. "LA VERITABLE PAELLA N'EXISTE PAS" Alberto Herráiz afirme ne pas trahir les racines de la paella . Cependant, il refuse l'idée de la " paella authentique ". En fait, "si tu parles à trois valenciens personne est d'accord" sur comment cuisiner de la paella ou les ingrédients qu'il faut y mettre. La paella authentique est impossible à reproduire car, à son avis, à l'époque quand elle a été créée les recettes se transmettaient oralement. En somme, il n'y a aucune trace écrite. En conséquence, pour lui la paella "est une technique de cuisine qui ne s'accroche à rien" et pas "une recette quadrillée avec laquelle personne n'est d'accord". Ainsi, "quand un client arrive" au Fogón et il demande une " paella authentique , ça ne va pas, parce qu'elle n'existe pas", afirme le chef en rient. UNIVERSALISER LA PAELLA Précisément ce manque de purisme fait possible "universaliser" cette assiette. Cependant, la tâche n'est pas facile, car universaliser la paella veut dire l'adapter à l'histoire gustative de chaque commensal. C'est pourquoi, Herráiz définit les "paellas blanches" comme sa "première grande découverte". La paella blanche se passe de la tomate, de la paprika et du safran, c'est-à-dire, "le sofrit qui marque le caractère à la cuisine espagnole et surtout à cette technique". Ainsi, "éliminer cette trilogie" et la remplacer par des produits locaux propres de la culture gustative du commensal veut dire " universaliser la paella ". Herráiz le résume d'une façon très simple: "mon objective est que chaqun fasse de la paella avec ce qu'il a dans le frigo". Ainsi, "ce qui me ferait plaisir c'est d'aller n'importe où et trouver de la paella dans les menus de tous les restaurants" comme le "risotto italien". Et il semble avoir réussi. PAELLA AU THÉ VERT POUR UNE DIPLOMATIQUE JAPONAISE Un exemple suffit. Une diplomatique japonaise est devenue une fan inconditionnelle du Fogón grâce à une paella sucrée au thé vert. En fait, "chaque fois qu'elle revient nous devons en cuisiner", afirme Herráiz flatté. Le secret de la réussite se base sur le fait de "séparer le bon grain de l'ivraie" et "codifier" la recette de la paella d'accord à "l'historie gustative" du commensal, explique Herráiz. HERRÁIZ "NE SAVAIT RIEN SUR LA PAELLA" Portrait d'Alberto Herraiz (photo réalisée par J. Mari del Moral et transferée par le chef) Cependant, l'aujourd'hui expert en paella ne savait rien de cette recette quand il a décidé d'ouvrir sa rizerie. En fait, il ne venait pas de Valencia, mais de Cuenca. La seule chose qui était claire pour lui c'était qu'il voulait ouvrir un restaurant à Paris et se faire connaître le plus rapidement possible. Et quoi de mieux que la paella, la recette espagnole las plus répandue dehors de l'Espagne? À long terme, Herráiz a remarqué que le fait de ne pas avoir une connaissance acquise sur la paella "a été un avantage parce que tu n'acceptes rien parce que et tu remets tout en question". Ainsi, le chef a pu "analyser l'information recueillie sans a priori" et établir les bases de la technique pour cuisiner de la paella . SYMPOSIUM SUR LA PAELLA Pour cela, Herráiz et ses frères (aussi cuisiniers) ont visité les restaurants de paella les plus renommés. "Chaqun a visité différents lieux et chacun a reçu des explications différentes". "Il y avait des points communs, mais personne ne mesurait les quantités ni chronométrait" le temps de cuisson. Cela leur a conduit à créer son propre système pour cuisiner de la paella . Les frères ont fait innombrables test modifiant un seul élément à chaque fois jusqu'à obtenir le meilleur résultat dans tous les cas. Ils ont aussi étudié quelle était la meilleure marque de riz. Après ce symposium Herráiz a établi "un système, qui n'est pas le meilleur, qui n'est pas le pire, mais qui est toujours égal" et "permet de maintenir un niveau très élevé" et constant, tel qu'il chef voulait. Malgré tout, "le système a continué à s'améliorer" et a porté comme fuit un livre de recettes appelé 'Paella' . Cependant, le chef a précisé que "le travail n'est pas fini" et qu'il "continue à se perfectionner un jour après l'autre". "L'ÉTOILE MICHELIN NE NOUS CORRESPONDAIT PAS" À ce jour, Fogón a trois 'toques' sur le guide 'Gault&Mileau' et aucune étoile sur le guide Michelin . Cependant, pendant quelques années le restaurant a été dans le firmament Michelin. À propos de ce fait, Herráiz explique sans mâcher ses mots que "l´étoile Michelin ne les correspondait pas". Selon le chef, "le client qui se guide par les étoiles Michelin demande différents services" que Fogón "ni a ni touche". Herráiz précise que les prix du Fogón "sont la moité" que ceux des autres restaurants étoilés. Cependant, son expérience ne fait aucun doute: avec le même prix le client opterait par un restaurant français et pas un espagnol. Pour cela, "mon restaurant est 'minimal' et il y a seulement ce qui est indispensable". PAELLA AU THÉ VERT ET AUX HARICOTS ROUGES (Recette extraite du livre 'Paella' par Alberto Herráiz) Pour 6 personnes: 4g de thé vert placé dans un sachet pour infusion 4 capsules de cardamome blanche, 1 étoile de badiane et 6 graines de coriandre, le tout réuni dans un sachet à infusion 150 grammes de riz rond 60 cl de lait 100 grammes de sucre en poudre 20 g de poudre de thé vert matcha + 1/4 de cuillère à café pour la cuisson du riz 125 grammes de haricots rouges 'azuki' cuits, en conserve 60 cl d'eau Préparation Faire chauffer 60 centilitres d'eau dans la paella. Juste avant l'ébullition, retirer du feu et ajouter le thé vert et le sachez d'épices. Laisser infuser 5 minutes dans la paella, puis retirer le sachet de thé et laiser le sachet d'épices. Faire chauffer de nouveau. Juste avant l'ébullition, ajouter le riz, bien le repartir dans la paella et laisser cuire sur feu doux à petit frémissement, en évitant l'ébullition. Programmer un minuteur sur 45 minutes. Au bout de 10 minutes, faire bouillir le lait dans une casserole. Ajouter le sucre et 2 grammes de thé vert en poudre; remuer pour dissoudre les ingrédients, puis verser le tout dans la paella. 10 minutes plus tard, ajouter les haricots rouges bien égouttés. Retirer le sachet d'épices. Goûter et ajouter du sucre si nécessaire. Vérifier régulièrement la cuisson du riz jusqu'à ce qu'il soit à point, en ajoutant de l'eau si nécessaire. Au bout de 25 minutes, une fois la cuisson terminée, retirer du feu. Nettoyer les bords du plat et laisser refroidir à température ambiante. Conserver le riz au réfrigérateur. Au moment de servir, saupoudrer toute la surface du riz du thé matcha à l'aide d'un tamis très fin.

Source: gateauxenespagne.blogspot.com

J'avais idée de préparer quelques aides culinaires du type le cube de bouillon que l'on ajoute pour corser un plat. Pour me faire la main, j'ai choisi de faire un concentré de bouillon de légumes. Mon cahier des charges est simple : - il doit pouvoir se faire avec des légumes et produits qui traînent dans le frigo... Ou le placard. - cela doit m'éviter l'achat de cubes industriels Chez nous, il y a toujours un assortiment de légumes, carottes, courgettes, poireaux, tomates, aubergines... Il a donc été très simple de réaliser le premier point. Le deuxième point ne devrait pas être difficile à réussir... J'ai fouillé la blogosphère à la recherche de la recette miracle. Certaines se répètent à l'identique et il se dégage une base constante: des légumes aromatiques, des herbes qui donneront du peps, du sel qui assurera la conservation. A ce sujet, la communauté Thermomix d'Australie est très vivante et propose nombre de recettes sympathiques. J'ai donc réuni : 4 branches de céleri, avec leurs feuilles 2 carottes 1 courgette, un demi bouquet de persil 1 bel oignon jaune 1 blanc de poireau 1 gousse d'ail rose de Lautrec Puis, 1 joli brin de romarin 1 feuille de laurier Quelques feuilles de sauge Ces 3 derniers ingrédients étant fraîchement cueilli dans le jardin Et enfin, 150 g de gros sel de mer 2 càs d'huile d'olive Comme ca fait beaucoup de volume, j'ai commencé par broyer le persil avec 2 ou 3 poussées sur le bouton turbo, j'ai rajouté les carottes en tronçons et de même avec le bouton turbo. Enfin, le blanc de poireau, les branches de céleri tronçonnés, la courgette en rondelles, l'oignon coupé en deux, l'ail puis les herbe avec un petit coup de turbo en chaque ajout. Enfin, j'ai rajouté l'huile et le sel. Le bol est bien rempli :-) On procède à Vitesse 6 pendant 15 secondes puis on règle 20 minutes, température varoma, vitesse 1. A la sonnerie, on règle 1 minute et on augmente progressivement la vitesse à 10 pour tout pulvériser. Verser dans des bocaux rincés à l'eau bouillante et mettre les couvercles. Utiliser à raison 1 càc pour 1/2 l d'eau. Se conserve longtemps, plusieurs mois, compte tenu de la teneur en sel. I had idea to prepare a few cooking helpers like the cube of broth that we add to spice up a dish. To start, I chose to make a concentrate of vegetable broth. My specification is simple: -It must be done with products and vegetables lying around in the fridge... Or the closet. -This must avoid me the purchase of industrial stock concentrate With us, there is always an assortment of vegetables, carrots, zucchinis, leeks, tomatoes, eggplants... It was therefore easy to achieve the first point. The second point should not be difficult to achieve... I searched the blogosphere looking for the recipe. Some are repeated identically and it gives off a constant basis: aromatic vegetables, herbs that will enhance the taste, salt that will ensure the conservation. In this regard, the Thermomix of Australia community is very alive and offers number of friendly recipes. I have therefore gathered: 4 stalks of celery, with leaves 2 carrots 1 Zucchini, half a bunch of parsley 1 beautiful yellow onion 1 white of Leek 1 clove pink garlic of Lautrec Then, 1 nice sprig of Rosemary 1 bay leaf A few leaves of Sage These last 3 ingredients are freshly picked in the garden And finally,. 150 g coarse sea salt 2 tbsps of olive oil As it makes a lot of volume, I started by process parsley with 2 or 3 thrusts on the turbo button, I added carrots into sections and same with the turbo button. Finally, the white of leek, cut celery stalks, sliced Zucchini, onion cut in half, garlic then the grass with a little bit of turbo in each addition. Finally, I added the oil and salt. The bowl is well filled :-) Process by speed 6 for 15 seconds then program 20 minutes, temperature varoma, speed 1. At the buzzer, set 1 minute and it gradually increases the speed at 10 to pulverize all. Pour into jars rinsed with boiling water and place the lids. Use 1 tsp for 1/2 l of water. You will keep it a long time, several months, taking into account the salt content.

Source: happythermomixing.blogspot.fr

Hier, mine de rien, Paul me commande une pizza. Je rêve ou quoi ????? Quand il m'est arrivé de présenter une pizza toute prête les soirs où je rentre tard du boulot, ce n'est qu'une suite de : "y'a d'la tomate !" (quelle perspicacité !), "il est mauvais le fromage ..." ou "elle est trop dure ta pizza ..." . Et je vous épargne les "j'aime pas les oignons sur la tarte flambée", "y'a des morceaux" dans la bolognaise et "j'aime pas trop ces nouilles " dans un plat de ... nouilles ! Ahahah ! Paul, si on ne t'avait pas fait ... Mais j'ai trouvé la parade, gnarf gnarf, sauf quand je rentre tard du boulot. Parce que faire sa pizza, c'est fastoche, mais ça veut quand même dire faire sa pâte levée, et donc prévoir un rétro planning de deux bonnes heures avant d'entendre des "Hmmmm...", "C'est trop bon maman ..." ou "Encore un morceau s'il te plaît". Ça fait des années que j'utilise la recette de la pâte à pain du livre La cuisine de Jamie de Jamie Oliver : proportions parfaites, jolie texture et temps de levage assez constant. En général, je fais la recette avec 500g de farine ; ça me permet de cuisiner une pizza ronde (diamètre environ 30cm) et une rectangulaire (30 sur 40cm). Vous pouvez également doubler la recette, pré cuire des fonds de pizza pendant 5 mn puis les congeler pour quand vous rentrez tard du boulot (tiens, c'est bizarre, pourquoi j'y avais pas pensé :) ???). Ou alors faire une deuxième pousse et cuire un pain pour le lendemain. Ou alors inviter des amis. Pizza spéciale Paul. Les tomates sont sur ma partie. Pâte à pain de Jamie O. et pizza spéciale Paul Ingrédients - 1 sachet de levure de boulanger déshydratée - 15g de miel - 30cl d'eau tiède - 500g de farine (j'ai utilisé 300g de farine de blé, 100g de farine complète et 100g de seigle) - 15g de sel Délayez la levure et le miel dans la moitié de l'eau tiède. Dans un grand bol, assemblez les farines et le sel, puis creusez un puits. Ajoutez la levure délayée et hydratez la farine autour. Ajoutez le reste de l'eau tiède et mélangez avec vos mains. Vous allez obtenir une boule assez collante. Sur un plan de travail fariné, pétrissez la pâte quelques minutes dans tous les sens. La pâte doit gagner en texture et ne plus coller aux doigts ; rajoutez un peu de farine si nécessaire. Replacez la pâte dans le bol, couvrez d'un torchon propre et oubliez dans un endroit non ventilé (par exemple dans le four à micro onde, c'est très bien). Au bout de une à une heure et demi, la pâte devrait avoir doublé de volume. Sur un plan de travail fariné, pétrissez la un bref instant pour en chasser l'air, prélevez environ la moitié et étalez sur environ 0,75cm à la taille de votre plaque de cuisson. C'est le moment de préchauffer votre four à 220°C ou 200°C chaleur tournante. Le temps du préchauffage correspond en gros aux 10mn de pousse que votre pâte à pizza nécessite encore. Profitez également de ce temps pour préparer la garniture de votre pizza. Pour la spéciale Paul : de la sauce tomate (maison ou pas, la barilla au basilic me convient bien, et un petit pot suffit pour la pizza ronde), 2 tranches de jambon coupées finement et une boule de mozza détaillée, le tout saupoudré de parmesan râpé, d'origan et de basilic (pas trop, sinon le Paul va s'offusquer de "ces petits bouts verts"). Pour la pizza rectangulaire : 3 garnitures pour 4 personnes. Sauce tomate, basilic, origan et parmesan pour tous. Puis, une spéciale Paul à gauche, figues du déshydrateur, champignons et chèvre au milieu, et champignons, coppa préalablement grillée et mozza à droite. Garnissez la pâte juste avant d'enfourner pour environ 10 mn, ou jusqu'à ce que le fromage soit bien doré. Mmmmm, dis donc, ça sent drôlement bon dans cette cuisine ! Édit du soir bonsoir : Paul n'aime pas les tomates MAIS il adore la sauce tomate. Si quelqu'un a reçu par erreur le mode d'emploi de cet enfant, qu'il me le renvoie IMMÉDIATEMENT !

Source: secotinemaligne.blogspot.com

Avez-vous regardé Top Chef cette semaine ? Voui, le truc de la 6... Ce ne sont pas les chefs médiatiques qui m'intéressent ; ce qui m'épate toujours c'est ce que les candidats arrivent à faire avec des produits imposés. Franchement, auriez-vous sorti un dessert avec du cèleri ? Moi pas, c'est sûr et certain. Enfin bref, tout ça pour en venir à l'omelette "de" Christian Constant : blanche dessus, jaune dedans et un jaune filé par-dessus. Destructurée. Et à priori ça n'a pas l'air compliqué une fois que le chef Constant a expliqué. Alors je me lance, même si je n'ai pas le four vapeur qui va bien pour cuire les blancs. Ingrédients : - 4 oeufs - un peu de crème fraîche - un peu de beurre - 1 cs d'huile * Battre 3 blancs d'oeuf. Les saler. Les enfourner à 80° dans un four-vapeur sur une poêle huilée Les cuire à feu TRES doux dans une poêle tout juste huilée (1 petite cs), afin que les blancs ne se colorent pas, ni dessus, ni dessous. Les débarrasser sur une assiette creuse filmée. * Fouetter 3 jaunes d'oeuf et 1 blanc pour faire des oeufs brouillés. Stopper la cuisson en ajoutant le beurre et la crème. * Mettre le jaune restant dans un cornet en papier ustensile Lekué (pour faire des décos avec les sauces dans les assiettes). Le verser en filé dans une casserole d'eau frémissante pendant 1 minute (le jaune remonte à la surface quand il est cuit). Retirer à l'écumoire et plonger ces vermicelles dans une eau froide pour stopper la cuisson. * Dresser en déposant le blanc sur les oeufs brouillés, et en parsemant l'oeuf filé par-dessus. C'est rigolo, et ultra-rapide.

Source: atable.blogspot.fr

Retour en arrière sur un été de tous les dangers où l'eau a été au centre de toutes les préoccupations comme le besoin constant de s'hydrater et de se mettre à l'abri. Les animaux et la flore autant que nos organismes ont été mis à rude épreuve pendant ces chaleurs extrêmes interminables :(. La sécheresse commençait à être visible sur les arbres environnants qui jaunissaient déjà par petites touches au mois d'août. Plantes et fleurs intérieures comme extérieures, herbes aromatiques un peu délaissées ont beaucoup souffert aussi de ces pics de chaleur. Certains y ont survécu d'autres non : oeillets, laurier sauce, persil et lavande ont été brûlés par le soleil seuls le lierre, le thym, le romarin et la ciboulette ont pu résister. Avec le retour de la pluie, des arrosages un peu plus réguliers et un tri indispensable les dégâts ont pu être limités :). Géraniums et hortensias n'ont pas manqué d'embellir notre espace pendant l'été ICI et LA , les hortensias refleuriront peut-être encore qui sait ;). Les lauriers roses plus exposés cette année ont eu beaucoup de mal à démarrer. Certains boutons ont brûlé avant la floraison. Quelques rares exceptions avant la canicule et les retardataires nous ont permis de profiter de leurs jolis bouquets. Le mois de septembre avec la rentrée pour petits et grands, un peu de fraicheur matinale bien agréable et des journées plus courtes nous annonce la venue de l'automne, une saison pleine de charme qui sera particulièrement active pour nous aussi :). Merci à pour vos visites et vos commentaires pendant mon absence. Bonne journée à toutes et tous !

Source: lesgourmandisesdemelodie68.blogspot.com

À part Noël, nos soirées de fêtes de fin d'année se déroulent en mode "apéro dinatoire" pour mon plus grand plaisir, quand on est nombreux je trouve que c'est plus convivial, tu peux bouger, papoter, jouer, boire et manger ce que tu veux, suivant tes goûts et ton appétit, sans être obligé de rester assis des heures à table pour un repas trop long et trop copieux (mais chacun son truc). Par contre, vu l'accroissement constant de notre famille, il faut penser à des préparations variées, facile à transporter, dresser et servir. En parcourant le livret Saveurs & Valeurs je me suis souvenue des délicieux petits rouleaux de chou rave et truite fumée d'Ondenval que nous avait préparé Thomas Troupin lors du banquet GW . L'idée est là même si la recette n'est pas celle du chef, c'est une version "famille nombreuse" très simplifiée mais réalisée avec de bons produits pour un résultat délicieusement léger et très frais, que demander de plus ? Rouleaux de chou rave et truite fumée (pour 20 petits rouleaux) 1 chou rave - 1 càs de vinaigre de riz - 150gr de truite fumée - 1 càc de mayonnaise légère au citron - herbes fraiches pour garnir Trancher le chou rave à la mandoline le plus finement possible, déposer les tranches dans un bol avec le vinaigre de riz, mélanger, réserver. Effilocher le filet de truite à l'aide de deux fourchettes et mélanger avec la mayonnaise, il faut en mettre très peu, elle sert juste de liant, le but n'est pas d'avoir une sauce, il faut retrouver toute la mâche de la truite, sa saveur, la finesse et la texture de sa chair. Déposer ½ càc de farce et rouler les tranches de chou, décorer d'un peu d'herbes fraiches et réserver au frais jusqu'au moment de servir.

Source: pourquoi-pas-isa.blogspot.com

C’est un de ces jolis livres de la collection Mise en appétit de l’Epure . Il a trouvé sa place tout naturellement sur la pile de mes livres de chevets, entre deux polars et un roman de SF. Je n’ai pas l’habitude d’emporter au lit mes livres de cuisine, mais celui-ci se dévore comme un roman. N’en déplaise aux ayatollahs de la bienséance, qui voudraient nous interdire de saucer comme il se doit notre assiette en société, Mayalen Zubillaga nous écrit dans l’art de saucer une ode au trempage gourmand, au pain imbibé d’huile d’olive, à la mouillette, aux crêpes gorgées de miel et de fleur d’oranger, en bref à toutes les sauces et aux divers moyens utilisés pour en capter jusqu’à la dernière goutte. Avec l’humour et l’intelligence sans arrogance qui la caractérisent, elle nous transmet, par petites touches, le gai savoir de ses traditions gourmandes, méditerranéennes, pyrénéennes et voyageuses. On s’y laisse entrainer, le sourire aux lèvres. Et on en redemande. A offrir et à s’offrir. Mais je la laisse parler : «Côté terre, la moitié de mon ADN vient des montagnes pyrénéennes, où, par un heureux déterminisme, naquit le roi préféré des sauceurs – comment ne pas avoir d’affection pour Henri IV, seul chef d’Etat ayant érigé, avec la poule au pot, une recette de cuisine en guise de slogan politique ? […] Mais le plat le plus attaché à la Bigorre de mon enfance n’a rien d’exclusivement régional : il s’agit du poulet locavore – distance entre la maison et le poulailler : quinze mètres – que notre douce et généreuse grand-mère Jeanne faisait rôtir chaque fois que nous lui rendions visite. Elle le préparait dans une cocotte ordinaire, sur le feu et non dans le four, à vue d’œil et de nez. De l’huile achetée chez l’épicier au bout de la rue, quelques gousses d’ail, du thym du jardin, et zou : chef-d’œuvre. Malgré de longues heures pour essayer de percer Le grand secret d’une cuisson toujours impeccable, j’ai pour ma part longuement échoué à mitonner un poulet moelleux, doré et parfumé. La seule méthode m’assurant désormais un résultat constant, quels que soient le mode d’élevage de la bête, sa taille ou la précision du four, c’est la cuisson dans une brique en terre. Celle-ci permet par ailleurs d’extorquer au poulet un jus abondant qui se sauce directement dans le plat, puis à table dans le bol faisant office de saucière (en disant « ça ne se fait pas mais…slurp scrunch scrotch ») et enfin dans l’assiette. En bonus, Jeanne farcissait le poulet, avant de le cuire, de morceaux de pain rassis frottés à l’ail : avec la panzanella , voici l’une des plus grandes réussites de l’art du sauçage incorporé." Le résultat est délicieux, parfumé et moelleux – j’ai juste allongé le temps de cuisson sans couvercle par rapport à la recette initiale pour faire dorer un peu plus le poulet – et je ne vous raconte pas le goût complètement addictif des croutons à l’ail trempés de sauce à la sauge ! Au passage, cette recette m’a réconciliée avec le Römertopf (utilisé en guise de diable) , qui ne m’avait pas donné jusque-là des résultats convaincants. Poulet rôti au diable Ingrédients pour 6 personnes 1 poulet fermier d’environ 2kgs Sel fin 10 gousses d’ail 6 feuilles de sauge 3 ou 4 morceaux de pain rassis Poivre Une demi-heure avant de commencer, immerger la cocotte en terre avec son couvercle dans de l’eau froide. Saler généreusement l’intérieur du poulet. Peler une gousse d’ail (garder les autres en chemise) et la frotter sur les morceaux de pain rassis. Les glisser à l’intérieur du poulet avec les feuilles de sauge. Mettre le poulet dans la cocotte, saler, ajouter autour les gousses d’ail en chemise. Fermer la cocotte et la mettre dans le four froid. Allumer le four à 160°C. Laisser cuire pendant 2h30, en enlevant le couvercle la dernière demi-heure pour faire dorer. Poivrer en fin de cuisson.

Source: undimanche.blogspot.com

(photo : google) Pour répondre au souhait ou à la curiosité de certaines bloggeuses ou de certains visiteurs, je publie pour vous ma bonne vieille recette de dessert à l'eau de rose qui ne nécessite que vos bras sans ledit robot thermomix. Vous allez adorer comme ma douce moitié. Mais attention, allez-y délicatement avec l'eau de rose pour la touche finale afin de ne pas tout gâter et là, je parle par expérience. Ce sera simple comme bonjour, le plus difficile pour certaines étant de trouver l'ingrédient principal. Le met qui vous semblât sophistiqué hier n'est en quelque sorte qu'un simple blanc-manger. L'eau de rose est pour moi une eau merveilleuse pour ne pas dire «des dieux». L'odeur et la saveure, j'aime tout d'elle sans oublier le fait qu'elle est invisible. On la retrouve dans les pâtisseries du Moyen-Orient, un cigare aux amandes ou un gâteau (dans mes publications antérieures), sans oublier le loukoum. On fait aussi des gelées aux pétales de roses ou au cynorrhodon, le fruit de l'églantier, une source de vitamine C inestimable. J'ai fait jadis de cette gelée avec le fruit cueilli au lendemain du premier gel, en août-septembre comme il se doit pour la réussite de la chose. Une expérience réalisée avec mon ami Réjean. Pour les photos du dessert c'était hier (sans le colorant alimentaire, bien entendu)! Descendez votre curseur plus bas! 3 c. à soupe ou 45 ml de fécule de maïs 2 tasses ou 500 ml de lait froid 2 c. à soupe ou 25 ml de sucre glacé tamisé 1 c. à soupe ou 15 ml d'eau de rose (s'il n'y en a pas à votre épicerie ou supermarché, explorez du côté des épiceries d'alimentation saine ou naturelle ou encore à la pharmacie car l'eau de rose est parfois utilisée pour la peau...) pistaches broyées graines de grenade fraîche Mettre la fécule dans une petite casserole. Verser un peu de lait et remuer jusqu'à dissolution complète de la fécule (il faut éviter la formation de grumeaux). Verser le reste du lait en un filet constant, out en remuant. Chauffer la casserole à feu moyen et cuire en remuant constamment mais délicatement pendant 10 minuites ou jusqu'à ce que la préparation soit très chaude, qu'elle ait la consistance d'une crème épaisse et qu'elle adhère un peu au fond de la casserole. Retirer du feu. Mettre dans des bols à dessert et laisser refroidir complètement. Couvrir les bols, puis les laisser quelques heures au réfrigérateur ou jusqu'à ce que la masse soit froide et ferme. Une croûte se formera à sa surface. Servir directement au sortir du réfrigérateur saupoudré d'un peu de sucre glace et arrosé de quelques gouttes d'eau de rose (un peu seulement sinon ce sera peut être trop!). Garnir de pistaches et de graines de grenades (moi, je n'en ai jamais mis). source : livre inconnu ou égaré

Source: marieestdanssonassiette.blogspot.ca

250 g de pois chiches en conserve 2 gousses d'ail 2 c. à soupe de tahini (purée de sésame) 1/2 citron jaune 1/2 c. à café de graines de cumin 1/2 c. à café de paprika huile d'olive quelques feuilles de persil plat sel, piment d'Alep Préparation ÉTAPE 1 Versez le contenu de la conserve de pois chiches dans un saladier. Transvasez l’équivalent de 5 cl de jus de pois chiches dans un verre et réservez. Recouvrez les pois chiches d’eau, puis roulez-les entre vos mains afin d’en ôter les peaux. L’opération est un peu longue… ÉTAPE 2 Épluchez les gousses d’ail. Pressez le jus du demi citron. Égouttez les pois chiches, placez-les dans le bol de votre robot et ajoutez l’ail, le jus de citron et le tahini. Mixez l’ensemble, tout en versant un petit filet d’huile d’olive constant, jusqu’à obtention d’une d’une pâte homogène. Salez, assaisonnez de piment d’Alep et goûtez. ÉTAPE 3 Si la préparation vous semble trop compacte, ajoutez un peu de jus de pois chiches réservé en début de recette afin de la rendre plus onctueuse. Dressez le houmous dans un petit bol. Saupoudrez de graines de cumin et de paprika en poudre. Parsemez de persil fraîchement ciselé. ÉTAPE 4 Servez le houmous en apéritif, accompagné de pain pita ou encore de tranches de pain frais.

Source: cuisineaz.com

Parfois je suis tellement ailleurs que la notion du temps m'échappe jusqu'à ce que le temps lui-même me rattrape. Ça vous arrive aussi ? J'étais persuadée que Mardi Gras était début mars avant de me rendre compte ce week-end que c'était cette semaine même et que je n'avais rien préparé pour l'occasion... Heureusement j'ai toujours un bon lot d'idées en tête, souvent rapides à réaliser ! Au Royaume-Uni Mardi Gras est en fait Pancake Day, le jour des pancakes, un peu comme notre Chandeleur française qui n'est pas célébrée outre-Manche. Or j'adore tellement les pancakes qu'une fois encore je troque les beignets et autres spécialités françaises de Mardi Gras pour une pile de pancakes qui n'a absolument rien à leur envier. Il y a quelques jours j'ai reçu un superbe colis de Iswari avec des produits que j'avais hâte de tester ! J'ai découvert Iswari l'été dernier avec leur cacao cru en poudre, j'étais d'ailleurs tout excitée quand je l'avais trouvé car j'en cherchais depuis un moment. Iswari veut dire Déesse en Sanskrit et partage la passion pour la nourriture saine, végétale, sans gluten, sans sucre raffiné et pour une alimentation qui nourrit autant le corps que l'esprit. L'éthique de la marque se veut respectueuse de l'environnement avec des produits biologiques et équitables, issus de petits producteurs. La gamme de produits Iswari met en avant les superaliments (spiruline, maca, lucuma, chlorelle...) en les rendant accessible, notamment avec des boissons et poudres instantanées vraiment versatiles et délicieuses, mais aussi des protéines végétales et du cacao cru. Ces nouveaux produits tout frais m'ont donné de nombreuses idées dont ces pancakes protéinés au caroube et maca. Protéines car ils contiennent de la protéine de riz en poudre , je trouve qu'il s'agit de la protéine végétale la plus facile à cuisiner car elle est douce et légère, mais aussi du son d'avoine également riche en protéines. Le mélange caroube et maca vient de l'excellente boisson, dont je suis déjà accro, le macaccino . La saveur du caroube est vraiment unique, chaleureuse et vraiment 'cosy' je trouve, je ne saurais trop la décrire qu'il faut la goûter pour comprendre ! D'ailleurs ces pancakes se révèlent être parmi les meilleurs jamais réalisés, les protéines de riz apportent une vraie consistance et pourtant le moelleux reste constant. Je sens que je vais bientôt en refaire, Pancake Day ou non ! 5€ de réduction* sur votre commande Iswari avec le code WEB-ROSENOISETTES (* pour un montant minimum de 20€) Pour une douzaine de pancakes : - 1 cuillère à soupe de graines de chia - 140g de farine de riz complet - 2 cuillères à soupe de son d'avoine - 3 cuillères à soupe de protéines de riz Iswari - 4 cuillères à soupe de sucre de fleur de coco Iswari - 2 cuillères à soupe de macaccino dark Iswari - 1 pincée de vanille moulue - 1/2 cuillère à café de bicarbonate de sodium - 350 ml de lait de riz - sirop d'agave ou d'érable Mélanger les graines de chia avec 3 cuillères à soupe d'eau. Laisser reposer 10 min. Mélanger la farine avec le son d'avoine, la protéine en poudre, le sucre, le macaccino, la vanille et le bicarbonate. Ajouter le lait en centre et le mélange au chia. Mélanger rapidement à la fourchette. Faire chauffer une poêle à crêpes et la huiler légèrement. Mettre une petite louche de pâte dans la poêle et laisser "buller" à la surface. Une fois les petites bulles apparues, retourner le pancake et laisser cuire de nouveau 1 à 2 min. Réitérer avec le reste de la pâte. Servir de suite avec du sirop d'agave ou d'érable.

Source: rosenoisettes.blogspot.fr

Recettes24 is a recipe search engine that find recipes with advanced filters like ingredients, categories and keywords.
Recettes24 does not host recipes, only links to other sites. | FAQ | Privacy
Copyright 2018 ® - Contact