content | verrine crevette avocat boursin | punch ruhm banane kiwi | POTÉE paul bocuse | recettes24.fr | soupe benoit gagnon recette | soufflé thon et courgette marmiton | recettes de salsa
Se Connecter

Connectez-vous pour recettes24 pour enregistrer vos recettes préférées

Si vous n'êtes pas encore enregistré(e), inscrivez-vous maintenant!

Mot de passe oublié?

La semaine dernière, monsieur Gourmandises est rentré du travail, et m'a lancé un sac avec nonchalance et m'a dit: "Tiens, cadeau !" Quand j'ai ouvert, je ne vous raconte même pas le cri que j'ai poussé quand j'ai vu que c'était LE livre, celui de Martin Picard, Cabane à sucre au Pied de Cochon . Il est comme cela monsieur Gourmandises ! Ce n'est pas le gars qui va faire tout un pataquès pour la st-Valentin ou vous organiser une fête d'anniversaire, mais j'ai des surprises toute l'année. Dans les jours qui ont suivi, je n'ai pas fait grand chose à part lire et m'informer sur la fabrication, la transformation et la dégustation du sirop d'érable. Ce livre, c'est vraiment quelque chose ! Les recettes sont illustrées par des plans par plans et c'est très bien expliqué. J'y ai même trouvé la recette de chou farci que j'avais dégusté à la cabane et que j'avais adoré. En attendant, je peux dire que la partie "desserts" a été consultée plus que de raison, je n'arrivais pas à me décider sur la première recette que j'allais essayée. Entre les beignes, les brioches à la cannelle et tout le chapitre sur les classiques français revisités avec du sirop d'érable, j'ai eu de la difficulté à prendre des décisions. J'ai finalement choisi de faire des éclairs. J'ai fait ma pâte à choux habituelle mais j'ai fait la crème pâtissière à érable proposée dans le livre et comme, ça ne faisait pas longtemps que j'étais allée à la cabane à sucre, j'avais du beurre d'érable en stock pour glacer mes éclairs. La recette est assez longue à préparer parce qu'il y a de la tire à faire, mais ça en vaut vraiment la peine. Ce sera très difficile, après avoir goûter ces éclairs, de trouver meilleur. Pour 12 éclairs, vous aurez besoin : 1 recette de pâte à choux 1 recette de tire (pour la crème pâtissière) 1 recette de crème pâtissière à l'érable Du beurre d'érable Pâte à choux: 250 ml (1 tasse) de lait 120 g (1/2 tasse) de beurre coupé en morceaux 1 pincée de sucre 1 pincée de sel 150 g (1 tasse) de farine 4 oeufs à température ambiante La tire : 500 ml (2 tasses) de sirop d'érable Crème pâtissière à l'érable : 500 ml (2 tasses) de lait 125 ml (1/2 tasse) de sirop d'érable 8 jaunes d'oeufs 340 g (1 tasse) de tire d'érable tiède 75 g (140 ml) de fécule de maïs 15 g (1 et 1/2 cuillères à table) de farine Les éclairs : Dans une casserole à fond épais, faire bouillir le lait, le beurre, le sel et le sucre. Lorsque le mélange est arrivé à ébullition, verser d'un seul coup la farine et remuer vigoureusement à l'aide d'une cuillère en bois durant 1 minute jusqu'à l'obtention d'une boule de pâte qui se détache complètement du fond de la casserole. Verser cette boule dans le bol du mélangeur, muni du fouet, puis ajouter les oeufs un à un tout en fouettant rapidement Il faut que la pâte à choux ait une consistance bien lisse, mais il ne faut pas qu'elle soit trop souple. Mettre la pâte dans une poche à pâtisserie munie d’un embout lisse. Préchauffer le four à 220 C (425 F). Déposer 12 bandes de pâte sur une plaque à biscuits recouverte de papier parchemin ou d’un tapis de silicone.  Cuire 15 minutes, puis baisser le four à 190 C (375 F) et continuer la cuisson 20 minutes. Sortir les éclairs du four et laisser refroidir sur une grille. La tire : Dans une casserole, cuire le sirop à feu moyen-vif constant jusqu'à ce qu'il atteigne 114,5 C (238 F). Quand le sirop atteint la température désirée, retirer la casserole du feu. La tire cessera de bouillonner et perdra du volume. Vaporiser l'écume du sirop avec de l'eau froide, jusqu'à ce qu'elle disparaisse complètement. Brosser les parois de la casserole avec un pinceau mouillé pour prévenir de la cristallisation du sucre qui s'y trouve. Verser la tire chaude sur la neige ou la réserver pour un usage ultérieur. La tire se conserve plusieurs mois au congélateur et environ un mois au réfrigérateur. Si la tire cristallise pendant qu'elle est entreposée, la faire chauffer avec environ 30 ml (2 cuillères à table) d'eau jusqu'à ce qu'elle atteigne 114,5 C (238 F) et elle retrouvera sa consistance. Crème pâtissière à l'érable : Verser le lait et le sirop d'érable dans une casserole. Mélanger au fouet, puis chauffer à feu moyen-vif jusqu'à frémissements. Pendant que le lait chauffe, battre les jaunes d'oeufs et la tire d'érable dans un bol, jusqu'à consistance homogène. Ajouter la fécule de maïs et la farine préalablement tamisée, puis fouetter jusqu'à ce qu'il n'y ait plus de grumeaux. Verser le lait bouillant dans le bol contenant l'appareil d'oeufs en remuant bien. Remettre la préparation dans la casserole et remettre sur le feu. Ramener à ébulition, à feu moyen, en remuant constamment avec un fouet. La crème épaissira assez rapidement en fin de cuisson. Laisser bouillir quelques secondes, puis retirer du feu. Verser dans un bol, puis recouvrir de film alimentaire afin d'éviter une peau gluante sur la crème pâtissière. Laisser refroidir au réfrigérateur quelques heures avant l'utilisation. Montage : Couper les éclairs en deux dans la longueur avec un couteau scie. Mettre la crème pâtissière dans une poche à pâtisserie, munie d'une douille cannelée, puis garnir les éclairs. Remettre la partie supérieure des éclairs sur le dessus de la crème pâtissière, puis tartiner le dessus de beurre d'érable. Les éclairs sont toujours meilleurs consommés le jour même, mais bien emballés de film alimentaire, ils peuvent se conserver jusqu'à 2 jours au réfrigérateur. Il est cependant recommandé de les glacer et de les décorer seulement au moment de servir. Imprimer la recette

Source: lesgourmandisesdisa.blogspot.com

Le Gà Rô-Ti est vraiment un de ces avatars de la présence française en Indochine qui a marqué la gastronomie vietnamienne. Même le nom (Gà, pour poulet et Rô -Ti, qui est la prononciation tonale de rôti) est porteur de cette influence, et traduit vraiment la descendance de ce plat peu banal. Au moment de la colonisation du Vietnam par la France, les fours électriques étaient rares, un vrai luxe dont peu de cuisinières vietnamiennes pouvaient profiter. La plupart des femmes utilisaient alors une sorte de boîte en métal chauffée indirectement par une masse de charbon. La chaleur obtenue était inégale, et le four en lui-même, dangereux. On se contentait donc de rôtir le poulet sur une source de chaleur directe, avec un peu de liquide pour préserver l'humidité de la chair, ou sur les braises d'un feu ou d'un barbecue au charbon. Lorsque la guerre du Vietnam s'est terminée, en 1975, les GI désertant les camps ont laissé derrière eux plusieurs fournitures qui ont permis à certains foyers d'équiper leur cuisine de façon plus moderne. C'est à peu près à cette époque que le Gà Rô-Ti est devenu un classique de la cuisine vietnamienne, la fiabilité des sources de chaleur permettant maintenant un meilleur contrôle sur le rôtissage de la viande. C'est l'histoire mondiale qui est reflétée par ce simple poulet ! La marinade se prépare rapidement, et elle a une odeur fabuleuse qui nous donnerait envie de nous plonger le doigt dedans, si nous n'étions pas terrorisés par la salmonelle. On peut utiliser un poulet coupé en huit morceaux ou de simples cuisses de poulet: j'ai utilisé deux poitrines de poulet avec dos que j'avais acheté en spécial au début de l'été. Allez-y avec ce que vous avez sous la main: ce serait aussi très bon avec des ailes de poulet. Ce qu'il vous faut: - 1 poulet coupé en huit morceaux ou 6 belles cuisses de poulet - 4 gousses d'ail, écrasées - 2 cuillères à soupe de miel - 1/2 cuillère à thé de sel - 1/2 cuillère à thé de poivre du moulin (ou un peu plus, pour la chance) - 3 1/2 cuillère à soupe de sauce soja ou de sauce Maggi - 2 1/2 cuillère à soupe d'huile d'arachide Modus: Mélanger l'ail, le miel, le sel, la sauce soja et l'huile. Déposer dans un grand plat et incorporer le poulet. Touiller pour enrober et arroser de marinade. Si vous utilisez un poulet entier ou des poitrines, remplir la cavité avec de la marinade. Laisser reposer au frigo au moins 4 heures et jusqu'à 24h. Retourner la viande périodiquement et arroser à nouveau. Préchauffer le four à 400. 30 minutes avant de rôtir le poulet, le sortir du frigo et le laisser tempérer. Doubler une plaque à biscuit de papier d'aluminium. Vaporiser d'enduit anti-adhésif. Déposer le poulet, peau vers le bas, sur la plaque et cuire 15 minutes où jusqu'à ce qu'un grésillement constant se fasse entendre dans le four. Lorsque le poulet grésille, le retourner, peau vers le haut, et rôtir jusqu'à ce que la peau soit croustillante et que les jus de cuisson qui s'écoulent de la chair soient transparents. Pour un repas vietnamien complet, servir avec des nouilles à l'ail et une salade de légumes marinés.

Source: exila.blogspot.com

Bonjour à tous, Aujourd'hui, je vous présente ma première brioche perdue au four selon Christian Constant. Si comme moi vous avez fait une grosse brioche (présentée ici ), vous pouvez la changer en un dessert gourmand ou un gouter à vous de voir. Ingrédients 6 tranches épaisses de brioche 100g de sucre pour moi ( vous pouvez en mettre moins) 250ml de lait ( lait et crème liquide pour moi) 3 œufs ( ou juste les jaunes, personnellement je l'ai fait avec les œufs entiers) 1cas d’arôme : eau de fleur d'oranger, vanille selon vos gouts.   Préparation   Préchauffez votre four à 150° puis beurrez un moule et parsemez du sucre pour que ça croustille. Cassez les œufs dans un récipient et ajoutez le sucre, blanchissez le mélange. Ajoutez l’arôme et le mélange lait et crème. Imprégnez suffisamment la brioche de ce mélange puis tapissez votre moule avec. Versez le reste du liquide sur la brioche. Parsemez à nouveau du sucre en surface et enfournez le tout durant 25 minutes en veillant à ce que la brioche dore.  A l'entrée du four A la sortie du four  Vous pouvez l’accommoder avec une glace et une sauce caramel maison, c'est un délice!

Source: enfantcuisineinformatique.blogspot.com

Caviar d'aubergine et thon Ce plat du chef Christian Constant figure dans son livre "Mes Meilleures Recettes" ( voir l'article ). C'est un plat d'été, aux accents du pays basque ... Cette recette peut servir de plat estival, ou d'entrée en servant en plus petite quantité.  Il est difficile et délicat de critiquer le plat d'un grand chef (surtout quand il est réalisé à la maison et pas par le chef lui-même) mais à mon sens dans cette recette il manquait quelque chose de "croquant". J'y ai donc ajouté par la suite des croûtons de pain en petits morceaux, et là, c'était parfait à mon goût ! Comme indiqué dans l'intitulé de la recette, le plat est initialement servi dans un poêlon. Je n'en ai pas, j'ai donc servi classiquement en assiette.  Piment d'Espelette Les ingrédients (4 personnes) : 4 piquillos 20g de tapenade  ( voir ma recette ) Quelques brins de ciboulette Quelques pluches de cerfeuil Quelques feuilles de frisée 10cl d'huile d'olive 1 pincée de piment d'Espelette Fleur de sel Piquillos Pour le caviar d'aubergine : 8 aubergines 1 gousse d'ail Quelques gouttes de Tabasco 1 pincée de piment d'Espelette 1 pincée de cumin Huile d'olive Sel Pour l'émietté de thon : Préparation du caviar d'aubergines 200g de thon en boîte 4 jaunes d'oeuf 30g de moutarde Quelque gouttes de Tabasco 2 cuillères à soupe de vinaigre de vin vieux 50cl d'huile d'arachide 1 pincée de piment d'Espelette Sel La recette : Préchauffez le four à 150°. Pour le caviar d'aubergine, lavez les aubergines et coupez-les en deux dans la longueur. Déposez-les sur une feuille d'aluminium sur la plaque du four. Arrosez d'huile d'olive et salez, puis enfournez pour 45 minutes. Récupérez la pulpe à la cuillère et concassez-la au couteau, puis égouttez-la dans un tamis. Incorporez la gousse d'ail épluchée et écrasée. Assaisonnez de sel, de cumin, de piment d'Espelette et de Tabasco, puis réservez au réfrigérateur. Pour l'émietté de thon, préparez une mayonnaise : dans un bol, mélangez les jaunes d'oeuf avec la moutarde, le sel et le vinaigre, puis ajoutez progressivement l'huile. Egouttez le thon et émiettez-le, puis incorporez-le à la mayonnaise. Assaisonnez de Tabasco et de piment d'Espelette. Coupez les piquillos en cubes. Lavez et ciselez finement la ciboulette (réservez quelques brins pour la décoration). Dans un bol, mélangez-les à la tapenade et à l'huile d'olive. Dans un plat, disposez le caviar d'aubergine ; dressez l'émietté de thon et les piquillos ; décorez l'ensemble de cerfeuil, de ciboulette, de frisée. Ajoutez quelques grains de fleur de sel et un trait d'huile d'olive. Bon appétit !   caviar d'aubergine , thon ,  piquillos

Source: jecuisineatoulouse.blogspot.com

Malgré la  température caniculaire , je ne peux m’empêcher de faire le mijoté du dimanche… L’osso buco testé… Jarret de veau à la ménagère, façon Ossobuco à la milanaise Veau 2 rouelles épaisses de jarret de veau farine beurre 2 gousses d’ail 1 bouquet de romarin 1 bouquet de thym 2 branches de sauge 25 cl. de vin blanc sec 50 cl. du bouillon de veau Sauce 1 carotte (ou 1 botte de carottes fanes) une branche de céleri-rave 1 oignon jaune 2 gousses d’ail beurre pour la cuisson 1 cuillère à soupe de purée de tomates 2 tomates, coupées en dés 200 g de tomates concassées 50 cl. de jus de cuisson de veau 5-10 cl. de jus d’orange 1 cuillère à café de romarin et de thym maïzena (si nécessaire) Gremolata 3 cuillères à soupe de persil grossièrement haché du zeste de citron 1   cuillère à soupe d’ail finement haché Veau  : fariner légèrement  les morceaux de veau et les faire rissoler avec le beurre dans un faitout, jusqu’à ce qu’ils soient bien dorés. Ajouter l’ail et les herbes aromatiques. Verser le bouillon de veau de manière à recouvrir la viande, puis garder ce niveau constant tout au long de la cuisson en ajoutant de l’eau. Compter environ 2 heures de cuisson. Sauce  : couper la carotte, le céleri et l’oignon en dés de quelques centimètres et les faire brunir dans du beurre en remuant sans cesse. Ajouter l’ail et la purée de tomates. Faire suer pendant encore 2 ou 3 minutes, puis ajouter le vin blanc, les tomates concassées et le jus de la cuisson de veau. Faire mijoter pendant environ 15 minutes et, si nécessaire, lier avec un peu de Maïzena. Assaisonner avec le jus d’orange, du sel et du poivre. Au moment de servir, mélanger aux dés de tomates de parsemer de romarin et de thym haché. Dresser sur une assiette avec de la  gremolata  par-dessus et du  risotto  à côté (ou accompagné avec des galettes de  polenta ). Servir avec une salade de tomates finement tranchées. Bon dimanche ! O      o O oOo

Source: delicesetcaprices.blogspot.com

Oeuf Fabergé revisité façon Chef Constant suite à l'épisode 2 de la deuxième saison de Top Chef. oeuf "Constant-Fabergé" de macaronis farcis aux spaghettis d...

Hier, mine de rien, Paul me commande une pizza. Je rêve ou quoi ????? Quand il m'est arrivé de présenter une pizza toute prête les soirs où je rentre tard du boulot, ce n'est qu'une suite de : "y'a d'la tomate !" (quelle perspicacité !), "il est mauvais le fromage ..." ou "elle est trop dure ta pizza ..." . Et je vous épargne les "j'aime pas les oignons sur la tarte flambée", "y'a des morceaux" dans la bolognaise et "j'aime pas trop ces nouilles " dans un plat de ... nouilles ! Ahahah ! Paul, si on ne t'avait pas fait ... Mais j'ai trouvé la parade, gnarf gnarf, sauf quand je rentre tard du boulot. Parce que faire sa pizza, c'est fastoche, mais ça veut quand même dire faire sa pâte levée, et donc prévoir un rétro planning de deux bonnes heures avant d'entendre des "Hmmmm...", "C'est trop bon maman ..." ou "Encore un morceau s'il te plaît". Ça fait des années que j'utilise la recette de la pâte à pain du livre La cuisine de Jamie de Jamie Oliver : proportions parfaites, jolie texture et temps de levage assez constant. En général, je fais la recette avec 500g de farine ; ça me permet de cuisiner une pizza ronde (diamètre environ 30cm) et une rectangulaire (30 sur 40cm). Vous pouvez également doubler la recette, pré cuire des fonds de pizza pendant 5 mn puis les congeler pour quand vous rentrez tard du boulot (tiens, c'est bizarre, pourquoi j'y avais pas pensé :) ???). Ou alors faire une deuxième pousse et cuire un pain pour le lendemain. Ou alors inviter des amis. Pizza spéciale Paul. Les tomates sont sur ma partie. Pâte à pain de Jamie O. et pizza spéciale Paul Ingrédients - 1 sachet de levure de boulanger déshydratée - 15g de miel - 30cl d'eau tiède - 500g de farine (j'ai utilisé 300g de farine de blé, 100g de farine complète et 100g de seigle) - 15g de sel Délayez la levure et le miel dans la moitié de l'eau tiède. Dans un grand bol, assemblez les farines et le sel, puis creusez un puits. Ajoutez la levure délayée et hydratez la farine autour. Ajoutez le reste de l'eau tiède et mélangez avec vos mains. Vous allez obtenir une boule assez collante. Sur un plan de travail fariné, pétrissez la pâte quelques minutes dans tous les sens. La pâte doit gagner en texture et ne plus coller aux doigts ; rajoutez un peu de farine si nécessaire. Replacez la pâte dans le bol, couvrez d'un torchon propre et oubliez dans un endroit non ventilé (par exemple dans le four à micro onde, c'est très bien). Au bout de une à une heure et demi, la pâte devrait avoir doublé de volume. Sur un plan de travail fariné, pétrissez la un bref instant pour en chasser l'air, prélevez environ la moitié et étalez sur environ 0,75cm à la taille de votre plaque de cuisson. C'est le moment de préchauffer votre four à 220°C ou 200°C chaleur tournante. Le temps du préchauffage correspond en gros aux 10mn de pousse que votre pâte à pizza nécessite encore. Profitez également de ce temps pour préparer la garniture de votre pizza. Pour la spéciale Paul : de la sauce tomate (maison ou pas, la barilla au basilic me convient bien, et un petit pot suffit pour la pizza ronde), 2 tranches de jambon coupées finement et une boule de mozza détaillée, le tout saupoudré de parmesan râpé, d'origan et de basilic (pas trop, sinon le Paul va s'offusquer de "ces petits bouts verts"). Pour la pizza rectangulaire : 3 garnitures pour 4 personnes. Sauce tomate, basilic, origan et parmesan pour tous. Puis, une spéciale Paul à gauche, figues du déshydrateur, champignons et chèvre au milieu, et champignons, coppa préalablement grillée et mozza à droite. Garnissez la pâte juste avant d'enfourner pour environ 10 mn, ou jusqu'à ce que le fromage soit bien doré. Mmmmm, dis donc, ça sent drôlement bon dans cette cuisine ! Édit du soir bonsoir : Paul n'aime pas les tomates MAIS il adore la sauce tomate. Si quelqu'un a reçu par erreur le mode d'emploi de cet enfant, qu'il me le renvoie IMMÉDIATEMENT !

Source: secotinemaligne.blogspot.com

Une amie m’a invité à déjeuner au Bistrot Constant et là, grande découverte, sa fameuse tarte au chocolat ! Défi lancé, la recette est sur son site. En toute franchise, la réalisation de la pâte m’a bien fait "galérer", trop molle, j’ai dû rajouter un peu plus de farine. L’étaler, n’a pas été de la tarte, non plus ! Quelques malencontreuses bulles dans le miroir, mais au final un goût qui frôle la perfection. J’ai certainement manqué de technique, normal, je ne suis pas un Chef ! Merci Monsieur Constant d’avoir partagé votre recette. Pour la pâte 40 g de beurre - 15 g de sucre semoule - 15 g de poudre d’amandes - 1 œuf - 50 g de farine - 1 c. à café de poudre de cacao Pour la ganache 250 g de chocolat noir - 125 g de chocolat au lait - 3 jaunes d’œufs - 25 cl de lait écrémé - 25 cl de crème liquide - 80 g de sucre semoule Pour le miroir 50 g de crème liquide - 35 g de poudre de cacao - 110 g de sucre semoule - 6 cl eau - 2 feuilles de gélatine Préparez la pâte : Battre au mixer à petite vitesse le beurre et le sucre. Ajouter la poudre d’amandes, l’œuf, la farine et le cacao. Formez une boule et aplatissez-la légèrement entre vos mains. Réservez-la au réfrigérateur pendant 30 minutes. Préchauffer le four à 180 °C (th 6). Étalez la pâte sur 3 mm d’épaisseur environ et déposez-la dans un plat à tarte. Faites cuire au four pendant 12 minutes. Réalisez la ganache : Concassez les deux chocolats et mélangez-les. Portez le lait et la crème à ébullition. Dans un saladier, fouettez les jaunes d’œufs avec le sucre jusqu’à ce que le mélange blanchisse. Versez le lait et la crème bouillants par-dessus. Transvasez le tout dans une casserole et laisser cuire la préparation quelques minutes jusqu’à ce qu’elle nappe la cuillère. Versez cette crème sur le chocolat concassé et mélangez bien. Recouvrez le fond de tarte de ganache et réservez au frais pendant 3 heures. Confectionnez le miroir : Dans une casserole, mélangez 6 cl d’eau, avec la crème, le cacao et le sucre. Portez à ébullition en remuant avec une spatule en bois. Faire ramollir les feuilles de gélatine dans un bol d’eau froide. Essorez-les et ajoutez-les dans le mélange à base de cacao. À l’aide de la spatule, remuez délicatement le tout afin d’éviter les bulles d’air. Versez le miroir sur la tarte au chocolat refroidie et réservez-la au réfrigérateur pendant 20 minutes.

Source: patissi-patatta.blogspot.fr

On abandonne (quelques jours !) notre tour du monde pour faire une tournée des chefs … Christian Constant sera à l’honneur cette semaine avec cette soupe de saison gourmande au potiron, aux châtaignes et aux ravioles de Royans. Riche, crémeuse, onctueuse… Les ravioles de Royans ou Romans, regroupées sous l’appellation de « ravioles du Dauphiné » (Drôme et Isère) sont de toutes petites ravioles au comté, fromage blanc (caillé de lait) et persil. Au départ, légume du pauvre fourré de raves, la raviole s’est embourgeoisée en s’empiffrant de fromage, et s’est démocratisée au XXe siècle avec la révolution industrielle et la machine à fabriquer les ravioles mise au point par un certain Emile Truchet . Si vous voulez aller plus loin dans votre exploration de la raviole, je vous recommande ce petit livre aux éditions de l’Epure : « Les ravioles de Romans, 10 façons de les préparer » . Alors plusieurs solutions : Vous avez une patience d’ange, un moule à ravioles et un weekend entier devant vous (tout lecteur de ce blog sait que les raviolis sont pour moi une épreuve, a fortiori quand ils font à peine 1 cm de côté) et vous les faites vous-même. Il faut avouer que les recettes de courageux ne pullulent pas sur le web, mais celle de The Pink lady est magnifique. Allez donc jeter un œil, même si vous finissez par les acheter. Vous habitez le Dauphiné ou une grande ville et pourrez donc les acheter fraiches chez un traiteur. Vous habitez le Trouducudumonde et Picard vous sauve la vie avec ses ravioles du Dauhiné Label Rouge. Maintenant que vous avez le Graal en main, attaquons la soupe… 1 kg de potiron 150 g de ravioles du Dauphiné 1 oignon ciselé 100 g de châtaignes entières cuites 2 tranches de pain de mie 1 litre de bouillon de volaille 25 cl de crème liquide entière (C.Constant en met 50cl, même moi je trouve ça too much !) Huile d’Olive Sel et poivre Épluchez et coupez le potiron en cubes. Dans un faitout, faites revenir l’oignon dans une CS d’huile d’olive jusqu’à ce qu’il soit translucide. Ajoutez le potiron, le fond de volaille, sel, poivre et laissez cuire 30 min à feu doux. Mixez en rajoutant la crème fraîche. Goûte et rectifiez l’assaisonnement. Réservez. Préparez les croûtons en taillant les tranches de pain de mie en petits cubes, faites les dorer dans une poêle avec un peu d’huile et réservez. Plongez les ravioles dans une casserole d’eau bouillante salée, et faites-les cuire 1 minute. Servez le velouté parsemé de marrons émiettés, de croûtons et de ravioles. Décorez avec un trait d’huile d’olive. J o y e u x a p p ét i t

Source: humour-gloire-et-beaute.blogspot.com

250 g de pois chiches en conserve 2 gousses d'ail 2 c. à soupe de tahini (purée de sésame) 1/2 citron jaune 1/2 c. à café de graines de cumin 1/2 c. à café de paprika huile d'olive quelques feuilles de persil plat sel, piment d'Alep Préparation ÉTAPE 1 Versez le contenu de la conserve de pois chiches dans un saladier. Transvasez l’équivalent de 5 cl de jus de pois chiches dans un verre et réservez. Recouvrez les pois chiches d’eau, puis roulez-les entre vos mains afin d’en ôter les peaux. L’opération est un peu longue… ÉTAPE 2 Épluchez les gousses d’ail. Pressez le jus du demi citron. Égouttez les pois chiches, placez-les dans le bol de votre robot et ajoutez l’ail, le jus de citron et le tahini. Mixez l’ensemble, tout en versant un petit filet d’huile d’olive constant, jusqu’à obtention d’une d’une pâte homogène. Salez, assaisonnez de piment d’Alep et goûtez. ÉTAPE 3 Si la préparation vous semble trop compacte, ajoutez un peu de jus de pois chiches réservé en début de recette afin de la rendre plus onctueuse. Dressez le houmous dans un petit bol. Saupoudrez de graines de cumin et de paprika en poudre. Parsemez de persil fraîchement ciselé. ÉTAPE 4 Servez le houmous en apéritif, accompagné de pain pita ou encore de tranches de pain frais.

Source: cuisineaz.com

Les petits plats de notre quotidien avec le leitmotiv constant de travailler les légumes de saison issus de nos paniers de l'Amap (on en prend deux !). Je me réjouis chaque mercredi de découvrir la récolte de la semaine et d'imaginer nos repas autour d'elle. Je suis ravie aussi de dresser de jolies tables, de choisir avec soin le récipient qui accueillera chaque préparation : c'est l'Alsace qui tient le haut du panier avec cette tablée, trois potiers de Soufflenheim, un peu de vaisselle chinée et les toujours très jolis couverts auvergnats (l'autre région de mon coeur !). Pour 4 personnes Pour le millet * environ 200 g de millet * un peu de sel, de poivre, d'herbes de Provence * un peu d'huile d'olive Pour la salade de betteraves * 2 belles betteraves cuites * environ 100 g de feta émiéttée * 2 cuillères à soupe d'huile d'olive * 1 cuillère à soupe de vinaigre de cidre * un peu de sel et de poivre * quelques herbes fraîches Pour la salade carottes-radis * quelques carottes * 1 radis * 3 cuillères à soupe d'huile de colza * 1 cuillère à soupe de moutarde à l'ail des ours (ou autre moutarde de votre choix) * le jus et le zeste d'un citron * 2 cuillères à soupe de levure maltée Cuire le millet selon vos habitudes. Assaisonner avec un peu de sel, de poivre, d'herbes et d'huile d'olive. Couper les betteraves en petits cubes. Ajouter la feta et assaisonner. Goûter pour ajuster à votre convenance. Râper les carottes et le radis. Assaisonner. C'est prêt !

Source: farinedetoiles.blogspot.fr

Recettes24 is a recipe search engine that find recipes with advanced filters like ingredients, categories and keywords.
Recettes24 does not host recipes, only links to other sites. | FAQ | Privacy