confiture mirabelle romarin | focaccia ricardo | pain de viande mijoteuse clodine | ailes de poulet marinées | recette salade quinoa costco | salade de kale ricardo | clafoutis aux poires ricardo
Se Connecter

Connectez-vous pour recettes24 pour enregistrer vos recettes préférées

Si vous n'êtes pas encore enregistré(e), inscrivez-vous maintenant!

Mot de passe oublié?

J'avais mis cette recette de Melissa D'Arabian dans mes favoris il y a plusieurs semaines déjà. Comme j'ai un stock de poitrines de poulet à écouler et que j'ai un litre de babeurre à utiliser, je me suis dit que c'était le bon temps de tester ce poulet ! J'ai décidé de cuire ce poulet entièrement au four car pas envie d'avoir de l'huile qui gicle partout sur mon poêle... Ah paresse, quand tu nous tiens... ! Ce poulet est vraiment fantastique ! Le babeurre donne un goût et une texture sans pareille. La viande est goûteuse et juteuse, miam ! Vous remarquerez que depuis quelques temps, je fais mes plats avec du panko au lieu de la chapelure. Je trouve ça plus facile, plus croustillant et vraiment meilleur. À essayer si ce n'est pas déjà fait ! 2 portions 2 poitrines de poulet (environ 150g chacune) 1/2 tasse de babeurre Une grosse pincée de sel 1/2 cuillère à soupe de sambal oelek 1/3 tasse de panko Mélanger le babeurre, le sel et le sambal. Y déposer les poitrines de poulet et mariner pendant au moins 8h ou toute une nuit. Égoutter légèrement le poulet puis enrober de panko. Vaporiser d'huile d'olive des deux côtés et cuire au four à 375°F pendant environ 30 minutes, ou jusqu'à bien doré.

Source: katiaaupaysdesmerveilles.blogspot.com

Depuis le début du mois de janvier, Foodnetwork regorge de nouvelles émissions dont celle de Melissa D'Arabian qui consiste à cuisiner des repas pour quatre personnes à moins de 10$. Lors du premier épisode que j'ai regardé, elle faisait cette salade toute simple à base d'un paquet d'ingrédients que j'ai dans mon garde-manger et auxquels je n'ai pas touché depuis belle lurette. J'ai légèrement modifié la recette pour la rendre plus attrayante pour moi, notamment en diminuant la quantité de lentilles de moitié (je ne suis pas fan et c'était juste parfait pour moi) et en ajoutant des tomates, du jus de lime et beaucoup plus de coriandre. Malgré que ce plat soit bien bon, facile à faire et peu coûteux, je remarque deux choses. D'abord, il y a une petite amertume que je n'aime pas tellement que j'attribue au zeste de lime (mon zesteur a dû prélever la petite peau blanche de la lime j'imagine). Je retirerais donc cet ingrédient. Aussi, je trouve qu'il manque un ingrédient pour que l'expérience de saveur soit complète. Je propose ou bien des cubes d'avocat, ou bien des suprême d'oranges, ou pourquoi pas les deux. 4 portions 1/2 tasse de quinoa 1/4 tasse de lentilles brunes 1 cuillère à thé de moutarde de Dijon 1 cuillère à soupe de vinaigre de vin rouge 1/4 tasse d'huile d'olive (au goût) 1/8 cuillère à thé d'ail en poudre Le zeste d'une lime et la moitié de son jus (seulement le jus la prochaine fois) Sel et poivre au goût 1 échalote française hachées finement 1 cuillère à soupe de coriandre fraîche hachée (au moins 4 fois plus pour moi !) 1 tomate en dés Débarrasser les lentilles des corps étrangers, rincer et couvrir d'eau. Porter à ébullition puis laisser mijoter à feu doux environ 30 minutes. Égoutter et laisser refroidir. Réserver. Porter 1 tasse d'eau à ébullition. Ajouter le quinoa, mélanger, couvrir et baisser le feu au minimum. Laisser reposer 12-15 minutes jusqu'à ce que l'eau soit toute absorbée et que le germe blanc soit libéré. Laisser refroidir. Réserver. Dans un grand bol, les ingrédients de la vinaigrette puis incorporer l'échalote, la tomate et la coriandre. Ajouter les lentilles et le quinoa refroidis. Bien mélanger. Servir.

Source: katiaaupaysdesmerveilles.blogspot.com

Salut les patafoins! Ajourd'hui je fais ma grosse larve et je te suggère une ancienne recette que j'avais publiée il y a déjà deux ans et demi. Je la trouve  parfaite pour les fêtes de fin d'année, et je trouve ça dommage qu'elle croupisse parmi mes vieux articles, du temps où j'étais la seule à lire mon blog (bon, d'accord, il y avait ma Reine Mère aussi, qui avait pitié de moi... et de mon pauvre humour). Je te laisse mon petit bavardage de l'époque (je vivais encore aux Ztazunis, pour situer un peu le contexte) Bon week-end les cocos! Et sinon: good News, la boîte à musique est enfin réparée! Pour combien de temps, je ne sais pas, mais voilà que Deezer ne me fait plus de boudin et est à nouveau mon ami, incroyab'!!  J'en profite donc pour vous mettre un peu de zizique de NoYel. "J'adooooOOOre le filet mignon de porc! Le meilleur jamais mangé... un filet mignon au Maroilles , le pied total!! C'était au Grand Chemin, en Belgique ... Ici, bien entendu, on ne trouve pas de Maroilles ... trop parfumé, trop collant, trop "pas assez pasteurisé". Les Américains ne savent vraiment pas ce qu'ils ratent! J'ai par contre trouvé cette recette qui est un délice sur http://www.foodnetwork.com/ , une recette de Melissa D'Arabian . Vous pouvez la retrouver ici ou bien suivre la recette en français, c'est plus fastoche pour les "non fluent" Généralement, avec un filet mignon, je sers 4 personnes... mais après ça dépend de la taille du vôtre... de filet mignon, bien entendu!" Si vous voulez suivre mes charmantes aventures et ne rater aucune actualité, n'hésitez pas à rejoindre ma page Facebook en cliquant ici ! Ingrédients pour la croûte un oignon en cubes une botte de coriandre fraîche 2 gousses d'ail écrasées 2 cuillères à soupe d'huile d'olive 30 g de chapelure (je la fais moi-même, avec du pain raci que je fais toaster puis que je mixe une fois froid, c'est meilleur) sel Ingrédients pour le filet mignon 1 filet mignon de porc (forcément) 2 cuillères à soupe de moutarde 1 cuillère à café de cannelle en poudre 1 cuillère à soupe de cumin en poudre 1/2 cuillère à café de piment de cayenne en poudre sel 5 cl d'huile Comment qu'on fait? Préchauffer le four à 375°F = 190°C Dans un tout petit récipient, mélanger les épices ( cannelle , cumin et piment) avec le sel. Frotter cette mixture tout autour du filet. Dans une grande sauteuse, faire chauffer l'huile sur feu moyen et y faire dorer le porc, sur tous les côtés. Attention, parce que l'huile " pschitt " un max quand on retourne le porc, alors prévoyez du K2r, si vous avez décidé de sortir vos plus belles fringues pour l'occas '! Réserver le filet dans un plat à four, et garder la sauteuse telle quelle pour plus tard. Pendant ce temps là... mixer l'oignon, l'ail et la coriandre. Dans la fameuse sauteuse que vous avez pris soin de ne pas laver entre temps; ajouter l'huile d'olive, et faire revenir la mixture jusqu'à ce qu'elle soit tendre (pas longtemps, peut-être 3 ou 4 minutes). Ajouter la chapelure et faire revenir encore quelques minutes. Un peu de sel par dessus tout ça... et le tour est joué, y a plus qu'à tout mettre en place maintenant! Badigeonner le filet avec la moutarde à l'aide d'un pinceau, c'est plus facile et plus régulier. Et enfin appliquer une bonne couche d'herbes tout autour de la bête. Il faut bien presser pour que ça adhère comme il faut. Enfourner pendant environ 45 minutes. Une fois cuit, le sortir du four et surtout, SURTOUT le laisser reposer 10 bonnes minutes avant de le découper! Ce sera meilleur, et encore super chaud, croyez-moi ! D'habitude, je fais de l'orzo pour accompagner ce plat et une fondue de poireaux toute bête. Bone Appétouze ! Article séléctionné par Libéfood  

Source: cabouffeundoberman.blogspot.com

Une nouvelle semaine commence pour Top Chef, l'occasion de nous retrouver pour le débrief hebdomadaire. La première épreuve consiste à imaginer un plat gastronomique autour du pain. Jean-Philippe se lance dans un gratin de chicons revisité avec un crumble de pain au seigle. Pour Naoëlle, ce sera du pain perdu avec un velouté de topinambours. Joris veut faire un sandwich à sa façon. Florent décline le pain en trois façons. Du côté de Fabien, ce sera une dorade royale sur lit de nougatine de pain avec une purée de panais. Enfin Yori prépare un velouté de laitue avec des crostinis de baguette avec un oeuf coulant à l'intérieur. Tout me semble très gourmand! Place à la dégustation. A la clé, la possibilité de créer un sandwich en vente dans les enseignes Paul et surtout, la qualification en quarts de finale! Le nom du vainqueur est scellé dans une enveloppe, le résultat final ne sera connu qu'au moment de l'épreuve de la dernière chance... Tous les candidats participent donc aux prochaines épreuves. Le 1er groupe composé de Fabien, Jean-Philippe et Joris cuisineront donc pour une table de rêve : 2 chefs-membres du jury ainsi que 8 chefs 3 étoiles. Une entrée, un plat, un dessert pour un mini budget. Gastronomique et économique Celui qui aura l'addition la plus élevée ne cuisinera pas et ira directement en test sous pression. Verdict : c'est Jean-Philippe et Fabien qui cuisineront pour les chefs! Sauf que Jean-Philippe a la chance de se voir adjoindre un commis, Joris ... mais en ayant une heure de moins pour cuisiner! Du coup, Fabien commence seul ses préparations. Une heure plus tard, Jean-Philippe et Joris rentrent en cuisine. Fabien prépare un velouté de topinambours avec du cabillaud. Jean-Philippe revisite un gaspacho andalous en gelée. Le plat de Fabien ce sera une pintade avec des courgettes. Jean-Philippe prépare une carbonnade flamande. Au fur et à mesure que les minutes filent, Jean-Philippe se rend compte que sa viande ne sera pas suffisamment cuite. Fabien prépare une tarte au citron gastro ; Jean-Philippe élabore un sablé breton avec une poire caramélisée, caramel beurre salé. A la fin de l'épreuve, les candidats sont rincés! La dégustation commence. L'entrée et le plat de Fabien remportent un franc succès. Le dessert de Fabien remporte un succès mitigé - sa pâte est en deçà de ce que l'on attendait - celui de Jean-Philippe provoque un réel engouement auprès des chefs. 27 étoiles ont donc jugé les plats de 2 grands chefs en devenir ... Finalement, c'est Fabien qui se qualifie! Le 2ème trio se met en route pour la troisième épreuve. Autour d'eux, la forêt et Naoëlle n'est pas vraiment rassurée. Chacun se voit attribuer une lampe à pétrole et ils apprennent qu'ils vont dormir dans une tente sur la colline. Le lendemain, le réveil est un peu rude (la veille, ils ont dû faire face à une invasion de souris) et le but de l'épreuve, c'est de cuisiner les produits de la ferme le tout avec un barbecue. L'enjeu c'est donc de cuisiner au feu de bois, un menu gastro comprenant une entrée, un dessert et un plat qui devra obligatoirement être une potée paysanne revisitée! Bon, comme dit Florent, c'est la petite maison dans la prairie! Naoëlle décrète qu'elle est faite pour la cuisine moderne et la vie moderne en général ... La cuisine en mode Ingalls n'est pas une mince affaire, au moment du dessert Yoni se rend compte qu'il lui manque de la crème ... du coup, il pique un petit sprint jusqu'au garde-manger. Naoëlle fait brûler son caramel beurre salé (la faute au feu). Le menu de Florent est très apprécié, l'association foin-chocolat fait un tabac. Place au menu de Naoëlle ... auprès des agriculteurs, son menu fait fureur. Les chefs sont plus nuancés dans leurs jugements. C'est le tour de Yoni. La famille d'agriculteurs choisit le menu de Yoni. Chef Marx et Chef Arabian vont départager Florent et Naoëlle ... Je crois que le vote des chefs va se porter sur le menu de Florent plus campagne, plus dans le thème ... C'est bien Naoëlle qui part en dernière chance. Cette dernière chance est axée autour des pâtes. Pour Naoëlle, c'est une épreuve difficile car celle-ci ne maîtrise pas la préparation de la pâte à pâtes. Celle-ci se lance dans une préparation de pâtes aux saveurs méditerranéennes Jean-Philippe dompte son allergie à la farine pour goûter ses pâtes (et les recrache discrètement). Joris faisait des pâtes quand il était "pitit". Jean-Philippe se considère comme l'outsider de l'épreuve. Il me semble que l'assiette que va présenter Jean-Philippe est un peu en dessous. C'est l'heure de connaître le gagnant de l'épreuve du pain .. C'est Florent qui proposera son sandwich boeuf, condiment fromage frais roquette dans les boulangeries Paul. Le plat de Joris reçoit un accueil mitigé, celui de Jean-Philippe est un peu brouillon, quant à celui de Naoëlle, c'est très bon et beau. C'est sûr, Naoëlle est qualifiée (je mets ma main au feu). Verdict : Naoëlle se détache assez largement. Pour les deux derniers, ça va être serré. Finalement, c'est Joris qui s'en va. Il ne comprend pas bien que c'est lui qui part et pourtant .... Il ne comprend pas sa défaite, se considère plus fort que Fabien ou Jean-Philippe et accepte en bon fair play cet échec. Il faut dire ce qui est, Joris a été moins bon ce soir mais reste quand même un très bon cuisinier. C'est sur une pointe de tristesse que je vous laisse pour ce soir. Bonne nuit et à la semaine prochaine!

Source: cookingenaustralie.blogspot.com

Nouvel épisode de Top chef, le débrief s'impose donc ! La soirée commence avec l'épreuve du gâteau au chocolat, tout cela sous l'égide de Patrick Roger, le fameux chocolatier très farfelu mais très à la mode! Comme toujours, l'enjeu est de taille : l'immunité d'abord mais aussi la chance de voir son gâteau commercialisé durant trois semaines chez Auchan. Une belle vitrine donc pour le gagnant. Virginie commence, toute enjouée, un moelleux chocolat/orange. Fabien, lui, imagine un gâteau à base de mousse. Yoni est en plein doute et pense à sa sœur, pâtissière et compte lui rendre hommage à travers ce dessert "le mille crêpes chocolat". Naoelle n'est pas spécialement emballée par le challenge et se lance dans une forêt noire revisitée. Florent veut faire quelque chose de croustillant tout en concédant que ce n'est pas son métier. Jean-Philippe enchaîne les difficultés : une gelée au Grand Marnier trop alcoolisée, un biscuit chocolat qui se casse en deux au moment de la découpe. Le jury composé de Yoaké, ancienne candidate de Top chef, Alexandra Rosenfeld ancienne miss France et Patrick Roger, va donc goûter les merveilles! Virginie sent avoir rempli le cahier des charges, le jury est conquis même si la texture semble un peu pâteuse. Les filles sont emballées par le gâteau de Florent mais Patrick Roger l'encourage à rationaliser ses idées. Le gâteau de Fabien est maitrisé mais "moche". Celui de Valentin est pas mal, celui de Jean-Philippe "envoie", celui de Quentin "colle". Bref, pas facile de faire un choix mais c'est finalement Fabien qui est récompensé pour le travail fourni! Belle revanche visiblement sur ceux qui lui disaient qu'il était nul en pâtisserie! 2ème épreuve : transformer des plats traditionnels en hamburgers! Sont en course Yoni, Joris, Valentin et ma chouchou Naoelle ... Valentin doit revisiter la tartiflette, Naoelle le poulet basquaise, Joris la choucroute et Yoni la paella. La difficulté réside dans la déstructuration de tous les ingrédients du hamburger avec chaque ingrédient du plat imposé. Les plats terminés partent en dégustation chez les chefs, sauf qu'une deuxième épreuve se profile. L'idée c'est de revisiter les mêmes plats sous forme de pièce montée. Tous doivent s'y recoller sauf celui qui sera repêché par les chefs et qui sera élu vainqueur du hamburger. Les plats de Joris et Yoni sont récompensés et sont ex-æquo, directement qualifiés pour la prochaine semaine. Naoelle et Valentin continuent l'épreuve de la pièce montée. Valentin est totalement désemparé face à son échec et cuisine à reculons. Comme dit Guilaine Arabian "moitié Calimero, moitié grincheux". Naoelle se permet de lui donner quelques conseils mais se fait rembarrer par Valentin toujours aussi imbu de lui même. L'épreuve s'avère périlleuse pour chacun des candidats. Aucune pièce montée n'a vraiment convaincu et finalement c'est la pièce montée tartiflette qui remporte le duel, donc les bouchées de Valentin qui l'emportent. Nouvelle épreuve en extérieur pour Virginie, Jean-Philippe, Florent et Quentin au stade de France. Cuisiner pour les supporters des deux équipes. En l'honneur de Paris, la blanquette de veau. Pour Toulouse, le cassoulet. L'issue du match départagera les équipes. Si Paris gagne, les candidats seront départagés sur la blanquette et inversement! Le verdict est imminent, Paris gagne donc le jugement se fera sur la blanquette. Les deux moins bons rejoindront Naoelle en épreuve de la dernière chance. Le chef Constant attribue son point à Jean-Philippe et Quentin. Chef Piège donne le sien à Virginie et Florent. L'épreuve des couteaux (le vote des supporters) donne la victoire à Florent et Virginie. Snif car leur blanquette ne me plait pas. Épreuve de la dernière chance avec un panier de fruits imposé... Jean-Philippe se lance dans un dessert mandarine, poire, gelée de vin rouge avec un sablé breton. Audacieux. Quentin prépare une tartelette à la banane caramélisée avec une salade de fruits de saison. Avec l'âme d'un guerrier, il se lance sur le ring. Naoelle prépare un carpaccio de mangue/raisin, espuma d'ananas. A la dégustation, c'est vraiment kif kif même si Quentin se détache. Il est d'ailleurs félicité et est élu coup de ♥. Le voilà sauvé, je retiens mon souffle. Enfin le plat qui n'a pas été retenu c'est celui de Jean-Philippe. Le goût n'a pas fonctionné cette fois-ci. Pour Naoelle, c'est l'ascenseur émotionnel . Cette semaine ce fut donc chaud pour elle mais pour tous les champions, il peut y avoir un passage à vide. Je suis sûre qu'elle va se ressaisir! Voilà, c'est fini. Revoir l'émission en replay, c'est très appréciable car zéro publicité et du coup l'émission se finit vachement plus tôt ! Et vous, qu'avez-vous pensé de cet épisode de Top Chef?

Source: cookingenaustralie.blogspot.com

Une nouvelle semaine commence, le lundi est passé et c'est déjà l'heure de s'installer devant Top Chef .. Allez, c'est parti ! L'émission commence avec une séquence émotion... Les cuisiniers en herbe reçoivent un courrier de leurs proches. Chacun y va de sa petite larme évidemment, on les comprend ! Le premier challenge du jour : cuisiner un plat sucré-salé à partir d'un panier plein de fruits et légumes. En théorie, chacun dispose d'une heure de cuisine ... Seulement il y a un hic, leurs proches présents dans les cuisines de Top Chef doivent répondre à des questions de culture culinaire. En fonction des réponses de chacun, le cuisinier correspondant aura plus ou moins de temps. A l'issue de la première question (qu'est-ce qu'une joconde ... un biscuit donc), seuls Florent, Valentin, Virginie, Yoni et Fabien rentrent en cuisine ! La deuxième question arrive et là, c'est l'hécatombe. Aucun des proches ne trouve le ziste (et non le zeste hein), aucun des cuisiniers ne part donc en cuisine! Troisième question : comment sont taillés les légumes quand on fait une julienne? Facile, en bâtonnets. Tous répondent correctement ... les six derniers partent donc en cuisine et comme dit Latifa "c'est chaud bouillant" sachant qu'il ne leur reste que 30 minutes pour élaborer un plat sucré-salé! Et effectivement, le timing est serré pour terminer à temps ! Place à la dégustation! Chaque proche doit attribuer un point à son plat préféré ... Evidemment, interdiction d'être juge et partie et de donner un point à son proche. ça, c'est lo-gi-que! La maman de Latifa (les chiens ne font pas les chats, hein!) ne mâche pas ses mots et n'y va pas avec le dos de la cuiller en taclant les candidats un à un ... mais elle est rigolote et on ne lui en tiendra pas rigueur! La maman de Julien est touchante et semble émerveillée par tous les plats qui lui sont présentés. Place aux votes. Joris et Florent mènent la course en tête avant l'ultime vote de la maman de Julien qui attribue son point à Naoëlle. Du coup, les deux blondinets se retrouvent à égalité : 3 partout. La Chef Arabian déguste et doit départager les deux assiettes ... Finalement, elle attribue son point et l'immunité à Joris ! Pour la seconde épreuve, on retrouve un défi bien connu de ceux et celles qui suivent le programme. La reproduction d'un plat imaginé par le Chef Piège. Reproduire à l'identique un plat dégusté à l'aveugle dans une boîte noire. Je me souviens que l'an passé, l'épreuve avait été rude pour les challengers. A n'en pas douter, ça va être aussi compliqué cette fois-ci. Deux équipes de trois sont constituées : Jean-Philippe, Julien et Florent d'une part, Naoëlle, Fabien et Quentin d'autre part. Dans chaque équipe, un chef est désigné pour rentrer dans la boîte noire et mettre tous ses sens en éveil. Le plat à reconnaître, c'est une langue de veau moelleuse et croustillante, huile grillée, légumes au vinaigre, poudre de câpres. Honnêtement, visuellement c'est très beau mais je suis pas vraiment fans des abats ... Donc si j'avais dû goûter, j'aurais certainement reconnu illico presto la langue de veau ... car je n'aime pas ça! En tout cas, qu'il s'agissait d'abats, très certainement. Florent et Naoëlle sont désignés pour rentrer durant 5 minutes dans la boîte noire. Florent passe vraiment à côté de la dégustation, Naoëlle reconnait les sommités de chou, le croquant, l'aspect vinaigré du plat, qu'il y a des abats même si la langue de veau n'est pas clairement détectée. Les candidats se succèdent toutes les trente minutes dans la chambre noire ; les idées se mêlent et fusent. Finalement, le Chef Piège accorde deux indices de taille aux candidats pour les aider à réaliser leurs plats ... puis un ultime bonus, la possibilité pour un candidat par équipe de voir le plat durant 3 secondes, juste histoire de pouvoir dresser au plus prés de la réalité. Mais 3 secondes, ça passe TROP vite. Finalement, l'équipe 100% garçon a élaboré un plat plus joli visuellement mais moins goûteux que l'équipe emmenée par Naoëlle. Verdict : c'est le visuel qui l'emporte sur le goût ! Snif pour Naoëlle, Fabien et Quentin qui sont bons pour l'épreuve de la dernière chance. Troisième épreuve : cuisiner pour Michèle Laroque et Pierre Palmade ... Deux équipes : Valentin et Latifa vs Yoni et Virginie. Sur cette épreuve, la première équipe doit cuisiner un menu autour de la terre tandis que les seconds devront cuisiner un menu autour de la mer. Le thème : mariage impossible. Un thème bien vicieux et farfelu quand on ne sait pas encore quels produits l'équipe d'en face va imposer à l'autre. Mais à coeur vaillant, rien d'impossible! Dans l'équipe de Virginie et Yoni, les esprits s'échauffent un peu à cause des pépins de tomate. Personnellement, j'adore les pépins de tomate et le petit côté juteux qui les entoure ; bref ! Parmi les produits imposés, il fallait notamment associer l'avocat au chocolat, les cornichons dans une salade de fruits, les bonbons dans le foie gras ou encore le chocolat blanc avec le cabillaud ... ça laisse songeur hein?! Les chefs-membres du jury soulignent l'audace dont ont dû faire preuve les candidats pour pouvoir faire des mariages impossibles. Pari gagné, on dirait. Cela étant, c'est Latifa et Valentin qui rejoignent Fabien, Quentin et Naoëlle en dernière chance, où le thème imposé est le carré d'agneau. Finalement, c'est le plat de Naoëlle qui remporte une fois encore les suffrages. Celui de Latifa en revanche ne récolte pas la moyenne, c'est elle qui est éliminée ... Dommage car c'était une candidate pleine de peps ! Avez-vous regardé Top Chef ce soir ? Qu'avez-vous passé de l'émission de ce soir ?

Source: cookingenaustralie.blogspot.com

Petite découverte du week-end ... La pâtisserie " Chez Bogato " se situe tout près de Denfert Rochereau, 7 rue Liancourt dans le 14ème arrondissement ! Pour les connaisseurs, la pâtisserie se trouve juste en face des fameuses Petites sorcières de Ghislaine Arabian ! Cela faisait longtemps que j'en avais entendu parler mais je n'avais jamais trouvé le temps de m'y rendre. L'endroit est ravissant et met en appétit ! Cette pâtisserie est également un salon de thé pour les petites faims ! A découvrir : non seulement des sablés en forme de voiture, de dinosaure, des cookies, des mini financiers ... Hum, tout donne envie ! Mais aussi des pâtisseries individuelles : la tartelette d'enfer, le fraisier Tagada, le Craquant chocolat, du cheesecake, du carrot cake, des petites mousses au citron (le Pétaouchenoque), le Sweetburger (macaron ganache au chocolat, à la framboise, pâte d'amandes et feuille de menthe fraîche) ... C'est original, c'est beau et c'est bon ... Il y a comme un goût de reviens-y !! Hier soir, au moment du dessert, nous avons goûté chacun un petit bout de ces petites merveilles. Coup de cœur pour le Craquant, cette belle étoile chocolatée fondante et croustillante ! Le site internet de Chez Bogato, c'est ici !

Source: cookingenaustralie.blogspot.com

Mamina nous a organisé un super jeu, où on devait utilise la gamme « Le fruit deMonin™ » pour préparer de petits plats. J’aime bien avoir des morceaux dans mes boissons – des bubble teas (sans le thé, bien sûr), du jus de coco avec des morceaux, des sangrias, … Par la même occasion, en faisant cette recette, j’ai testé des cocktails en couches. La prochaine fois, j’utiliserais des couleurs différentes pour que les strates soit plus nettes. Le résultat était un cocktail équilibré et très féminin. J’ai aussi inclus une photo du cocktail mélangé avec les morceaux de gelée flottant dessus. Cocktail coco des milles et une nuits Ingrédients Pour la gelée de basilic 50ml sirop de basilic Monin™ 250 ml d’eau 1 càs de gélatine en poudre Pour le cocktail 30ml ‘le Fruit de Monin™’ noix de coco 30 ml de sirop de rose 60ml de jus de coco 30 ml de jus de citron 60 ml de gin Quelques gouttes d’angostura bitters Méthode : Pour la gelée Faire chauffer l’eau et en prélever un peu pour y dissoudre la gélatine. Mélanger avec le restant d’eau et le sirop de basilic. Verser dans un moule et faire prendre au frais. Couper la gelée en petits des d’un demi centimètre. Pour l’assemblage du cocktail : Dans un verre à cocktail poser 2 càs de des de gelée de basilic. Couvrir complètement avec le ‘Fruit de Monin ™noix de coco. Mettre dessus délicatement le sirop de rose. Mélanger ensemble le jus de citron, jus de coco, gin et les bitters. Verser ce mélange délicatement sur le sirop de rose – si nécessaire en le versant sur le dos d’une cuillière. A votre santé ! *** Mamina organized a game for us where we had to use the range ‘ Le fruitde Monin™ in our recipes. I like bits of things in my drinks – bubble teas (without the tea for me), coconut water with bits of coconut, sangrias, etc. And at the same time, while making this recipe, I tried my hand at making layered cocktails. Next time, I’ll try contrasting colours to have the layers more contrasting. The result was a yummy and balanced cocktail that was very feminine. I also have posted a photo of the cocktail stirred up with the jelly pieces floating. Coconut Arabian nights cocktail Ingredients For the basil jelly: 50ml Monin™ basil syrup 250ml water 1 tbsp gelatin powder For the cocktail: 30ml ‘le Fruit de Monin™’ coconut 30 ml rose syrup 60ml coconut water 30 ml lemon juice 60 ml gin A few drops of angostura bitters Method: For the jelly: Heat the water and in a little bit of water dissolve the gelatin. Add in the remaining water and the basil syrup and mix well. Pour in a square cake tin and let it set in the refrigerator. When set, cut the jelly in ½ cm cubes. To assemble the cocktail: Pour 2 tbsps of basil jelly in the bottom of the cocktail glass. Cover completely with ‘le Fruit de Monin™’ coconut. Pour delicately the rose syrup on this layer. Mix the coconut water, lemon juice, gin and angostura bitter. Pour slowly on the rose syrup, if necessary, by pouring on the back of a teaspoon. Cheers! ***

Source: bombay-bruxelles.blogspot.com

Cette recette, je l'ai découverte lors de la saison 3 de Top chef. Elle avait été réalisée par Ghislaine ARABIAN. Je trouvais que c'était une bonne alternative à la vraie recette car je ne supporte pas le cheese cake américain. Je n'aime pas le spéculoos et je trouve la crème trop écœurante. La première fois que j'y avais goûté, c'était à New-York. J'avais acheté le soi disant meilleur cheese cake de la ville, et bien je ne l'ai jamais fini. Trop grosse portion et trop écœurant comme je le disais. Ici, c'est une recette plus légère, accompagnée de fruits rouges (Miam!!). Ingrédients (pour 4 personnes): Le biscuit 12 biscuits type petit beurre ou galette bretonne 70 g de beurre la crème 250 g de mascarpone 55 g de sucre 60 g de fromage frais à tartiner 100 g de crème liquide entière 1 jaune œuf 1 gousse de vanille 15 g de jus de citron 2 feuilles de gélatine ET 250 g de fruits rouges (fraises, framboises, myrtilles) ÉTAPES DE LA RECETTE 1) Écraser les biscuits et verser dessus le beurre fondu. Bien incorporer le beurre dans les biscuits. 2) Au fond du petit cercle, étaler le biscuit et mettre au réfrigérateur. 3) Dans un premier récipient, faire une crème fouettée et réserver au frais. 4) Dans un deuxième récipient, mettre le jaune d’œuf et ajouter le sucre. Blanchir le mélange. 5) Dans un troisième récipient, mélanger le fromage à tartiner, la moitié du mascarpone et la vanille. 6) Dans une casserole, mélanger le reste de mascarpone, le jus de citron et la gélatine. Faire chauffer doucement. 7) Dans un grand cul de poule , mélanger l'appareil jaune d’œuf /sucre et l'appareil mascarpone/fromage frais. Puis ajouter l'appareil mascarpone/jus de citron. Bien mélanger 8) Ajouter délicatement la crème fouettée au mélange précédent. 9) Mettre cet appareil dans les petits cercles et mettre au réfrigérateur. Pour le dressage: Démouler le cheese cake et mettre dessus des fruits rouges. Rajouter un peu de sucre glace. C’est prêt !! Cela vous donne envie?? Misstinguette...

Source: danslacuisinedemisstinguette.blogspot.fr

Photo credit: Mackenzie Rivers Alors que je travaille sur la tradution de cette interview en français, retrouvez les superbes tablettes de Mackenzie sur ma boutique en ligne . I discovered Map Chocolate while researching craft chocolate-makers on Instagram . At the time, the only chocolate I consumed was mass-produced, mostly because I had a few favorite brands and was not sold on the idea of spending $8-$10 on a small chocolate bar. However, I did want to make the leap to the world of craft chocolate, so I went looking for makers to lead me there. I turned to Instagram to discover the world of small makers. I saw grinders and melangeurs, shiny tempered chocolate and bloomed chocolate that reminded you of the craters of the the moon. I discovered LetterPress Chocolate and Dick Taylor , Violet Sky and Acalli . Right when I started my " 37 Chocolates " challenge, I stumbled upon Map Chocolate's Instagram account . I fell in love with the maker's sense of aesthetics, the composition of her photos, which was pretty, but not precious. Did I mention the captions? I was reading them like poetry. When I went to Map Chocolate's website , it became obvious that Map Chocolate was chocolate with a soul. Yes, its chocolate is made of organic cacao from small cacao farmers and no, it does not contain any lecithin, but that's not all. I read the chocolate descriptions like chapters of a novel and, for the first time, I did not feel intimidated when reading about single origin cacao. I did not know a thing about the difference between a cacao from Belize, Madagascar, or Tumbes in Peru, but I suddenly wanted to know more. I knew right then that $8 would get me chocolate and a map I would gladly want to follow. 1 - Please tell us about Map Chocolate. It was the beans that drew me in. I walked into the Chocolate Alchemy warehouse and was so shocked--I had no idea that chocolate did not just come from one type of cocoa bean. Or that there were so many types of beans, grown in so many places. The fact that there is not just "one" bean, from one place, is incredible, because it means there is not "one" chocolate. Which meant, why the heck does it all mostly taste the same? Aside from Theo , I had never tried craft chocolate, so I went from seeing the beans to saying "I want to make chocolate." To me, this is what craft chocolate offers: chocolate as something real, not the idea of chocolate as one standardized flavor. That was a year and a half ago; I made chocolate for nine months before I made the leap into opening my online shops. I gave a lot away to family and friends to try, my son and his friends ate it every day, I threw out mistakes, and loved every minute. I was at a crossroads in my life and during that nine months I started working for Chocolate Alchemy (the "father" of bean-to-bar craft chocolate) and every day I would ask John a question about beans or roasting, the chemistry behind chocolate, equipment, etc. He is like the Wikipedia of chocolate! I became immersed in the world of small batch chocolate making, and the world of beans. So I have been very fortunate to have people encouraging me and believing in what I am doing, willing to taste my chocolate, and to give me, a new chocolate maker, a try. And that is why my company is called Map Chocolate: map stands for Mackenzie and People. No boundaries, finding open roads, and each of us discovering our path. I am thrilled every time I send out a bar. And as a side note: when I was looking for molds I wanted square ones. I found my molds and when they arrived from Belgium (possibly the smallest order they'd ever had, I bought a total of 3, and could make 6 bars at a time), the invoice had the name of the mold listed as Scheherazade. She is the narrator storyteller behind the ancient stories A Thousand and One Arabian Nights ...that seemed like a good sign. Photo credit: Mackenzie Rivers 2 - Could you give us a glimpse into a day at Map Chocolate? Is there such thing as a typical day when you are a chocolate-maker? Because I work part time at Chocolate Alchemy (John supplies and makes bean to bar equipment, beans + supplies, and information), as well as being the sole proprietor of Map I have to be efficient and try to stick to a schedule. I divide the basic chocolate making over 3 days, then fill in everything else in the mornings and evenings. One day is for roasting, making test batches, and making my sipping chocolates. Roasting is when I often get my inspiration for my bars, because at this point it is truly about the beans; I get the first hints of what chocolate the beans might become, and, for me, it is the area that requires the most skill and intuition. I use a barrel roaster, which also gives me a good way to gauge the roast depending on the aroma, and how it changes and shifts during the roast. The second day I reserve for tempering/molding bars, and nothing else; I still hand-temper, so there's a lot going on that day. The third day is for wrapping bars and creating my wrappers, and then on day four I try to fill orders, box, and ship. The actual melanging/conching takes place 24/7. I built my website and do all the maintenance/uploading products, and I create my packaging, which I fit in early in the mornings. If I were an animal I would be a mule: stubborn, persistent, not afraid to work, a bit quirky, often with a mind of its own. But "Mule Chocolate" does not have the same ring :) Photo credit: Mackenzie Rivers 3 - Your sense of aesthetics and product descriptions are one of the things that set Map Chocolate from other chocolate-makers. Which are some of the artists and writers that inspire you? Always in the back of my head is advice about writing by Ernest Hemingway: say one true thing. I want this to come through in what I am making, as well as what I write. I think his quote is from A Moveable Feast . I try to write and stay true to what the voice in my head is saying, and if it feels difficult or a struggle then I know that is a sign that I am not listening, and it isn't true to my voice. I hope that what I write will open a window, not necessarily point a route to a certain path. As a chocolate maker I'm just a guide: I choose the bean, decide the %, craft it to what I think tastes good, and choose how it will be presented, but then it leaves my hands. Chocolate might be a small thing, but I think there is something amazing about it beyond taste that not only makes us happy, but carries within it the journey of the bean, and awakens memories. This is the story part of it for me, and what I love is that I might say "notes of lemon and birdsong" but then every person has their own notion of what that bird might sound like. Or maybe they will then ask themselves, what would that taste like? Photo credit: Mackenzie Rivers 4 - I love the seasonality of some of your chocolate collections - I have a soft spot for the Squirrel Stash - could you share some of the chocolate creations you are working on for this winter? I love creating collections! They came about because the truth for me is that big bars of chocolate can be daunting, and not just the price. What if I take a bite and I don't like it? what if I unwrap it and now I'm faced with this big bar and I don't want it to go to waste? And when I was first trying craft chocolate, how was I supposed to choose an Ecuador Camino Verde over a Bolivia? What exactly does a Bolivia mean when it comes to chocolate? The packaging out there implies the buyer must already know what an Ecuador tastes like, and the typical tasting notes only help perpetuate and widen this chasm. There is no reference point; for me, when I eat chocolate it takes me somewhere, either back in time or clarifies the present moment. I want to share this with the people who are trying my chocolate. Also, the flip side of that is that I selfishly don't want to just make (or eat) the same old thing, and I think chocolate is as seasonal as any real food. So, for this year I have a 25 piece collection for the holidays that is inspired by the winter sky (various hues of dark, a few flickers of bright, and alpenglow will all be in there) a small 9-piece collection inspired by Admiral Byrd called Packing List: Antarctica (he had chocolate and coffee on his packing list), and another small set called The Tip of the Iceberg which features nine different salts atop one origin. Photo credit: Mackenzie Rivers 5 - Craft chocolate can be expensive. In my experience, many people (I was one of them) feel intimidated by the idea of spending $10 for 2-3 oz of fine chocolate. Some argue their palate is not as refined to appreciate the experience of fine chocolate. As a craft chocolate-maker, what words would you have for someone who is about to dip their toes in the water of craft chocolate? It all begins with intention. I think that is the gift of anything handcrafted: our intentions shape the world, so if we buy something handcrafted, or from a small farmer who might have actually been the person who lovingly pruned the apple trees, we are then acting out of awareness. It is the goal of mass marketing to get us to choose what we are told we should choose, to act out of habit and blindness. As a starting point I would say choose based on the packaging, which might seem contrary to "it's what's inside that matters," but if the outer layers are beautiful, thoughtful, have been created with details at the forefront, then that is a good indicator of what is to come inside.This is not to say fancy or expensive, just created with a respect for both the chocolate and the person who might enjoy it. I recently had a bar from a newer, small maker in Australia ( Smooth Chocolator ) and the packaging was simple albeit stunning. And the experience of opening it was so satisfying, just lovely; as wonderful as opening a new book and seeing the first page, reading the first sentence and having the words drawing you in, instantly. I could feel the maker's care and love for what they are doing. The "value" or reason to buy craft chocolate is because it is not just another bar on a long assembly line of sameness, but a glimpse into how the maker sees the world through chocolate. Craft chocolate provides not just the (hopefully wonderful) experience of tasting chocolate, but a real connection...that's not something a factory does, or is intended to do. Because Map is so small, even in the world of small batch makers, it often feels like it is a tiny bird attempting to migrate and navigate amidst big jetliners and more than a few well-funded Lear jets, plus there is all that headwind from chocolate critics and "experts." That said, what I believe is that the best stories travel far, and size has nothing to do with it.

Source: tetellita.blogspot.com

Comme la plupart d'entres vous , j'ai suivi le Top Chef de ce lundi et certaines recettes m'ont tapé dans l'oeil, aïe ! ouille ! même pas mal ! comme ces oeufs en neige au micro-ondes de Ghislaine Arabian donc j'ai cherché sur le net après avoir vu l'émission, j'avais noté les quelques indications de Chef Arabian et pas facile, parce que sur le site de Top Chef sur M6 on ne nous donne pas les mesures alors j'ai testé pour vous et pour votre dessert les Oeufs en neige au micro-ondes -oOo- mon micro-ondes a une puissance de 870 watts au maximum donc ma recette est basée sur cette puissance pour les temps de cuisson si j'ai bien lu sur le net, il ne faut pas aller au delà de 1000watts à vous de voir -oOo- pour ce faire, il vous faudra pour 3 personnes : pour la crème anglaise : 3 cuillères à soupe de sucre 4 sachets de sucre vanillé 3 jaunes d'oeuf 2 cuillères à soupe de maïzéna 1/2 litre de lait j'ai ajouté les zestes d'un citron non traité (un du jardin familial) sont trop bons ! -oOo- pour les blancs en neige : 3 blancs en neige 1 pincée de sel 2 cuillères à soupe de sucre en poudre -oOo- pour le caramel : 100g de sucre en poudre quelques gouttes de jus de citron -oOo- pour le dressage : quelques amandes effilées grillées -oOo- on commence par battre les blancs en neige ferme quand vos blancs se tiennent et sont bien montés, ajoutez le sucre en poudre en deux fois tout en battant aux fouets électriques pour "serrez" vos blancs réservez -oOo- pour la crème anglaise : vos trois jaunes sont dans un saladier allant au micro-ondes , ajoutez le sucre vanillé, fouettez , faites chauffer 2 mn le lait au micro-ondes pendant ce temps ,continuer à fouettez les jaunes versez la maïzena , fouettez toujours puis versez le lait chaud en douceur , d'abord un peu , fouettez puis le reste en deux fois, fouettez ça mousse, c'est normal déposez le saladier au micro-ondes chauffez 2mn remuez encore 2mn , remuez profitez en pour ajoutez les zestes de citron puis encore 2mn , ça commence à prendre (là j'avoue que j'étais prête à remettre de la maïzena mais oh miracle ! sur la cuillère je vois que la crème commence à prendre) donc j'ai remis 2mn et c'était même un peu épais, j'ai ajouté un tout petit peu de lait pour que ça soit moins épais, plus crème , remuez bien , gouttez , c'est bon ! ouf ! ça c'est fait ... la crème nappe bien la cuillère quand je trace une ligne sur le dos de la cuillère la crème reste en place , c'est ok couvrez d'un film plastic , au contact, c'est à dire qu'il doit toucher la surface de la crème pour éviter qu'une croûte ne se forme et réservez au frais -oOo- on revient sur les blancs : dans une assiette creuse , versez un peu d'eau chaude remplissez une tasse que vous aurez passée sous l'eau , avec du blanc en neige tassez avec la spatule, puis videz la dans l'assiette sur l'eau chaude passez 2,15mn au micro-ondes elle a pratiquement doublé de volume déposez l'île sur un torchon propre procédez ainsi avec les deux autres îles -oOo- pour le caramel : il se fera au moment de dresser bien sûr versez les 100g de sucre en poudre dans un bol, ajoutez quelques gouttes de jus de citron et passez de deux minutes en deux minutes au micro-ondes il a fallu ... 8 mn avec mon micro-ondes pour que ça fasse du caramel d'une couleur ambrée attention le bol est très chaud ! sérieux ! je préfère le faire à la casserole -oOo- il faut dresser dès que votre caramel est prêt versez de la crème anglaise dans un ravier, verre, bol , ce que vous voulez ajoutez une île flottante, puis versez du caramel en filet sur le dessus j'ai saupoudrez de quelques amandes effilées grillées si la crème anglaise est déjà bien froide , servez aussitôt sinon vous pouvez réservez au frais une heure ou deux verdict : c'est un dessert qui est bon certes mais je préfère tout de même la version classique qui n'est pas plus difficile ni beaucoup plus longue habituellement , je fais pocher mes blancs en neige dans le lait qui me servira à faire la crème anglaise cette méthode au micro-ondes est à faire pour dépanner si vous avez des invités de dernières minutes bonne dégustation ! photo Pinterest Pam Braswell

Source: cuisinenfolie.blogspot.com

Recettes24 is a recipe search engine that find recipes with advanced filters like ingredients, categories and keywords.
Recettes24 does not host recipes, only links to other sites. | FAQ | Privacy