soupe diete benoit gagnon | cote de veau normande spaghettis | lasagne roulée ricardo | plat arabe avec cebette | recette de petit pain pilsbury | smoothie fruit des bois simple
Se Connecter

Connectez-vous pour recettes24 pour enregistrer vos recettes préférées

Si vous n'êtes pas encore enregistré(e), inscrivez-vous maintenant!

Mot de passe oublié?

Encore en vacances jusqu’à la mi-août, je ne puis m’empêcher de vous faire un petit coucou avant de retourner dans mon jardin, loin de l’ordi, encore pour quelques jours. Le motif de cette brève apparition : la reprise d’un billet que j’ai publié en 2010 et qui présentait la Caponatina aux raisins secs et aux pignons du chef Alain Ducasse (source : livre Nature : Simple, sain et bon ). Il y a des recettes qui méritent une deuxième diffusion parce qu’elles sont exceptionnelles et celle que je reprends aujourd’hui figure parmi celles-là. Voici ce que j’en disais dans mon billet de l’époque  : Arrivée à la maison, le panier plein de ces beaux légumes, je me suis lancée dans la caponatina du chef Ducasse et j'ai suivi sa recette à la lettre. Fabuleux, merveilleux, la perfection en bouche! Mais ce qu'il faut retenir avant de s'engager dans cette recette, c'est que tous les légumes sont d'abord revenus à la poêle séparément pour ensuite se retrouver dans une cocotte genre  Le Creuset  pour terminer leur cuisson au four. L'idéal, c'est d'être deux pour la réaliser. Épouxcurien a coupé et moi j'ai fait revenir.  La caponatina se sert chaude ou froide, en légumes d'accompagnement d'une viande ou d'un poisson. Elle peut être délicieuse sur des pâtes. Aujourd'hui, j'ai décidé de garnir ma pizza de cette ratatouille colorée. Et cela s'est avéré tout à fait succulent! À tout bientôt! Lou Caponata du chef Ducasse 4 à 6 portions huile d'olive 2 poivrons rouges épluchés avec un économe 2 poivrons jaunes épluchés avec un économe 4 courgettes 2 oignons blancs 3 aubergines (couper les aubergines juste avant de les faire revenir pour éviter l'oxydation) 1 bonne poignée de raisins secs (j'ai mis une petite poignée), préalablement trempés dans l'eau quelques minutes et bien épongés 3 c. à soupe de pignons de pin, légèrement dorés dans une poêle anti-adhésive (à feu moyen/fort : surveiller la cuisson attentivement) 20 olives noires dénoyautées (je les ai déchirées en deux avec les doigts) 20 tomates cerises coupées en deux sur le long 8 filets d'anchois au sel, rincés et épongés (j'ai mis les 8 et pour ceux qui ne les aiment pas, allez-y quand même avec les 8, le goût ne s'avérant pas prononcé une fois la cuisson effectuée) 4 gousses d'ail écrasées et hachées grossièrement 2 branches de basilic débarrassées de leurs feuilles (les feuilles sont à conserver pour la finition) 2 brins de thym (libérés de leurs feuilles dans la cocotte, sauf quelques bouts de branches pour faire joli) Couper les poivrons épluchés, les courgettes et les aubergines en petits cubes de 1,5 cm. Les disposer dans des assiettes séparément. Couper les oignons en fins quartiers. Déposer un peu d'huile d'olive dans un petit bol. Avec un pinceau de cuisine, badigeonner d'huile le fond d'une grande poêle. À tour de rôle, faire revenir les légumes, catégorie par catégorie. Entre chaque poêlée, remettre un peu d'huile dans la poêle. Le chef Ducasse recommande de peu huiler, sinon la caponata sera huileuse et ce n'est pas ce que l'on veut. Voilà pourquoi j'ai eu l'idée de recommander l'utilisation du pinceau. Déposer les légumes revenus, au fur et à mesure, dans la cocotte qui ira au four. Pendant que vous faites revenir vos légumes, faire dorer les pignons dans une poêle anti-adhésive, en surveillant bien. Réserver. Ajouter maintenant dans la cocotte, les raisins, la moitié des noix de pin (l'autre moitié est conservée pour la finition), les olives, les tomates, les anchois, l'ail, les branches de basilic et le thym. Couvrir la cocotte et cuire 25 minutes à 315 degrés F (160 degrés C), telle est la recommandation d'Alain Ducasse. Dans mon cas, cela s'est avéré insuffisant. J'ai cuit une cinquantaine de minutes pour une cuisson parfaite. Donc, après 25 minutes de cuisson, il faut surveiller et rajouter peu à peu des minutes, si nécessaires. À la sortie du four, ajouter à la cocotte les noix de pin restantes et les feuilles de basilic que vous aurez déchirées en morceaux. Servir. Le chef indique que les restants de caponata se congèlent très bien. Pizza à la caponata 1 pâte à pizza crue 2 à 3 c. à soupe de sauce tomatée à pizza 3/4 tasse (60 g) de fromage Parmigiano Reggiano râpé finement, mais pas en poudre caponata retirée de la cocotte avec une cuillère à trous afin de l'égoutter Pour la préparation et la cuisson de la pizza, c'est par ici . Disposer sur la pâte crue, d'abord la sauce, ensuite le fromage et terminer par la caponata. Il se peut que vous deviez ajouter 1 à 2 minutes de plus de cuisson que ce qui est proposé plus haut. Surveiller la cuisson en soulevant légèrement la pizza et en regardant dessous. La croûte d'en dessous doit être légèrement dorée, pas plus.

Source: augredumarche.blogspot.com

Une très bonne recette tirée du bouquin "Le livre des pâtes" aux éditions d'Alain Ducasse Un ouvrage qui nous propose un tour d'horizon des pâtes. Sous influence méditerranéenne ou asiatique, les recettes paraissent savoureuses et originales: -conchiglioni, crème roquefort et mangue -taglierini en carpaccio de foie gras et truffes noires -riccioli aux endives, stilton et granny smith -soba aux légumes et thé noir -tagliatelle de riz, filets de dorade, ail thaï, jus d'agrumes et noisettes -udon aux pointes d'asperges vertes, pistou d'algues et crevettes -udon frites au safran, fromage blanc et miel -spaghettini caramélisés au cacao et glace mascarpone -lasagne de pommes, lait de coco et safran -lasagne en fraisier contemporain -ravioli de chocolat crousti-fondants etc, etc, etc Il a été difficile de choisir une recette tant elles m'ont presque toutes donné l'eau à la bouche. Finalement, j'ai opté pour celle avec des pâtes à l'encre de seiche tout bêtement car je n'en ai jamais mangées ! Et comme le frigo gorgeait d'oeufs, la recette tombait à pic. Il s'agit d'un plat typique de la région de Naples. La veille, on mange les spaghetti aux tomates et le lendemain, on fait une omelette avec les restes ! D'habitude, on utilise des spaghetti ordinaires, mais les spaghetti noirs font un joli contraste visuel avec l'omelette. Succulent ! Entrée pour 4 personnes: 100 g de spaghetti noirs (j'ai utilisé des tagliolini) 5 tomates mûres 1 gousse d'ail 1 branche de basilic 8 oeufs 50 g de parmesan râpé 30 g de beurre vinaigre balsamique (de la crème balsamique pour moi) huile d'olive sel et poivre Monder les tomates. Les couper en quatre, retirer les pépins et hacher finement la pulpe. Peler l'ail et l'écraser. Le faire dorer dans une sauteuse avec de l'huile d'olive. Ajouter la branche de basilic et la pulpe de tomate, saler et poivrer. Faire réduire la sauce 3 minutes à feu doux, retirer du feu, ôter l'ail et le basilic. Faire cuire les pâtes 7 minutes dans de l'eau bouillante salée (si vous utilisez des taglioni, le temps de cuisson et d'environ 4 minutes). Egoutter et verser dans la sauce tomate. Poursuivre la cuisson 5 minutes à feu vif en remuant puis laisser refroidir. Préchauffer le four à 180C. Casser les oeufs dans un saladier, ajouter le parmesan, du sel et du poivre puis battre le tout au fouet. Fondre le beurre dans une poêle antiadhésive. Verser les spaghetti aux tomates, puis les oeufs battus. Cuire 5-6 minutes au four à 180C en contrôlant la cuisson des oeufs. Laisser reposer l'omelette ainsi obtenue pendant 5 minutes, puis couper en bâtonnets. Les dresser sur une assiette et arroser d'un filet de vinaigre balsamique.

Source: yeuxfriandsetbouchebee.blogspot.com

Pendant les vacances, j'ai laissé à ma moitié le choix du menu et le contrôle des fourneaux pour une soirée inoubliable, et Mr V.  a eu envie de rendre hommage à notre terre d'accueil en cuisinant du canard, avec une sauce inspirée du livre La cuisine de Ducasse par Sophie . Le résultat: un plat digne des grands chefs (je savais qu'il était bon en cuisine et il s'est surpassé! :)) Un peu difficile à vous retranscrire en recette, car Mr V. a beaucoup improvisé les doses (en grand chef qui se respecte ;) ) mais je vais essayer de vous en donner une idée... Magret de canard sauce au vin rouge et à l'orange et pommes de terre sarladaises Pour 2 gourmands Ingrédients : -1 magret de canard Pour la sauce : -20 cl de jus d'orange -3 cuillères à soupe de miel -1 cuillère à soupe de vinaigre balsamique -1 cube de bouillon de volaille (+ 20 cl d'eau bouillante) -25 cl de vin rouge -1 cuillère à café de mélange 4 épices -sel, poivre -20 g de beurre Pour les pommes de terre : -8 petites pommes de terre nouvelles -1 échalote Recette : Pour la sauce : Dans une casserole, à feu vif, mélanger le jus d'orange et le miel et faire bouillir jusqu'à l'obtention d'une consistance sirupeuse (le jus s'est évaporé). Baisser le feu. Ajouter ensuite le vinaigre balsamique à feu moyen et laisser bouillir une minute. Ajouter ensuite le vin rouge et laisser cuire 15 minutes jusqu'à l'obtention d'une sauce sirupeuse. Ajouter le bouillon de volaille (le cube a été préalablement dissout dans 20 cl d'eau bouillante) et laisser bouillir jusqu'à ce qu'il ne reste environ que 15 cl de liquide. Ajouter les épices, goûter et assaisonner selon goût. Ajouter le beurre et bien mélanger. Laisser réchauffer sur feu doux et réserver.   Pour le magret et les pommes de terre : Nettoyer les pommes de terre et les couper en petites rondelles (ou morceaux). Réserver. Couper l'échalote en petits morceaux. Dans une poêle à feu moyen, faire revenir le magret (côté peau) jusqu'à ce que la peau brunisse (utiliser un couvercle anti-projection si possible). Ajouter un peu de sel et de poivre. Tourner le canard et cuire selon goût le même temps (pour une cuisson rosé) ou un peu plus. Vérifier la cuisson avec un couteau. Réserver le canard au four à 180°C pour 15 minutes. Pendant ce temps, cuire les pommes de terre dans la graisse de canard et lorsqu'elles deviennent plus souples, ajouter l'échalote et faire revenir les pommes de terre jusqu'à ce qu'elles brunissent. Réserver. Sortir le magret du four, l'envelopper de papier aluminium et le laisser à l'intérieur entre 10 à 15 minutes. Servir le magret en tranches arrosé de sauce et accompagné de pommes de terre sarladaises. A déguster avec un verre de bon Cahors...    

Source: kardemummakitchen.blogspot.com

Bon je sais vous allez dire: "qu'est ce qu'elle nous raconte? c'est pas des macarons sur la photo!" Pour la petite histoire j'ai voulu faire à mes invités des macarons salés, j'ai essayé une nouvelle recette. Le souci c'est que chaque livre a sa recette, et pour les novices comme moi bah pas facile. Du coup j'ai bien suivi les instructions mais j'ai loupé mes blancs qui sont vite retombés, j'ai quand même tout cuit (bah oui pas de gaspillage!!!!) mais vu la tête de mes macarons, il a fallu innover, j'ai donc décidé de prendre un emporte pièce et zou.....on coupe tout pour que ce soit plus joli!!!!.... d'où la forme bizarre de mes macarons....... Comme je ne suis pas contente du résultat de mes coques je ne vous donnerais pas la recette (j'suis sure que vous êtes plus doué(e)s que moi.....), je vous donne quand même les ingrédients pour la garniture..... Pour la garniture il vous faut: -400g de jambon blanc -1 c à soupe de vinaigre de conditionnement de cornichons -100g de beurre demi-sel ramolli Les étapes: -dans un robot mixez le jambon et le vinaigre -ajoutez le beurre petit à petit -lissez le mélange et ajustez l'assaisonnement -remplissez la base des macarons avec la mousse et refermez avec la deuxième coque Bon ok mes macarons ne ressemblent pas à des macarons, mais en tout cas ils étaient bon Demain c'est mon grand cours de macarons à l'école Alain Ducasse.....donc j'espère bien tout retenir pour pouvoir après vous montrer de plus belles photos hihihihihi!!!!!.... Bon appétit!!!!!!.....                                                                            

Source: lesplaisirsdeceline.blogspot.com

Un apéritif économique, idéalement frais, aux fruits de saison, à déguster avec modération durant les journées estivales. Figues fraîches, orange, mûres, fraises, pêche, eau de rose, eau de fleurs d'oranger, miel et vin blanc moelleux... un rêve d'apéro... Sangria blanche aux fruits de saison, eaux florales, miel tracy ducasse Recette de sangria blanches aux fruits de saison, arômes de fleurs d'oranger, de rose, miel 2 figues fraîches ½ orange 5 mûres, 5 fraises, 1 pêche 50 ml d’eau de rose 10 ml d’eau de fleur d’oranger 2 cas de miel 1 ½ l de vin blanc moelleux glaçons Préparation : Versez le vin blanc dans une casserole, avec l’eau de fleur d’oranger, le miel, l’eau de rose. Faites chauffer à feu doux, tout en remuant. Portez à ébullition et retirer du feu, laissez refroidir. Coupez les fruits en petits morceaux, versez dans la casserole, avec le vin blanc, faites cuire à feu doux. Mélangez intimement, lorsque les fruits se décomposent, retirez du feu et laissez refroidir. Laissez reposer 24 heures, puis filtrez. Mettez en bouteille et conservez au frais pendant trois jours. Servez très frais avec des glaçons. A lire : une sélection de recettes pour l'apéro

Source: streetfoodetcuisinedumonde.blogspot.fr

Le risotto de la mer Rien de tel qu'un bon risotto aux crevettes pour tester l'huile de homard de mon partenaire Archigourmet via Un zeste de plus . Cela apporte aux crustacés une saveur supplémentaire pour un risotto très gourmand ! Chéri et moi avons vraiment adoré ce plat. Pour le réaliser, je me suis basée sur mes derniers vol-au-vent aux fruits de mer , pour utiliser les carapaces et les têtes en guise de bouillon de crevettes pour la cuisson du riz. Et puis j'y ai mis une belle cuillère de Curcuma , pour le parfum mais aussi pour la couleur. Résultat garanti, un vrai délice ! Si vous aussi vous adorez le risotto maison , je vous propose sur ce blog un très bon risotto aux artichauts violets , comme c'est la saison :) La recette vient du chef Alain Ducasse alors autant dire que vous pouvez y aller les yeux fermés ! Ingrédients pour 4 personnes : 400g de crevettes 300g de riz à risotto Parmesan frais Curcuma Un oignon Vin blanc Alcool pour flamber les crevettes (pastis, cognac..) Une cuillère à soupe de concentré de tomates Huile de homard de mon partenaire Archigourmet via Un zeste de plus Préparation du risotto de crevettes : Décortiquer les crevettes et les mettre au frais pendant que l'on prépare le bouillon avec les coquilles : Placer les têtes et les carapaces dans une casserole. Laisser chauffer quelques instants, puis verser l'alcool pour flamber tout ça (attention aux cheveux longs !). Une fois la flamme éteinte, verser un trait de vin blanc et laisser le liquide s'évaporer presque complètement. Ajouter le concentré de tomates, mélanger. Couvrir d'eau. Écraser le plus possible les têtes à l'aide d'une spatule afin qu'elles libères leurs parfums. Laisser mijoter à couvert pendant une dizaine de minutes ou un peu plus, puis filtrer le bouillon ainsi obtenu. Dans une sauteuse, faire chauffer l'oignon émincé dans un filet d'huile. Lorsqu'il commence à devenir translucide, ajouter le riz sec. Laisser chauffer un petit peu, juste quelques secondes, tout en remuant. Verser un trait de vin blanc. Lorsqu'il est absorbé par le riz (ne jamais cesser de remuer un risotto) ajouter une louche de bouillon. Laisser le riz l'absorber avant d'en ajouter une autre, et ainsi de suite jusqu'à ce que le riz soit cuit. Pas assez de bouillon ? On peut bien-sûr terminer avec de l'eau. Ajouter les crevettes en fin de cuisson, lorsqu'il ne reste que quelques minutes. On veut juste les réchauffer, pas les cuire puisqu'elles le sont déjà. Ajouter alors le curcuma, selon vos goûts. Puis, verser un peu de cette bonne huile de homard si vous en avez. Enfin, gratter un morceau de parmesan dans la préparation. On pourra ajouter de beaux copeaux dans les assiettes. 5 étoiles, note basée sur 58 avis

Source: montiroirarecettes.blogspot.com

Nous nous attaquons aujourd'hui à une spécialité régionale, réalisée par le Mâle lui-même ! Car oui, disons que je suis au repos forcé et que le Mâle va devenir mes mains en cuisine pour les prochaines semaines. Le Mâle ayant des origines du Nord de la France, il a choisi de réaliser cette tarte, une des spécialités sucrées du coin et aussi un de ses desserts préférés. Elle a plusieurs petits noms : tarte au libouli (pour "lait bouilli" en patois), tarte à gros bord (le gros bord peut permettre de se passer de moule), tarte "eud ducasse" (une ducasse étant une fête dans le Nord-Pas-de-Calais)... Elle est l'assemblage d'une pâte à brioche et d'une crème à la vanille proche du flan pâtissier. Elle peut être décorée avec des croisillons de pâte dorés à l’œuf (non réalisés ici). Une douceur a essayé au goûter ou en dessert ! La recette (pour 8 personnes) Il me faut quoi ?! Pour la pâte à brioche : - 250 g de farine - 80 g de beurre (à sortir 2h avant du frigo) - 1 œuf - 10 cl de lait - 10 g de sucre - 2 pincées de sel - 10 g de levure de boulanger Pour la crème au libouli : - 60 cl de lait - 3 œufs - 135 g de sucre - 2 sachets de sucre vanillé - 60 g de farine On prend ses petites mimines et c'est parti ! Réalisez la pâte à brioche : délayez la levure dans le lait tiède et travaillez le beurre à la main pour le rendre malléable . Réalisez un puits avec la farine dans un saladier, déposez tous les ingrédients dedans et mélangez à la main. Pétrir la pâte et formez une boule, laissez-la lever dans un endroit tiède pendant 1h environ. Il faut que la pâte ait doublé de volume. Réalisez la crème au libouli : mettre le lait à bouillir dans une casserole sur feu doux. Dans un saladier, battez les œufs avec le sucre, ajoutez la farine et bien fouetter l'ensemble. Lorsque le lait bout, versez-le sur le mélange tout en remuant. Reversez cette préparation dans la casserole et faites cuire en maintenant l’ébullition, en remuant souvent . Retirez du feu lorsque la préparation a la consistance d'une crème et laissez tiédir dans un récipient. Préchauffez le four à 180°C (th. 6). Farinez votre plan de travail. Prendre la boule de pâte et l'écraser avec le bout des doigts pour en chasser l'air. Étalez -la au rouleau le plus finement possible. Garnir un moule à tarte (ou si vous voulez tenter de former vous-même votre tarte à la main sans moule, c'est le moment de faire le malin !) et versez la crème au libouli. Enfournez pour 40 minutes environ. Votre tarte doit être bien dorée. Régalez-vous ! Photographie : Aman ... Dîne !

Source: aman-dine.blogspot.fr

Pizza aux courgettes et au Sainte-Maure de Touraine selon Alain Ducasse Mon mari a horreur des courgettes, pour lui en faire manger c'est la croix et la bannière ! Quelle ne fût pas ma surprise quand, il y a quelques jours, alors qu'il lisait un article il me dit : " ah tiens, des courgettes faites comme ça je veux bien en manger..."! Et il me montre une vidéo avec une recette de pizza signée Alain Ducasse, agrémentée de chèvre de Sainte-Maure de Touraine AOP . Je ne sais pas si c'est à cause du fromage qui vient de notre région (la Touraine) ou de la signature du chef que ses papilles ont été éveillées, en tout cas l'occasion était à saisir d'urgence ! Très motivé, il est allé acheter un Sainte-Maure de Touraine tandis que je préparais une pâte à pizza (il faut battre le fer quand il est chaud), puis je m'en suis allée cueillir des courgettes et du thym au jardin. Le temps aussi de préparer des pétales de tomates confits et le soir même nous avons dégusté cette excellente et très graphique pizza de Chef. Et bien croyez-le ou non Monsieur a a-do-ré (et moi aussi )!!! Comme quoi, il ne faut jamais désespérer... Allez je vous donne la recette ! Pour 4 personnes - Préparation : 20 mn - Cuisson : 1h30 mn +20 mn 1 pâte à pizza de 400 g ( recette ici ) Pétales de tomates confits 3 tomates huile d'olive thym frais sel, Poivre du moulin sucre en poudre Marmelade de courgette 4 courgettes vertes 1 bouquet de basilic 1 gousse d'ail 1 brin de thym Garniture 1 oignon blanc 1 Sainte­-Maure de Touraine AOP frais cendré 8 pétales de tomates confites 1 douzaine d' olives noires dénoyautées 1 - Ébouillantez les tomates quelques secondes. Pelez-les, coupez-les en quartier et enlevez les graines. Déposez-les sur une plaque munie de papier cuisson, arrosez-les d'un filet d'huile d'olive. Salez, poivrez et sucrez légèrement. Saupoudrez de thym et mettez au four à 90°C environ 1 h 30 mn. 2 - Rincez les courgettes. Détaillez deux courgettes en petits dés et le reste en fines rondelles. Effeuillez et ciselez le basilic. Faites chauffer un filet d'huile d'olive dans une sauteuse et faites revenir la brunoise de courgettes avec l'ail simplement incisé et le thym. Assaisonner de sel puis cuisez à couvert pendant 10 minutes. Écrasez les courgettes à la fourchette, ajoutez le basilic et mélangez. 3 - Préchauffez le four à 180 °C . Fariner légèrement le plan de travail et abaisser la pâte à pizza en rectangle sur 4 mm d'épaisseur. Déposez-la sur une plaque beurrée et enfournez 3 minutes . Étalez la marmelade de courgette sur la pâte et parsemez la moitié de l'oignon émincé dessus. Disposez le Sainte-­Maure de Touraine coupé en tranche en intercalant avec les rondelles de courgette et les tomates confites. Agrémenter du reste d'oignon et d'olives. Enfourner de nouveau pendant 15 à 20 minutes, le fromage doit légèrement blondir. 4 - Assaisonnez la pizza avec de la fleur de sel, du poivre du moulin et un filet d'huile olive. Servez chaud. Le petit plus... Nous avons dégusté notre pizza avec un verre de Touraine blanc bien frais. Source : Le Point

Source: lasoupealacitrouille.blogspot.com

- 50 g de beurre noisette - 1 cl de vinaigre de Xérès - 2 cl de vinaigre balsamique - 2 échalotes - 40 cl de fond blanc de volaille - 10 cl d'huile d'olives très mûres - huile d'olive - 1 cuillère à café de poivre mignonnette - les barbes des St- Jacques Préparation Etape 1 Émincez les échalotes. Faites revenir les barbes dans de l'huile d'olive. Etape 2 Dès que la première eau apparaît, jetez-la et égouttez. Etape 3 Rincez la casserole, puis remettez un filet d'huile d'olive pour faire suer les échalotes. Etape 4 Remettez les barbes, poivrez et laissez mijoter 5 minutes. Etape 5 Déglacez aux vinaigres et laissez réduire à glace (comme un jus épais et joliment brillant). Etape 6 Mouillez à hauteur avec le fond blanc et laissez cuire à frémissement 10 à 15 minutes environ. Etape 7 Écumez si besoin. Etape 8 Une fois le temps écoulé, laissez reposer 5 minutes puis passez au chinois. Etape 9 Remettez la sauce à chauffer en la faisant réduire à nouveau quelques minutes. Etape 10 Émulsionnez au fouet en incorporant l'huile et le beurre.

Source: ptitchef.com

Ingrédients : 1 boule de céleri-rave 1 citron 1/2 bouquet de persil 1/2 bouquet d'estragon 1/3 bouquet de ciboulette pour la mayonnaise : 1 jaune d'oeuf 1 càs de moutarde 2 càs de vinaigre 20 cl d'huile d'olive* sel et poivre *j'ai remplacé l'huile d'olive par une huile neutre Préparation : Laver et éplucher le céleri rave. Le râper finement et ajouter le jus de citron pour éviter qu’il ne noircisse. Laver, sécher et effeuiller le persil et l’estragon. Réserver le quart environ des feuilles d’estragon et ciseler le reste ainsi que le persil et la ciboulette. Prendre soin que tous les ingrédients sont à température ambiante. Dans un bol, mélanger le jaune d’œuf, la moutarde et quelques gouttes d'eau. Monter ensuite la mayonnaise en versant progressivement l’huile. Quand la texture est bien onctueuse, ajouter le vinaigre, saler et poivrer. Rassembler le céleri râpé et les herbes ciselées puis ajouter la mayonnaise et bien mélanger le tout. Goûter et rectifier l’assaisonnement. Réserver au frais pendant au moins 2 heures. Dresser le céleri rémoulade dans un cercle sur un lit de salade de mâche et parsemer dessus les feuilles d’estragon (je n'en avais pas).

Source: theblogdeclementine.blogspot.fr/search/label/recette

Recettes24 is a recipe search engine that find recipes with advanced filters like ingredients, categories and keywords.
Recettes24 does not host recipes, only links to other sites. | FAQ | Privacy
Copyright 2018 ® - Contact