marinade pour brochette de poulet | marinade pour brochette poulet | marinade pour brochettes de poulet | marinade pour brochette de poulet | recette salade de pates | marinade pour brochette poulet
Se Connecter

Connectez-vous pour recettes24 pour enregistrer vos recettes préférées

Si vous n'êtes pas encore enregistré(e), inscrivez-vous maintenant!

Mot de passe oublié?

Si vous avez suivi mes derniéres aventures culinaires, vous avez pu lire que j'ai eu la chance d'être conviée à passer une journée au potager d'Alain Passard . Un beau panier garni des légumes nous avait gentiment été offert à l'issue de cette belle journée. Dedans se trouvait une botte d'une dizaine d'asperges blanches. Je dois bien avouer que depuis que j'ai mon blog, cela fait la seconde fois que je cuisine des asperges. La première fois c'était pour faire un cappucino de crevettes aux asperges & aux oeufs de saumon . Je ne sais pas pourquoi mais je n'en achète jamais et pourtant je les apprécies. Alors pour ce coup-ci, j'ai voulu les cuisiner comme au potager d'Alain Passard c'est-à-dire poêler. A la lecture de la recette, vous verrez que c'est ultra simple, que ça ne mérite même pas d'être sur le blog. En tous les cas, à table, je fus ravie de découvrir que mon fiston a apprécié ces légumes. Ingrédients : - 1 dizaines d'asperges blanches - du beurre - du persil plat - de la fleur de sel aux trois poivres (offert par le site Edélices ) Préparation : Epluchez les asperges. Coupez-les en morceaux. Ciselez du persil plat à votre convenance. Faites fondre du beurre dans une poêle et ajoutez-y ensuite le persil plat et les asperges jusqu'à ce qu'elles soient croquantes et cuites. En fin de cuisson, dressez vos asperges dans les assiettes et parsemez de fleur de sel aux trois poivres. Dégustez aussitôt. IMPRIMER LA RECETTE

Source: philomavie.blogspot.com

Fumiko Kono, a commencé en cuisine par le nettoyage à l’ Arpège dirigé par Alain Passard : stage non rémunéré, 4 mots de français en poche… elle a fini second de cuisine. C’est l’histoire d’une japonaise qui vit une seconde naissance à Paris en débarquant à Roissy en 1993 à 24 ans. Elle va découvrir son pays de cœur, même si son goût lui, s’ancre au Japon, près du jardin potager de son grand oncle Tatsujiro, de ses légumes, et herbes fraiches. Après l' Arpège , elle a préparé des dîners pour des clients aux quatre coins du globe, mixant une cuisine légère et internationale avant de reprendre la carte de Fauchon . Son premier livre est sorti à la fin de l’été et il est à l’image de la couverture. Simple, évident, élégant et engageant… et il est totalement impossible de résister à ses St-Jacques à la citronnelle, sa glace au riz parfumé, son blanc-manger au sésame blanc, chantilly de bananes ou sa soupe Miro. Rarement je n’ai eu un tel coup de cœur pour un livre de cuisine. Elle officie désormais à l’école de cuisine d’Alain Ducasse. Vous allez donc certainement retrouver dans les mois à venir d’autres recettes. Mais il faut bien commencer et cette tartine de Saint-Jacques, compote d’oignons rouges au curry peut aussi bien se servir en apéritif que lors d’un brunch ou diner léger. Et vous allez voir c’est hyper simple. Tout ce que j’aime. Tartine de Saint-Jacques, compote d’oignons rouges au curry Pour 4 personnes 400 g de noix de Saint-Jacques (100 g par personne) 4 tranches de pain de campagne (pas trop grosses) 30 g de beurre demi-sel 4 cuillères à soupe de saint-morêt 4 petits radis 400 g d’oignons rouges coriandre curry 1 cuillère à soupe de vinaigre de vin blanc huile d’olive fleur de sel Epluchez les oignons rouges. Coupez un demi-oignon rouge en rondelles fines ainsi que les radis. Plongez les tranches dans une coupelle d’eau glacée quelques secondes, égouttez-les et réservez-les. Coupez le reste des oignons en tranches et faites les suer dans une sauteuse avec le beurre demi-sel. Les oignons doivent devenir fondants et caramélisés. Versez le vinaigre de vin blanc et déglacez : laissez les sucs de cuisson se dissoudre, salez et retirez du feu. J’ai fait griller légèrement mes tranches de pain, ce n’est pas précisé dans le livre mais cela me semblait mieux. Badigeonnez vos tranches avec le fromage frais. Dans une poêle, versez une cuillère d’huile d’olive. Faites revenir vos coquilles Saint-Jacques 2 minutes de chaque côté dans l’huile chaude. Coupez-les ensuite en deux dans le sens de l’épaisseur. Mettez une cuillère de compote d’oignons sur les tranches de pain, ensuite les tranches de Saint-Jacques, décorez avec un trait de curry, les feuilles de coriandre ciselées, les fines tranches d’oignon rouge et de radis. Ces tartines sont absolument délicieuses. Pour une première recette testée je suis très pressée d’en faire d’autres. Il y a plusieurs recettes de Saint-Jacques, à la citronnelle ou la vanille entre autres. Encore une histoire de tartines et un peu d’autosatisfaction pour avoir gagné le concours de Boitissimo sur les tartines, avec ma Tartine Cercle polaire . Je vous invite à suivre leur site pour connaître le prochain concours sur les entrées de Noël avec un budget imposé. A suivre aussi ma découverte du livre : « Une journée à El Bulli » que je déguste minute par minute grâce à mes Laurent avec qui entre autres, j’ai testé un excellent restaurant de la rue Richer : Kiku. Compte-rendu à venir aussi prochainement et encore bon anniversaire Laurent.

Source: veryeasykitchen.blogspot.com

Vacances. La vie d'une pomme de terre c'est parfois prendre une teinte un peu girly. A l'origine, des betteraves cuites en croûte de sel façon Alain Passard qui sont devenues pour certaines un peu trop salées (d'ailleurs je ne m'explique pas bien encore ce mystère) et que je ne voulais pas jeter. De l'autre, des pommes de terre ramassées dans le potager et qui ne demandaient qu'à être dégustées en purée. La touche de vanille est venue toute seule, pour apporter de la rondeur à l'ensemble avec une huile d'olive bien parfumée. Si vous n'en avez pas, un beurre doux au bon goût de noisette ira parfaitement. Pour aller avec ces arômes de terre et de sucre, j'ai réalisé des grillades de porc à la plancha. Quelques pluches de persil, et voilà, c'est prêt. A table ! Purée de pommes de terre rose à la vanille, grillade de porc à la plancha Pour 4 personnes 800 g de pommes de terre 1/2 tranche de betterave cuite 1/5 de gousse de vanille 6 cuillères à soupe d'huile d'olive 4 grillades de porc sel, poivre quelques pluches de persil plat Préparation et cuisson de la purée de pommes de terre.  Peler les pommes de terre et les faire cuire à l'eau bouillante sans sel pour des betteraves cuites en croûte de sel, sinon bien sûr saler l'eau. Lorsqu'elles sont cuites les égoutter puis les passer au moulin à légumes. Détailler en très petits cubes la betterave et les ajouter à la purée. Récupérer les graines de vanille et les mélanger avec l'huile d'olive. Ajouter ce mélange petit à petit dans la purée obtenue jusqu'à la consistance et au goût désiré (ajouter un peu d'eau si elle est trop sèche). Poivrer. Mélanger un dernière fois. Réserver au chaud. Préparation et cuisson des grillades de porc.  Verser un peu d'huile sur la plancha et la faire chauffer sur feu moyen. Faire saisir les grillades de porc préalablement salées et poivrées sur les deux faces. Poursuivre la cuisson sur feu doux pour ne pas dessécher la viande. Finition et service. Répartir la purée de pomme de terre dans chaque assiette et disposer les grillades de porc. Parsemer de quelques pluches de persil plat et finir par quelques gouttes d'huile d'olive à la vanille si il vous en reste. Servir de suite.

Source: danslacuisinedesophie.blogspot.com

Vue imprenable sur la baie de Menton, décor à la fois chaleureux et contemporain… Le Mirazur porte bien son nom. A la tête de cette aventure : Mauro Colagreco, Chef de cuisine, et Alain Kerloc’h, Directeur de salle. Deux talents (ré)unis pour un nouveau pari gastronomique au coeur de la Côte d’Azur. Au Mirazur, la cuisine traditionnelle flirte savamment avec les saveurs de la Méditerranée. « Découverte », « Dégustation », « Midi », « Saisons », « Nectar »… Au gré des menus, la créativité l’emporte. Autour de plats du terroir à la préparation parfaitement maîtrisée, la fantaisie distribue de discrets clins d’oeil. Ainsi la Volaille de Bresse, Jus corsé (menu « Découverte ») est-elle, par exemple, précédée par un jubilatoire Velouté de champignons, Eclats de cacahuètes… Perfection, rigueur et raffinement règnent sur la cuisine du Mirazur. Rien d’étonnant quand on sait que le Chef Mauro Colagreco, Argentin d’origine, a fait ses classes à Buenos Aires avant de rejoindre la France, notamment au sein de la brigade du regretté Bernard Loiseau puis en 2004 au restaurant Plaza Athénée d’Alain Ducasse. Son séjour à Paris se prolongera au restaurant de référence Le Grand Véfour - en qualité de chef de rang tournant auprès du talentueux créateur de saveurs Guy Martin. Un travail qui va lui permettre d'affirmer et son tempérament de chef accompli. Preuve, s’il en était besoin, que le paysage gastronomique français ne pourra bientôt plus se passer de lui : le Gault et Millau vient tout juste d’attribuer à Mauro Colagreco la très bonne note de 15/20 et de l’élire « Révélation de l'année » - un titre qui lui a été également attribué par le magazine Omnivore. Enfin, dans Omni n°29, le mensuel d'Omnivore - novembre 2006, Luc Dubanchet (rédacteur en chef de la revue) reprend un extrait de l’article paru dans le Carnet de Route : « Dans l’ancien bistrot de Jacques Chibois, repris tout récemment après deux années d’abandon, c’est le choc de l’année, une entrée en fanfare avec une cuisine qui, de prime abord, n’a pas d’équivalent en France, est loin en tout cas du répertoire technique tricolore. Mais à y regarder de plus près, on repère bien vite la légèreté, la maîtrise du feu de l’école Passard que Mauro a ingérée à l’Arpège. On trouve aussi des traces « andoniennes » (l’Andoni Luis Aduriz de Mugaritz, grand d’Espagne, également dans le Carnet), une cuisine sur les herbes, la fraîcheur marine, la transparence de propos assénée avec une netteté confondante. » Alain Kerloc’h n’en est pas, lui non plus, à son banc d’essai. Après avoir fait ses débuts chez Adolphe Bosser – l’un des rares restaurants étoilés bretons - à l’hôtel le Goyen à Audierne, le Quimpérois au grand coeur a fait un détour remarqué par l’Irlande, où il exerce en tant que responsable de gestion du restaurant Tea room du Clarence à Dublin (l’hôtel du génial groupe de rock U2 !). Puis c’est en tant que Maître d’hôtel qu’il officie pendant cinq ans au restaurant l’Arpège, à Paris, pour mettre à l’honneur la cuisine d’Alain Passard, trois étoiles au guide Michelin… Deux parcours au service de la réussite du Mirazur , deux personnalités qui garantissent excellence et originalité. N’est-ce pas là tout ce que l’on demande aujourd’hui à un restaurant de qualité ?

Source: thymcitron2.blogspot.com

Je n’ai pas dit, mais j’adorais la apple pie du McDo ! Sa compote chaude cannelée juteuse dans son chausson pas tout à fait feuilleté, ce qui était la « tarte aux pommes » pour moi (et je n’en avais oublié il y a longtemps), jusqu’à ce que j’ai fait une tarte aux pommes maison, celle là, dont j’ai mangé un morceau, et l’envie de tartes aux pommes revient. J’ai fait une deuxième, feuilletée ultrafine, fort caramélisée, de façon comme si l’on tartine les pommes par dessus la feuilletée, forcément très sucrée, ce qui est parfaite avec une louche de crème fraîche vanillée. Et j’en rêve d’autres… Tarte aux pommes fines à sa compote Ingrédients 1 pâte sablée (pour un cercle à tarte à 24 cm de diamètre) 3 pommes - royal gala ( pomme très sucrée, faiblement acide avec une petite pointe d’amertume ; ferme et juteuse, très croquante  ) /elstar (pomme à chair blanche, sucrée et croquante qui fait une très bonne compote) beurre et sucre en poudre cannelle 1 gousse de vanille Progression Peler 2 pommes, les couper en petits dés et les faire cuire dans une casserole avec 20 g de beurre, 1 c. à soupe de sucre, la vanille fendue en deux, pincée de cannelle et un verre d’eau jusqu’à ce que vous obteniez une compote. Laisser refroidir. Allumer le four sur 180°, sortir la plaque du four et la tapisser d’une feuille de papier sulfurisé. Couper l’autre pomme en fines lamelles. Étaler la pâte sur un cercle à tarte. Répartir la compote en fine couche dessus, puis la pomme coupée en lamelles, saupoudrer de sucre, déposer des petites noix de beurre sur le dessus de la tarte et faire cuire 45 mn environ. NB. Vous pouvez ajouter quelques brindilles de romarin à la compote de pommes. oOo Tarte aux pommes caramélisées ultrafine cuite recto verso, nuage de  crème fraîche vanillée Ingrédients 1 rouleau de pâte feuilletée 2 pommes vertes, épluchées et épépinées 150 g de beurre 200 g de sucre en poudre 1 gousse de vanille 20 cl. de crème fraîche épaisse Progression Etaler la pâte feuilletée et la poser sur la plaque du four. Découper de fines lamelles de pomme à l’aide d’une mandoline et les déposer sur la pâte en les faisant se chevaucher. Réserver au réfrigérateur. Pendant ce temps, fouetter ensemble le beurre et le sucre. Préchauffer le four à 200°C. Sortir du réfrigérateur la pâte recouverte des quartiers de pomme et étaler la crème au beurre sur toute la surface. Enfourner et laisser cuire jusqu'à ce que les pommes commencent à dorer. Déposer alors sur la tarte une feuille de papier sulfurisé et une autre plaque, afin d’éviter que la pâte ne gonfle et pour maintenir les pommes en places. Retourner l’ensemble et laisser cuire jusqu’à ce que le fond ait bruni (compter environ 30 min). Sortir du four et tourner la tarte une nouvelle fois afin que les pommes soient à nouveau au-dessus. Laisser refroidir. Fendre la gousse de vanille en deux dans la longueur et récupérer les graines à l’intérieur. Les mélanger à la crème fraîche en fouettant, puis server cette crème fouettée avec la tarte. Servir la tarte tiède et la crème froide. Découper de jolis petits rectangles bien nets, et déposer  une petite quenelle de crème fouettée sur chacun d’eux. Ustensiles indispensables : un épépineur et une mandoline pour la préparation des pommes. oOo La plus grande difficulté pour la réalisation de tartes aux pommes, c’est peler et découper les pommes... Faites-moi la tarte de pommes d'Alain Passard! O      o

Source: delicesetcaprices.blogspot.com

Vous avez déjà goûté la rhubarbe crue ou son acidité vous a effrayé. Je vous laisse tester cette idée du chef Alain Passard, ajouter quelques cubes de rhubarbe crue dans un taboulé de légumes. J'ai personnellement beaucoup aimé, je vous laisse essayer. pour 4 personnes : 80 g de semoule fine un bocal de coeur d'artichauts 6 peites carottes nouvelles 1 tige de rhubarbe un peu d'huile d'olive 1/2 citron sel, poivre, ail semoule Eplucher les carottes et les faire cuire 10 minutes à l'eau bouillante. Les détailler en petites rondelles. Egoutter les coeurs d'artichauts et les couper en quatre. Eplucher la rhubarbe et la déatiller en tout petits cubes. Préparer la semoule en l'arrosant d'un filet d'huile d'olive puis en ajoutant le volume d'eau bouiilante nécessaire. Laisser gonfler à couvert pendant quelques minutes puis émietter à la fourchette. arroser de jus de citron et d'huile d'olive. Ajouter les légumes, bien mélanger, saler, poivrer et incorporer un peu d'ail semoule. Réserver au frais avant de servir.

Source: dans-mon-assiette.blogspot.com

Magrets de canard odeur agréable, qui nous fait penser à un moment de fête, hibiscus l'exotique, le mystérieux. Merci M. Passard Chef du Restaurant L'Arpège à Paris, vous qui cuisinez suivant l'inspiration du moment, et qui ne faîtes que des plats qui régalent notre palais, merci de partager ce plat avec nous. Je dévoile cette recette, je sais que tous vos admirateurs l' attende !!!!!! Pour nos Magrets de Canard à L'Hibiscus et Fondue d'Orange il nous faut : Pour 6 personnes 3 magrets de canard 10 + 70 g de fleurs d'hibiscus séchées (magasins bio) 2 oranges non traitées + 15 cl de jus d'orange 2 clous de girofle 1/2 étoile de badiane 1 pointe de muscade 1 pointe de couteau de cannelle 2 cuil. à soupe de vinaigre balsamique 3 cuil. à soupe de sauce soja 100 g de beurre salé 1 dl d'huile d'olive 40 + 20 g de sucre Fleur de sel Retirez l'excès de gras des magrets, incisez la peau en croisillons avec la pointe d'un couteau. Chauffez une poêle, cuisez les magrets 6 mn à feu vif peau dessous (au fur et à mesure enlevez le gras rendu) ; retournez, cuisez 4 mn à feu moyen. Enfermez les 4 mn entre 2 assiettes creuses chaudes. Mixez 40 g de sucre et 10 g de fleurs d'hibiscus, tamisez à travers une passoire fine. chauffez 8 dl d'eau dans une grande casserole. Au premier bouillon, ôtez du feu, ajoutez 70 g de fleurs d'hibiscus, girofle, badiane, muscade, cannelle, 20 g de sucre ; couvrez, infusez 30 mn ; Puis filtrez. Faîtes évaporer la moitié de cette infusion dans une casserole. Ajoutez d'un coup le beure morcelé en fouettant sans cesse. Ajoutez la sauce soja, vinaigre et sans des magrets récupéré dans l'assiette. Hors du feu, couvrez et gardez au chaud. Morcelez les oranges non pelées, mixez en fine purée avec le jus d'orange. Versez dans une casserole moyenne avec l'huile ; posez dans une grande casserole à demi remplie d'eau chaude, chauffez 10 mn à feu très doux. Salez à la fleur de sel. En même temps, préchauffez le grill du four. Poudrez la peau des magrets de sucre d'hibiscus, faîtes le fondre et dorer sous le gril. Hors du four, semez de la fleur de sel, tranchez les. Pour servir : verser la sauce dans 6 assiettes creuses et chaudes, posez les tranches de magret et une quenelle de fondue d'orange. MAGRETS DE CANARD A L'HIBISCUS & FONDUE D'ORANGE BONNE DEGUSTATION !!!!!!!!!!!!!!!!!!

Source: mespetitesrecettessavoureuses.blogspot.com

Sur une idée d'Alain passard, les haricots verts rencontrent la pêches et les amandes. C'est une ode aux fruits et aux légumes de toute saison. On y retrouve des associations très créatives qui semblent évidentes tant elles sont justes. Haricots verts, pêches blanches et amandes fraîches Pour 4 personnes : 600 g de haricots verts extrafins 12 amandes fraîches 1 belle pêche blanche quelques branches de roquette 1 copeau de beurre salé 1 long trait d'huile d'olive quelques olives noires à la grecque quelques pincées de fleur de sel sel, poivre du moulin Préparation et cuisson : Équeuter les haricots verts puis les plonger dans une eau frémissante légèrement salée. Les faire cuire al dente, les récupérer dans une écumoire et les plonger immédiatement dans un saladier d'eau très froide (ajouter quelques glaçons si nécessaire) pour préserver leur couleur et stopper la cuisson. Les égoutter puis les faire rouler dans le beurre et l'huile d'olive. Détailler l pêche en 12 quartiers, décortiquer les amandes. Finition et service : Répartir les haricots verts dans les assiettes chaudes. Ajouter les quartiers de pêches, les amandes puis les feuilles de roquette. Parsemer de fleur de sel et donner quelques tours de poivre du moulin. Servir aussitôt. Un bon vieux herbie pour votre salade!

Source: lejardindadam.blogspot.fr

J'ai trouvé 2 versions sur des blogs de cette recette d'Alain Passard parue dans le magazine Regal. Les deux blogueses se réfèrent à ce magazine, mais l'une mentionne l'ingrédient piment vert et l'autre non. J'ai opté pour un petit piment vert du jardin. Si quelqu'un a la recette originale, je suis preneuse. Ingrédients : 3 belles tomates bien mûres 4 petites figues bien mûres 2 petits oignons nouveaux 1 petit piment vert huile d'olive , poivre fleur de sel Préparation : Mondez les tomates, retirez le pédoncule et coupez-les en quartier. Videz les graines. Placez-les dans votre blender avec les figues, et mixez. Ajouter les oignons nouveaux, le piment, l'huile, le sel et le poivre. Mixez. Si le mélange est trop épais ajouter des glaçons et remixez. Mettre au moins 1 heure au frigidaire avant de servir. Saupoudrez d'un peu de persil haché. Il m'en restait un peu et le lendemain j'ai servi le gazpacho avec une feuille de sauge et une tranche de pain grillée, arrosée avec de l'huile d'olive et garnie avec une feuille de sauge hachée. Recette d' Alain Passard

Source: theblogdeclementine.blogspot.fr/search/label/recette

Taboulé de chou romanesco Une salade de chou romanesco comme un taboulé ? Une salade toute verte, parfumée, légère, étonnante et à la texture comme du couscous (ou presque ;-). Bon bien sûr ce n'est ni le vrai taboulé libanais ni le taboulé français de nos étés mais j'adore l'idée, l'illusion. Et puis c'est bon, frais, rapide, ça change et donne une autre vie aux choux. En plus c'est sain (apparemment ;-) Taboulé de chou romanesco aux herbes et pistaches Taboulé de chou romanesco, herbes, pistaches et raisins (pour 4 personnes) Préparation : 15 min Cuisson : 2 min 500 g de fleurs de chou romanesco (ou, à défaut de fleurettes de chou-fleur) (garder la base plus coriace pour en faire une soupe) 20 feuilles de persil plat lavées 15 feuilles de coriandre lavées 8 feuilles de menthe lavées 3 oignons nouveaux (sans le vert) ou 2 petites échalotes 2 càs de pistaches 2 càs de raisins une pincée de coriandre en poudre le jus d'un petit citron jaune huile d'olive vierge extra sel et poivre 1. Porter à ébullition une grande casserole d'eau, la saler et y plonger les bouquets de chou romanesco pendant 2 minutes puis les égoutter et les plonger dans de l'eau froide. Égoutter à nouveau. On peut aussi éviter cette étape et avoir du tout cru en mixant simplement les fleurs. 2. Mixer ensuite le chou finement de manière à avoir une sorte de semoule. Mettre dans un saladier, saler, poivrer et ajouter 1 càs d'huile. 3. Préparer l'assaisonnement : dans le bol d'un mixeur, mixer les herbes avec l'oignon et une pincée de sel. Ajouter 3 càs d'huile, le jus de citron, la coriandre ainsi qu'une cuillère de pistaches. Mixer à nouveau pour obtenir une sorte de sauce grossière (si besoin ajouter encore un tout petit peu d'huile ou d'eau). L'incorporer au chou en mélangeant puis ajouter le reste des pistaches et les raisins. Rectifier l'assaisonnement et servir. Conseils : - Conservation : le taboulé se conserve deux à trois heures mais mieux vaut le consommer rapidement vu la fraîcheur et le parfum des ingrédients - Cuisson : en principe il s'agit d'une recette crue qui donne l'illusion du taboulé (dans le sens de salade assaisonnée) ou plutôt de la graine de couscous. J'ai testé avec et sans cuisson. Sans c'est un peu galère à mixer mais si vous avez un bon mixeur large, ça marche bien. La cuisson est très rapide, juste le temps d'attendrir, blanchir le chou. À vous de voir. - Assaisonnement : il est essentiel car il s'agit d'un légume assez doux, neutre cru qu'il faut un peu booster. Toutes ces herbes et ces plus vont vraiment donner une autre dimension un humble légume comme le chou. J'y ai mis ce que j'avais et ce que j'aime (une sorte de pesto) mais sentez-vous libres d'interpréter. D'autres herbes, épices, fruits, des légumes aqueux comme la tomate... - L' idée de la recette à l'origine avec du chou-fleur vient il me semble d'Alain Passard (ou peut-être de quelques crudivores ?) et elle date de plusieurs années. Puis le tout à tourné, a été interprété, revisité. Voici ma version avec du chou romanesco, très verte et un peu (très vaguement) italienne. J'ai trouvé de jolies versions dans le magazine australien Donna Hay (oui toujours lui !) et chez Dorian Nieto dans son livre Dorian : père au foyer que j'aime beaucoup.

Source: undejeunerdesoleil.blogspot.com

Mardi dernier, le réveil sonne, une fois n’est pas coutume en ces temps vacanciers. Après une nuit agitée à l’idée de cette journée, il est temps de prendre le chemin du légume. L’Arpège est là devant moi, et j’ai peur de faire le pas. Mais j’entre, on me propose un café, on me présente l’endroit. J’observe cet espace si réduit où se créent de si grandes choses. J’attache un tablier et me mets dans un petit coin, où je peux suivre les premiers préparatifs de la journée. Chacun à son poste, les mains agiles se mettent au travail et brossent, lavent, émincent, tranchent, effeuillent minutieusement les fruits, légumes, herbes, fleurs qui peuplent la cuisine. Alain Passard entre et salue, prend connaissance des préparatifs en cours puis s’éclipse pour quelques temps. Le fourneau chauffe, les casseroles s’amassent ; les oignons sont massés au beurre pour les gratins au Parmesan fraîchement râpé, les ravioles potagères à la coriandre et à l’absinthe sont agilement formées par un tout jeune garçon, l’imposant merlu est préparé par une jeune fille talentueuse. Je descends jeter un coup d’œil au minuscule coin pâtisserie où deux personnes s’occupent des macarons – carotte, rhubarbe,framboise-menthe, ou incroyable purée d’herbes, du feuilletage et des splendides tartes Bouton de Rose (des tartes à la pomme faites de fines lamelles de pomme enroulées et serrées les unes contre les autres, d’un fondant à se damner, et dont le petit millimètre de peau sur le dessus donne un croustillant parfait, avec ce jour-là une pointe de menthe), mais celles-ci sont d’un classées strictement confidentiel, et je rebrousse donc chemin pour le moment. Je tombe sur un sympathique serveur préparant le magnifique plateau de fromage, je goûte un morceau de Salers dont je me souviendrais longtemps. Quelques kilos de haricots équeutés pour la salade haricots, pêche blanche et amandes fraîches, deux ou trois œufs écalés pour le chauf-froid d’œuf au sirop d’érable et à la crème fouettée au vinaigre de Xérès, l’heure tourne, la chaleur monte. Passard est de retour, en tablier. Je tente de me faire la plus petite possible dans un recoin pour ne pas gêner. Les yeux grand ouverts, j’observe le chef improviser quelques salades : une violette, une blanche, une verte, une jaune … Il parsème de la fleur de sel d’un mouvement léger et précis, symbolique d’une maîtrise parfaite. Le poisson et les volailles sont en bonne place sur la grille, et leurs accompagnements me font de l’œil. La chaleur est à son comble, c’est l’heure du coup de feu ; les assiettes sortent et rentrent aussi vite que les serveurs le peuvent. Pourtant, tout le monde est calme à son poste, la chorégraphie est parfaite. Les desserts commencent à être appelés, et ce sont deux jeunes cuisiniers qui s’occupent superbement de presque tout le sucré : le mille-feuille dont le feuilletage aérien est saupoudré de sucre glace et passé sous la salamandre plus de dix fois, sa crème vaporeuse montée à la main, les tomates confites aux douze saveurs constamment arrosées de leur jus, le caramel lacté au gingembre qui accompagnera un divin sorbet à la pomme. Il est quinze heures passées et la salle est encore comble. Je sens qu’il est temps que je m’éclipse, d’autant que la tête commence à me tourner ; je rends mon tablier et remercie Mr Passard, encore dans le feu de l’action. Et c’est tout naturellement qu’il me répond « Mais tu veux pas manger un morceau ? On va te trouver une petite place en salle. » Je me retrouve donc à la « table d’hôte », où une femme invitée à déjeuner finit son dessert. Très chaleureuse, cette femme, tellement chaleureuse que ma dégustation a été légèrement perturbée par ses divers et interminables récits … Je tente tant bien que mal de me concentrer sur mon gratin d’oignons au parmesan, mon chaud-froid d’œuf, mes gnocchis de carottes et leurs petites feuilles de sauge croustillantes ; puis vient ce turbot fondant et ses petites pommes de terre fumées au speck, la jardinière de légumes et son écume au safran … pour bien conclure cet émerveillement des papilles, quelques minis macarons, l’exquise tarte Bouton de Rose, son caramel au gingembre et le sorbet à la pomme : extase . Il est presque dix-sept heures et les convives sont encore attablés, comme à la maison, dans cette ambiance calme et détendue qui fait de l’Arpège un trois étoiles singulier. Alain Passard passe à chaque table, raccompagne jusqu’à la porte. Je le remercie encore, un peu chamboulée par toutes ces émotions. Il me fait la bise, me prend le bras : « A bientôt ma puce ! » *** Une expérience fabuleuse que je ne suis pas prête d’oublier … A part ça, J-1 avant mes premiers pas chez Angélina , et je ne cacherai pas que la pression a tendance à monter un peu. Du coup, je ne sais plus trop quoi dire, et vous laisse donc avec des muffins au chocolat, poire et gingembre , parce que ça fait tellement de bien de revenir à ses premières amours, dans ma cuisine pas pro du tout, sans veste ni tablier, loin du beau labo de la rue de Rivoli … *** Muffins chocolat, poire, gingembre 150g de farine 50g de sucre 5g de levure chimique 2g de bicarbonate de soude 1 bonne pincée de fleur de sel 70g de chocolat noir concassé 1 poire moyenne 1 œuf 40g de beurre 125mL de lait 1,5 cm de gingembre frais un peu de noix de coco râpée Préchauffer le four à 180°C. Dans un saladier, mélanger les ingrédients secs : farine, sucre, levure, bicarbonate, sel, chocolat concassé. Dans un autre saladier, mélanger les ingrédients humides : le beurre fondu, l’œuf, la poire coupée en petits dés et légèrement écrasée à la fourchette, le jus du gingembre passé au presse ail, le lait. Bien mélanger et verser sur le mélange sec. Mélanger, ni trop ni trop peu. Verser dans les moules et parsemer d’un peu de noix de coco. Enfourner pour 25 minutes.

Source: tronchedecake.blogspot.com

Une envie de tarte aux pommes en attendant le printemps! Les tartes je les aime avec beaucoup de pommes. Je me suis inspirée de Philippe Conticini et d'Alain Passard. Une découpe de pommes en fines lamelles et arrosées d'un sirop comme préconise Philippe Conticini pour confire les pommes. Une pâte feuilletée inversée maison (dont vous trouverez la recette Ici ). Une cuisson lente pour ne pas agresser le fruits et une disposition des feuilles de pomme comme pour en faire une rose, clin d'œil à Alain Passard . Le résultat? Une tarte avec une bonne épaisseur de pommes, confitent en dessous et légèrement séchées sur le dessus et un vrai goût de pomme, pas trop sucrée, juste ce qu'il faut! Ma petite touche, le sirop à la fève Tonka, qui apporte la douceur à cette rose délicate. Allez, on y va ! Ingrédients pour un cercle de 20 cm 250g de pâte feuilletée inversée maison (ou pâte feuilletée surgelée pur beurre) 3 pommes Pink Lady 50g de sucre en poudre 50g d'eau 30g de beurre 1 fève Tonka Préchauffer le four à 150° position chaleur tournante. Étaler la pâte finement et foncer un cercle posé sur une plaque perforée recouverte d'un silpat ou tout simplement dans un moule moule à tarte après l'avoir graissé. Bien appuyer sur les bords afin de faire adhérer la pâte. Piquer le fond avec une fourchette et réserver au frais. Évider les pommes avec un vide pomme et les trancher très finement avec une mandoline. Préparer le sirop avec l'eau et le sucre dans une casserole. Porter à ébullition et laisser sur le feu 2 à 3 minutes. Ajouter le beurre. Râper la moitié d'une fève Tonka, remuer l'ensemble.. Le sirop doit napper la cuillère. Sortir le fond de tarte du frigo et disposer les feuilles de pomme jusqu'au bord supérieur. Entre chaque couche de pomme, les badigeonner de sirop à la fève Tonka. Pour terminer la tarte couper les rondelles en 2 et faire une jolie rosace sur le dessus. Enrouler une rondelle afin de faire un petit bouton de rose et la placer au centre. Badigeonner de sirop et enfourner dans la partie basse du four en position de chauffe haut et bas. Cuire pendant 1h30 tout en badigeonnant régulièrement le dessus de la tarte avec le restant de sirop. Vérifier la cuisson en piquant les pommes avec un couteau. Il ne doit pas y avoir de résistance si c'est le cas prolonger la cuisson quelques minutes. À la sortie du four laisser tiédir et retirer le cercle. Allez, on goûte ? Et s'il reste un peu de pâte ne pas hésiter à faire des tartelettes! Astuces Pour utiliser le reste de pâte feuilletée, ne pas la remettre en boule mais la replier et l'étaler à nouveau, ainsi on garde le feuilletage. Pour garnir facilement les tartelettes, couper les rondelles de pommes en 8.

Source: petitefourchetteetgrandecuillere.blogspot.com

Recettes24 is a recipe search engine that find recipes with advanced filters like ingredients, categories and keywords.
Recettes24 does not host recipes, only links to other sites. | FAQ | Privacy
Copyright 2020 ® v3 - Contact