content | salade couscous royale | madeleine de paul bocuse | verrine crevette avocat boursin | recettes24.fr | crumble pommes betty bossi | madeleines bocuse | frittata aux fruits de mer
Se Connecter

Connectez-vous pour recettes24 pour enregistrer vos recettes préférées

Si vous n'êtes pas encore enregistré(e), inscrivez-vous maintenant!

Mot de passe oublié?

Allez savoir pourquoi, je suis dans ma période charlotte ! Je n'arrête pas d'en faire et j'adore ça ! Aux fraises ( clic ) et maintenant au chocolat ! Bon, par contre, inutile de vous pencher sur la confection d'une charlotte si vous avez les nerfs en pelote! Il faut savoir s'armer de patience pour faire tenir les biscuits au "garde à vous" ! Pour l'instant, ça reste du grand classique...mais j'ai bien envie de tenter une version salée à l'occasion ! La recette pour 6 personnes : - Recouvrez le fond et les cotés d'un cercle (environ 18 cm) avec une trentaine de biscuits à la cuillère - Faites fondre à 45°, 200 gr de chocolat noir et 80 gr de beurre demi-sel - Fouettez 240 gr de blancs d'œuf (environ 8 pièces) avec 50 gr de cassonade - Ajoutez 40 gr de jaunes d'œufs (environ 2 pièces) et mélangez à l'aide d'une maryse; incorporez ensuite la préparation à base de chocolat fondu - Procédez au montage : versez la moitié de la mousse chocolat dans le moule, déposez des éclats de biscuits cuillère, puis coulez le reste de la mousse - Réservez au  réfrigérateur au minimum 2 heures - Démoulez la charlotte et décorez à l'aide de Mikados et de billes chocolatées Sympa ce petit effet chic et élégant, non ? Billet sélectionné par

Source: lamourdesmets.blogspot.com

J’aime beaucoup les panna cottas, leur simplicité, rapidité, diversité et gourmandise… Avec l’arrivée des fraises printanières, j’ai eu envie de tester une recette présentée par Christophe Michalak dans son livre « Les desserts qui me font craquer »… Mais qui dit dessert trouvé dans le livre d’un champion du monde de la pâtisserie dit recette un peu plus contraignante en terme de préparation que mes recettes de panna cotta de flemmarde ! Avec cette recette, j’ai donc filtré et mixé ma préparation, chose que je ne fais jamais d’habitude, et j’ai également découvert le jus de cuisson ; technique inconnue jusqu’alors pour obtenir un coulis de fraises… Le résultat est un dessert très frais, fruité et gourmand qui a ici beaucoup plu ! Et avant de vous livrer cette recette, sans aucun lien avec la cuisine mais parce qu’elle fait partie de mon quotidien, j’aimerai vous faire découvrir un petit montage réalisé ce week-end pour présenter notre compagnon canin tellement marrant et exceptionnel !! Mais sans plus tarder, la recette de ces fabuleuses panna cottas!!!! Pour 4 personnes - 55 cl de crème entière liquide - 85 g de sucre - 3 feuilles de gélatine (6g) - le zeste de 2 citrons jaunes - 200 g de fraises + 50 g - 25 g de sucre - 50 g de framboises - 50 g de mûres Préparer le jus de cuisson : Equeuter et couper les 200 g de fraises en deux. Les placer dans un saladier avec les 25 g de sucre. Recouvrir d’un film plastique et percer avec la pointe d’un couteau pour éviter que ça ne gonfle avec la chaleur. Placer ensuite au bain marie sur une eau frémissante et laisser cuire pendant 30 minutes environ. Transvaser ensuite dans un tamis et laisser s’écouler le jus tranquillement. Préparer les panna cottas au citron : Faire frémir la crème dans une casserole puis couper le feu. Ajouter les zestes et couvrir d’un film et laisser infuser 30 minutes. Puis filtrer. Porter à nouveau à frémissement, ajouter le sucre et les feuilles de gélatine préalablement ramollies dans l’eau froide. Mixer pour obtenir une texture lisse. Verser dans des verrines et laisser prendre au moins 1 heure au frais. Lier le reste des fruits rouges avec le jus de cuisson et déposer sur les crèmes.

Source: deliciours.blogspot.com

Pour ouvrir la farandole des créations de Pâques, voici l'oeuf de Pâques 2012 de Christophe Michalak, inspiré de la célèbre devanture de l’hôtel Plaza Athénée et de son éclairage typiquement parisien. Le fer, forgé de chocolat (noir des Caraïbes) et délicatement paré de dorures cacaotées, enserre un photophore d’où jailliront milles petites douceurs. http://www.amabilia.com/blogs/passionsgourmandes/?p=4761

Source: macuisinedesaison.blogspot.com

Il m'est arrivé de regarder l'émission de France 2 : " dans la peau d'un chef " animé par Christophe Michalak , que je connais plutôt pour le sucré que le salé mais j'avais beaucoup aimé la réalisation de sa sauce bbq , elle paraissait très parfumée et très gourmande . Je l'ai donc testée et c'est un vrai succès , elle a accompagné parfaitement ces frites rustiques cuites au four et une pièce de boeuf et je vous en reparlerai bientôt dans une recette d' hamburger maison . pour 4 personnes : pour la sauce bbq: 1 oignon 1 gousse d'ail 1 poivron rouge 1 cuil à soupe d'huile d'olive 100 gr de concentré de tomates 3 cuil à soupe de miel liquide 1 cuil à café de moutarde forte 1 cuil à café de ketchup 4 cuil à soupe de sauce Worcester 250 ml de bouillon de volaille 100 ml de vin rouge Pelez l'oignon et coupez le en morceaux , éplucher l'ail . Épluchez le poivron en enlevant la peau ,le pédoncule et les graines , coupez le lanières de taille moyenne. Dans une casserole faites chauffer l'huile l'olive , faites revenir l'oignon , ajoutez l'ail , le poivron , puis le miel , le concentré de tomates , le ketchup , la sauce Worcester , le vin , la moutarde et le bouillon .Vérifiez l'assaisonnement , salez si nécessaire .Laissez cuire 15 minutes . Mixez avec un blender pour obtenir une sauce bien homogène . pour les frites au four : 6 grosses pommes de terre 2 cuil à soupe d'huile d'olive fleur de sel thym frais Allumez le four à 220 °C. Lavez les pommes de terre , séchez les . Coupez les en frites épaisses en gardant la peau . Etalez les sur une plaque de four , versez l'huile , la fleur de sel et le thym , mélangez bien (avec les mains ) pour que les pommes de terre soient bien enrobées du mélange . Faites cuire 35 à 40 minutes selon la taille de vos frites .

Source: ondinecheznanou.blogspot.com

Pou pou pouuuuuuu... Mais c'est de la foliiiiiiiiiiiiiiiiie... Je vais faire exploser les stats!!!! 2 recettes en 2 jours après 2 mois d'absence, c'est un truc de dingue!!! :-p ...Il faut dire que cette recette me brûle les doigts depuis je l'ai testée et que je n'ai qu'une envie, la partager avec vous afin qu'elle apporte dans votre foyer et votre entourage, autant de bonheur et de gourmandise qu'elle en a apportés ici. Les muffins au chocolat j'en suis fan et, pour dire vrai, ça fait des lustres que je cherche une recette digne de ce nom! Et, au risque de paraître exigeante (comment ça je le suis??!! :-p) un muffin au chocolat doit respecter certaines caractéristiques : il se doit d'être moelleux mais également de sentir... le chocolat. Oui ben ce que je dis peut paraître banal mais pour avoir testé déjà un certain nombre de recettes, je peux vous dire que cette banalité n'est pas si courante que ça!!! Régulièrement les muffins étaient trop secs ou trop pâteux, ou sentaient à peine le chocolat, voire les deux et alors là c'était la cata... ...au point que je désespérais presque de trouver une recette qui satisferait... mon exigence ma gourmandise ;-) Et puis, il n'y a pas si longtemps que ça, je suis tombée, totalement par hasard, sur le blog " C'est ma fournée ", tenu par Valérie. J'ai littéralement craqué sur son blog car j'y retrouve tout ce que j'aime : de superbes recettes plus alléchantes les unes que les autres, parfaitement exécutées et photographiées, du blabla et beaucoup de drôlerie. Et puis, me baladant de recettes en recettes, et d'index en recettes, j'ai été attirée par un intitulé plus que prometteur : " Les muffins au chocolat qui vous feront oublier le Starbucks... ". ...Parce que je ne sais pas vous, mais, en ce qui me concerne, je n'avais encore jamais mangé de meilleur muffin au chocolat que dans ce genre d'établissements. Et, quand j'ai découvert la recette, je n'ai pas pu m'empêcher de baver devant l'écran tant les photos me faisaient envie!!!! Et que dire des commentaires, tous plus élogieux les uns que les autres! ...c'était décidé, il me fallait mettre cette recette de côté et la tester à la première occasion! Et, cette fois, je peux vous assurer que, contrairement à la pâte à tartiner noisettes et chocolat de C. Michalak , la recette n'a pas "moisi" pendant plus d'un an et demi dans mon marque pages avant de la réaliser!!! Je crois que je n'ai même pas mis 15 jours tant cette recette m'obsédait depuis que je l'avais trouvée. Et pourtant je dois vous avouer quelque chose. Avant de craquer pour une recette, je regarde toujours la liste des ingrédients et notamment le rapport beurre/farine! Et, si celui-ci est trop important, je passe mon chemin. Avec 200g de beurre pour 150g de farine, habituellement j'aurais tourné les talons mais pas cette fois tant j'étais comme envoûtée par cette recette et que je désespérais, comme je vous l'ai dit, de trouver une recette de muffins au chocolat digne de ce nom. Et puis, y'a pas de secret, souvent ce rapport beurre farine, s'il n'est pas non plus délirant, est le gage d'une recette gourmande, pourvu que la dose de sucre ne soit pas non plus exponentielle(200g tout de même ici aussi)! Et puis, dans ce cas, il faut manger le-dit dessert avec parcimonie et puis c'est tout! Est donc venu le grand jour du test... Un soir, en rentrant du boulot, et ayant pris soin de sortir le beurre du réfrigérateur pendant la pause déjeuner, je me suis glissée derrière les fourneaux... J'ai respecté scrupuleusement la recette en utilisant de la levure chimique puisque je n'avais jusqu'alors jamais acheté de farine avec poudre à lever intégrée. Au sortir du four j'étais un peu déçue car mes muffins, comme vous pouvez le constater étaient un peu moins gonflés que ceux de Valérie, sauf ceux que j'avais cuits dans des mini-caissettes. J'ai laissé les muffins refroidir toute la nuit et n'ai donc eu l'occasion de les goûter que le lendemain. Et, là, ce fût... l'extase!!!! ...je crois même que j'ai frôlé l'apoplexie!!!! ...sans exagérer ce fût un grand moment de bonheur et de gourmandise puisque, grâce à Valérie, je venais de trouver LA recette que je cherchais depuis des années!!! Des muffins ultra moelleux et fondants, croquants avec ses morceaux de chocolat et divinement parfumés! Bon si je vous dit que Valérie s'est inspirée d'une recette de mon chouchou, pour ne plus le citer C. Michalak, il y avait fort à parier pour qu'une fois de plus ce soit... "de la bombe atomique" ;-) ...et peu importe que mes muffins n'aient pas autant levé que ceux de Valérie, ils n'en étaient pas moins délicieux et ne se sont pas vus mourir. Ils ont fait un tabac autour de moi. Et, je vous préviens, eux aussi sont terriblement addictifs! ...n'imaginez même pas n'en manger qu'un demi, vous n'y arriverez pas... (n'est pas petite mère??!! :-p). Depuis, j'ai refait la recette (quand je vous dit qu'ils sont addictifs!!!) et utilisé, cette fois, la farine avec poudre à lever et, effectivement, ils étaient un petit peu plus gonflés mais n'en étaient pas plus délicieux pour autant puisqu'ils étaient déjà au top! Bon allez, j'ai assez blablaté (ah mais voilà ce que ça fait de m'être retenue et d'avoir été frustrée pendant 2 mois!!! ...vous avez réclamé mon retour, et bien me voilà, et vous n'allez pas le regretter, quoique... n'est-ce pas Lolo??!! :-p) voilà donc la recette. A mes deux reprises, j'ai réalisé la recette telle que Valérie l'avait initialement publiée. Sauf que je viens seulement de m'apercevoir qu'en fin d'article, elle préconise un autre déroulé! Ne l'ayant pas encore testé, je vais publier la recette dans sa première version et vous laisserai tester la seconde en même temps que moi ;-) Elle sera indiquée au bas de cette recette. Ingrédients : (pour 12 muffins) 200g de beurre salé à température ambiante 200g de sucre glace 150g de farine avec poudre à lever incorporée (ou 1/2 sachet de levure chimique) 50g de cacao en poudre non sucré 2 œufs à température ambiante 160g de lait 150g de chocolat noir (chunks, pistoles, ou barrettes pour pains au chocolat) Réalisation : Préchauffer le four à 160°C, chaleur tournante. A l'aide d'un batteur électrique, ou avec le fouet de votre robot, battre le beurre et le sucre glace pendant minimum 3 minutes jusqu'à obtenir un mélange bien blanc et mousseux. Dans un récipient, mélanger la farine avec le cacao (et la levure le cas échéant si vous n'utilisez pas de farine avec poudre à lever incorporée). Verser ces poudres sur le mélange à base de beurre et mélanger à l'aide d'une maryse (spatule en silicone). Ajouter ensuite les œufs et mélanger à nouveau sans trop insister. Faire à peine tiédir le lait. Le verser sur la préparation précédemment obtenue et mélanger, toujours à l'aide de la maryse, et à nouveau sans insister quitte à obtenir un mélange grossier. Selon la façon dont se présente votre chocolat noir, le couper en gros morceaux grossiers. Évidemment, si ce sont des chunks, les utiliser tels quels. Ajouter 120g de ces morceaux (et non pas la totalité) à la pâte à muffins et mélanger sans forcer. Sortir votre moule à muffins et déposer des caissettes en papier dans chacune des cavités (ce n'est pas obligatoire mais avec les caissettes point de problème de démoulage, ça facilite le stockage et les manipulations et puis, y'a pas à dire, c'est plus esthétique aussi). Remplir chacune des caissettes (ou cavités) jusqu'à quelques millimètres du rebord (Valérie en préconise 5, moi j'en avais à peine 2-3). Répartir les morceaux de chocolat restants sur la surface de chacun des muffins et enfourner 30mn en surveillant la cuisson. Conseil de conservation : Ces muffins sont meilleurs le lendemain. Une fois refroidis, les stocker dans une boîte hermétique, ils conserveront ainsi leur moelleux pendant plusieurs jours... s'ils ne sont pas dévorés avant! Second déroulé de la recette : Au mélange beurre sucré et blanchi, ajouter les œufs et continuer de battre. Ajouter ensuite le lait tiédi et battre à nouveau. Ajouter ensuite les poudres, cette fois à la maryse, puis les morceaux de chocolat.

Source: destinationgourmandise.blogspot.com

Une recette fine et raffinée pour ce soir vue dans l'émission " Dans la peau d'un Chef " sur France2 émission animée par le Chef Christophe Michalak qui recevait la semaine passée le Chef Eric Guérin J'ai adoré les recettes de ce Chef . Toulousain d'origine, i l dirige plusieurs maisons : " Le jardin des plumes " à GIverny (Haute-Normandie) , " La Mare aux Oiseaux " et "L'Auberge du parc" en Brière, à Saint-Joachim (Loire-Atlantique). Il est également l'auteur de la carte du " Season's " de La Baule. Terroirsdechef.com nous révèle qu'à 20 ans, le jeune chef a fait ses armes au Ministère de la défense, où il était le cuisinier de Pierre Joxe. Il passe ensuite par le prestigieux restaurant La Tour d'Argent, puis est décoré d'une étoile au Michelin dans les cuisines de " La Mare aux Oiseaux ." Il est temps maintenant de passer à la recette, un plat surprenant, ni chaud, ni froid, une entrée originale un mariage de saveurs qui a réveillé nos papilles très bon ! Ravioles de pommes de terre aux crevettes, lait de poule parfumé aux noisettes d'Eric Guérin on s'offre un plat de Chef étoilé à la maison que du bonheur tant à la réalisation qu'à la dégustation -oOo- Pour ce faire, il vous faudra pour 2 personnes : pour les ravioles : on compte 3 ravioles par personne 2 grosses pommes de terre (samba Cette pomme de terre à chair fondante est tendre. Avec sa bonne tenue de cuisson, elle est idéale pour des plats mijotés en cocotte ou des gratins au four. à défaut utilisez la Monalisa ou la Nicola) 8 grosses crevettes roses (j'ai pris deux cameron, crevettes géantes) 40 cl de bouillon de volaille 1 citron vert 1 barquette d’oxalys (je n'en ai pas trouvé, je l'ai remplacé par de la roquette tout simplement, les feuilles ont un goût prononcé, légèrement poivré) une poignée de Noisettes torréfiées concassées grossièrement du beurre les zestes d'un citron vert pour le Lait de poule : 15 cl de bouillon de volaille 2 jaunes d’ œufs 5 cl d’huile de noisette 5 cl de crème liquide Poivre du moulin, huile d’olive , fleur de sel de Guérande et 1 cuillère à café de sauce d'huître (vous la trouvez en grandes surfaces ou magasins asiatiques) son autre nom Oyster sauce -oOo- on commence par les ravioles : Faire des lamelles de pommes de terre fines à la mandoline on doit voir à travers Les poser les unes sur les autres Mettre 20cl de bouillon dans un poêle, une noisette de beurre dès que le bouillon commence à frémir, mettre les rondelles de pommes de terre à pocher durant 5mn à feu doux puis éteindre le feu, les laisser dans le bouillon Filmer avec du film plastique une assiette deux couches ce sera plus solide pour la suite Récupérer les ravioles et les disposer sur le film -oOo- La farce : Couper le reste des pommes de terre en petits dés réguliers (brunoise) Mettre dans une casserole le reste du bouillon, une noix de beurre, du sel et du poivre du moulin dès que le bouillon frémit, ajouter les pommes de terre, les cuire comme un risotto, tout doucement en remuant souvent les enlever du feu dès qu'elles sont fondantes mais pas trop cuites Réserver dans un saladier -oOo- les crevettes : Tailler des lamelles les crevettes, j'en compte une par raviole si vos crevettes sont bien grosses ou deux tranches si vos crevettes sont de taille moyenne bien sortir les boyaux à l'aide de la pointe du couteau Tailler le reste en petits dés réguliers (brunoise) Mettre dans un petit bol, ajouter un filet d’huile d’olive, remuer et poivrer généreusement Égoutter les pommes de terre en brunoise les mélanger avec les crevettes -oOo- la Sauce ou Lait de poule : Mettre les 15cl de bouillon de poule dans un godet profond puis versez 5 cl d’huile de noisette, 5cl de crème liquide les 2 jaunes d’œufs Mixer le tout au mixer plongeant pour faire mousser un peu (l'écume !) goûtez .. Ajouter du poivre, du sel (pas trop, la sauce d'huître est salée) et ajoutez la sauce d'huître (ou Oyster sauce), mixer encore et goûtez pour rectifier l'assaisonnement si nécessaire -oOo- le Chef Eric Guérin le montage : Poser une petite cuillère du mélange sur une rondelle de pomme de terre puis reposez une autre rondelle par dessus pour former la raviole Poser les ravioles sur l'assiette de dressage 3 par personne Ajouter les tranches de crevettes sur les ravioles Ajouter des petites noisettes grillées concassées grossièrement Zester un peu de citron vert au dessus de chaque assiette Disposez quelques pluches d'oxalys si vous l'avez ou déposez une feuille de roquette pour ajouter de la couleur à mon plat j'ai ajouté au dressage de fins brins de betteraves que vous aurez huilée pour la rendre brillante mixez encore le Lait de poule avant de l'ajouter entre les ravioles puis versez le dans une bouteille de dressage au dernier moment (moi je l'ai mis 40secondes au micro-onde avant de servir, pour le tiédir on est entre le potage et le frais , ça surprend moins en cette saison, je pense qu'on peut servir froid en été) de la fierté à servir ce beau plat délicieusement surprenant très fin bonne dégustation ! photos du Parc Régional de Brière en Loire Atlantique

Source: cuisinenfolie.blogspot.com

Pendant mon congé maternité, j’avais pris l’habitude de regarder l’émission de Christophe Michalak « Dans la peau d’un chef ». Le concept est simple et efficace : un chef fait la démonstration d’un plat devant 2 candidats qui prennent des notes. Ces 2 candidats s’affronte ensuite pendant 30 minutes durant lesquels ils doivent reproduire le plat uniquement à l’aide de leurs notes. Le goût et la présentation sont alors évalués par les chefs qui désignent un gagnant, qui empoche 1000€ et revient le lendemain. Fin septembre, je suis tombée sur une recette que j’ai eu très envie de reproduire (mais pas en 30 min !) . Une chance que pour les téléspectateurs, l a recette soit disponible sur le site de l’émission , sinon rien qu’avec des notes j’aurai eu du mal à tout refaire 3 mois après ! Cette recette, c’est donc le tartare de saumon de Flora Mikula, chef française qui tient « l’auberge de Flora » à Paris près de Bastille. Avant de commencer, je n’ai pas réussi à trouver d’anguille fumé pour la recette, je l’ai remplacé par de l’esturgeon fumé à l’huile, et n’ayant pas de centrifugeuse, j’ai réalisé le gaspacho de concombre avec un blender, ce qui donne un gaspatcho un peu moins liquide que l’original. Ensuite, mes testeurs m’ont fait plein de commentaires en « live », que j’ai décidé de vous mettre après la recette pour des améliorations futures ! La recette : 6 pers Préparation : 45 min Gaspacho 1 concombre 3 cuillères à soupe de fromage blanc épais 75 g de fromage feta mixé lisse Sel poivre 2 cs de raifort en bocal 3 cs de Vodka Garniture mimosa 1 œuf dur Œufs de saumon Tartare 300 g de filet de saumon 6 huitres creuses n°2 3 cuillères café de tartare d’algue (http://www.lavieclaire.com/tartare-d-algues-classique.html) 100 g d’esturgeon fumé à l’huile ½ bouquet d’aneth 1 citron vert 9 tranches de pain de mie Gaspacho concombre et féta Eplucher le concombre (une peau sur 2 pour garder la moitié de la peau verte) et l’épépiner. Le couper en morceau et le placer dans un blender avec la crème et la féta et mixer. Ajouter le raifort et la vodka et mixer de nouveau. Goûter et rectifier l’assaisonnement puis réserver au frais. Garniture mimosa Faire cuire un œuf dur. Le hacher au couteau et le mélanger délicatement avec les œufs de saumon et un peu d’aneth. Réserver au frais. Tartare Enlever la peau et la partie noire du filet de saumon puis le couper en petits dés. Couper en petits dés l’esturgeon fumé. Réunir les 2 poissons dans un petit saladier avec un peu d’aneth. Ouvrir les huitres et filtrer leur eau, en la réservant à part. Découper les huitres en petits morceaux et les ajouter aux poissons. Ajouter le zeste du citron vert, 3 cuillères à café de tartare d’algue, un peu de l’eau des huitres, et quelques gouttes de jus de citron vert. Mélanger, goûter et rectifier l’assaisonnement. Dressage Toaster les 9 tranches de pain de mie et détailler les croutons dans le pain à l’aide d’un emporte-pièce rond (en garder 6 ronds et couper les 3 autres en 2) . A l’aide du même emporte-pièce rond, déposer le tartare sur le crouton de pain dans le fond d’une assiette creuse. Recouvrir le tartare avec un demi-crouton. Déposer par-dessus 1 cuillère à café de garniture mimosa. Verser le gaspacho tout autour et servir avec un petit cruchon du gaspacho en plus à côté. Version imprimable de la recette Bon appétit ! Voilà maintenant les divers commentaires qui m’ont été fait : - La garniture mimosa n’apporte rien au plat à part une touche de déco. Au goût, cela complique trop la lecture avec l’ajout de 2 goûts, en plus du mélange déjà riche du tartare. - Le crouton aurait mérité d’être plus grillé et cassant. Voir même de réaliser un crumble salé à placer sous le tartare pour une touche croustillante et plus facile à prendre à la cuillère. - Au niveau de la présentation, le gaspacho ayant un peu détrempé le crouton, le dressage aurait été plus apprécié dans une assiette longue avec une verrine de gaspacho … et un petit shot de vodka glacé (à consommer avec modération) !

Source: agencer-et-mijoter.blogspot.fr

Une recette de Christophe Michalak vue dans l'émission Dans la peau d'un Chef sur France2 un délicieux dessert à faire et refaire sans hésiter c'est frais, c'est bon, c'est parfumé pas compliqué à réaliser, ce gâteau surprendra tout votre petit monde et en plus sans gluten et délicieusement bon ce qu'il fallait pour mon neveu ce jour là qui fait partie des nouveaux intolérants au gluten et je me creuse toujours la cervelle pour lui faire des desserts autre que les salades de fruits et la mousse au chocolat Dans ce gâteau, vous pouvez remplacer les oranges par des tranches fines d'ananas que vous aurez poêlées ou non à vous d'innover voici Le Gâteau de polenta à l'orange sans gluten -oOo- pour ce faire, il vous faudra pour 6 personnes : pour le gâteau : 20g de maïzena 3g de levure chimique 1 pincée de fleur de sel 80g de beurre doux 80g de sucre semoule 2 œufs 20g d'eau de fleur d’oranger 100g de poudre d’amande 50g de polenta 3 oranges BIO non traitées 10cl de Grand Marnier ou de Rhum si vous aimez moi j'ai mis du Grand Marnier Pour la poudre de caramel : 300 g de sucre blanc en poudre -oOo- Avertissement : Attention à la polenta ordinaire que j'ai utilisée lors de la première réalisation de ce dessert elle n'est pas garantie sans gluten Pour refaire ce gâteau pour mon neveu intolérant au gluten, je suis allée dans un magasin BIO pour acheter une semoule de maïs dite "Polenta sans gluten", c'est un peu plus gros que la polenta que l'on connaît le dosage sera le même mais la texture du gâteau est un peu plus "gâteau de semoule" c'était très bon tout de même -oOo- préchauffez le four sur 200° -oOo- On commence avec les oranges : Zester les oranges et réservez le zeste dans un saladier Peler les oranges à vif pour ce faire, coupez les deux bases puis coupez la peau avec un bon couteau d'office en enlevant bien la peau blanche qui est amère puis couper les oranges en rondelles d’environ 5 millimètres pensez à enlever la petite partie blanche qui se trouve au centre de vos tranches d'orange elle est amère déposez les dans un moule à génoise dont vous aurez chemisé le fond avec du papier cuisson graissé couvrez en bien le fond du moule sans les superposer -oOo- le gâteau : dans le bol du robot ou dans un grand saladier fouettez vivement les oeufs entiers avec le sucre La préparation doit doubler le volume faire comme un sabayon être mousseuse et bien aéré puis ajoutez les zestes d'orange la levure et la fécule, la polenta et la poudre d'amande la fleur de sel et le beurre fondu et enfin le Grand Marnier ou le Rhum si vous en mettez fouettez bien le tout pour que le mélange soit bien homogène verser alors le tout dans le moule graissé sur les tranches d'oranges Tapoter le moule sur votre plan de travail pour enlever toutes les bulles enfourner à 210° durant 10mn puis baissez à 200° pour de nouveau 10 mn le gâteau est cuit lorsque qu'en y plantant la pointe d'un couteau elle ressort sèche sortez le du four et laisser le refroidir dans le moule une fois refroidi, retournez le sur une grille posée sur une plat à four réservez -oOo- le caramel : on va faire un caramel à sec pour ce faire, versez le sucre en trois fois dans la casserole d'abord un tiers commencez à faire caraméliser attention ! surveillez bien, ça va vite si ça caramélise plus d'un côté que de l'autre tenez la casserole par le manche et faite la tourner quand le sucre est bien fondu versez encore un tiers du sucre tournez la casserole doucement pour répartir le sucre sur tout le fond de la casserole puis versez le dernier tiers votre caramel est prêt quand il est d'une belle couleur ambrée versez le aussitôt sur une feuille de papier cuisson que vous aurez légèrement graissée à l'huile neutre (de pépins de raisin, sinon arachide conviendra bien) étalez à la spatule sans vous brûler et laissez refroidir au frais jusqu'à ce que le caramel soit dur reprenez le, cassez le puis versez le dans un mixeur pour en faire une poudre très fine -oOo- four sur 210° -oOo- démoulez votre gâteau en le retournant sur une grille de cuisson posée sur une plaque à four vos belles tranches d'oranges sont alors apparentes saupoudrez le gâteau de poudre de caramel en vous aidant d'une petite passoire pour bien tamiser le caramel puis enfournez pour 30 - 40 secondes le temps de dorer votre gâteau et de le faire briller sortez le et laissez le refroidir la poudre de caramel qu'il vous reste se conserve très longtemps dans un bocal fermé pour d'autres utilisations Une fois le gâteau bien refroidi le déposez sur son plat de service -oOo- il se déguste tiède ou frais selon les goûts -oOo- pour le dressage faites comme vous voulez laissez le comme il est avec sa jolie couleur orangée ambrée soit déposez-y des orangettes de qualité et clémentines confites ou comme moi des poires confites parce que j'avais plus de clémentines confites tout simplement un régal ! bonne dégustation les photos des oranges viennent de Pinterest

Source: cuisinenfolie.blogspot.com

Infos pratiques: - Quantité : 4 personnes - Difficulté : ☆ ☆ ☆ ☆ ☆ - Préparation : 30 minutes - Cuisson : 10 minutes La liste de courses : L es œufs - 4 gros œufs frais bio, - 4 tranches de pain de campagne, - Sel et poivre. L'émulsion au lard - 150 g de lard fumé, - 30 cl de fond blanc, - 15 cl de crème liquide entière à 30% de MG, - Beurre (entre 30 et 60g). Les aubergines et tomates à la provençale - 1 grosse aubergine, - 3 tomates bien mures, - 1 oignon, - 1/4 d'une botte de persil, - Huile d'olive, - Piment d’Espelette, - Sel et poivre. La liste des ustensiles : - 1 poele, - 2 casseroles, - 4 verres/verrines allant au four, - 1 mixer plongeant, - 1 tamis, - 1 planche à découper, - 1 couteau, - 1 plat à four, - Du papier absorbant. Normalement, les recettes salées se font assez rares sur le blog... Et cette semaine, je ne sais pas pourquoi, je vous aurai proposé deux recettes salées (c'est, bon j'ai mon quota pour tout le mois d'avril et peut-être le mois de mai là :-)) ! Comme ma soupe de butternut n'a pas conquis grand monde avec les 25° C qu'il faisait dehors, j'ai pensé qu'il était peut-être plus judicieux de vous proposer une entrée, certes chaude, mais aux accents d'été et de Sud ! D'ailleurs, si vous souhaitez réaliser cette recette, faites bien attention à la qualité de vos tomates et aubergines pour avoir un maximum de goût et de saveur (j'ai utilisé des tomates du jardin congelées et c'était juste magique) . J'avais vu cette recette à la télévision dans "Dans la peau d'un chef" . Sauf que la recette donnée sur le site, c'est absolument n'importe quoi. Il y a des ingrédients en trop, des ingrédients qui manquent et je ne vous parle même pas des proportions... J'ai retrouvé cette recette sur d'autres sites et c'est du même acabit. Par conséquent, je vous propose la recette telle que Pierre Augé l'a réalisée lui-même dans l'émission. Ce sont mes proportions qui sont peu ou prou celles données par Pierre (ou bien, j'ai légèrement ajusté quand ça s'imposait). De cette manière, tout doit tomber juste (ou presque) et, dans le doute, vous pouvez toujours regarder l'émission en replay. Cette entrée est absolument divine (j'ai fait un carton plein à la maison, avec) et très simple dans sa composition et sa réalisation. C'est d'ailleurs là que réside tout le talent de Pierre Augé : transformer des produits du quotidien (et de son Sud) en plats savoureux ! Pour ceux qui ne connaitraient pas Pierre, c'est un chef de compét' (dans tous les sens du terme). S'il est surtout connu pour avoir été finaliste de Top Chef 2010 avant, l'année dernière, d'enfin (oui, enfin car il aurait déjà dû gagner en 2010) remporter Top Chef et, dans la foulée, le Choc des champions face à Jean Imbert ! Mais Pierre est aussi (et surtout) un chef de compet' de par son talent et sa technique qui lui ont permis de travailler dans des établissements aussi prestigieux que "Le Bristol" ou "Le pré Catelan". Bon , Pierre Augé, je n'ai jamais eu l'occasion de goûter sa cuisine mais c'est un peu mon chouchou (comme vous avez dû vous en apercevoir) ! Déjà dans Top Chef, c'était un personnage sympathique et un chef brillant. Depuis, j'ai un peu continué à le suivre et les quelques recettes que j'ai réalisées m'ont convaincu qu'il 'était un cuisinier vraiment talentueux !! Aujourd'hui, Pierre Augé a son propre établissement à Béziers : la Maison de Petit Pierre . Les prix sont abordables et, quand je me lancerai dans mon pèlerinage gastronomique dans le Sud, après le restaurant de Michel Sarran , je me rendrai à Béziers !! PS 1 : pour les non aficionados de Top Chef, vous pourrez retrouver Pierre dans le Choc des champions lundi sur M6 à 20h50 #TeamPierre ! PS 2 : j'ai réalisé cette recette avec les gros œufs bio du poulailler de Mamie :-) Concrètement, cuisinons... L'émulsion au lard 1. On coupe notre lard en gros cubes. Dans une casserole chaude, on verse le lard et on le fait revenir jusqu'à ce qu'il soit bien grillé et qu'il ait légèrement accroché au fond. On déglace alors avec le fond blanc et, au besoin, on décolle bien les sucs de cuisson. 2. On porte le liquide à ébullition, on ajoute alors la crème liquide et on coupe le feu. On couvre la casserole et on laisse infuser le lard, au minimum 20 minutes. 3. Quand le lard a assez infusé, on tamise la préparation et on réserve. Les aubergines et tomates à la provençale 1. On découpe l'aubergine dans le sens de la longueur en lamelles de 5 à 10 mm. Dans une poêle, on verse (généreusement) de l'huile d'olive, lorsqu'elle est chaude on y fait cuire les tranches d'aubergine. Elles doivent être bien dorées presque grillées. Au besoin, pendant la cuisson, on rajoute de l'huile d'olive. Quand l'aubergine est cuite, on la réserve sur du papier absorbant pour ôter l’excès de matière grasse. 2. Quand l'aubergine a refroidi, on la hache au couteau. 3. Ensuite, on émince l'oignon et les tomates. Dans une casserole, on met un peu d'huile d'olive et on fait revenir l'oignon. Comme pour le lard et l'aubergine, il faut légèrement faire accrocher les oignons. On déglace ensuite avec les tomates et leur jus. On laisse compoter/réduire entre 10 et 15 minutes. La compotée ne doit pas être totalement cuite, on doit encore sentir les dés de tomate et les oignons. 4. On cisèle le persil. On l'ajoute avec l'aubergine à la compotée de tomate. On assaisonne et on ajoute du piment d'Espelette. Simplement, il faut faire attention à ne pas trop saler car l'écume de lard sera relativement salée. Les œufs et le dressage 1. On casse les œufs en séparant les blancs (que l'on place dans la verrine) et les jaunes que l'on réserve pour le dressage. On fait cuire les verrines au bain-marie à 130° C pour 12 minutes (cf astuces). 2. Pendant ce temps, on fait toaster les tranches de pain et on fait réchauffer l'infusion de lard fumé qui doit être tiède/chaude. 3. Quand les blancs d’œufs ont une texture de flan (ils sont cuits mais encore tremblotants), on dépose une couche d'aubergines à la provençale. 4. Avec le mixeur plongeant, on incorpore de l'air dans l'infusion au lard pour former une écume. Au besoin, on ajoute du beurre pour stabiliser ladite écume. Avec une cuillère, on dépose de l'écume sur la couche d'aubergine à la provençale. On pose la tranche de pain toastée sur la verrine. Enfin, on termine en déposant le jaune d'oeuf que l'on assaisonne légèrement de sel et poivre. Astuces : - Vous le savez, le principe de cette émission de Christophe Michalak est simple : reproduire la recette du chef en moins de 30 minutes. J'ai donc indiqué ce temps de préparation. Toutefois, si vous ne vous appelez pas Pierre Augé et que vous n'attaquez pas toutes les préparations en même temps, il vaut mieux que vous prévoyiez un peu plus large. - Dans l'émission, Pierre compte une douzaine de minutes pour la cuisson de ses blancs d'oeuf, toutefois, il fait "préchauffer" son eau de bain marie sur sa plaque à induction. J'ai opté pour une version plus classique du bain-marie et j'étais plus proche des 20/25 minutes de cuisson que des 10/15 mentionnées. - Un fond blanc est réalisé avec des viandes (souvent blanches) qui sont plongées directement dans le liquide dans lequel elles cuisent et libèrent leur saveur. Personnellement, j'ai utilisé un cube de fond de volaille que j'ai dilué dans de l'eau. Idem pour le lard, je n'avais que des lardons fumés dans le frigo et ça a parfaitement fait l'affaire. - L'émulsion de lard, c'est un peu l'étape technique de la recette (rien d'insurmontable, bien sûr). Je vais essayer de synthétiser tout ce que dit Pierre dans l'émission pour vous aider au mieux. La préparation doit être de 2/3 de fond blanc et 1/3 de crème liquide. Pour que l'écume se tienne, la préparation doit être entre 80/90° C (c'est une indication, n'allez pas sortir le thermomètre pour ça ; pour moi, ça correspond à la température tiède/chaud ou tiède ++). Par conséquent, si la préparation est trop chaude (ça se manifeste par des bulles de l'écume qui explosent) et que vous devez servir vos convives, n'hésitez pas à y rajouter un soupçon de crème liquide froide. Enfin, Pierre conseille d'ajouter un peu de beurre au fur et à mesure qu'on émulsionne pour stabiliser l'écume. Sincèrement, je ne connaissais pas l'astuce mais ça marche du tonnerre. De cette manière, votre écume ne doit pas retomber rapidement (Pierre dit que ça tient 5 minutes ; quand j'ai fait la recette ça a tenu bien plus longtemps). - Autre astuce du chef concernant le ciselage des légumes et herbes aromatiques. On cisèle en une seule fois : il ne faut pas recouper un légume ou une herbe déjà taillée sinon, toutes ses saveurs resteront sur la planche ! En plus, si vous ciselez une herbe plusieurs fois au même endroit, elle va s'oxyder ! - Avec cette recette, faites très attention à l'assaisonnement : le "flan" de blanc d'oeuf n'est pas salé mais l'écume sera relativement salé. Par conséquent, ne forcez pas trop sur le sel pour les aubergines à la provençale, privilégiez le poivre et le piment. En conclusion, dégustons !

Source: letabliergourmet.blogspot.com

Le mojito c'est juste avec le champagne ma boisson préférée, c'est frais donc idéal pour cet été... Je l'ai détourné en version cheesecake, il faisait une chaleur de foufous, j'étais invitée chez ma copine Reyhan du Clan des Gourmands , avec ma copine Aline d' Aline Cuisine, je me suis dit pour le dessert ce sera glace, sauf qu'en faisant les courses, j'ai acheté tous les ingrédients pour un cheesecake... Qu'a cela ne tienne ce sera cheesecake glacé! Sans cuisson et très rapide à faire, c'est le dessert idéal quand on ne veut pas allumer le four, ni se prendre la tête. Je me suis inspirée de la chantilly ivoire du Kosmik Green Mojito de Christophe MICHALAK Pour 10-12 personnes Temps de préparation: 20 minutes Temps de repos: 1 nuit Les ingrédients: * La base: - 250 g de palets bretons - 80 g de beurre fondu * La garniture: - 3 citrons verts - 1/2 bouquet de menthe - 500 g de ricotta - 100 g de sucre de canne en poudre - 30 cl de crème fleurette bien froide * La chantilly: - 30 cl de crème fleurette - 70 g de chocolat blanc - 10 g de rhum ambré Les préparations: * La base: - A l'aide d'un mixeur, broyer les palets bretons, - Faire fondre le beurre au micro-ondes, le verser sur les brisures de palets bretons, mélanger, - Tapisser le moule à charnières de papier sulfurisé, - Etaler la pâte obtenue, et la tasser à l'aide d'une cuillère à soupe, - Réserver au frigidaire. * La garniture: - Laver les citrons, les zester finement, réserver les zestes, - Presser les citrons, et réserver le jus obtenu, - Laver les feuilles de menthe, en garder quelques unes pour la déco, les ciseler finement, puis les réserver, - Dans la cuve du robot pâtissier, fouetter la crème fleurette, jusqu'à l'obtention d'une crème fouettée, mais pas chantilly, ajouter la ricotta, le sucre de canne, la menthe, les zestes et le jus de citrons verts, fouetter 2/3 minutes que les saveurs se mélangent bien, - Verser sur le fond de cheesecake, - Lisser la préparation, filmer le tout et réserver pour la nuit au congélateur. * La chantilly: - Dans une casserole, porter la crème à ébullition, - Dans un saladier, concasser le chocolat blanc, - Verser la crème bouillante sur le chocolat blanc, mélanger à l'aide d'un fouet ou d'une fourchette, afin que le chocolat fonde bien, - Ajouter le rhum, mélanger de nouveau, filmer, laisser refroidir et réserver au frais jusqu'au lendemain. * Le dressage: (au moins 1 heure avant de servir) - Décercler le cheesecake, le mettre sur un plat de service, - Le réserver au frais, - Monter la crème au chocolat blanc et rhum en chantilly, - Garnir une poche à douille, douille Saint-Honoré, de chantilly, - Pocher la chantilly sur le cheesecake, réserver au frigidaire jusqu'au moment de servir, si vous décorer de chantilly avant, le remettre au congélateur et le sortir environ 30 min avant de servir. - Au moment de servir, zester un citron vert sur le dessus, et décorer de quelques feuilles de menthe.

Source: lespapillesquifretillent.blogspot.com

La tarte au citron et moi, c'est une grande histoire d'amour... Je l'aime meringuée ou non, en tarte ou bien destructurée (version verrines par exemple), à manger à la cuillère ou bien avec les doigts, en dessert ou bien au goûter, en été ou bien en hiver... Vous l'aurez compris, jamais je ne pourrais dire "non" à l'appel de la tarte au citron ! (oh, ça rime!!!) Mais pas de chance pour moi, mon homme n'est pas un grand fan, lui il préfère le chocolat... alors faire une tarte au citron et la manger toute seule... c'est faisable, mais j'ai mauvaise conscience après :-( Mais quand un repas entre amis se présente, je saute sur l'occasion pour préparer le dessert, et devinez ce que j'ai apporté la dernière fois ??? Une tarte au citron bien sûr ! Pour cette recette, j'ai utilisée la recette de la pâte sablée sucrée de Christophe Michalak et la recette du lemon curd que je vous avais présentée ici . Je n'ai pas mis de gélatine dans mon lemon curd puisque je n'avais pas besoin que la crème se tienne fermement. Et croyez moi, c'est bien meilleur sans gélatine, la crème est plus onctueuse et gourmande ! Tarte au citron, un pur délice ! Ingrédients pour une tarte de 24 cm (6 personnes) : Pâte sablée sucrée de Christophe Michalak : - 190 g de farine fluide sans grumeaux Farin'UP - 20 g de maïzena - 90 g de sucre glace - 130 g de beurre demi sel - 35 g de poudre d'amandes - 1 oeuf Lemon curd : - 4 oeufs - 200 g de sucre semoule - 175 g de jus de citron (environ 5 citrons) - 65 g de beurre demi sel Préparation de la tarte au citron : Pâte sablée sucrée : Dans un saladier, tamisez la farine avec la maïzena et le sucre. Ajoutez ensuite la poudre d'amandes puis le beurre pommade. Travaillez le mélange avec le bout des doigts, ou bien au robot avec le K, pour sabler la pâte. Enfin, ajoutez l'oeuf et travaillez très peu la pâte, juste ce qu'il faut pour pouvoir former une boule avec la pâte. Filmez la pâte et laissez-la reposer 2 heures au frigo. Etalez la pâte sur 5 mm d'épaisseur environ. Etalez délicatement, la pâte est très friable et a tendance à coller sur le plan de travail, donc n'hésitez pas à fleurer votre surface de travail et à tourner la pâte régulièrement. Si la pâte est trop réchauffée, remettez-la 30 minutes au frigo pour pouvoir de nouveau la travailler. Foncez votre pâte dans un cercle à tarte beurré, de 24 cm de diamètre. Piquez la pâte. Ajoutez du papier sulfurisé et des billes de cuisson dans le fond de tarte puis enfournez 15 minutes à 170°C. Enlevez ensuite les billes, le papier cuisson et le cercle à tarte puis faites cuire de nouveau 15 minutes à 150°C afin d'obtenir une belle coloration de toute la tarte. Laisser refroidir le fond de tarte sur grille. Attention le fond de tarte est très fragile et friable !!! Une fois refroidi, placez le fond de tarte sur le plat que vous utiliserez pour servir votre tarte. Une fois la crème de citron ajoutée dans le fond de tarte, la tarte sera trop lourde pour être transportée et le fond risque de casser (je parle en connaissance de cause). Lemon curd : Dans une casserole, fouettez les œufs avec le sucre. Ajoutez ensuite le jus de citron et mélangez. Faites chauffer la casserole à feu doux sans jamais cesser de mélanger au fouet. Laissez chauffer jusqu'à ce que la crème s'épaississe et qu'elle accroche au fouet. Retirez alors du feu et ajoutez le beurre coupé en morceaux. Mélangez la préparation pour obtenir une crème homogène. Laissez refroidir quelques minutes votre lemon curd (5/10 minutes) puis versez-le sur le fond de tarte refroidi. Laissez refroidir votre tarte au frigo minimum 2 heures avant de la servir, cela permettra à la pâte de s'imprégner des arômes du citron. NB : Pour la déco de votre tarte, vous pouvez ajouter quelques zestes sur le dessus de la tarte ou bien réaliser une meringue si vous êtes vraiment de grands gourmands ;-) D'après les dires des amis chez qui j'ai apporté la tarte, elle était extra. Mon homme aussi l'a trouvée délicieuse, elle n'avait pas un goût de "paic citron" comme on peut trouver dans certaines boulangeries. Mon avis à moi, c'est qu'elle était top ! La pâte sucrée est, certes un peu compliquée à travailler, mais le goût extra. Un bon goût de beurre, elle est bien croquante et sablée, elle se rapproche beaucoup d'un palet breton. Et la crème de citron, onctueuse, acidulée juste ce qu'il faut pour donner du peps, et si fraîche, ça nous rappelle les chaleurs estivales, c'est un vrai bonheur ! Tarte au citron, un pur délice ! Bon dimanche gourmand à tous ! Si le cœur vous en dit, vous pouvez voter pour mon blog : - je participe aux Golden Blog Awards 2014 - je participe aussi au Concours Marie Claire "Blog cuisine créative" Vous pouvez voter une fois par jour. Merci d'avance à tous ceux qui voteront pour moi :-)

Source: invitationaufaitmaison.blogspot.fr

Une recette toute simple faite en un tour de main pour avoir de la bonne sauce tomate "maison" vous pouvez la mettre en pot et les stériliser ou la congeler dans des gobelets que vous couvrez et conserverez au congélateur et ainsi vous en aurez à la demande pour les pâtes, les pizzas , le riz ou tout ce que vous voulez cette base vous servira pour tout un tas de recettes végétariennes ou non vous trouverez ma sauce bolognaise ICI les boulettes de viande de Christophe Michalak ICI ma recette de boulettes sauce tomate ICI et mes lasagnes ICI en saison vous utiliserez des tomates fraîches hors saison, utilisez des boîtes de tomates concassées épépinées Sauce tomate "maison" -oOo- pour ce faire, il vous faudra : 1 boite de tomates concassées et épépinées ou 1kg de tomates fraîches quand c'est la saison 1 oignon 1 carotte 2 ou 3 gousses d' ail selon vos goûts 1 cuillère à soupe d'origan ou d'herbes de Provence ou du thym frais une cuillère à café de sucre 10cl de vin rouge sel et poivre du moulin huile d'olive -oOo- la sauce tomate : épluchez oignon et l'ail , émincez finement l'oignon hachez l'ail faites revenir le tout dans une casserole dans deux cuillères à soupe d'huile d'olive bien chaude remuez, laissez suer puis ajoutez une bonne pincée d'origan ou les herbes de provence ou le thym que vous aurez gratté pour en récupérer les petites feuilles déglacez avec le vin rouge laissez le réduire de moitié puis ajoutez les tomates concassées ou les tomates fraîches coupées en morceaux ajoutez le sucre pour adoucir la sauce au premier bouillon, couvrez et laissez mijoter 30mn à feu très doux surveillez , rajoutez un peu d'eau si nécessaire souvent je rajoute une louche de l'eau de cuisson des pâtes en fin de cuisson mixez avec un mixeur plongeant goûtez pour rectifier l'assaisonnement parfois je rajoute un peu de sucre ou de sel tout dépend de la qualité des tomtates utilisez votre sauce comme vous voulez ou mettez la en pots et stérilisez les plus cette sauce sera réchauffée meilleure elle sera en y ajoutant de la viande hachée après avoir sué les oignons et avant de déglacer au vin, vous obtenez une bolognaise bonne dégustation !

Source: cuisinenfolie.blogspot.com

Recettes24 is a recipe search engine that find recipes with advanced filters like ingredients, categories and keywords.
Recettes24 does not host recipes, only links to other sites. | FAQ | Privacy
Copyright 2018 ® - Contact