soupe diete benoit gagnon | cote de veau normande spaghettis | lasagne roulée ricardo | plat arabe avec cebette | recette de petit pain pilsbury | smoothie fruit des bois simple
Se Connecter

Connectez-vous pour recettes24 pour enregistrer vos recettes préférées

Si vous n'êtes pas encore enregistré(e), inscrivez-vous maintenant!

Mot de passe oublié?

Ecrit et réalisé par Very Easy Kitchen Je participe très rarement à des concours, je ne suis jamais dans le timing, bref c’est pas trop mon truc surtout quand les résultats dépendent uniquement des votes des internautes. Et puis il y a des périodes où l’on se dit pourquoi pas ? le thème est sympa : une recette de tous les jours mais avec votre twist personnel, rapide à préparer et avec les ingrédients des plus communs. Avouez que c’est pas trop difficile. Plus d’info chez Fashioncooking à l’initiative de ce concours et des supers prix Magimix à gagner.                         Le lilas blanc ma fleur préférée N’ayant pas de recette fétiche ou secrète qui me sauve à la dernière minute (à part le lapin au pain d’épices ou les pâtes au citron de Ducasse), je me suis dit que j’allais travailler avec des ingrédients super basiques : poulet, graines de semoule, légumes : carottes, poireaux, celeri, navet, et avec un féculent : le pois chiche. Bref tout pour faire un couscous mais un couscous revu, pas du tout traditionnel et surtout plus rapide et plus light. L’originalité du plat : le poulet est roulé dans le couscous qui devient une panure croustillante que vous tremperez dans une crème de pois chiche. Easy couscous poulet Pour 4 personnes
 Préparation : 25 minutes
 Cuisson : 20 minutes 8 aiguillettes de poulet fermier 
2 jaunes d’oeuf
 3 carottes
 3 poireaux
 3 navets
 1 branche de celeri
 60 g de grains de semoule fine
 100 g de pois chiche en boite égouttés
 1 gousse d’ail 
1/2 cuillère à café de cumin
 moulu 1/2 citron 
6 cuillères d’huile d’olive
 1 petit bouquet de thym et laurier
 Confit de piment ou harissa en tube. Réaliser la crème de pois chiche : Mixez les pois chiches avec la gousse d’ail et le cumin. Quand le mélange est finement mixé, rajoutez le jus d’un demi-citron et 3 cuillères d’huile d’olive. Réservez. L’opération vous a pris 5 minutes grâce à votre super robot. Préparez vos légumes : Epluchez-les et grâce au rasoir à légumes ou une mandoline, coupez des bandes fines de carottes et des tranches de navet. Coupez en julienne les poireaux et le céleri branche. Si vous êtes lent comptez 10 minutes pour cette opération. Faites bouillir 1 peu plus d’un litre d’eau chaude avec du sel et le bouquet garni. Versez 120 g d’eau chaude sur les 60 g de semoule que vous aurez préalablement mis dans un saladier et mélangée avec deux cuillères à soupe d’huile d’olive. La semoule va absorber toute l’eau. Remuez la semoule à la fourchette. Pas besoin de finir la cuisson à la vapeur car nous ne mangerons pas cette semoule telle quelle. Cette opération vous a pris 5 minutes également. Dans le reste de l’eau chaude, versez les légumes d’abord les carottes et les navets. Au bout de 5 minutes rajoutez les poireaux et le celeri branche. La cuisson est très rapide car les légumes sont taillés finement. Battez les jaune d’oeuf et enduisez chaque aiguillette de jaune d’oeuf. Ensuite dans une assiette creuse, versez un peu de semoule. Roulez chaque aiguillette dans le couscous. Elle doit être entièrement recouverte. Pendant que vos légumes cuisent, graissez légèrement une poêle antiadhésive, faites cuire à feu moyen vos aiguillettes jusqu’à qu’elles soient bien dorées. Dans chaque assiette, placez une grosse cuillère de crème de pois chiche, un tout petit peu de confit de piment ou d’harissa, deux belles aiguillettes panées au couscous et une belle cuillère de légumes égouttés. Toutes les saveurs du couscous mais en beaucoup plus rapide. Toujours plus vite (c’est l’époque) encore avec des tartelettes express aux fraises. 4 tartelettes express aux fraises 8 grosses fraises
 5 feuilles de pâte filo
 90 g de beurre fondu
 4 cuillères à soupe de sucre glace
 1 jaune d’oeuf
 50g d’amandes en poudre
 1 zeste d’une demi-orange bio Préchauffez votre four à 180°C. Mélangez le jaune d’oeuf, 2 cuillères à soupe de sucre glace, les amandes en poudre, 40 g de beurre fondu et le zeste de l’orange. Réservez. Placez vos feuilles de filo sur le plan de travail, superposez les en les enduisant à chacune du reste de beurre fondu et d’un peu de sucre glace. Coupez 4 fonds de tartelettes dans vos feuilles (environ 20 par 15 cm). Placez au centre 2 cuillères de crème d’amandes et décorez avec des grosses tranches de fraises. Rabattez les côtés pour créer un encadrement. Un nouveau coup de pinceau avec du beurre fondu sur les côtés et un peu de sucre glace avant de mettre au four pour 8 à 10 minutes. Les fraises doivent être à peine cuites et le bord doré. A dégustez tièdes ou froides avec un peu de crème fouettée ou une boule de glace. Pour finir je vous conseille de regarder le 1er mai sur la chaîne Stylia (si vous l'avez), le second volet de la série : l’Ame des chefs . Après la Côte d’Azur, 5 chefs savoyards parlent de leur cuisine, de l’amour d’un terroir, de leurs producteurs et des clients : Yoann Conte - La Nouvelle Maison de Marc Veyrat – Veyrier-du-Lac à coté d’Annecy, est bourré d’humour. L’héritage est lourd pour ce breton d’origine mais il a décroché sa première étoile en 2011. Emmanuel Renaut - Le Flocon de sel – Megève qui vient de décrocher sa troisième étoile, mesuré, réservé mais à l’éblouissante cuisine. Julien Machet - Le Farçon – La Tania - qui propose un menu express à 25 euros en 25 minutes pour régaler les skieurs gastronomes pressés mais aussi des plats élaborés d’un étoilé. René & Maxime Meilleur - La Bouitte – Saint-Martin de Belleville- le père et le fils, complémentaires, travailleurs et passionnés. Deux étoiles pour cet établissement de renommée mondiale. Jean Sulpice - La Bouitte – Val Thorens - le double étoilé le plus haut d’Europe, le sportif amoureux de sa station et des beaux produits. Retrouvez plus d'infos sur le documentaire L'Ame des Chefs sur fan page Il n’y a pas que le ski en Savoie...

Source: veryeasykitchen.blogspot.com

Tian-toi! Voici un dessert tout mignon et tout simple pour le défi du mois, un dessert qui donne envie d'été et de soleil, un tian à l'orange! Le tian (qui m'était inconnu jusqu'à tout récemment) n'est ni plus ni moins qu' un plat dans lequel on empile les ingrédients en étages. Oui, ça se résume vraiment à ça! Aussi bien dire alors que le tian pourrait être aussi chaud que froid, ou aussi sucré que salé. Les timbales de légumes ou les entremets à plusieurs étages sont donc, par définition, des tians. Le but du tian est surtout une belle présentation étagée, chaque couche venant compléter la précédente de sa saveur distincte. Dans le cadre du défi de ce mois-ci, le tian est sucré (à ma grande joie) et fait d'un étage de pâte sablée couvert de marmelade d'orange, d'une couche de crème fouettée et d'un étage de segments d'orange, le tout recouvert d'un caramel à l'orange. On construit le tian à l'envers dans un cercle à dessert et on le retourne pour le démouler au dernier instant. La joie de ce dessert, c'est qu'il contient un fruit que je cuisine vraiment rarement, soit l'orange. Je dirais même, maintenant que j'y pense, que je n'achète jamais d'orange. Ni de jus d'orange d'ailleurs... Les fruits dont on doit retirer la pelure pour les manger m'attirent toujours un peu moins. Ce doit être ma nature paresseuse, hi hi hi. Pourtant j'adore le goût de l'orange. Et je l'ai redécouvert grâce à cette recette, une occasion parfaite de faire le plein de ce vivifiant agrume (et de sa vitamine), à ma grande joie. Ce dessert, que je voyais comme bien ordinaire, m'a vraiment renversée! Une vraie ode à l'orange! Le biscuit du fond est un sablé tout ce qu'il y a de plus simple, avec un bon parfum de vanille. Recouvert de marmelade d'orange, il se ramolli légèrement et devient fondant en bouche. Et quelle marmelade! La préparation est simple, mais le résultat est époustouflant. Une des meilleures que j'aie goûté! Grâce au processus de blanchiement des pelures, on obtient une marmelade sans amertume, pas trop sucrée, pleine de petits morceaux d'orange. Seul bémol : une consistance un peu trop fluide, parce que la maudite pectine n'a pas fait son boulot. Moi et la pectine, ça n'a jamais fonctionné de toute façon... On ne s'entend pas du tout... Mais on peut corriger la situation en faisant cuire suffisamment longtemps pour que ça prenne grâce au sucre (le test de l'assiette froide s'impose), ou alors on ajoute un peu d'agar-agar en fin de cuisson. Par dessus ce biscuit enduit de marmelade sucrée, un bel étage de crème fouettée à la tenue parfaite grâce à l'ajout d'un peu de gélatine en poudre. On y met aussi, bien sûr, un peu de marmelade d'orange! Et pour couronner le tout, un étage de segments d'orange fait avec amour et patience... Si vous avez déjà essayé de segmenter une orange, vous savez de quoi je parle. Si non, un petit coup d'oeil à ce vidéo vous donnera une idée de l'ampleur du travail. C'est que les oranges ne sont pas toujours parfaites... Par chez moi, elles sont mutantes! Leurs segments sont tous de grosseur différente et mal alignés, alors impossible de faire de beaux quartiers. Heureusement, 8 oranges et 1 heure et quart plus tard, j'avais suffisamment de beaux segments pour monter mes desserts... Aille, mes pauvres doigts mutilés! hi hi hi. Puis, comme si ce n'était pas assez, on ajoute sur les tians au moment de servir un délicieux caramel à l'orange. Et pour une fois, j'ai fais coloré mon sucre suffisamment pour obtenir un superbe caramel foncé... Enfin, c'était assez limite, parce que j'ai fais la gaffe de laisser mon sucre cuire en allant faire autre chose et quand je suis revenue, il était tout près de brûler! En ajoutant le jus d'orange, la saveur s'est diluée et je me suis retrouvée avec un caramel parfait. Ouf, on l'a échappé belle! Je vous laisse seulement imaginer la saveur parfaite de ces tians... et je peux vous dire qu'avec toutes ces étapes de préparation, ils avaient intérêt à être vraiment bons! Et je n'ai pas été déçue. À la fois frais, riche et fruité, c'est le rêve de tout amateur d'orange! Hôtesse du défi : Jennifer de Chocolate Shavings Source de la recette : Adaptation de Alain Ducasse‘s Cooking School in Paris, France . (The 2010 March Daring Baker’s challenge was hosted by Jennifer of Chocolate Shavings. She chose Orange Tian as the challenge for this month, a dessert based on a recipe from Alain Ducasse’s Cooking School in Paris.) Ingrédients : Pâte sablée 2 jaunes d'oeuf, température ambiante 6 cuillères à table + 1 cuillère à thé (80 grammes) de sucre 1/2 cuillère à thé d'extrait de vanille pure 1/4 de tasse + 3 cuillères à table (100 grammes) de beurre non salé bien froid, en cubes 1/4 de cuillère à thé de sel 1 1/2 tasse + 2 cuillères à table (200 grammes) de farine tout usage 1 cuillère à thé de poudre à pâte Marmelade d'orange 1/4 de tasse + 3 cuillères à table (100 grammes) de jus d'orange fraichement pressé 1 grosse orange (pour les minces tranches d'orange) Eau froide (pour la cuisson des tranches d'orange) 5 grammes de pectine Sucre : le même poids que les tranches d'orange, une fois cuites Segments d'orange 8 oranges Caramel à l'orange 1 tasse (200 grammes) de sucre 1 1/2 tasse + 2 cuillères à table (400 grammes) de jus d'orange Crème fouettée 1 tasse (200 grammes) de crème 35% à fouetter 3 cuillères à table d'eau chaude 1 1/4 cuillère à thé de gélatine en poudre (de type Knox) 1 cuillère à table de sucre en poudre (sucre à glacer) 1 cuillère à table de marmelade d'orange (recette ci-haut) Préparation : Pâte sablée Combiner ensemble la farine, la poudre à pâte, le beurre bien froid en cubes et le sel dans le bol du robot culinaire. Mélanger les jaunes d'oeuf, l'extrait de vanille et le sucre ensemble au fouet dans un second bol jusqu'à obtention d'un mélange pâle et homogène. Verser dans le bol du robot culinaire. Mélanger par pulsations jusqu'à ce que la pâte se rassemble en une grosse boule. Ajouter quelques gouttes d'eau si la pâte est trop friable (mais pas trop!). Former une boule avec la pâte et écraser avec la main en un petit disque. Envelopper de pellicule plastique et régrigérer pour 30 minutes. Après le temps de pause, préchauffer le four à 350F. Recouvrir 2 plaques à pâtisserie de papier parchemin. Réserver. Abaisser le disque de pâte sur un plan de travail fariné jusqu'à une épaisseur de 1/4 de pouce. À l'aide de petits cercles de métal assez hauts ou d'emporte-pièce à biscuits, découper des cercles de pâte et les placer sur les plaques préparées en gardant 1 pouce de distance entre chacun. Enfourner pour 20 minutes, ou jusqu'à ce que les biscuits soient à peine colorés sur le pourtour (comme des sablés). Mettre sur une grille et laisser refroidir complètement. Les biscuits se conservent quelques jours à la température de la pièce dans un contenant hermétique. Marmelade d'orange Couper l'orange en tranches minces. Placer les tranches dans une casserote remplie d'eau froide et amener à ébullition. Baisser le feu puis laisser frémir 10 minutes. Jeter l'eau en conservant les tranches d'orange, remplir à nouveau la casserole d'eau froide et répéter l'opération encore 10 minutes. Puis, jeter l'eau, et remplir une dernière fois la casserole d'eau froide, encore 10 minutes à bouillir, et égoutter les tranches. Les tranches d'orange seront ainsi blanchies 3 fois (pour en enlever l'amertume). Une fois les oranges blanchies, égoutter et laisser refroidir, puis hacher finement les tranches en petits morceaux. Peser les morceaux d'orange et ajouter le même poids en sucre dans une casserole avec les morceaux, le jus d'orange et la pectine. Amener à ébullition sur feu moyen-vif, puis cuire sur feu moyen jusqu'à ce qu'une consistance de confiture soit atteinte (10 à 15 minutes). Verser la marmelade dans un pot, couvrir et conserver au réfrigérateur. La marmelade peut être conservée quelques semaines au frais. Segments d'orange Couper les oranges en segments en suivant cette méthode et en prenant soin de conserver le jus. Placer les segments dans un bol, les aroser du jus, couvrir et réfrigérer jusqu'à utilisation. Caramel à l'orange Verser le sucre dans une casserole et chauffer sur feu moyen sans remuer. Quand le sucre commence à faire des bulles et à mousser, et que le fond devient doré, ajouter doucement le jus d'orange et remuer (pour dissoudre les morceaux de sucre si il y a lieu). Quand le mélange recommence à bouillir, retirer du feu. Verser la moitié du caramel à l'orange sur les segments d'orange et remettre au frais. Conserver l'autre moitié du caramel à l'orange au frais dans un petit bol, pour le montage du dessert. Crème fouettée Mélanger ensemble la gélatine et l'eau chaude dans un petit bol en remuant jusqu'à dissolution complète. Laisser refroidir pendant la préparation de la crème fouettée. Dans un bol bien froid et avec des batteurs froids (réfrigéré 30 minutes à l'avance), verser la crème et battre au batteur électrique à basse vitesse durant 1 minute. Ajouter le sucre en poudre et augementer la vitesse à moyen-haute. Battre la crème jusqu'à ce que les batteurs laissent des traces visibles dans la crème, puis ajouter la gélatine refroidie. Continuer de battre jusqu'à ce que la crème soit légère et gonflée et forme des pics mous. Incorporer la marmelade d'orange et mélanger doucement. Monter les desserts immédiatement. Montage Recouvrir une plaque à pâtisserie de papier parchemin (elle doit pouvoir entrer dans le congélateur). Placer 6 cercles de métal ou emporte-pièce à biscuits (les mêmes utilisés pour faire la pâte sablée) sur la plaque. Égoutter les segements d'orange sur du papier absorbant. Arranger ensuite les segments au fond de chaque cercle en format des cercles concentriques de l'extérieur jusqu'au centre et en prenant soin de bien remplir toute la surface (pour ne pas faire de trous). Ils doivent donc se chevaucher légèrement. Ajouter ensuite quelques cuillères de crème fouettée sur chaque fond d'orange (une belle couche...) en prenant soin de bien l'étendre et de lisser la surface. Il faut garder environ 1/4 de pouce libre dans le haut du cercle de métal. Étendre une couche de marmelade sur chaque biscuit de pâte sablée. Placer ensuite les biscuits sur la crème fouettée (côté tartiné de marmelade vers le bas, pour toucher la crème) et presser doucement pour compacter le dessert. Placer la plaque avec les desserts au congélateur durant 15 minutes. Pendant ce temps, faire chauffer la portion restante de caramel à l'orange dans une casserole sur feu doux jusqu'à ce qu'il épaississe et nappe le dos de la cuillère (environ 10 minutes) Après le temps de pause, utiliser un petit couteau pour faire le tour des cercles et décoller le tian des parois. Placer ensuite une assiette à dessert par dessus chaque cercle et retourner le dessert à l'endroit avec l'assiette en dessous. Retirer doucement l'emporte-pièce. Verser une bonne grosse cuillère de caramel à l'orange sur le dessert et servir immédiatement. Conserver les portions non mangées au frigo, dans leur emporte-pièce, et démouler avant de déguster. Temps de préparation : 2 heures 30 minutes Temps de cuisson : 20 minutes au four + 1 heure sur la cuisinière Temps de pause : 30 minutes + 15 minutes Quantité obtenue : 6 à 10 portions (selon les emporte-pièce)

Source: jasminecuisine.blogspot.com

Après vous avoir fait voyager les dernières semaines, de l' Afrique du Sud à Belle-Ile , en passant par le Périgord , c'est tout simplement du côté de Brest que je vous invite aujourd'hui... eh oui, tout simplement en bas de chez moi. Quand on parle de Brest on pense immédiatement arsenal, port militaire, météo (mais si, j'ai très bien entendu ce que vous murmurez!), mais savez-vous que Brest c'est aussi une rade immense, plan d'eau idéal pour les amateurs de nautisme. De plus, ce plan d'eau très abrité est navigable toute l'année. Véritable mer intérieure, la rade recèle de nombreux trésors:paysages à couper le souffle, petits ports secrets, iles mystérieuses, rivières à remonter. La meilleure façon de la découvrir: embarquer à bord d'un des bateaux qui proposent des croisières ou qui assurent des liaisons maritimes entre Brest et la presqu'ile de Crozon. Et pour illustrer ces promenades en mer, je ne pouvais pas vous proposer autre-chose qu'une recette de poisson. Attention, pas un poisson sophistiqué, mais du maquereau, celui que vous allez peut-être pêcher cet été en laissant trainer une ligne derrière votre bateau! J'ai trouvé cette recette sur un des derniers "Saveurs". Elle est extraite du livre " Nature " co-écrit par Alain Ducasse et Paule Neyrat. J'ai apporté quelques modifications, remplacé le fenouil par du céleri, ajouté du vin blanc. Le résultat est savoureux, très loin des maquereaux au vin blanc que l'on achète en boite. Ici ils sont mi-cuits, très moelleux et parfumés par les épices et les aromates de la marinade. Une recette idéale pour l'été! Arriver à Brest par la mer, cela se mérite. Il faut être bien équipé de cartes et d'instruments de navigation pour passer de la mer d'iroise (Océan Atlantique) à la rade. Le passage qui se nomme le "Goulet de Brest" ne mesure par endroits pas plus de 1,8 km, et les obstacles, visibles ou invisibles sont nombreux. Les abords du port de plaisance de Brest, le Moulin-Blanc, ont été récemment réaménagés. Terminés depuis juillet 2009 les travaux ont permis une véritable cure d'embellissement du port avec des promenades, et surtout la rénovation ou la création de bars et de restaurants avec terrasses et vue imprenable sur les bateaux. Figure de proue du Moulin Blanc, le bar restaurant " Le Tour Du Monde " (créé en 1993 par Olivier de Kersauson) reste un incontournable pour ceux qui veulent boire un verre ou se restaurer dans une ambiance jeune et décontractée. Plutôt calme en journée, l'ambiance devient celle d'un club de nuit les soirs de week-end (bonne musique et ambiance garantie!). Le pont de Plougastel  (ou pont Albert Louppe): il permet de franchir l'embouchure de l'Elorn dans le fond de la rade de Brest. Ce pont, monument "historique" de la région est désormais réservé aux piétons et aux deux-roues. Il a été doublé en 1994 par un deuxième pont plus moderne, le pont de l'Iroise. Maquereaux Marinés au Vin Blanc et à l'Orange Pour 4 personnes: 4 petits maquereaux (lisettes) 2 oranges non traitées 4 petits oignons blancs 2 belles branches de céleri 1 cc de graines de coriandre 1 filet d'huile d'olive 1 petit verre de vin blanc sec 1 cc de mélange 5 poivres 1 belle carotte quelques herbes fraiches (persil, coriandre, aneth...) Levez les filets de maquereaux (ou faites-le faire par votre poissonnier). Enlevez les petites arrêtes à l'aide d'une pince. Rincez et épongez sur du papier absorbant. Déposez les filets dans un grand plat. Rincez les oranges et prélevez le zeste de l'une d'elles. Coupez le en petits bâtonnets (julienne) puis plongez-les dans l'eau bouillante. Egouttez et plongez immédiatement dans l'eau froide. Recommencez l'opération deux fois (cela enlève l'amertume). Répartissez les zestes sur les filets de poisson. Pressez le jus des deux oranges, réservez. Epluchez, lavez et émincez en rondelles les oignons, les carottes et les branches de céleri. Chauffez une cocotte avec un filet d'huile d'olive, faites y revenir, sans colorer, tous les légumes pendant 2 minutes. Salez légèrement, ajoutez la coriandre et les poivres. Versez le jus des oranges et le vin blanc et cuisez 5 minutes à petits bouillons. Versez le contenu de la cocotte sur les filets de maquereau. Couvrez immédiatement et bien hermétiquement avec un film ou un papier alu pour bien garder la chaleur. Laissez les filets de maquereaux refroidir dans leur jus de cuisson pendant 1 heure à température ambiante, puis entreposez au frigo jusqu'au moment de déguster. Au moment de servir, ciselez quelques herbes fraiches et répartissez sur le plat. Le bon accord mets-vins: Servez avec ces filets de maquereaux un muscadet sur lie ou un entre-deux-mers.

Source: devousamoi-dominique.blogspot.com

Une très bonne recette tirée du bouquin "Le livre des pâtes" aux éditions d'Alain Ducasse Un ouvrage qui nous propose un tour d'horizon des pâtes. Sous influence méditerranéenne ou asiatique, les recettes paraissent savoureuses et originales: -conchiglioni, crème roquefort et mangue -taglierini en carpaccio de foie gras et truffes noires -riccioli aux endives, stilton et granny smith -soba aux légumes et thé noir -tagliatelle de riz, filets de dorade, ail thaï, jus d'agrumes et noisettes -udon aux pointes d'asperges vertes, pistou d'algues et crevettes -udon frites au safran, fromage blanc et miel -spaghettini caramélisés au cacao et glace mascarpone -lasagne de pommes, lait de coco et safran -lasagne en fraisier contemporain -ravioli de chocolat crousti-fondants etc, etc, etc Il a été difficile de choisir une recette tant elles m'ont presque toutes donné l'eau à la bouche. Finalement, j'ai opté pour celle avec des pâtes à l'encre de seiche tout bêtement car je n'en ai jamais mangées ! Et comme le frigo gorgeait d'oeufs, la recette tombait à pic. Il s'agit d'un plat typique de la région de Naples. La veille, on mange les spaghetti aux tomates et le lendemain, on fait une omelette avec les restes ! D'habitude, on utilise des spaghetti ordinaires, mais les spaghetti noirs font un joli contraste visuel avec l'omelette. Succulent ! Entrée pour 4 personnes: 100 g de spaghetti noirs (j'ai utilisé des tagliolini) 5 tomates mûres 1 gousse d'ail 1 branche de basilic 8 oeufs 50 g de parmesan râpé 30 g de beurre vinaigre balsamique (de la crème balsamique pour moi) huile d'olive sel et poivre Monder les tomates. Les couper en quatre, retirer les pépins et hacher finement la pulpe. Peler l'ail et l'écraser. Le faire dorer dans une sauteuse avec de l'huile d'olive. Ajouter la branche de basilic et la pulpe de tomate, saler et poivrer. Faire réduire la sauce 3 minutes à feu doux, retirer du feu, ôter l'ail et le basilic. Faire cuire les pâtes 7 minutes dans de l'eau bouillante salée (si vous utilisez des taglioni, le temps de cuisson et d'environ 4 minutes). Egoutter et verser dans la sauce tomate. Poursuivre la cuisson 5 minutes à feu vif en remuant puis laisser refroidir. Préchauffer le four à 180C. Casser les oeufs dans un saladier, ajouter le parmesan, du sel et du poivre puis battre le tout au fouet. Fondre le beurre dans une poêle antiadhésive. Verser les spaghetti aux tomates, puis les oeufs battus. Cuire 5-6 minutes au four à 180C en contrôlant la cuisson des oeufs. Laisser reposer l'omelette ainsi obtenue pendant 5 minutes, puis couper en bâtonnets. Les dresser sur une assiette et arroser d'un filet de vinaigre balsamique.

Source: yeuxfriandsetbouchebee.blogspot.com

Alors pour cette recette je me suis largement inspirée du jarret de veau façon ''Ducasse'' dont j'ai retrouve une vidéo faite par une bloggueuse ( j'ai pas encore bien vérifié ça , j'avoue ) Je pourrais me contenter de vous filer le lien , mais je préfère quand même vous en expliquer les étapes pour ne rien rater .Et je peux vous promettre que vous allez faire chez vous des adeptes qui vous donneront leur vie pour leur préparer ce plat ( le préféré de mon beau fils ) Ingrédients Gigot ou jarret de veau 1.5 kg 1 cc de ras el hanout 3 carottes en rondelles 3 oignons émincés 3 gousses d'ail  6 cs de vinaigre balsamique 4 cs de miel 1/2 litre de bouillon de veau poivre , sel selon le goût Préparer son gigot afin qu'il rentre dans une marmite , qui doit absolument être en aluminium ou en tout cas dans une matière qui peut passer au four ( ou un tajine ) .Moi j'ai du couper mon gigot en deux parties , et je l'ai soupoudre de ras el hanout .Ensuite je l'ai fait saisir dans une marmite avec un fond d'huile d'olive. Reserver. Mettre les oignons émincés dans la marmite avec un fond d'huile , bien les imprégner et laisser dorer  puis déposer dessus votre gigot .Bien le laisser colorer sans y toucher pour qu'il prenne une jolie coloration. (a feu vif ) Rajouter vos gousses d'ail par-dessus et attendre vraiment que votre gigot soit bien colore.Rajouter les rondelles de carottes et le poivre . Laisser saisir encore quelques minutes puis déglacer avec le vinaigre balsamique puis 5 minutes après rajouter le miel et le bouillon de veau .Porter a ébullition. Couvrir et mettre dans un four préchauffé a 160 degrés pour une durée de 2 heures environ . Vérifier la cuisson de temps a autre , en arrosant et en retournant la viande . Quand c'est cuit , retirer délicatement le gigot et le réserver de cote sous du papier aluminium pour ne pas qu'il refroidisse .Remettre le fond de sauce sur le feu pour faire épaissir . Servir dans un grand plat avec la sauce séparée ou tout autour . Bon appétit Kelt Pour les curieuses voici le lien de la video du  Jarret de veau facon Ducasse

Source: cuisinedenana.blogspot.com

Et oui, depuis ma formation à l’École Ducasse, il m'en a fallut du temps et de la pratique pour réussir chez moi de beaux macarons, avec une belle collerette et à la coque bien lisse! Alors, par ma propre expérience et pour en avoir discuté autour de moi, ne vous étonnez pas de ne pas réussir vos macarons du premier coup... Pour moi, il a fallut environ 3 ou 4 essais... mais quelle satisfaction quand on y arrive!! Et j'ai essayé de changer un peu côté saveurs... De beaux macarons à la bergamote! Avant toute chose, pour ne pas paniquer pendant la préparation des petites mignardises, pesez et préparez bien vos ingrédients à l'avance et organisez votre plan de travail pour ensuite n'avoir simplement qu'à faire les mélanges. Je vous conseille également de préparer vos ganaches ou marmelades, etc. à l'avance, avant même de commencer vos coques de macarons. Et surtout ne soyez pas pressé, prenez votre temps! Allez, hop, on se lance! Pour environ une quinzaine de macarons à la bergamote: - Macaronnade 55g de poudre d'amande / 112,5g de sucre glace / 63g de blancs d’œufs (environ 2 blancs d’œufs) / 25g de sucre semoule / 5 gouttes de colorants jaune - Ganache Bergamote 45g de crème liquide / 47g de lait / 10g de thé à la bergamote infusé / 22g de lait / 7g de Maïzena / 55g de chocolat blanc / 38g de beurre > Pour la ganache à la bergamote: mélangez la Maïzena avec les 22g de lait. A côté, dans une casserole, à feu doux, faites bouillir la crème et les 47 g de lait ainsi que le thé infusé. Ajoutez à la casserole, le mélange à la Maïzena sans cesser de fouetter. Le mélange ne doit pas avoir de grumeaux. Laissez cuire environ 45 secondes. Pendant ce temps, dans un grand bol, disposez le chocolat blanc en morceaux. Versez la crème chaude sur le chocolat blanc et mélangez à l'aide d'une spatule pour obtenir un mélange homogène. Ajoutez ensuite le beurre et continuez à mélanger pour obtenir une ganache bien lisse. Réservez à température ambiante ou au frigo s'il fait très chaud. > Pour la macaronnade: Préchauffez votre four à 150°C en chaleur tournante. Dans un robot, mixez la poudre d'amande et le sucre glace pendant environ 15 secondes. Tamisez le mélange. Dans un saladier, montez les blancs en neige bien ferme (sans sel!) en les sucrant avec le sucre semoule petit à petit (en trois fois environ) . Sans cessez de battre les blancs, ajoutez le colorant et continuez de mélanger afin d'obtenir une couleur unie sur tous les blancs. Incorporez ensuite les poudres aux blancs en neige en faisant des gestes amples et circulaires, jusqu'à ce que le mélange soit homogène. Commencez à faire retomber vos blancs en faisant de petit cercles jusqu'à ce que la masse soit élastique et brillante, pendant environ 5 secondes. Cette étape s'appelle le macaronnage, à mon avis c'est l'étape la plus difficile et la plus décisive pour la réussite de vos macarons. En fait, il faut à la fois casser vos blancs en neige sans pour autant les faire totalement retomber... Cela demande de l'expérience... A mon sens il faut l'avoir fait une ou deux fois au moins pour sentir à quel moment le macaronnage est réussi et qu'il ne faut plus macaronner. Remplir une poche à douille de cette macaronnade et sur une feuille de papier sulfurisé, formez des ronds de la taille d'environ une pièce de 2€. Laissez la pâte à macaron reposée à l'air libre pendant 30 minutes, c'est le croûtage. Une fois la pâte croûtée, cuire les coques pendant 13 minutes au four. Au fil de la cuisson, vous devriez voir apparaître sur le bord des coques à macarons, une belle collerette dentelée. A la sortie du four, laissez refroidir les coques avant de les décoller du papier. > Pour le dressage: Remplir une poche à douille de la ganache bergamote et disposer la ganache sur la face d'une coque en laissant un rebord d'environ 0,5cm. Recouvrir la ganache avec une deuxième coque et appuyer légèrement. Et voilà, vous avez fait vos macarons! Régalez vous! Et surtout, pas de déception, si vos macarons n'ont pas la belle coque bien lisse que vous espériez, ce n'est pas grave, sauf cas de gros ratage, vos macarons ont toujours un très bon goût, c'est juste l'aspect qui est très difficile à obtenir! C'est ça la cuisine, des essais et des rattrapages, mais surtout du plaisir! Si vous êtes vraiment fan de macarons et que vous voulez avoir les petites astuces de chefs, je vous conseille vivement les ateliers macarons à l’École Ducasse!

Source: onyvapasavecledosdelacuillere.blogspot.com

Le 12 février dernier j'ai eu la chance de participer à un cours de pâtisserie à l’École d'Alain Ducasse sur le thème des MACARONS! Au programme: macarons passion-bergamote ( un délice ), pistache-safran, nutella-cacahuète, framboise-tomate. Une expérience top, avec du matériel de pro (four dont la température est réglable au °C. près et qui ne varie jamais, batteur électrique high tech ( en vente à 200€ dans le commerce, j'ai renoncé... ), etc.) En plus on a le droit au petit tablier Ducasse, une pochette avec le récapitulatif des recettes et un petit coffret rempli de macarons que l'on vient de faire pour ramener à la maison! Je vous mets l'adresse du site de l’École, c'est pas donné mais ça vaut le coup! Tchao! http://www.ecolecuisine-alainducasse.com/

Source: onyvapasavecledosdelacuillere.blogspot.com

Après l'entrée, voici le plat de résistance préparé pour la Saint Valentin, le Magret de canard à l'orange. J'adore le magret de canard, c'est fin et il y a plein de façons de le préparer. Il se mange rosé. Cela me fait penser à une petite histoire qui me fait bien rire, ainsi que mes anciennes collègues de bureau... Je vous la raconte? Bon ok!  Nous allions déjeuner au restaurant et j'avais euh, comme un peu souvent, la tête ailleurs ou je ne sais pas trop... Bref, on regarde la carte et on passe commande au serveur...   Moi : je vais prendre un magret de canard Le serveur : rosé? Moi : non merci je vais rester à l'eau. Là tout le monde éclate de rire devant la tête du serveur, je reste perplexe... Puis je comprends qu'il me parlait de la cuisson du magret, pas de vin! Du coup, j'éclate de rire aussi et confirme, rosé évidement! J'ai adapté la recette qui suit en fonction du fait que nous étions deux, la Saint Valentin c'est à deux non? Cela donne des chiffres un peu bizarre mais en faites au pif. N'ayant pas trouvé de macis en poudre je l'ai remplacé par du gingembre. J'ai accompagné le magret de navets tranchés finement.  Les photos ne rendent pas super bien, les assiettes étaient super chaudes. Magret de canard à l'orange   Ingrédients : 17 cl de jus d'orange 35 grs de miel 17 cl de vinaigre de xérès 1 c.à.c/teaspoon de maïzena 25 cl de vin rouge 1 magrets de carnard de 400 grs 17 grs de miel Huile d'olive Beurre Sel, poivre 5 navets coupés en tranche fine Huile d'olive 2 c.à.s/table spoon de quatre-épices 1 c.à.c/teaspoon de gingembre en poudre Préparation : Préparer la sauce en premier, car plus elle réduit meilleur c'est! Mélanger les épices dans un bol et réserver. Dans une sauteuse mélanger le miel et le jus d'orange, faire réduire jusqu'à une consistance sirupeuse à feu moyen. Mettre le vin dans un casserole et le faire chauffer. Ajouter le vinaigre au mélange miel/orange, faire réduire de moitié à feu vif. Faire flamber le vin avec une allumette puis l'ajouter au mélange miel/orange/vinaigre. Faire réduire encore de moitié à feu vif. Ajouter la maïzena, mélanger bien pour éviter au maximum la formation de grumeaux. Laisser réduire jusqu'à ce que la sauce épaississe. Ajouter une cuillère à soupe du mélange d'épices. Réserver au chaud. Si vous avez des grumeaux passer la sauce au chinois en appuyant bien pour que la sauce passe à travers les petits trous. Éplucher les navets, les couper en tranches fines, les faire cuire dans un peu d'huile d'olive jusqu'à ce que les tranches prennent une belle couleur et réserver au chaud. Enlever un peu de graisse du magret de canard, inciser le reste du gras sans toucher la chair, huiler le magret et le faire rouler le magret dans le restant du mélange d'épices. Enlever l’excédant d'épices si nécessaire. Dans une poêle faire chauffer un peu de beurre, puis cuire à feu moyen le magret 7 minutes côté peau et 3 minutes côté chair. Pour servir, couper le magret en tranches, les disposer dans l'assiette gras sur le dessus, verser la sauce dessus et mettre les navets à côté. Source : La Cuisine de Ducasse par Sophie, Les éditions d'Alain Ducasse

Source: unepinceedeceline.blogspot.com

Cette charlotte a été dégustée et fortement appréciée à la fin d'un de mes repas d'anniversaire. Vous ne fêtez pas plusieurs fois, vous ? Elle est légère, peu sucrée et acide juste comme il faut. Un gros coup de cœur culinaire que je referai très certainement, en essayant de remplacer la gélatine par de l'agar agar. La recette est tirée du livre " 190 cours illustrés à l'école de cuisine Alain Ducasse ". Je cherchais un livre un peu plus technique tout en restant abordable pour le cuisinier amateur. Ce livre répond parfaitement à mes attentes ; les recettes sont classées selon leur difficulté et les étapes de la réalisation sont hyper détaillées. Un bémol néanmoins : sur les 3 recettes testées, au moins une présente un manque de précision. Alors, soit c'est moi, soit certains secrets de fabrication doivent être préservés. Mis à part ce point, c'est un livre qui permet d'aller plus loin ; je sens que vous allez avoir droit à d'autres réalisations dans les prochains temps :-) Charlotte aux agrumes (dessert à faire la veille) Ingrédients pour un moule à charlotte Pour la gelée d'orange (une partie de la gelée va être coulée en disques qui intégreront la charlotte, l'autre partie servira à imbiber les biscuits) - 400g de jus d'orange - 2 oranges non traitées - 10g de gélatine (5 feuilles) - 180g de sucre - 45g de jus de citron (environ 2 citrons) Ramollir la gélatine dans un bol d'eau froide pendant 5 minutes. Zestez les 2 oranges. Faites chauffer un peu du jus d'orange. Hors du feu, incorporez la gélatine égouttée. Ajoutez le reste du jus d'orange, les zestes, le sucre et le jus de citron. Laissez infuser à température ambiante pendant 1 heure. Prélevez les suprêmes des 2 oranges zestées : coupez les extrémités d'une orange, posez l'orange bien à plat et pelez la à vif à l'aide d'un couteau bien aiguisé. Glissez ensuite le couteau entre les peaux afin de détacher les suprêmes. La recette dit ensuite de couler un disque de gelée et de garder une partie pour imbiber les biscuits. Ok, mais combien ? Pas de précision ... J'ai choisi de faire 2 disques de gelée, et de garder environ 1/4 pour l'imbibage. Chemisez 2 boites tupperware d'un diamètre inférieur à l'intérieur de la charlotte avec du film plastique. Coulez y environ 3/4 de la gelée d'orange. Coupez les suprêmes d'une orange en morceaux, et répartissez les sur les disques de gelée. Faites prendre au congélateur pendant 1 heure (trop facile ce samedi, j'ai tout placé sur le rebord de la fenêtre !). Pour la mousse au citron - 1 citron non traité, zeste et 20g de jus - 2g de gélatine (1 feuille) - 35g de sucre - 150g de fromage blanc - 150g de crème fleurette Zestez et pressez le citron. Faites ramollir la gélatine dans un bol d'eau froide pendant 5 minutes. Chauffez le jus de citron. Hors du feu, incorporez la gélatine égoutté, puis le sucre, le zeste et le fromage blanc. Montez la crème en chantilly et mélangez la délicatement à l'appareil au citron. Pour la finition - une trentaine de biscuits cuillère - le bouquin dit : un zeste de citron vert pour le décor, et 100g de gelée de pommes ou d'abricot, j'ai complètement oublié ! Trempez les biscuits dans le reste de la gelée d'orange, posez les sur une grille pour les égoutter. Tapissez le bord d'un moule à charlotte, coté sucré des biscuits vers l'extérieur. Tapissez ensuite le fond, coté sucré vers l'intérieur. Colmatez les trous avec des morceaux de biscuits. Versez une couche de crème au citron. Renversez un disque de gelée d'orange, versez un peu de mousse, le deuxième disque, puis le reste de mousse. Finissez avec une couche de biscuits imbibés, coté sucré à l'intérieur de la charlotte. Couvrez, et placez au frais pour 12 heures. Au moment de servir Démoulez la charlotte sur une belle assiette. Disposez le reste des suprêmes sur le dessus et servez de suite. Pour améliorer la déco, vous pouvez faire chauffer la gelée et la badigeonner au pinceau sur les suprêmes pour les rendre brillants, et râper le zeste du citron vert par dessus.

Source: secotinemaligne.blogspot.com

Des panisses pour faire venir le soleil....jusqu'à nous Puisqu'il paraît qu'il est sur la côte méditerranéenne ! Ces panisses sont servies à l'apéritif avec une sauce fromage de chèvre, suggérée par le chef Alain Ducasse. Des petites bouchées croustillantes qui ont réjoui certains habitants de côte Ouest, puisque c'est ici que j'habite et je les initie très souvent à cette cuisine méditerranéenne que j'aime tant ! Les panisses sont très connues à Marseille surtout. Ici l'originalité vient de la sauce : fromage de chèvre. Ingrédients : 125 g de farine de pois chiche 15 g de beurre 1 filet d'huile d'olive 50 cl d'eau Pour la sauce : 1 faisselle de fromage de chèvre avec son lait 1 branche de basilic (j'ai pris du congelé) 1 branche de coriandre 2 gousses d'ail hachées finement 1 filet d'huile d'olive 1 belle poignée de pépins de courge (prévoyez large...c'est si bon...) Sans thermomix ou robot chauffant : Faire chauffer la moitié de l'eau, l'huile, le beurre, Diluer le restant d'eau avec la farine faire cuire en faisant chauffer jusqu'à 20 mn environ Mettre alors cette pâte dans un moule et laisser refroidir plusieurs heures. Lorsque la pâte est bien prise, après plusieurs heures la retourner sur une planche à découper détailler en allumettes Mettre l'huile à chauffer Lorsqu'elle est bien chaude déposer les panisses bien séchées au papier absorbant et les faire dorer dans tous les sens. Faire torréfier dans une poêle les graines de courge. Pour cela les mettre dans une poêle à sec en surveillant bien, elles doivent dorer mais ne surtout pas noircir. Saler.. Pendant ce temps, préparer la sauce en mélangeant tous les ingrédients, y ajouter les graines Servir brûlant....s'imaginer sur une place bien ensoleillée à Marseille, devant un verre de vin rosé bien frais sans abus ! bien sûr.... Ah....les graines de courge salées, torréfiées, prévoyez large... seules servies ainsi elles vont faire un tabac ! si, si, vous allez voir Pour obtenir la recette au thermomix, en faire la demande à unefaimdeloup@gmail.com

Source: unefaimdeloup.blogspot.com

Un apéritif économique, idéalement frais, aux fruits de saison, à déguster avec modération durant les journées estivales. Figues fraîches, orange, mûres, fraises, pêche, eau de rose, eau de fleurs d'oranger, miel et vin blanc moelleux... un rêve d'apéro... Sangria blanche aux fruits de saison, eaux florales, miel tracy ducasse Recette de sangria blanches aux fruits de saison, arômes de fleurs d'oranger, de rose, miel 2 figues fraîches ½ orange 5 mûres, 5 fraises, 1 pêche 50 ml d’eau de rose 10 ml d’eau de fleur d’oranger 2 cas de miel 1 ½ l de vin blanc moelleux glaçons Préparation : Versez le vin blanc dans une casserole, avec l’eau de fleur d’oranger, le miel, l’eau de rose. Faites chauffer à feu doux, tout en remuant. Portez à ébullition et retirer du feu, laissez refroidir. Coupez les fruits en petits morceaux, versez dans la casserole, avec le vin blanc, faites cuire à feu doux. Mélangez intimement, lorsque les fruits se décomposent, retirez du feu et laissez refroidir. Laissez reposer 24 heures, puis filtrez. Mettez en bouteille et conservez au frais pendant trois jours. Servez très frais avec des glaçons. A lire : une sélection de recettes pour l'apéro

Source: streetfoodetcuisinedumonde.blogspot.fr

Pizza aux courgettes et au Sainte-Maure de Touraine selon Alain Ducasse Mon mari a horreur des courgettes, pour lui en faire manger c'est la croix et la bannière ! Quelle ne fût pas ma surprise quand, il y a quelques jours, alors qu'il lisait un article il me dit : " ah tiens, des courgettes faites comme ça je veux bien en manger..."! Et il me montre une vidéo avec une recette de pizza signée Alain Ducasse, agrémentée de chèvre de Sainte-Maure de Touraine AOP . Je ne sais pas si c'est à cause du fromage qui vient de notre région (la Touraine) ou de la signature du chef que ses papilles ont été éveillées, en tout cas l'occasion était à saisir d'urgence ! Très motivé, il est allé acheter un Sainte-Maure de Touraine tandis que je préparais une pâte à pizza (il faut battre le fer quand il est chaud), puis je m'en suis allée cueillir des courgettes et du thym au jardin. Le temps aussi de préparer des pétales de tomates confits et le soir même nous avons dégusté cette excellente et très graphique pizza de Chef. Et bien croyez-le ou non Monsieur a a-do-ré (et moi aussi )!!! Comme quoi, il ne faut jamais désespérer... Allez je vous donne la recette ! Pour 4 personnes - Préparation : 20 mn - Cuisson : 1h30 mn +20 mn 1 pâte à pizza de 400 g ( recette ici ) Pétales de tomates confits 3 tomates huile d'olive thym frais sel, Poivre du moulin sucre en poudre Marmelade de courgette 4 courgettes vertes 1 bouquet de basilic 1 gousse d'ail 1 brin de thym Garniture 1 oignon blanc 1 Sainte­-Maure de Touraine AOP frais cendré 8 pétales de tomates confites 1 douzaine d' olives noires dénoyautées 1 - Ébouillantez les tomates quelques secondes. Pelez-les, coupez-les en quartier et enlevez les graines. Déposez-les sur une plaque munie de papier cuisson, arrosez-les d'un filet d'huile d'olive. Salez, poivrez et sucrez légèrement. Saupoudrez de thym et mettez au four à 90°C environ 1 h 30 mn. 2 - Rincez les courgettes. Détaillez deux courgettes en petits dés et le reste en fines rondelles. Effeuillez et ciselez le basilic. Faites chauffer un filet d'huile d'olive dans une sauteuse et faites revenir la brunoise de courgettes avec l'ail simplement incisé et le thym. Assaisonner de sel puis cuisez à couvert pendant 10 minutes. Écrasez les courgettes à la fourchette, ajoutez le basilic et mélangez. 3 - Préchauffez le four à 180 °C . Fariner légèrement le plan de travail et abaisser la pâte à pizza en rectangle sur 4 mm d'épaisseur. Déposez-la sur une plaque beurrée et enfournez 3 minutes . Étalez la marmelade de courgette sur la pâte et parsemez la moitié de l'oignon émincé dessus. Disposez le Sainte-­Maure de Touraine coupé en tranche en intercalant avec les rondelles de courgette et les tomates confites. Agrémenter du reste d'oignon et d'olives. Enfourner de nouveau pendant 15 à 20 minutes, le fromage doit légèrement blondir. 4 - Assaisonnez la pizza avec de la fleur de sel, du poivre du moulin et un filet d'huile olive. Servez chaud. Le petit plus... Nous avons dégusté notre pizza avec un verre de Touraine blanc bien frais. Source : Le Point

Source: lasoupealacitrouille.blogspot.com

Copyright 2017 ® - Contact