soupe diete benoit gagnon | cote de veau normande spaghettis | lasagne roulée ricardo | plat arabe avec cebette | recette de petit pain pilsbury | smoothie fruit des bois simple
Se Connecter

Connectez-vous pour recettes24 pour enregistrer vos recettes préférées

Si vous n'êtes pas encore enregistré(e), inscrivez-vous maintenant!

Mot de passe oublié?

Encore en vacances jusqu’à la mi-août, je ne puis m’empêcher de vous faire un petit coucou avant de retourner dans mon jardin, loin de l’ordi, encore pour quelques jours. Le motif de cette brève apparition : la reprise d’un billet que j’ai publié en 2010 et qui présentait la Caponatina aux raisins secs et aux pignons du chef Alain Ducasse (source : livre Nature : Simple, sain et bon ). Il y a des recettes qui méritent une deuxième diffusion parce qu’elles sont exceptionnelles et celle que je reprends aujourd’hui figure parmi celles-là. Voici ce que j’en disais dans mon billet de l’époque  : Arrivée à la maison, le panier plein de ces beaux légumes, je me suis lancée dans la caponatina du chef Ducasse et j'ai suivi sa recette à la lettre. Fabuleux, merveilleux, la perfection en bouche! Mais ce qu'il faut retenir avant de s'engager dans cette recette, c'est que tous les légumes sont d'abord revenus à la poêle séparément pour ensuite se retrouver dans une cocotte genre  Le Creuset  pour terminer leur cuisson au four. L'idéal, c'est d'être deux pour la réaliser. Épouxcurien a coupé et moi j'ai fait revenir.  La caponatina se sert chaude ou froide, en légumes d'accompagnement d'une viande ou d'un poisson. Elle peut être délicieuse sur des pâtes. Aujourd'hui, j'ai décidé de garnir ma pizza de cette ratatouille colorée. Et cela s'est avéré tout à fait succulent! À tout bientôt! Lou Caponata du chef Ducasse 4 à 6 portions huile d'olive 2 poivrons rouges épluchés avec un économe 2 poivrons jaunes épluchés avec un économe 4 courgettes 2 oignons blancs 3 aubergines (couper les aubergines juste avant de les faire revenir pour éviter l'oxydation) 1 bonne poignée de raisins secs (j'ai mis une petite poignée), préalablement trempés dans l'eau quelques minutes et bien épongés 3 c. à soupe de pignons de pin, légèrement dorés dans une poêle anti-adhésive (à feu moyen/fort : surveiller la cuisson attentivement) 20 olives noires dénoyautées (je les ai déchirées en deux avec les doigts) 20 tomates cerises coupées en deux sur le long 8 filets d'anchois au sel, rincés et épongés (j'ai mis les 8 et pour ceux qui ne les aiment pas, allez-y quand même avec les 8, le goût ne s'avérant pas prononcé une fois la cuisson effectuée) 4 gousses d'ail écrasées et hachées grossièrement 2 branches de basilic débarrassées de leurs feuilles (les feuilles sont à conserver pour la finition) 2 brins de thym (libérés de leurs feuilles dans la cocotte, sauf quelques bouts de branches pour faire joli) Couper les poivrons épluchés, les courgettes et les aubergines en petits cubes de 1,5 cm. Les disposer dans des assiettes séparément. Couper les oignons en fins quartiers. Déposer un peu d'huile d'olive dans un petit bol. Avec un pinceau de cuisine, badigeonner d'huile le fond d'une grande poêle. À tour de rôle, faire revenir les légumes, catégorie par catégorie. Entre chaque poêlée, remettre un peu d'huile dans la poêle. Le chef Ducasse recommande de peu huiler, sinon la caponata sera huileuse et ce n'est pas ce que l'on veut. Voilà pourquoi j'ai eu l'idée de recommander l'utilisation du pinceau. Déposer les légumes revenus, au fur et à mesure, dans la cocotte qui ira au four. Pendant que vous faites revenir vos légumes, faire dorer les pignons dans une poêle anti-adhésive, en surveillant bien. Réserver. Ajouter maintenant dans la cocotte, les raisins, la moitié des noix de pin (l'autre moitié est conservée pour la finition), les olives, les tomates, les anchois, l'ail, les branches de basilic et le thym. Couvrir la cocotte et cuire 25 minutes à 315 degrés F (160 degrés C), telle est la recommandation d'Alain Ducasse. Dans mon cas, cela s'est avéré insuffisant. J'ai cuit une cinquantaine de minutes pour une cuisson parfaite. Donc, après 25 minutes de cuisson, il faut surveiller et rajouter peu à peu des minutes, si nécessaires. À la sortie du four, ajouter à la cocotte les noix de pin restantes et les feuilles de basilic que vous aurez déchirées en morceaux. Servir. Le chef indique que les restants de caponata se congèlent très bien. Pizza à la caponata 1 pâte à pizza crue 2 à 3 c. à soupe de sauce tomatée à pizza 3/4 tasse (60 g) de fromage Parmigiano Reggiano râpé finement, mais pas en poudre caponata retirée de la cocotte avec une cuillère à trous afin de l'égoutter Pour la préparation et la cuisson de la pizza, c'est par ici . Disposer sur la pâte crue, d'abord la sauce, ensuite le fromage et terminer par la caponata. Il se peut que vous deviez ajouter 1 à 2 minutes de plus de cuisson que ce qui est proposé plus haut. Surveiller la cuisson en soulevant légèrement la pizza et en regardant dessous. La croûte d'en dessous doit être légèrement dorée, pas plus.

Source: augredumarche.blogspot.com

Une très bonne recette tirée du bouquin "Le livre des pâtes" aux éditions d'Alain Ducasse Un ouvrage qui nous propose un tour d'horizon des pâtes. Sous influence méditerranéenne ou asiatique, les recettes paraissent savoureuses et originales: -conchiglioni, crème roquefort et mangue -taglierini en carpaccio de foie gras et truffes noires -riccioli aux endives, stilton et granny smith -soba aux légumes et thé noir -tagliatelle de riz, filets de dorade, ail thaï, jus d'agrumes et noisettes -udon aux pointes d'asperges vertes, pistou d'algues et crevettes -udon frites au safran, fromage blanc et miel -spaghettini caramélisés au cacao et glace mascarpone -lasagne de pommes, lait de coco et safran -lasagne en fraisier contemporain -ravioli de chocolat crousti-fondants etc, etc, etc Il a été difficile de choisir une recette tant elles m'ont presque toutes donné l'eau à la bouche. Finalement, j'ai opté pour celle avec des pâtes à l'encre de seiche tout bêtement car je n'en ai jamais mangées ! Et comme le frigo gorgeait d'oeufs, la recette tombait à pic. Il s'agit d'un plat typique de la région de Naples. La veille, on mange les spaghetti aux tomates et le lendemain, on fait une omelette avec les restes ! D'habitude, on utilise des spaghetti ordinaires, mais les spaghetti noirs font un joli contraste visuel avec l'omelette. Succulent ! Entrée pour 4 personnes: 100 g de spaghetti noirs (j'ai utilisé des tagliolini) 5 tomates mûres 1 gousse d'ail 1 branche de basilic 8 oeufs 50 g de parmesan râpé 30 g de beurre vinaigre balsamique (de la crème balsamique pour moi) huile d'olive sel et poivre Monder les tomates. Les couper en quatre, retirer les pépins et hacher finement la pulpe. Peler l'ail et l'écraser. Le faire dorer dans une sauteuse avec de l'huile d'olive. Ajouter la branche de basilic et la pulpe de tomate, saler et poivrer. Faire réduire la sauce 3 minutes à feu doux, retirer du feu, ôter l'ail et le basilic. Faire cuire les pâtes 7 minutes dans de l'eau bouillante salée (si vous utilisez des taglioni, le temps de cuisson et d'environ 4 minutes). Egoutter et verser dans la sauce tomate. Poursuivre la cuisson 5 minutes à feu vif en remuant puis laisser refroidir. Préchauffer le four à 180C. Casser les oeufs dans un saladier, ajouter le parmesan, du sel et du poivre puis battre le tout au fouet. Fondre le beurre dans une poêle antiadhésive. Verser les spaghetti aux tomates, puis les oeufs battus. Cuire 5-6 minutes au four à 180C en contrôlant la cuisson des oeufs. Laisser reposer l'omelette ainsi obtenue pendant 5 minutes, puis couper en bâtonnets. Les dresser sur une assiette et arroser d'un filet de vinaigre balsamique.

Source: yeuxfriandsetbouchebee.blogspot.com

Alors pour cette recette je me suis largement inspirée du jarret de veau façon ''Ducasse'' dont j'ai retrouve une vidéo faite par une bloggueuse ( j'ai pas encore bien vérifié ça , j'avoue ) Je pourrais me contenter de vous filer le lien , mais je préfère quand même vous en expliquer les étapes pour ne rien rater .Et je peux vous promettre que vous allez faire chez vous des adeptes qui vous donneront leur vie pour leur préparer ce plat ( le préféré de mon beau fils ) Ingrédients Gigot ou jarret de veau 1.5 kg 1 cc de ras el hanout 3 carottes en rondelles 3 oignons émincés 3 gousses d'ail  6 cs de vinaigre balsamique 4 cs de miel 1/2 litre de bouillon de veau poivre , sel selon le goût Préparer son gigot afin qu'il rentre dans une marmite , qui doit absolument être en aluminium ou en tout cas dans une matière qui peut passer au four ( ou un tajine ) .Moi j'ai du couper mon gigot en deux parties , et je l'ai soupoudre de ras el hanout .Ensuite je l'ai fait saisir dans une marmite avec un fond d'huile d'olive. Reserver. Mettre les oignons émincés dans la marmite avec un fond d'huile , bien les imprégner et laisser dorer  puis déposer dessus votre gigot .Bien le laisser colorer sans y toucher pour qu'il prenne une jolie coloration. (a feu vif ) Rajouter vos gousses d'ail par-dessus et attendre vraiment que votre gigot soit bien colore.Rajouter les rondelles de carottes et le poivre . Laisser saisir encore quelques minutes puis déglacer avec le vinaigre balsamique puis 5 minutes après rajouter le miel et le bouillon de veau .Porter a ébullition. Couvrir et mettre dans un four préchauffé a 160 degrés pour une durée de 2 heures environ . Vérifier la cuisson de temps a autre , en arrosant et en retournant la viande . Quand c'est cuit , retirer délicatement le gigot et le réserver de cote sous du papier aluminium pour ne pas qu'il refroidisse .Remettre le fond de sauce sur le feu pour faire épaissir . Servir dans un grand plat avec la sauce séparée ou tout autour . Bon appétit Kelt Pour les curieuses voici le lien de la video du  Jarret de veau facon Ducasse

Source: cuisinedenana.blogspot.com

Une recette vraiment bluffante vu le rapport effort-résultat!!! 7minutes top chrono pour une assiette de poisson savoureuse, sans graisses ajoutées et pleine de bonnes choses qui donne un plateau télé de luxe pour se faire du bien. Je l'ai servi avec une salade quelconque de maïs et de carottes râpées mais cela mériterait quelque chose de plus fin comme un risotto doux, comme un sauté de grenailles, comme des pâtes fraîches. Mais pour un vendredi soir en célibataire devant une émission sur Alain Ducasse, c'est parfait! Pour 1 personne: 1 filet de poisson blanc (pangasius) moutarde au choix (piment d'espelette pour moi) quelques pincées d'amandes en poudre quelques pincées de parmesan râpé finement poivre Tartiner un filet de poisson décongelé de moutarde de votre choix, la mienne a du goût mais reste douce pour juste relever délicatement la chair blanche. Saupoudrer de parmesan râpé et de poudre d'amandes, cela va coller à la moutarde. Au pire tapoter pour bien recouvrir toute la surface. Poivrer, ajouter une herbe au choix et mettre 5minutes à puissance moyenne au micro-onde. Vérifier que le poisson est cuit et que la croûte s'est bien faite. Déguster sur le champ.

Source: cellequicuisinait.blogspot.com

#pin-wrapper > a {background-image:none !important;} La plupart du temps quand je cuisine c’est tout seul devant mes fourneaux à moi ou alors juste accompagné par Rantanplan mon chat à l’unique neurone, le neurone qui fait fonctionner sa mâchoire… Mais vu son regard transparent et largement absent, j’ai plutôt l’impression de cuisiner sous l’œil d’une webcam à fourrure plutôt que d’être vraiment accompagné. De temps en temps je la caresse, Rantanplan est une fille, juste pour vérifier si elle est bien avec moi et là selon que le neurone se connecte elle se met subitement à chasser une mouche imaginaire ou si j’ai plus de chance à ronronner furieusement ou je ne sais quoi… la vie avec Rantanplan est une surprise sans fin… Mais c’est pas grave si je suis seul, j’aime ces moments que je passe avec mes instruments et mes ingrédients pendant lesquels mes plus hautes pensées philosophiques consistent à me demander si je hache ou si je émince l’oignon... Ces moments où tout ce que je pense et tout ce que je fais est tourné vers une seule et unique direction, vers un seul but, la marmite ! Quand je cuisine comme ça, tout seul, ma cuisine est une sorte de gouffre où je tombe en oubliant toutes mes autres préoccupations, juste le temps d’un miroton ou d’un bœuf aux carottes… D’ailleurs à force je me demande si c’est grave cette sorte de cuisinite que je me suis attrapé. Et je croise les doigts pour que mes voisins ne me voient jamais quand je fais l’elfe joyeux dans ma cuisine et tout ça parce que je nage dans le bonheur d’égrener de jolis petits pois sautillants ou d’éplucher de petits navets à la fesse toute rose… Il suffit que je sois devant mes fourneaux pour que je prenne un sourire de benêt attendri et finalement je me dis que ce n’est pas grave… pas si grave… j’aime tellement ça… Et puis d’autres fois, je me retrouve dans d’autres cuisines, plus grandes, beaucoup plus grandes avec certaines fois des dizaines de mains qui s’affairent, qui coupent et qui touillent, des mains d’autres gens qui eux aussi pensent et font tout en regardant dans une seule direction, celle de la marmite ! Et ça aussi j’aime furieusement… La semaine dernière grâce à l’invitation d’Alice, je me suis retrouvé à l’ Ecole de cuisine Alain Ducasse dans une de ses cuisines pour découvrir par la pratique la cuisine de Nature, le dernier livre d’Alain Ducasse écrit avec Christophe Saintagne et Paule Neyrat. Et là-bas m’attendaient Adèle , Patrick , Gwen , Tit , Mercotte , Pascale , Joëlle , Anne , Johanna , Edouard , Requia , Sophie et Romain notre chef du jour. Et curieusement si j’ai aussi tout oublié du monde extérieur le long de cette matinée de cuisine commune, là je n’ai pas eu besoin de " caresser " ceux qui étaient là, tellement leurs yeux reflètaient la passion de ce qu’ils font et de ce qu’ils aiment, cette foutue bouffe qui nous rapproche ! Et comme le chou était au menu là-bas, le chou est aussi au menu chez moi pour une recette extraite de l’ouvrage que j’ai juste un peu remise à mon goût, juste un peu… Ouvrage et cours de cuisine offert Chou et saint jacques et haddock Ingrédients : 1petit chou frisé – 150g de haddock – 12 coquilles saint jacques – 1carotte – 1branche de céleri – 5 ou 6 ciboules – 1càc de gingembre râpé – ½ càc de curry en poudre – 3ou 4 baies de genièvre – 25cl de bouillon de volaille – sel et poivre Commencez en effeuillant le chou, puis passez-le trois minutes dans une casserole d’eau salée bouillante. Egouttez-le bien ensuite. Enlevez les plus grosses côtes puis émincez-le en bande d’environ 1cm. Coupez le céleri et les ciboules en petits tronçons et la carotte en cubes. Coupez le haddock en petits cubes. Mettez 2càs d’huile d’olive dans une cocotte et faites chauffer à feu moyen. Ajoutez le céleri, la ciboule et la carotte, remuez et laissez sur le feu pendant 3minutes. Ajoutez le gingembre, le curry et les baies de genièvre et poursuivez de nouveau pendant 3 minutes. Ajoutez alors les ¾ du chou et en remuant bien, poursuivez encore une fois la cuisson de trois minutes. Versez le bouillon et poursuivez la cuisson à couvert pendant une quinzaine de minutes. Pendant ce temps mettez au feu une poêle avec un filet d’huile et faites dorer à feu vif les coquilles saint jacques, elles ne doivent être que saisies. Quand les légumes sont à point, ajoutez le haddock et le chou restants, remuez sur le feu pendant une minute puis retirez la cocotte du feu, ajoutez les coquilles mélangez et laissez la cocotte couverte pendant 2 minutes avant de servir. Poivrez et servez sans attendre. Mais pourquoi, un jour quand elle sera très très vieille elle aura peut-être un deuxième neurone… peut-être… est-ce que je vous raconte ça…

Source: doriannn.blogspot.com

Je vous livre la recette du poulet en fricassée faite ce midi, cette recette est tirée du livre "La cuisine de Ducasse par Sophie" (Sophie Dudemaine), livre dont je vous ai déjà parlé. Comme d'habitude, je me suis décidée à faire cette recette avec ce que j'avais ! Sophie préconise d'acheter un poulet entier et de le couper en morceaux plutôt que d'acheter les morceaux séparément, la chair du poulet étant plus moelleuse. Moi, j'ai fait avec des blancs de poulet et fait cuire pas autant que nécessaire certainement (j'avais déjà des questions aux oreilles "c'est quand qu'on mange ?) ce qui explique peut-être que la photo ne ressemble pas tant que ça à la photo du livre, mais nous nous sommes tous régalés. J'ai divisé les quantités par 2, la recette du livre étant donnée avec deux poulets entiers de 1.4kg environ pièce. Ingrédients (pour 4 gros mangeurs) : - 5 blancs de poulet, - 1 boîte de pulpe de tomates (j'ai pris de la chair de tomate) - 1 cuillère à soupe de concentré de tomates - 15cl de vinaigre de vin vieux - 4cl de vin blanc sec - 10cl de fond de volaille - 50grs de beurre - 1 cuillère à soupe d'huile d'olive - 6 gousses d'ail en chemise - 1 bouquet garni, 1 ou 2 branches d'estragon pour la déco - sel, poivre Préparation : - Dans une cocotte, faire chauffer l'huile d'olive à feu vif, y faire dorer les morceaux de poulet, assaisonner.; - Ajouter ensuite le beurre et les gousses d'ail et finir la coloration de vos morceaux de poulet. Retirer les morceaux et les gousses d'ail. Vider entièrement la graisse de la cocotte puis remettre sur le feu, avec le poulet. Réserver les gousses d'ail. - Verser 2.5cl de vinaigre dans la cocotte, bien enrober les morceaux de vinaigre. Dés que le vinaigre est réduit à sec, remettre encore 2.5cl de vinaigre. Faire réduire à nouveau à sec et renouveler l'opération encore 4 fois. Reconstituer les 10cl de fond de volaille. - Ajouter ensuite le bouquet garni, les gousses d'ail réservées, la pulpe, le concentré de tomates, le vin blanc et le fond de volaille reconstitué. - Porter à ébullition, couvrir et laisser mijoter à feu doux. Enlever les morceaux de poulet, au fur et à mesure qu'ils sont cuits. Finition et présentation : - Filtrer la sauce au chinois ou dans une passoire fine. Faire réduire à feu doux jusqu'à ce qu'elle épaississe, rectifier l'assaisonnement. Dresser les morceaux de poulet dans les assiettes et napper de sauce. Décorer de feuilles d'estragon (je n'ai pas fait, mes gars s'impatientaient). Servir accompagné d'un gratin de macaroni ou de tagliatelles fraîches par exemple. POULET_EN_FRICASSEE

Source: lutrindansmacuisine.blogspot.com

Les premiers jours de printemps ça vous donne des envies de légèreté. Un peu comme en début d'année où il est de tradition de prendre de bonnes résolutions, on a envie de se faire encore plus de bien dans l'assiette mais on veut aussi de la nouveauté... Je suis tombée sur une nouvelle collection des éditions Larousse "saveur et bien-être" . 3 ouvrages sont déjà sortis dont Quinoa, boulgour et autres céréales de Valéry Drouet. Dans mon placard, j'ai plein de sortes de céréales mais j'avoue que ma main plonge beaucoup plus naturellement vers les pâtes, les lentilles ou le riz que vers le quinoa ou le millet. Ce livre, à l'instar du Nature, simple, sain et bon d'Alain Ducasse et Paule Neyrat (diététicienne) fait redécouvrir avec gourmandise et sans complexes ces céréales dont on ne sait pas toujours comment les cuisiner. Ici c'est le docteur Florence Solsona, nutritionniste, qui donne ses conseils. Le langage est précis et apporte des informations intéressantes. Les recettes sont vraiment gourmandes et les photos de Pierre-Louis Viel mettent en appétit. On passe de l'apéritif au dessert avec un sentiment de légèreté, de facilité : pas de recette compliquée, elles sont applicables au quotidien et variées. Quinoa, boulgour, épeautre, kamut, orge, avoine, millet, sarrasin... Il y en pour tous les goûts.On y retrouve aussi des recettes végétariennes mais ce n'est pas le coeur de l'ouvrage. J'ai testé cette recette qui en a surpris plus d'un à table. Et j'ai vu avec plaisir tout le monde se resservir. C'est un plat sucré-salé un peu fusion food, léger et nourrissant. Une jolie découverte. Poêlée de quinoa aux aiguillettes de volaille et aux abricots Pour 4 personnes 300 de quinoa blanc 16 aiguillettes de poulet 12 abricots secs moelleux 2 cuillères à soupe de miel liquide 3 cuillères à soupe d'huile d'olive 80 g de pistaches non salées 3 cuillères à soupe de sauce soja "salée" 3 cuillères à soupe de sauce soja "sucrée" 1/2 botte de ciboulette 25 g de beurre sel, poivre Préparation et cuisson Rincer soigneusement le quinoa dans une passoire. Le placer dans une casserole avec deux fois son volume d'eau froide. Saler puis porter à ébullition, puis laisser cuire 7 à 8 minutes à feu moyen. Oter du feu, couvrir et laisser le quinoa gonfler pendant 15 minutes. Pendant ce temps, détailler les abricots en lamelles et concasser grossièrement les pistaches. Dans une grande poêle, faire chauffer l'huile d'olive et y saisir les aiguillettes de poulet sur les deux faces. Saler légèrement et poivrer. Verser le miel puis ajouter les morceaux d'abricots et les pistaches concassées. Laisser légèrement caraméliser et verser les deux sauces soja. Poursuivre la cuisson 3 à 4 minutes sur feu vif. Finition et service Egoutter le quinoa et le mélanger avec le beurre. Répartir le quinoa dans des assiettes, ajouter les aiguillettes de poulet aux abricots et aux pistaches. Ciseler la ciboulette et la parsemer sur les assiettes. Servir de suite.

Source: danslacuisinedesophie.blogspot.com

Un apéritif économique, idéalement frais, aux fruits de saison, à déguster avec modération durant les journées estivales. Figues fraîches, orange, mûres, fraises, pêche, eau de rose, eau de fleurs d'oranger, miel et vin blanc moelleux... un rêve d'apéro... Sangria blanche aux fruits de saison, eaux florales, miel tracy ducasse Recette de sangria blanches aux fruits de saison, arômes de fleurs d'oranger, de rose, miel 2 figues fraîches ½ orange 5 mûres, 5 fraises, 1 pêche 50 ml d’eau de rose 10 ml d’eau de fleur d’oranger 2 cas de miel 1 ½ l de vin blanc moelleux glaçons Préparation : Versez le vin blanc dans une casserole, avec l’eau de fleur d’oranger, le miel, l’eau de rose. Faites chauffer à feu doux, tout en remuant. Portez à ébullition et retirer du feu, laissez refroidir. Coupez les fruits en petits morceaux, versez dans la casserole, avec le vin blanc, faites cuire à feu doux. Mélangez intimement, lorsque les fruits se décomposent, retirez du feu et laissez refroidir. Laissez reposer 24 heures, puis filtrez. Mettez en bouteille et conservez au frais pendant trois jours. Servez très frais avec des glaçons. A lire : une sélection de recettes pour l'apéro

Source: streetfoodetcuisinedumonde.blogspot.fr

Samedi, je me trouvais fort dépourvue en marmelade d'orange , ingrédient oh combien important dans ma cuisine. Pour les salades, pas pour les tartines. Je trouve qu'elle donne un peps incroyable à n'importe quelle sauce froide, et qui n'a pas besoin de peps en ce moment ? Toi au fond à droite ??? Dimanche, je dégustais des scones orange-lavande avec ma marmelade au petit déjeuner. Ben oui, la recette était sur la même page, je n'allais quand même pas laisser la marmelade toute seule ! Ces scones ne ressemblent pas du tout à ceux que j'ai l'habitude de cuisiner ; la pâte a la consistance d'une mayonnaise, il faut la laisser reposer au frais quelques heures et elle est très assez difficile à découper. En contrepartie, on obtient des galettes épaisses à mi chemin entre le pain et la brioche, très moelleuses. Le parfum de la lavande n'est pas forcément reconnaissable, mais il apporte une touche délicate. Si tu zappes cet ingrédient, la pâte se fait en 5 minutes au mixer. Tu laisses raffermir une nuit au frais, 12 minutes de cuisson, et hop ! un petit déj' trèèèèès agréable. Merci qui ??? Alain Ducasse et ses 190 cours illustrés ! Scones orange-lavande et la marmelade (d'orange) pour un petit pot de marmelade Tu peux facilement doubler ou tripler la recette, mais tu vas voir, c'est tellement facile que c'est presque plus agréable d'en avoir de la toute fraîche. - une grosse orange non traitée - 50g de sucre - 100ml de jus d'orange (par exemple, une partie du jus de l'orange qu'on va zester pour les scones) Brossez soigneusement l'orange et essuyez la. Coupez la en deux, puis en tranche de 2-3 mm. Placez les dans une casserole, couvrez d'eau froide et portez à ébullition. Égouttez et rincez à l'eau froide. Répétez cette opération 2 fois (donc 3 fois en tout si tu suis bien !). Mixez l'orange avec le sucre et le jus, assez finement. Replacez le out dans la casserole, portez à ébullition, baissez le feu et laissez mijoter 30 à 40 minutes, le temps que le liquide soit évaporé. Laissez refroidir et mettez en pot. pour 6 scones (7cm de diamètre) - 10cl de lait - 2g de lavande - 120g de farine - 10g de levure chimique - 15g de sucre - le zeste d'une orange non traitée - 50g de beurre froid coupé en petits morceaux - 50g de miel (de lavande pour être dans le thème) - un peu de lait et de miel pour dorer les scones - des pistils de lavande pour la décoration Amenez doucement le lait et la lavande à ébullition. Laissez infuser et refroidir à couvert. Filtrez. Dans le bol du mixer, mélangez la farine, la levure et le sucre. Ajoutez le beurre, mixez. Ajoutez le miel et le zeste, mixez. Finissez par le lait froid. Vous obtenez une pâte avec la texture d'une mayonnaise. Coulez cette pâte sur du film alimentaire, rabattez et aplatissez avec vos mains. Fermez complètement et placez au frais au moins 6 heures. Préchauffez le four à 180°C chaleur tournante. Préparez une plaque recouverte de papier sulfurisé ou d'un silpat. Sortez la pâte du réfrigérateur, étalez la sur une épaisseur de 1 cm. Le bouquin dit de fariner le plan de travail ET la surface de la pâte, j'ai fait ça en étalant la pâte directement dans le film, la pâte étant vraiment collante. Découpez les scones à l'emporte-pièce et placez les sur la plaque. Rassemblez la pâte restante, essayez de découper à nouveau ou placez la directement sur la plaque en lui donnant une forme ronde. J'imagine qu'on peut aussi cuire un scone géante et le découper après cuisson. Faites chauffez le lait et le miel pour la dorure (10s au micro ondes pour moi). Badigeonnez le dessus des scones, parsemez de pistils de lavande si vous n'oubliez pas, et enfournez pour 7 minutes. Tournez la plaque et cuire à nouveau 5 minutes. Laissez refroidir, c'est l'heure du petit déj' !!!

Source: secotinemaligne.blogspot.com

Pizza aux courgettes et au Sainte-Maure selon Alain Ducasse Mon mari a horreur des courgettes, pour lui en faire manger c'est la croix et la bannière ! Quelle ne fût pas ma surprise quand, il y a quelques jours, alors qu'il lisait un article il me dit : " ah tiens, des courgettes faites comme ça je veux bien en manger..."! Et il me montre une vidéo avec une recette de pizza signée Alain Ducasse, agrémentée de chèvre de Sainte-Maure . Je ne sais pas si c'est à cause du fromage qui vient de notre région (la Touraine) ou de la signature du chef que ses papilles ont été éveillées, en tout cas l'occasion était à saisir d'urgence ! Très motivé, il est allé acheter un Sainte-Maure tandis que je préparais une pâte à pizza (il faut battre le fer quand il est chaud), puis je m'en suis allée cueillir des courgettes et du thym au jardin. Le temps aussi de préparer des pétales de tomates confits et le soir même nous avons dégusté cette excellente et très graphique pizza de Chef. Et bien croyez-le ou non Monsieur a a-do-ré (et moi aussi )!!! Comme quoi, il ne faut jamais désespérer... Allez je vous donne la recette ! Pour 4 personnes - Préparation : 20 mn - Cuisson : 1h30 mn +20 mn 1 pâte à pizza de 400 g ( recette ici ) Pétales de tomates confits 3 tomates huile d'olive thym frais sel, Poivre du moulin sucre en poudre Marmelade de courgette 4 courgettes vertes 1 bouquet de basilic 1 gousse d'ail 1 brin de thym Garniture 1 oignon blanc 1 Sainte­-Maure frais mais cendré 8 pétales de tomates confites 1 douzaine d' olives noires dénoyautées 1 - Ébouillantez les tomates quelques secondes. Pelez-les, coupez-les en quartier et enlevez les graines. Déposez-les sur une plaque munie de papier cuisson, arrosez-les d'un filet d'huile d'olive. Salez, poivrez et sucrez légèrement. Saupoudrez de thym et mettez au four à 90°C environ 1 h 30 mn. 2 - Rincez les courgettes. Détaillez deux courgettes en petits dés et le reste en fines rondelles. Effeuillez et ciselez le basilic. Faites chauffer un filet d'huile d'olive dans une sauteuse et faites revenir la brunoise de courgettes avec l'ail simplement incisé et le thym. Assaisonner de sel puis cuisez à couvert pendant 10 minutes. Écrasez les courgettes à la fourchette, ajoutez le basilic et mélangez. 3 - Préchauffez le four à 180 °C . Fariner légèrement le plan de travail et abaisser la pâte à pizza en rectangle sur 4 mm d'épaisseur. Déposez-la sur une plaque beurrée et enfournez 3 minutes . Étalez la marmelade de courgette sur la pâte et parsemez la moitié de l'oignon émincé dessus. Disposez le Sainte-­Maure coupé en tranche en intercalant avec les rondelles de courgette et les tomates confites. Agrémenter du reste d'oignon et d'olives. Enfourner de nouveau pendant 15 à 20 minutes, le fromage doit légèrement blondir. 4 - Assaisonnez la pizza avec de la fleur de sel, du poivre du moulin et un filet d'huile olive. Servez chaud. Le petit plus... Nous avons dégusté notre pizza avec un verre de Touraine blanc bien frais. Source : Le Point

Source: lasoupealacitrouille.blogspot.com

- 50 g de beurre noisette - 1 cl de vinaigre de Xérès - 2 cl de vinaigre balsamique - 2 échalotes - 40 cl de fond blanc de volaille - 10 cl d'huile d'olives très mûres - huile d'olive - 1 cuillère à café de poivre mignonnette - les barbes des St- Jacques Préparation Etape 1 Émincez les échalotes. Faites revenir les barbes dans de l'huile d'olive. Etape 2 Dès que la première eau apparaît, jetez-la et égouttez. Etape 3 Rincez la casserole, puis remettez un filet d'huile d'olive pour faire suer les échalotes. Etape 4 Remettez les barbes, poivrez et laissez mijoter 5 minutes. Etape 5 Déglacez aux vinaigres et laissez réduire à glace (comme un jus épais et joliment brillant). Etape 6 Mouillez à hauteur avec le fond blanc et laissez cuire à frémissement 10 à 15 minutes environ. Etape 7 Écumez si besoin. Etape 8 Une fois le temps écoulé, laissez reposer 5 minutes puis passez au chinois. Etape 9 Remettez la sauce à chauffer en la faisant réduire à nouveau quelques minutes. Etape 10 Émulsionnez au fouet en incorporant l'huile et le beurre.

Source: ptitchef.com

Ingrédients : 1 boule de céleri-rave 1 citron 1/2 bouquet de persil 1/2 bouquet d'estragon 1/3 bouquet de ciboulette pour la mayonnaise : 1 jaune d'oeuf 1 càs de moutarde 2 càs de vinaigre 20 cl d'huile d'olive* sel et poivre *j'ai remplacé l'huile d'olive par une huile neutre Préparation : Laver et éplucher le céleri rave. Le râper finement et ajouter le jus de citron pour éviter qu’il ne noircisse. Laver, sécher et effeuiller le persil et l’estragon. Réserver le quart environ des feuilles d’estragon et ciseler le reste ainsi que le persil et la ciboulette. Prendre soin que tous les ingrédients sont à température ambiante. Dans un bol, mélanger le jaune d’œuf, la moutarde et quelques gouttes d'eau. Monter ensuite la mayonnaise en versant progressivement l’huile. Quand la texture est bien onctueuse, ajouter le vinaigre, saler et poivrer. Rassembler le céleri râpé et les herbes ciselées puis ajouter la mayonnaise et bien mélanger le tout. Goûter et rectifier l’assaisonnement. Réserver au frais pendant au moins 2 heures. Dresser le céleri rémoulade dans un cercle sur un lit de salade de mâche et parsemer dessus les feuilles d’estragon (je n'en avais pas).

Source: theblogdeclementine.blogspot.fr/search/label/recette

Copyright 2018 ® - Contact